Redbluemoon

I found myself in Wonderland.

Nos vies en l’air de Manon Fargetton

Posté : 24 septembre, 2019 @ 11:13 dans Avis littéraires, Coup de cœur | Pas de commentaires »

Genre : Contemporaine Nos vies en l'air

Editeur : Rageot

Année de sortie : 2019

Nombre de pages : 188

Synopsis : Mina et Océan. Ces deux-là se retrouvent par hasard sur le toit d’un immeuble parisien. Ils ont choisi le même spot, ce soir, pour en finir. Mais leur rencontre bouleverse ce projet : ils décident de s’accorder la nuit dans la ville, ensemble.

Une nuit comme un sursis. Une nuit où tout peut arriver. Une nuit rythmée par les défis, les échos du passé et la liberté vibrante de l’inconnu.

Jusqu’à l’aube, qui sera l’heure de la décision …

Le face-à-face saisissant, by night, de deux adolescents en quête d’eux-mêmes.

 

Avis : La première fois que j’ai vu ce livre, je n’ai pas eu envie de le lire. Pas parce que le résumé ne m’intéressait pas – je ne l’avais même pas lu – mais parce que je ne suis pas trop branchée contemporain jeunesse. Donc, je me suis tout de suite dit que ce livre n’était pas fait pour moi. Comme quoi, parfois, on peut être très bête et passer à côté de très bons livres !

J’ai lu ce livre d’une traite, sans m’arrêter – ou, en tout cas, sans avoir envie de m’arrêter – tant j’étais happée par l’histoire. J’avais envie d’entrer dans la vie d’Océan et Mina, de les comprendre, et surtout, de voir comment le livre allait se terminer – autant vous dire que j’avais mon idée sur la question et que je n’ai pas été surprise, mais je voulais tout de même voir la trajectoire de ces deux ados ! Et, pour une fois, je n’avais pas envie d’être surprise.

Comme pour L’Héritage des Rois-Passeurs et Les Illusions de Sav-Loar, j’ai adoré l’écriture de Manon Fargetton, tout en finesse, juste, et poétique parfois. J’ai aimé le sujet abordé : ce n’est vraiment pas facile de parler du suicide, surtout quand il touche les ados. L’autrice glisse quelques autres sujets de réflexion qui touchent au sexisme, au racisme, à l’anxiété et à la dépression ; mais, surtout, elle met en avant [SPOILER POTENTIEL pour ceux qui ne veulent rien savoir de l’histoire avant d’entrer dans le livre] le harcèlement scolaire et le deuil. Mina est la proie de camarades malveillants dans son lycée, quand Océan, lui, lutte pour sortir la tête de l’eau après la mort de sa mère.  [FIN DU SPOILER] Le problème de Mina est plus évident que celui d’Océan, qui reste un personnage assez mystérieux au début du roman. C’était vraiment douloureux de lire certains passages, et ce, dès le début. J’ai frissonné à certains moments, j’ai eu mal au cœur, et mal quand ils se faisaient mal ; c’est un roman assez intense, on a l’impression de se trouver à côté d’eux, de les suivre dans les rues de Paris, de nuit.

J’ai aimé la façon dont ce livre était raconté : Océan et Mina nous racontent leur histoire à la première personne – et j’ai adoré cette toute dernière scène !! On peut facilement se mettre dans la peau de l’ado, comprendre ce qu’il vit, et la raison pour laquelle il se sent acculé. Encore une fois, c’est douloureux à lire parfois : on a envie de les aider, de les secouer, de les serrer fort contre nous. Et ça donne aussi envie d’être plus vigilants, plus observateur. Et comme ça donne envie de vivre !!!!

Seul bémol pour moi : la fin. [SPOILER A PARTIR D’ICI] Autant j’ai adoré pour Océan, ça m’a réchauffé le cœur ; autant pour Mina, je reste complètement sur ma faim ! J’ai envie de savoir ce qui lui arrive !! C’est terriblement frustrant !! J’ai envie de savoir ce qui est arrivé à Tessa, si Alix est plus présente, si le harcèlement a cessé, si elle se sent mieux !! AAAAAH ! [FIN DU SPOILER]

 

Donc, un excellent roman, même si je reste sur ma faim !

 

Les Faucons de Raverra, tome 1 : La Sorcière captive

Posté : 14 août, 2019 @ 12:26 dans Avis littéraires | Pas de commentaires »

Genre : Fantasy Les Faucons de Raverra, tome 1 : La Sorcière captive

Editeur : Bragelonne (Big Bang)

Année de sortie : 2019 [2017]

Nombre de pages : 632

Titre en VO : Swords and Fire, book 1: The Tethered Mage

Synopsis : La magie est peu fréquente dans l’Empire raverrain. Ceux qui naissent avec ce pouvoir sont étroitement contrôlés : repérés dès l’enfance, ils se retrouvent enrôlés de force dans le régiment des Faucons.

