Redbluemoon

I found myself in Wonderland.

Archive pour la catégorie 'Coup de cœur'

Libre comme une déesse grecque de Laure de Chantal

Posté : 9 juillet, 2024 @ 11:20 dans Avis littéraires, Coup de cœur | Pas de commentaires »

Libre comme une déesse grecqueGenre : Essai, Féminisme, Mythologie

Editeur : Flammarion (Champs)

Année de sortie : 2024 [2022]

Nombre de pages : 244

Synopsis : Les Grecs et les Romains ont-ils inventé le féminisme ?

Si les sociétés antiques peuvent être qualifiées de machistes, leur mythologie nous montre tout le contraire. Elle nous montre de savantes magiciennes, comme Médée ou Circé, de sages gouvernantes, comme Pénélope, d’irréductibles guerrières comme les Amazones et des déesses, tant de déesses, les Parques, les Muses, Aphrodite, Athéna, toutes porteuses de civilisation et de création. Non seulement la mythologie gréco-romaine nous offre des figures de femmes profondément puissantes, mais elle a donné des traits féminins aux plus belles forces de la civilisation. Dans la mythologie, le meilleur de l’Homme est une femme.

 

Avis : J’ai adoré cette vision très puissante des femmes dans la mythologie grecque !

Je n’ai pas grand-chose de négatif à écrire, honnêtement : j’ai aimé la façon dont l’autrice a organisé son œuvre et les femmes qu’elle a choisies de mettre en avant, l’humour qu’elle infuse parfois, l’émotion que l’on ressent aussi en lisant certains paragraphes. J’ai adoré redécouvrir des déesses, découvrir des héroïnes mais, surtout, j’ai adoré que l’autrice entre dans le détail, que ce soit dans les histoires racontées ou dans l’étymologie qui est passionnante ! J’ai adoré retrouver des œuvres d’art, les voir analysées, les voir expliquées et comprendre à nouveau, s’il était besoin, qu’en fin de compte, tout est sujet à interprétation.

Je m’y connais plutôt en mythologie et, effectivement, j’avais aussi la vision de cette société, de cette culture misogyne, de ces dieux puissants qui, parfois, dégradent les femmes au rang d’objet, les placent en victimes. J’ai adoré que l’autrice me les fasse voir très différemment, pas du tout comme je l’ai appris et comme je l’ai vu moi-même pendant toutes ces années. Cela ne veut pas dire, bien sûr, que les sociétés grecque et romaine n’étaient pas sexistes : les femmes ne sont pas citoyennes, elles ont peu de droits, elles sont propriété de leur mari et toujours sous la tutelle d’un homme, excepté certaines veuves ou quelques femmes à la marge des autres, comme les hétaïres grecques. Mais cette autre vision de la culture et de la littérature gréco-romaines m’a touchée, m’a rassurée, en un sens, m’a donné de la force aussi. Ce livre m’a également donné très envie de découvrir certains textes ou auteurs, comme Callimaque, Catulle et Ovide – j’ai lu les deux derniers, mais pas les ouvrages mentionnés.

Je n’arrivais pas à mettre le doigt sur la raison pour laquelle, malgré la misogynie de la mythologie grecque, je l’adorais toujours profondément. Évidemment, c’est un réservoir d’histoires, le « premier roman du monde », mais c’est aussi une œuvre qui nous montre un grand éventail de personnages, divins ou mortels, aux prises avec des émotions violentes, aussi bien positives que négatives. J’ai une nouvelle raison de l’adorer : la liberté de ces femmes qui la peuplent.

Dernière remarque tout de même : certains éléments ne m’ont pas totalement convaincue – j’ai noté de petites questions dans les marges -, mais cela n’a pas gâché ma lecture, que j’ai trouvé rafraîchissante.

 

Donc, une excellente œuvre sur les femmes dans la mythologie grecque (et un peu la mythologie romaine aussi) que je recommande chaudement ! Je lirai avec plaisir d’autres ouvrages de l’autrice, comme Notre grammaire est sexy : Déclaration d’amour à la langue française ou Les neuf vies de Sappho : Le premier écrivain est une écrivaine !

Magic Charly, tome 3 : Justice soit faite ! d’Audrey Alwett

Posté : 3 juillet, 2024 @ 10:49 dans Avis littéraires, Coup de cœur | Pas de commentaires »

Genre : Fantasy, JeunesseJustice soit faite !

Editeur : Gallimard Jeunesse

Année de sortie : 2022

Nombre de pages : 532

Synopsis : Thadam est en danger : les pannes de magie se multiplient, les gens disparaissent mystérieusement et perdent la mémoire. Sapotille, June et Césaria tentent de déjouer les plans machiavéliques du juge Dendelion qui cherche à accaparer tous les pouvoirs. Seul Charly peut agir, mais il s’est perdu dans un autre monde. Sapotille et ses amis réussiront-ils à le retrouver pour contrer l’Académie et que, enfin, justice soit faite ?
Cabane à pattes de poulet, noix-surprises, apocachips et trolls tricheurs aux cartes…
Le final ensorcelant de Magic Charly !

