Redbluemoon

I found myself in Wonderland.

Archive pour la catégorie 'Avis littéraires'

Peur express de Jo Witek

Posté : 15 octobre, 2019 @ 11:28 dans Avis littéraires | Pas de commentaires »

Genre : Thriller Peur express

Editeur : France Loisirs

Année de sortie : 2012

Nombre de pages : 379

Synopsis : Un 22 décembre, un TGV tombe en panne sur un viaduc en pleine tempête de neige. Parmi les passagers, six adolescents – qui ne se connaissent pas – sont alors sujets à des phénomènes étranges : hallucinations, visions de personnes décédées, voix harcelantes, prétendue apparition d’un vampire.
Le contrôleur est agressé physiquement par l’un d’eux tandis qu’un autre menace des voyageurs avec un couteau pour une simple bouteille d’eau. La voiture-bar sera même dégradée par un incendie.
Actes de vandalisme perpétrés par une bande organisée, comme le prétendra la presse, ou faits bien réels mais inexplicables défiant la logique et l’entendement ?
Pourquoi dans ce train, et cette nuit-là ? Que s’est-il passé pour que des jeunes gens aient été tous terrifiés à ce point ? Quel lien mystérieux les unit entre eux ?
Après le sauvetage du train, une enquête policière est menée sans succès.
Le dossier est transmis à un psychologue-sociologue qui tendra à prouver, par une série de tests et d’entretiens avec les différents protagonistes, que les mystérieuses apparitions dans le train ne sont ni le fruit de leur imagination ni de simples coïncidences. Que chacun avait été confronté dans son histoire personnelle à un traumatisme qui avait eu lieu un 22 décembre. Ce voyage leur aura permis de résoudre leurs problèmes et de se libérer du poids du passé.
Un thriller passionnant autour du paranormal, aux frontières des croyances et des certitudes.

 

Avis : A VENIR 

Swords and Fire, book 2: The Defiant Heir de Melissa Caruso

Posté : 12 octobre, 2019 @ 10:58 dans Avis littéraires, Coup de cœur, Lectures Communes | Pas de commentaires »

Genre : FantasyThe Defiant Heir

Editeur : Orbit

Année de sortie : 2018

Nombre de pages : 515

Titre en français : Les Faucons de Raverra, tome 2 : L’Héritière rebelle

Synopsis : Across the border, the Witch Lords are preparing for war.

But before an invasion of Raverra can begin, all seventeen Witch Lords must gather to agree a course of action. Lady Amalia Cornaro knows that this conclave might be her only chance to stifle the growing flames of war.

Amalia and her warlock Zaira must go behind enemy lines, using every ounce of wit and cunning they have to avert the coming conflict. If they fail, it will all come down to swords and fire.

The Defiant Heir continues the spellbinding story of courtly intrigue and dangerous magic that began with The Tethered Mage.

 

Avis : A VENIR

Les Soeurs Carmines, tome 1 : Le Complot des corbeaux d’Ariel Holzl

Posté : 8 octobre, 2019 @ 5:38 dans Avis littéraires, Coup de cœur | Pas de commentaires »

Genre : Fantasy Les Soeurs Carmines 1

Editeur : Mnémos (Naos)

Année de sortie : 2017

Nombre de pages : 261

Synopsis : Merryvère Carmine est une monte-en-l’air : une cambrioleuse qui court les toits et pille les manoirs pour gagner sa vie. Ses sœurs, Tristabelle et Dolorine, l’assistent lors de ses méfaits. Orphelines sans le sou, les trois jeunes filles tentent de survivre dans la sinistre cité de Grisaille. On s’y trucide allègrement, surtout à l’heure du thé, pendant que huit familles d’aristocrates aux dons surnaturels conspirent pour le trône.

Après un vol désastreux, Merry se retrouve mêlée à l’un de leurs complots. Désormais traquées par des nécromants, des vampires, des savants fous et bien d’autres calamités, les Carmines vont devoir redoubler d’efforts pour s’en tirer vivantes …

 

Avis : J’ai beaucoup entendu parler de ce livre ; peut-être trop ! Tant de hype ne m’avait pas donné envie de tenter ! Et, en fin de compte, nous y voilà !

