Redbluemoon

I found myself in Wonderland.

It’s Not Ok to Feel Blue and Other Lies édité par Scarlett Curtis

Classé dans : Avis littéraires,Coup de cœur — 29 juillet 2020 @ 2 h 11 min

Genre : Essai, Témoignage, PsychologieIt's Not Ok to Feel Blue

Editeur : Penguin

Année de sortie : 2019

Nombre de pages : 554

Titre en français : Pas encore traduit

Synopsis : We are living in the middle of a mental health epidemic and we have a choice: we can either be like all generations who came before us and be floored by it – or we can start to make a difference.

Here are the extraordinary people making that difference – Other People Don’t Feel Blue (and other lies) is a collection of stories and essays from those who have suffered through the worst, and know what it’s like to fight to feel better.

This isn’t just a book. It’s a shout, a scream that cuts above the noise and lets everyone know they are not alone. Funny, sad, clever, relatable and important, this collection is part of the global movement that is working to dismantle the shame that surrounds mental illness. It will be a shining example power of words to make us all feel better.

 

Avis : Il est difficile de faire une chronique pour ce livre, c’est la raison pour laquelle je ne voulais pas le faire. Mais, il existe assez peu de livres de ce genre, donc je me suis dit que ce pouvait être intéressant de vous en parler.

Ce livre est un trésor : il vous fera rire, pleurer mais, surtout, vous vous sentirez compris, vous ne serez pas seuls, vous serez acceptés et légitimes. C’est une lecture très personnelle, que vous soyez attirés par ce livre parce que vous êtes vous-mêmes sujets à des problèmes de santé mentale, que ce soit le cas de vos proches ou que vous vous intéressiez simplement au sujet. Les contributeurs sont d’horizons divers : blancs, noirs, bruns, hétéros, gays, trans, souffrant de troubles mentaux, proches de personnes qui souffrent de maladies mentales. Tous et toutes sont connu.es, mais certains évoquent les différences de traitements des maladies mentales selon les classes sociales.

Ce livre n’est pas un manuel ou un bouquin de développement personnel, mais il vous aidera tout de même un peu. Etrangement, je me suis sentie « en sécurité » pendant que je lisais ce livre, comme si j’étais entourée de gens qui me comprenaient et que rien ne pouvait m’arriver pendant que j’étais avec eux. Il reste donc près de moi.

It’s Not Ok to Feel Blue, même s’il n’est pas écrit pour aider « pratiquement », fait quelque chose qui est rarement fait : il met en avant la maladie mentale, il l’évoque sans tabous grâce à des témoignages de personnes qui sont sous les feux des projecteurs et qui peuvent donc utiliser leur réputation pour amener le dialogue sur la santé mentale. C’est en se taisant qu’on fait progresser la maladie, qu’on nourrit la bête. C’est en parlant qu’on comprend davantage et qu’on peut commencer à faire avancer l’opinion et passer outre le « il/elle est fou/folle, laisse tomber ».

 

Donc, vous serez triste en lisant ce livre parfois, mais vous ne serez jamais seuls.

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

Baseball fans gather zone |
Eaudefiction |
Ici même |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Kpg1221gpk
| Elenaqin
| la saltarelle des baronnes