 

Avis : Au fil des tomes, j’avais de plus en plus aimé lire les aventures de Charly : ce dernier volume est mon préféré !

On y retrouve le monde enchanteur des magiciers, avec tout ce qui était déjà fascinant dans les tomes précédents : l’utilisation de la langue, les gemnez, l’histoire mystérieuse des deux types de magie et de la dernière guerre magique, les allégories … On suit de nouveau les personnages que l’on affectionne déjà, comme Charly, Sapotille – qui reste mon personnage préféré -, June, mais aussi Césaria, Célestin ou encore les élèves de Saint-Fouettard. Tous ont évolué depuis le premier tome et continuent à le faire ici, avec un focus plus poussé sur Sapotille. En effet, la jeune fille grandit et a vécu des choses qui l’ont secouée SPOILER 1 J’ai aussi beaucoup aimé, ici, découvrir SPOILER 2

Mais plus que l’intrigue et les personnages, ce que j’ai aimé, dans ce roman, c’est le fait de me laisser entraîner dans le monde des magiciers, de me laisser porter, de ne pas me prendre la tête. J’ai adoré ces moments d’évasion offerts par l’autrice : j’étais bien, dans ma petite bulle, avec les personnages ! J’ai parfois eu mal au cœur SPOILER 3, j’ai été émue, mais, pendant toute l’œuvre, j’ai conservé un sentiment de légèreté qui m’a fait du bien. Je me suis d’ailleurs, après coup, trouvée dure avec le premier tome, L’Apprenti. Même si le lecteur a déjà été immergé dans différents univers magiques, celui-ci reste enchanteur et j’ai, enfin, réussi à me laisser conquérir.

J’ai aimé la fin, même si elle m’a semblé SPOILER 4

 

Donc, je lirai d’autres romans d’Audrey Alwett, et notamment Les Poisons de Katharz. Je relirai sans doute aussi Magic Charly !

 

SPOILER 1 l’incident avec son grimoire pouvant facilement être, métaphoriquement et littéralement, étant donné le côté très intime des grimoires, une agression sexuelle. Elle doit donc apprendre ce qu’elle tolère, ce dont elle ne veut pas ; apprendre à se faire confiance et à se faire entendre, surtout quand elle trouve que la personne en face d’elle va trop loin.

SPOILER 2 l’autre côté des portails avec Dame Carasse. J’ai aimé la dynamique entre les deux sorcières plus âgées et le fait que Dame Carasse accepte de prendre Charly comme apprenti tout en sachant ce que ses hôtes ont l’intention de faire. 

SPOILER 3 – notamment quand j’ai compris que Célestin allait mourir – parce que je me suis fait spoiler – et quand c’est effectivement arrivé - 

SPOILER 4 un peu convenu. Je trouve tout de même ingénieux de finir sur le fait que Charly élabore un antidote pour sa mère, et j’aime qu’on nous laisse imaginer la suite : est-ce une réussite ou non ? 

Les Grandes oubliées : Pourquoi l’Histoire a effacé les femmes de Titiou Lecoq

Posté : 20 octobre, 2023 @ 5:47 dans Avis littéraires, Coup de cœur | Pas de commentaires »

Genre : Essai, HistoriqueLes Grandes oubliées

Editeur : Collection Proche

Année de sortie : 2023 [2021]

Nombre de pages : 224

Synopsis : L’Histoire revisitée sous l’angle féminin : raconter et comprendre ce grand oubli dans lequel sont tombées les femmes de la Préhistoire jusqu’à nos jours.

« On nous a appris que l’histoire avait un sens et que, concernant les femmes, elle allait d’un état de servitude totale vers une libération complète, comme si la marche vers l’égalité était un processus naturel. Ce n’est pas exact. On a travesti les faits. On a effacé celles qui avaient agi, celles qui, dans le passé, avaient gouverné, parlé, dirigé, créé.»

A la préhistoire, les femmes chassaient, au Moyen Âge, elles étaient bâtisseuses de cathédrales ou encore espionnes durant la guerre de Cent Ans ; au XIXe siècle, elles furent journalistes… À chaque époque, elles ont agi, dirigé, créé, gouverné mais une grande partie d’entre elles n’apparaissent pas dans les manuels d’histoire. Dans la lignée des travaux de Michelle Perrot, Titiou Lecoq passe au crible les découvertes les plus récentes. Elle analyse, décortique les mécanismes, s’insurge, s’arrête sur des vies oubliées pour les mettre en lumière. Sa patte mordante donne à cette lecture tout son sel. Les femmes ne se sont jamais tues. Ce livre leur redonne leur voix.