Zaira a évité ce sort ; elle a grandi dans les rues en volant pour survivre et en dissimulant sa nature. Mais elle cache une magie rare et dangereuse, une magie qui pourrait menacer l’Empire tout entier.

Amalia Cornaro n’était pas destinée à devenir Fauconnière. Héritière d’une puissante famille, elle a été élevée dans le monde dangereux des machinations politiques. Mais le sort va réunir l’héritière et la sorcière en une alliance improbable. Alors que la menace de la guerre se profile, il pourrait suffire d’une étincelle pour transformer leur cité en un brasier incandescent …

 

Avis : Ce livre m’a été offert par une amie, et je la remercie encore parce que j’ai vraiment ADORE ce monde ! 

Je ne savais pas trop à quoi m’attendre en ouvrant ce livre, donc je suis entrée sans préjugés et sans idées préconçues – la meilleure façon de découvrir un livre sans doute ! Et c’était vraiment très bien ! J’ai aimé le premier chapitre qui m’a absorbée dans l’histoire ! Le décor est top, et m’a beaucoup fait penser à l’Italie, avec Raverra pour Venise ! L’univers est vraiment attirant, j’ai adoré le système de magie, je n’avais jamais lu un roman Fantasy qui en présentait un de ce type ! Mais, ce que j’ai préféré, ce sont les intrigues politiques ! Des petits ou de gros complots, une petite dose de secrets, de l’hypocrisie, et de l’assassinat ; on ne fait pas dans la dentelle en Eruvia ! Certains personnages meurent, d’autres manquent de mourir : le suspense est bien présent ! [SPOILER] J’ai adoré le moment où Amalia est prise d’une forte de conscience patriotique ; je pense que ce n’est possible que dans les romans Fantasy ; cela pourrait être ridicule dans un autre genre, avec moins d’enjeux ! [FIN DU SPOILER] La Contessa est au centre de ces intrigues, ce qui en fait un personnage qui m’est très chère, d’autant plus qu’elle est drapée dans les complots et le mystère ! Niveau personnages, j’ai aussi beaucoup aimé l’héroïne, Amalia ! Elle a conscience de l’importance de son rôle à venir dans la sphère politique, et elle ne laisse personne – à part sa mère, et encore – lui donner des ordres. Même si elle a quelques défauts, relevés par Zaira la plupart du temps, elle a aussi de belles qualités, et ses intentions sont louables. J’ai aimé sa force de caractère quand le besoin se fait sentir, et le fait qu’elle soit un peu comme sa mère, une main de fer dans un gant de velours !

Même la romance ne m’a pas dérangée ! Au début, j’ai eu peur, puisque je voyais les prémisses d’un triangle amoureux ; mais il disparaît rapidement, heureusement ! Il ne m’a semblé y voir de l’instalove non plus, autre chose que je n’aime pas du tout dans les romances ! Niveau rebondissements et surprises, j’ai été servie !! Je suis partie sur une fausse piste avec Aurore, avec qui je lisais ce roman, et je ne m’attendais pas à ce qui a fini par arriver ! La fin était intense, et c’était une vraie fin, sans grosse surprise qui vous donne envie de lire le tome 2 alors qu’il n’est pas sorti ! Pour autant, j’ai très envie de lire la suite !! Et j’ai adoré la dernière scène !

Quelques petits éléments négatifs pour moi : c’est devenu un peu long passée la moitié. J’ai trouvé que l’action stagnait, que plus rien n’avançait, et que les personnages se répétaient pas mal. Mais l’intrigue avance de nouveau ensuite, et plus rapidement ! Marcello est assez agaçant la plupart du temps : il se plaint énormément, il est assez pessimiste, et tente toujours de donner des ordres à Amalia. Je n’ai pas non plus aimé le personnage de Domenic, je ne sais pas vraiment pourquoi ; je ne le sentais pas ! Enfin, Zaira : son personnage est intriguant, mais elle est, elle aussi, assez agaçante à force. Il est clair qu’elle n’a pas envie d’être là où elle se trouve, mais elle finit par être lourde.


Donc, un très bon premier tome, j’ai vraiment hâte de lire la suite !