J’ai adoré ce premier tome !! Que ce soit l’ambiance, qui ressemble, en effet, à celle de Tim Burton, l’univers, que j’ai vraiment envie de découvrir plus en profondeur, les personnages, auxquels je me suis vraiment attachée, l’écriture, qui est si belle – dès les premières lignes, j’étais sous le charme ! – : tout était à mon goût ! Ce livre est à la fois comique et tragique, léger et pesant, une véritable antithèse en 261 pages ! On découvre un monde décalé, violent, où la mort règne en maître ! Seul bémol : j’aurais aimé en découvrir encore plus sur l’univers, sur les pouvoirs des différentes maisons ! Quel ravissement de voir des créatures que j’affectionne tout particulièrement ici !!

Les sœurs Carmine sont, toutes les trois – oui, même Tristabelle ! – attachantes ! Merryvère est la plus « humaine », dans le sens où j’ai pu facilement m’identifier à elle : comment réagir dans un monde telle que celui qui est dépeint ici ? Elle est visiblement l’une des rares habitantes à garder un certain sens moral. Tristabelle est détestable ; et pourtant, je me suis surprise à l’apprécier tout de même. Elle est hautaine, superficielle ; mais cela cache sans doute son besoin d’être acceptée par une société élitiste qui la rejette. Quant à Dolorine, je l’ai adoré : le comble de la mignonnerie ! Une petite fille adorable au centre de l’intrigue sans s’en rendre compte ! Elle est surprenante par sa maturité, mêlée à ses petites remarques enfantines – elle ne comprend pas tout ce qui se dit autour d’elle, ce qui mène à des quiproquos assez drôles ! – mais elle peut aussi briser le cœur du lecteur par de petites remarques adorablement naïves, et qui rappelle la triste vie qu’elle mène avec ses sœurs. Au fil de la lecture, et malgré la brièveté du temps passé avec elles, j’ai fini par me sentir chez moi dans leur manoir ! Et quand cela arrive dans un livre, c’est le coup de cœur assuré ! On découvre d’autres personnages au cours de la lecture, comme Katryan, que j’ai particulièrement apprécié, Blaise [SPOILER] c’est que je me surprendrais encore à vouloir une romance !! [FIN DU SPOILER], ou la Reine, dont j’ai aimé la scène finale !

J’ai adoré l’effet de boucle du roman !! C’est tellement satisfaisant !! La fin m’a laissée bouche bée, comme les sœurs je suppose !! Tellement hâte de lire la suite !!

 

Donc, une très belle découverte, un univers dans lequel j’ai envie de replonger rapidement, une écriture magnifique, et des personnages attachants !

 

Les Loups-Garous de Thiercelieux : Lune Rousse de Paul Beorn et Silène Edgar

Posté : 3 octobre, 2019 @ 11:22 dans Avis littéraires, Coup de cœur | Pas de commentaires »

Genre : FantasyLune Rousse

Editeur : Castelmore

Année de sortie : 2018

Nombre de pages : 345

Synopsis : L’UNE VIT LE JOUR, L’AUTRE VIT LA NUIT …

1846. Un soir d’automne, le ciel est rouge au-dessus du village de Thiercelieux …

Lapsa et Lune ont grandi ensemble mais cette nuit-là, l’appel de la lune rousse va les séparer. Lapsa découvre qu’on lui a menti sur la mort de ses parents et se jure de découvrir la vérité. Lune se lance à la poursuite d’un loup noir, jusqu’à un coffre caché sous un rocher. A l’intérieur : des masques de loups, un poème oublié qui parle de vengeance …

Un masque sur le visage, la jeune fille se sent soudain investie d’une force animale. Elle fait le serment de lutter contre les injustices qui frappent le village.

Mais la malédiction des loups, surgie du passé, ne risque-t-elle pas de bouleverser Thiercelieux et de les dépasser toutes les deux ?