 

Avis : C’est une petite vidéo sur Insta d’une créatrice que je suis qui m’a donné très envie d’enfin sauter le pas et me prendre Les Grandes oubliées à sa sortie en poche.

L’autrice nous offre ici un essai féministe sur la place des femmes dans l’Histoire ou, plutôt, sur l’effacement de leur place. Plutôt que d’en donner les raisons, elle explique qu’elles n’ont jamais été absentes des grandes phases de l’Histoire et montre en quoi elles étaient présentes, ce qu’elles faisaient, ce que l’on n’apprend pas à l’école – parce que cela ne se trouve pas au programme ni dans les manuels notamment, puisque ceux-ci sont exclusivement (ou presque) tournés vers des figures masculines et que les femmes se trouvent dans des encarts spécifiques ou dans une entrée du programme sur la lutte pour leurs droits. Je me suis aussi assez souvent reconnue quand Titiou Lecoq évoque son anticipation des cours d’histoire, enfant, et sa désillusion, adulte, quand elle se rend compte qu’on lui a appris une partie de l’Histoire en laissant de côté ce qui, apparemment, n’est pas si important ou à l’écart de la « vraie » Histoire.

Je dois dire que je me suis parfois énervée en lisant : pourquoi ne raconter qu’une partie, des semi-vérités ? Pourquoi est-ce qu’en arrivant dans la vingtaine, j’étais convaincue que le Moyen Âge était une période sombre alors que la Renaissance était formidable ? Pourquoi ne traite-t-on pas de l’Histoire entière ? Et pourquoi, mais POURQUOI, considère-t-on que les femmes n’ont rien fait quand elles sont partout, juste écartées du discours national ? Je ne dois qu’à ma curiosité de connaître les noms de Frédégonde ou de Brunehaut/Brunehilde, qu’à mon envie de lire des femmes « classiques » d’avoir entendu parler, voire lu, Christine de Pizan ou Louise Labé. Mais je ne connaissais aucune dramaturge avant de lire ce livre. Pourquoi ? Je ne comprends pas l’intérêt de minimiser l’apport des femmes : la réussite des uns (ici, des unes du coup) ne diminue pas celle des autres. Ce n’est pas une compétition, ce sont les faits ! J’étais aussi un peu abasourdie de voir que l’oubli est aussi récent qu’ancien !

Elle fait également un sort au mythe du progrès qui voudrait que la condition des femmes s’améliore de siècle en siècle, avec l’idée, par exemple, qu’elles n’avaient aucun droit au Moyen Âge. Vous savez, la célèbre expression du « on n’est plus au Moyen Âge » quand on parle des droits des femmes ? On peut la jeter à la poubelle du coup. Je le sais depuis un moment, mais cet essai en remet une couche bienvenue ! Il n’y a pas non plus d’idéalisation des Lumières, de la Renaissance ou de la Révolution ici : les faits, donc. Et ce n’est pas très joli, comme le XIXe siècle et son invisibilisation des femmes – j’adore ce siècle, notamment pour sa littérature et les grands auteurs qui en sortent, mais pour les femmes, ce n’est clairement pas la meilleure période … L’autrice traite aussi de la langue, ce que j’ai beaucoup apprécié parce que je me pose pas mal de questions à ce sujet.

Ce que j’ai particulièrement aimé ici, c’est que l’autrice fournit toutes ses sources. A aucun moment, le lecteur ne se retrouve avec une théorie ou une affirmation historique sans avoir l’essai ou le travail d’historien dont elle est tirée. Evidemment, ma wish-list a explosé, puisque ces sources sont données pour permettre à ceux qui le souhaitent de se plonger plus avant dans les sujets qu’ils veulent creuser. J’étais d’ailleurs contente de constater que j’avais déjà lu certains des ouvrages cités ! Ainsi, même si cet ouvrage en est un de vulgarisation, il est possible d’approfondir pour les lecteurs intéressés, à travers des livres, mais aussi des articles ou des podcasts.

Enfin, j’ajouterais que, malgré ma colère, j’ai ri à plusieurs reprises parce que l’autrice s’exprime avec humour et sans être guindée. Elle ne rédige pas en historienne, mais en transmettrice (bon, le site me dit que c’est une erreur d’orthographe, mais tant pis !) ce qui rend son discours plus accessible à tous et pas seulement à ceux qui ont un parcours universitaire ou qui sont déjà versés dans l’Histoire.

 

Donc, un excellent essai, court et accessible, qui part de la Préhistoire pour arriver à nos jours en traitant de faits et en donnant ses sources. A mettre entre toutes les mains !