 

Fangirl de Rainbow Rowell

Posté : 14 juillet, 2019 @ 1:25 dans Avis littéraires, Coup de cœur | Pas de commentaires »

Genre : ContemporaineFangirl

Editeur : St. Martin’s Griffin

Année de sortie : 2015 [2013]

Nombre de pages : 446

Titre en français : Fangirl

Synopsis : A coming-of-age tale of fanfiction, family, and first love

Cath is a Simon Snow fan.

Okay, the whole world is a Simon Snow fan, but for Cath, being a fan is her life – and she’s really good at it. She and her twin sister, Wren, ensconced themselves in the Simon Snow series when they were just kids; it’s what got them through their mother leaving.

Reading. Rereading. Hanging out in Simon Snow forums, writing Simon Snow fanfiction, dressing up like the characters for every movie premiere.

Cath’s sister has mostly grown away from fandom, but Cath can’t let go. She doesn’t want to.

Now that they’re going to college, Wren has told Cath she doesn’t want to be roommates. Cath is on her own, completely outside of her comfort zone. She’s got a surly roommate with a charming, always-around boyfriend; a Fiction-Writing professor who thinks fanfiction is the end of the civilized world; a handsome classmate who only wants to talk about words… and she can’t stop worrying about her dad, who’s loving and fragile and has never really been alone.

For Cath, the question is: Can she do this? Can she make it without Wren holding her hand? Is she ready to start living her own life? And does she even want to move on if it means leaving Simon Snow behind?

 

Avis : Je ne lis pas énormément de contemporains, et encore moins des contemporains YA : ce n’est tout simplement pas mon style. Donc, j’appréhendais un peu cette lecture !

Je ne m’attendais pas du tout à être autant charmée par ce roman. J’ai été entraînée dans l’histoire, j’étais avec les personnages, j’ai (pratiquement) tout aimé !

Je vais commencer par vous parler de ce que je n’ai pas tellement apprécié, histoire de laisser le négatif de côté ensuite ! Je n’ai pas compris l’utilisation d’un procédé dans le roman parce qu’il n’est utilisé qu’une seule fois : le narrateur raconte un dialogue entre Cath et Levi, et Cath commente le choix de verbes du narrateur. C’était très étrange, et incohérent par rapport à tout le reste de la narration. J’ai trouvé certaines scènes amoureuses très gênantes ! Et enfin, je n’ai pas été séduite par la fin : le roman me semble presque inachevé à vrai dire, c’est assez frustrant ! Je m’attendais à quelque chose d’autre.

Pour autant, tout cela n’a pas suffi à déprécier Fangirl à mes yeux ! J’ai tout aimé, même la romance qui, d’ordinaire, ne me séduit pas ! Ici, j’avais vraiment envie que les personnages se mettent ensemble, j’avais envie qu’ils avancent, j’étais à fond derrière eux ! J’ai adoré le décor : l’histoire se passe majoritairement à l’université, et j’aime beaucoup les romans de ce genre – ce qui explique, en partie, pourquoi j’adore The Secret History (Le Maître des illusions) et les Fantasy dans lesquels on trouve des académies magiques ! Les relations entre les personnages étaient parfois très maladroites, parfois très drôles : c’est le cas entre Wren et Cath, qui sont visiblement complémentaires et fusionnelles, mais qui ne savent pas toujours comment se faire comprendre de l’autre. J’ai adoré leur père ! J’ai adoré le fait qu’elles soient jumelles !! J’ai tout aimé !!

J’ai aimé le traitement de la fandom ; j’ai lu que certains lecteurs s’attendaient à ce que ce soit plus mis en avant, à ce que ce soit, peut-être, le centre du roman. Mais j’ai plus l’impression que Fangirl est une histoire du genre : « Comment avancer dans la vie tout en restant une fan, et ne pas se laisser consumer par la fandom, comme on pourrait le faire au lycée ». J’ai aimé que ce ne soit pas un roman qui dénigre les fandom, mais qui le met en avant tout en rappelant qu’il est important de vivre aussi dans la « vraie » vie ! La fandom est un moyen pour Cath de se protéger du monde et des autres, en quelque sorte ; j’ai adoré qu’elle s’ouvre peu à peu, tout en restant la même au fond. J’ai aimé la façon qu’a l’autrice de traiter de troubles mentaux et/ou psychologiques, comme la dépression, l’anxiété ou l’alcoolisme. Je me suis énormément identifiée à Cath à certains moments – c’était quasi magique ! – ; à d’autres, j’ai reconnu certains de mes proches en elle ! Enfin, j’ai adoré les moments consacrés à l’écriture de fiction, et les parties des romans Simon Snow, ou de la fanfiction qu’écrit Cath. J’ai entendu dire que ces bribes d’œuvres pouvaient être agaçantes, mais ce n’est pas comme ça que je les ai vues. Au contraire, elles m’ont donné très envie de lire Carry On ! Et de relire Harry Potter !

