Redbluemoon

I found myself in Wonderland.

The Maze Runner, book 1 de James Dashner

Classé dans : Avis littéraires — 31 mars 2017 @ 12 h 04 min

Genre : Science-Fiction, JeunesseThe Maze Runner

Editeur : Chicken House

Année de sortie : 2013

Nombre de pages : 371

Synopsis : When the lift cranks open, the only thing Thomas remembers is his first name. But he’s not alone – an army of boys welcomes him to the Glade, an encampment at the centre of a terrible maze. The Gladers have no idea why they’re there, or what’s happened to the world outside. And following the arrival of a girl with a message, they must find a way out – or die.

 

Avis : Ce livre m’a été prêté plusieurs fois, il était temps que je le lise enfin !

Je suis un peu mitigée : d’un côté, je ne suis pas tout à fait d’accord avec le commentaire sur la couverture : « A must for fans of The Hunger Games« , d’abord parce que rien n’est comparable à cette série, le livre n’aurait pas été à la hauteur, et ensuite, parce que The Maze Runner ne lui ressemble pas. On ne peut pas lire ce livre avec The Hunger Games dans la tête, on serait déçu. Cela m’a plus fait penser à Matrix (que je n’ai jamais vu, mais il me semble que ça finit un peu dans le même genre). D’un autre côté, j’ai aimé l’univers, assez mystérieux, même si le lecteur devine un peu de quoi il retourne. L’idée du labyrinthe est assez originale. Mais, le fait que les garçons ne sachent rien, qu’ils soient livrés à eux-mêmes, cela m’a rappelé plusieurs autres livres/films : The Truman Show, par exemple, dans lequel le héros ne sait pas que sa vie toute entière est un mensonge, ou Divergente, les personnages ne savent pas qu’ils font partie d’une expérience. De plus, je n’ai pas aimé l’attitude des personnages, le fait qu’ils soient très lunatiques et qu’ils changent de comportement très rapidement : cela ne m’a pas semblé très cohérent, tout comme la vitesse à laquelle tout arrive : il y a beaucoup d’action, ce qui est très bien, mais tout se passe vraiment vite. Petite question : pourquoi une unique fille ? Cela aussi m’a paru assez étrange. L’écriture est normale, pas de focalisation interne, ce qui me semble plutôt rare en YA, mais ce n’est pas un mauvais point.

Je n’ai pas réussi à m’attacher aux personnages, excepté Chuck [SPOILER] dommage pour moi ! [FIN DU SPOILER] Thomas, le héros, se sent différent des autres dès qu’il arrive dans the Glade. Il sait qu’il est censé en savoir plus, alors qu’il ne se souvient de rien. C’est typiquement le personnage « élu », qui sait tout faire, qui comprend tout très vite, et qui gagne des échelons dans la hiérarchie rapidement. Je n’ai pas réussi à l’apprécier pleinement. Même chose pour Teresa : elle est mystérieuse, sans doute très intelligente, et elle active tout le mécanisme de la Fin. D’accord, mais je n’ai pas réussi à l’apprécier non plus. Elle ne m’est pas antipathique, elle me laisse juste indifférente. Le seul personnage que j’ai vraiment apprécier est Chuck, un petit garçon qui se rapproche de Thomas. Il est touchant, drôle, le stéréotype du petit frère qui ne veut pas montrer qu’il a peur ou qu’il a besoin du héros, ce qui le rend mignon. Parmi les autres garçons, Minho, Newt, Alby et Gally se détachent clairement, mais, encore une fois, pas d’attachement.

La fin est vraiment intéressante : le lecteur se rend compte que le deuxième tome [SPOILER] va représenter une nouvelle épreuve, que les personnages ne sont absolument pas sauvés de l’organisation qui les a placés dans le labyrinthe [FIN DU SPOILER]. Je lirai la suite, bien sûr, et j’espère qu’elle sera mieux !

 

Donc, un premier tome sympa, mais sans plus, qui laisse tout de même présager un meilleur deuxième volume !

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

Baseball fans gather zone |
Eaudefiction |
Ici même |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Kpg1221gpk
| Elenaqin
| la saltarelle des baronnes