Au prochain arrêt de Hiro Arikawa

Posté : 20 octobre, 2023 @ 5:09 dans Avis littéraires, Coup de cœur | Pas de commentaires »

Genre : ContemporaineAu prochain arrêt

Editeur : Babel

Année de sortie : 2023 [2008]

Nombre de pages : 184

Titre en VO : Hankyū Densha

Synopsis : Ce roman de l’auteure des «Mémoires d’un chat» suit le trajet de la ligne Imazu de la compagnie de chemin de fer privée Hankyû. Organisé en deux parties de huit chapitres chacune (comme les huit arrêts du train), il se déroule au printemps dans le sens Takarazuka-Nishinomiya, et en automne pour le retour. À chaque arrêt, de nouveaux passagers montent, se parlent, s’observent. Et, d’un trajet à l’autre comme d’une saison à l’autre, le lecteur se fait l’observateur des paysages changeants, des multiples trajectoires de la vie et surtout de l’évolution de chacun des personnages montés à bord.

 

Avis : Cet été, j’avais très envie de lire des romans japonais, je me suis donc laissé porter et tenter !

C’est la couverture de ce roman qui m’a d’abord attirée : elle reflète un peu une atmosphère idéalisée du Japon avec les cerisiers en fleurs, les collines à l’arrière et ce train suspendu dans le vie, comme dans un ve, avec d’autres cerisiers en contrebas. A cela s’ajoute le fait que l’action se déroule dans un train et que c’est un moyen de transport que j’adore, aussi bien dans la réalité que dans la fiction.

Ce roman se divise un peu comme un recueil de nouvelles avec des chapitres qui suivent un personnage différent à chaque fois. Il est aussi composé de deux parties : une en juin et une en décembre à six mois d’intervalle. Le lecteur retrouve les mêmes personnages avec joie – j’aurais même adoré ce soit plus long tellement j’ai aimé les suivre dans leur petit bout de vie, dans leurs souvenirs, leurs problèmes, leurs petits bonheurs et leurs peines, tout cela dans le train. Cela, en plus du moyen de transport et du fait que l’on passe, en fait, par les mêmes gares tout au long du roman, donne l’impression – faussée – d’un microcosme, ce qui rend le livre cosy – en tout cas, je m’y suis sentie bien.

A travers ces hommes et ces femmes sont abordés différents sujets. Vu la douceur de la couverture, je m’attendais à un roman plutôt léger ; je me trompais. Le livre traite aussi de thèmes lourds, comme la violence conjugale – ce qui m’a vraiment surprise, sans doute parce que je ne m’attendais vraiment pas à ça ! -, la relation grand-mère/petite-fille – que j’ai adoré -, le deuil, les amours naissantes, l’amitié, la rupture, la vengeance … Tout cela est très bien orchestré puisque les personnages se rencontrent, interagissent ou pas les uns avec les autres et la parole passe ainsi, de l’un à l’autre, entre les chapitres, de manière très fluide et agréable. J’ai adoré Shoko et Tokié que j’ai particulièrement aimé suivre, à la fois pour leur histoire personnelle et pour les thèmes que l’on aborde avec elles. SPOILER 1 La composition est construite en une agréable symétrie et le roman se boucle de manière à la fois logique et élégante

 

Donc, un coup de cœur à la fois doux et rude, qui m’a donné envie de lire tous les autres romans de l’autrice – il ne me reste que Les Mémoires d’un chat, que je commence sous peu !

 

SPOILER 1 J’ai d’ailleurs adoré avoir une scène où les deux femmes parlent : c’était un cadeau de l’autrice, pour moi.

In the Lives of Puppets de T.J. Klune

Posté : 8 juillet, 2023 @ 5:47 dans Avis littéraires, Coup de cœur | Pas de commentaires »

Genre : Science-fictionIn the Lives of Puppets

Editeur : Pan MacMillan

Année de sortie : 2023

Nombre de pages/minutes : 432/921

Synopsis : In a strange little home built into the branches of a grove of trees, live three robots–fatherly inventor android Giovanni Lawson, a pleasantly sadistic nurse machine, and a small vacuum desperate for love and attention. Victor Lawson, a human, lives there too. They’re a family, hidden and safe.

The day Vic salvages and repairs an unfamiliar android labelled « HAP, » he learns of a shared dark past between Hap and Gio-a past spent hunting humans.

When Hap unwittingly alerts robots from Gio’s former life to their whereabouts, the family is no longer hidden and safe. Gio is captured and taken back to his old laboratory in the City of Electric Dreams. So together, the rest of Vic’s assembled family must journey across an unforgiving and otherworldly country to rescue Gio from decommission, or worse, reprogramming.

Along the way to save Gio, amid conflicted feelings of betrayal and affection for Hap, Vic must decide for himself: Can he accept love with strings attached?

 

Avis : A VENIR

12345...59
 

Baseball fans gather zone |
Eaudefiction |
Ici même |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Kpg1221gpk
| Elenaqin
| la saltarelle des baronnes