Ce livre est aussi un condensé d’émotions diverses : indignation, tristesse, empathie, joie. [SPOILER] J’étais folle de rage contre Nick pour avoir volé l’histoire de Cath !! Je savais qu’il voulait faire un truc du genre, et je m’attendais à ce que le professeur reconnaisse l’écriture de Cath ! Quelle magnifique scène, quand Cath remballe Nick devant tous ses proches, et qu’ils font une sorte de barrière entre elle et lui pour la protéger, si jamais elle a besoin d’aide ! [FIN DU SPOILER] A la fin, je voulais que tous ces personnages soient heureux … et un deuxième tome, pour les suivre à nouveau l’année suivante ! Ce livre n’existe pas et, quelque part, heureusement ; peut-être qu’il aurait été moins bon que Fangirl, et donc, j’aurais été déçue. Ce n’est donc pas plus mal !

 

Donc, une très belle surprise, un beau coup de cœur !

Pretty Little Liars, book 0.5: Ali’s Pretty Little Lies de Sara Shepard

Posté : 11 juillet, 2019 @ 3:09 dans Avis littéraires | Pas de commentaires »

Genre : Thriller, YAAli's Pretty Little Lies

Editeur : HarperTeen

Année de sortie : 2014 [2013]

Nombre de pages : 290

Titre en français : Pas encore traduit

Synopsis : THE LIE THAT STARTED IT ALL.

Before there was A, there was Alison DiLaurentis. Boys wanted to date her, girls wanted to be her, and somebody wanted her dead…

It’s the end of seventh grade, and Alison DiLaurentis and her friends are the girls of Rosewood Day. Ali runs her clique with an iron fist, and she’s got enough dirt on Hanna, Emily, Aria and Spencer to keep them in line. But Ali’s hiding a dark secret of her own, something so huge it would destroy everything if it ever got out. She’s desperate to keep the perfect life she’s worked so hard to build, but in Rosewood deadly secrets have deadly consequences…

Set in the weeks leading up to Ali’s murder, this special Pretty Little Liars tale is told by the prettiest little liar of all: Ali herself. For the first time ever, we see how the mystery began… and how Alison DiLaurentis’s life ended.

 

Avis : Ce livre m’a été offert à Noël … en 2015 ! J’ai mis presque 4 ans à le lire !!

Alors. Je ne savais pas que ce livre allait me spoiler la série tout entière, et ce, dès la toute première phrase du roman. Youpi. Puis, j’ai lu des chroniques de ce livre, histoire de voir quand je devais le lire exactement, et je me suis fait spoiler la fin du roman. Génial. Vous pouvez imaginer comme j’étais ravie, moi qui ADORE les spoilers n’est-ce pas ? (moi, agacée ? NOOOOOOON) J’ai tout de même décidé de poursuivre la lecture mais, sachez-le : NE LISEZ PAS CE LIVRE COMME PREQUEL DE LA SERIE, LISEZ-LE APRES L’AVOIR TERMINEE !

Et pourtant j’ai beaucoup aimé ! J’ai été emportée dans la vie d’Ali, et je dois dire qu’elle m’a souvent mise mal à l’aise ! J’aime toujours autant le style de l’autrice, le fait qu’elle nous place dans la tête de ses personnages tout en écrivant à la troisième personne. Et, pour une fois, j’ai aimé aussi la rétention d’informations parce qu’il me reste donc UN secret à découvrir en lisant la série !! Que je continuerai donc à lire !!

J’aime toujours autant les filles, Aria, Emily, Spencer et Hanna, même si on se concentre sur Ali ici. Et, en un sens, j’ai aussi apprécié Ali. Elle est affreuse, vraiment horrible avec les gens autour d’elle ; mais cela s’explique un peu : [SPOILER] comment réagirait-on si on nous enfermait dans un asile à cause de notre sœur vraiment folle ? [FIN DU SPOILER] Mais, il y a tout de même quelque chose que je ne comprends pas : [SPOILER] je comprends qu’elle doit le plus possible ressembler à sa sœur ; mais pourquoi être affreuse avec ses amies ? Ali ne les connaissait pas quand elle était là, donc elles ne savent pas comment Ali doit se comporter. Elle aurait pu être gentille. Et aussi, éventuellement, chercher de l’aide auprès de son frère peut-être ? [FIN DU SPOILER] Son attitude avec ses amies … j’avais envie de la gifler ou de la secouer ! [SPOILER] Mais, on peut supposer qu’elle a développé un trouble mental à cause de toutes ces années qu’elle a passées enfermée. Elle veut tellement être aimée, être indispensable, être unique, désirée. Donc elle ne peut pas supporter que ses amies s’éloignent d’elle, et elle ne comprend pas que son attitude est problématique parce qu’elle répète à plusieurs reprises que c’est comme ça que les meilleures amies agissent les unes avec les autres. Elle veut être le centre du monde. En un sens, elle est véritablement devenue sa sœur : elle veut toute l’attention, et elle est devenue toxique pour les gens autour d’elle. [FIN DU SPOILER]