Un envoûtant roman d’amitié et de mystère par les auteurs de 14-14 (prix des Incorruptibles 2015-2016), d’après le jeu culte Les Loups-Garous de Thiercelieux, créé par Philippe des Pallières et Hervé Marly.

 

Avis : Ce livre m’a été prêté par un de mes élèves de 5e ! Je ne le connaissais pas du tout, ni les auteurs, donc je ne m’attendais à rien de particulier ; en revanche, j’adore le jeu Les Loups-Garous de Thiercelieux !

J’ai vraiment beaucoup aimé ce roman, justement parce qu’on retrouve l’ambiance du jeu ! J’ai adoré l’interprétation qu’en ont fait les auteurs, certes moins sanglante, mais vraiment intéressante ! J’ai aimé cette histoire de légende, d’héritage, mais aussi retrouver les personnages du jeu !! Je ne me suis pas rendu compte qu’ils étaient semés un peu partout dans le livre jusqu’à ce que j’aie une illumination ! On retrouve la petite fille [SPOILER] géniale idée que de la faire regarder les scènes entre ses doigts ! [FIN DU SPOILER], les loups-garous [SPOILER] à nouveau génial d’imaginer des masques et des gants au lieu de véritables monstres qui se transforment à la pleine lune ! C’était original ! [FIN DU SPOILER], les villageois et leurs débats pour déterminer qui sont les loups-garous, la sorcière [SPOILER] qui a des potions de vie et de mort dans le sens où elle peut guérir ou empoisonner les gens ! [FIN DU SPOILER], la voyante [SPOILER] capable de prédire les attaques à venir [FIN DU SPOILER] et le chasseur [SPOILER] qui a bien failli tuer quelqu’un avant de mourir ! [FIN DU SPOILER] ! J’ai adoré la façon dont le jeu était repris, j’ai trouvé que c’était original, et j’ai aimé l’ajout d’un autre personnage ! Enfin, j’avais partiellement deviné qui était le coupable, mais les auteurs multiplient les pistes pour perdre le lecteur ! 

J’ai également beaucoup aimé les personnages ! Ce livre est écrit du point de vue des deux jeunes filles, Lapsa et Lune. Les chapitres alternent plus ou moins régulièrement. Le lecteur s’attache facilement aux deux jeunes filles : Lapsa semble d’abord assez obéissante, puis se rebelle peu à peu quand elle comprend que sa grand-mère lui ment ; Lune, quant à elle, est plus sauvage, plus libre, remet plus facilement en question ce qu’elle voit, entend, vit. Leurs intérêts vont entrer en conflit, ce qui va diviser les deux amies. J’ai aussi aimé Raoul, assez attachant, qui s’ouvre peu à peu et devient plus franc. En revanche, comme Lapsa, j’ai eu du mal avec Arnoux. Dès le début, le lecteur comprend qu’il est du genre à considérer que les filles sont là pour être regardées, touchées, et qu’il est légitime dans ses demandes. Quant à la grand-mère, je l’ai adorée. Rien que de l’imaginer dans sa cabane, entourée de toutes ses herbes, ça me réchauffe le cœur ! Avec Mme Loisel et l’Ancien, ils forment un trio de choc que j’avais vraiment envie de suivre !!

J’ai beaucoup aimé la fin !!! Cette dernière scène donne clairement l’impression qu’une suite est possible : JE VEUX UN TOME 2 !!!

 

Donc, j’ai passé un excellent moment, et je recommande ce livre à tous, petits et grands, connaisseurs du jeu ou non !

 

L’Ecume des jours de Boris Vian

Posté : 29 septembre, 2019 @ 6:47 dans Avis littéraires, Relecture | Pas de commentaires »

Genre : ContemporaineL'écume des jours

Éditeur : Le Livre de Poche

Année de sortie : 2013 [1947]

Nombre de pages : 335

Synopsis : Un titre léger et lumineux qui annonce une histoire d’amour drôle ou grinçante, tendre ou grave, fascinante et inoubliable, composée par un écrivain de vingt-six ans. C’est un conte de l’époque du jazz et de la science-fiction, à la fois comique et poignant, heureux et tragique, féerique et déchirant.

Dans cette œuvre d’une modernité insolente, livre-culte depuis plus de soixante ans, Duke Ellington croise le dessin animé, Sartre devient une marionnette burlesque, la mort prend la forme d’un nénuphar, le cauchemar va jusqu’au bout du désespoir.

Seules deux choses demeurent éternelles et triomphantes : le bonheur ineffable de l’amour absolu et la musique des Noirs américains …

 

Avis : J’ai lu ce livre pour la première fois au lycée, l’année du bac ; il y a donc un peu plus de six ans !

Honnêtement, je me souvenais simplement que c’était bien écrit et poétique d’une façon assez étrange, et que je n’avais jamais lu un livre de ce genre ! En effet, on pourrait classer L’Ecume des jours dans le réalisme magique, branche de la Fantasy que je ne connaissais pas du tout à l’époque – et dont je ne suis pas du tout une experte aujourd’hui !

J’ai beaucoup aimé cette relecture ! J’ai vraiment été touchée par ce qui arrivait aux personnages et, surtout, par la façon dont Boris Vian décrit et fait ressentir les choses. C’est une histoire étrange, qui vire vers l’absurde, notamment avec des scènes si aberrantes qu’elles en deviennent presque comiques ! On peut également y voir une critique acerbe de notre société : les gens sont jetables, certains sont prêts à dépenser tout leur argent pour des idées qui ne les réchauffent pas le soir sous la couette, et qui poussent leurs proches au désespoir. Si le début peut paraître léger, drôle parfois, on vire rapidement vers le tragique, le rire jaune, la chute totale. L’humour de l’œuvre – qui m’a vraiment fait rire à certains moments – est compensée par des moments de plus en plus noirs. [SPOILER] La fin est affreuse : personne ne trouve son bonheur. Plusieurs sont morts, et seul Colin reste, et encore ! La dernière scène laisse entendre que les derniers personnages toujours en piste veulent mettre fin à leurs jours ! [FIN DU SPOILER] Enfin, j’ai aimé les jeux de mots, les néologismes, et les inventions étranges qui parcourent l’œuvre !

L’Ecume des jours, c’est aussi une histoire d’amour ; ou plutôt, deux histoires d’amour. Depuis le temps que je vous dis que ce n’est pas mon style … et pourtant, je ne cesse de vous parler d’histoires d’amour que j’ai adorées. Il faudrait que je précise : je n’aime que certains types d’histoires d’amour bien précis. Celui qui se trouve dans ce livre en fait partie. Colin et Chloé s’aiment éperdument, et la déchéance de ce couple m’a fait mal au cœur. La maladie vient faire irruption dans leur vie : symboliquement, on ne sait pas véritablement à quoi elle correspond, mais elle pourrit la vie des personnages. Le désespoir s’installe peu à peu, et le lecteur finit par douter : Chloé va-t-elle survivre ? Quant à l’histoire entre Alise et Chick, elle est elle aussi en danger, à cause d’un autre type de « maladie ». [SPOILER] En effet, la passion de Chick est plus qu’une passion : c’est une obsession. Elle devient de plus en plus envahissante, jusqu’à le consumer complètement. Il en oublie Alise, ses amis, tout le reste. L’argent n’est qu’un moyen pour lui d’acquérir plus d’objets liés à Jean-Sol Partre, et non d’améliorer sa vie. [FIN DU SPOILER]

Bémol : peut-être le fait qu’on se concentre exclusivement sur le point de vue masculin ? Certes, Alise est férue de Jean-Sol Partre, mais, au fil du roman, le lecteur a plutôt l’impression que c’est un léger intérêt, pas du tout une passion dévorante comme celle de Chick. Chloé, même si elle est très attachante, n’est pas un personnage très développé : elle est importante pour l’amour que Colin lui porte. Le roman reste focalisé sur lui, et sur la déchéance des personnages masculins. 

 

Donc, un très beau roman, qui se place sans doute parmi ceux qui m’ont le plus marquée.

 

12345...130
 

Baseball fans gather zone |
Eaudefiction |
Ici même |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Kpg1221gpk
| Elenaqin
| la saltarelle des baronnes