Une autre chose que je ne comprends pas : les parents. Sérieusement, ils sont tellement irresponsables, et font des choses qui blessent terriblement leurs enfants !! Je ne parle pas d’adultère, c’est une autre question. Je parle de choses qu’ils font à leurs enfants directement. [SPOILER] Enfermer une de leurs filles parce que l’autre a dit qu’elle était folle, alors qu’elle est manipulatrice ? Ne pas se rendre compte de l’échange d’enfants ? Ne pas surveiller ladite fille folle quand elle revient à la maison ? Être tellement dur avec ses enfants qu’ils n’osent pas venir vous voir quand ils ont un problème ? Mener à la mort d’un de ses enfants ?!! [FIN DU SPOILER] J’ai quasi l’impression qu’ils sont inutiles dans cette série !

Enfin, ce livre m’a mise très mal à l’aise. Vraiment. [SPOILER] Voir Ali si peu sûre d’elle, si furieuse avec ses amies, au point de vouloir les blesser parce qu’elle se sent mal, et se sentir coupable parfois après coup, c’était pénible à lire ! Et cette dernière scène !! Je savais que ça venait mais WOW, je me suis sentie tellement mal quand elle meurt ! C’était affreux !! Autre chose qui me met mal à l’aise : l’attitude d’Ali et le fait que, comme je l’ai dit plus haut, elle semble véritablement devenir sa sœur. J’adore ce thème du double, du Doppleganger, mais wow, c’était effrayant dans un autre contexte que le gothique ! Et elle comprend elle-même tout ça quand elle pense que ce sont ses parents qui ont fait d’elle ce qu’elle est actuellement, une garce, une personne capable de blesser les gens qu’elle aime juste pour se sentir mieux. Ah, l’importance de l’éducation des parents … [FIN DU SPOILER] Comme c’est triste !!

Le dernier chapitre était excellent, et révèle tout, sauf un dernier secret qu’il me reste à chasser dans la série ! Je continuerai donc avec Unbelievable, le tome 4 !


Donc, un très bon préquel, mais qui devrait porter la mention « A lire à la fin ! » !

Pretty Little Liars, book 3: Perfect de Sara Shepard

Posté : 17 juin, 2019 @ 12:05 dans Avis littéraires | Pas de commentaires »

Genre : Thriller, YAPerfect 

Editeur : HarperTeen

Année de sortie : 2008 [2007]

Nombre de pages : 298

Titre en français : Les Menteuses, tome 3 : Rumeurs

Synopsis : In Rosewood, Pennsylvania, four perfect-looking girls aren’t nearly as perfect as they seem.

Aria can’t resist her forbidden ex. Hanna is on the verge of losing her BFF. Emily is freaking out over a simple kiss. And Spencer can’t keep her hands off anything that belongs to her sister. 

Lucky me. I know these pretty little liars better than they know themselves. But it’s hard keeping all of their secrets to myself. They better do as I say … or else!

- A

 

Avis : Je devais lire ce livre il y a presque deux ans – je lisais un Pretty Little Liars par an, en août ! Résultat, je l’ai lu pendant les oraux !!

J’ai eu beaucoup plus envie de lire pour me détendre en lisant Perfect qu’en lisant Belgravia de Julian Fellowes ! J’ai eu un peu de mal au début, je dois l’admettre : cela me hérissait le poil de lire « Untel porte telle marque, untel porte telle marque, oh, et untel et son sac de telle marque » : je me fiche pas mal de ce genre de choses, mais c’est le milieu dans lequel les personnages évoluent, donc il a fallu faire avec ! Mais, rapidement, j’ai retrouvé ce que j’aime dans cette série : la profondeur sous les apparences ! Toutes ces filles ne sont pas ce qu’elles semblent être, et j’aime les découvrir vraiment – ce qui ne veut pas dire que je me range du côté de A, bien sûr, mais que j’aime découvrir leurs pensées, qui elles sont au fond, comparé à ce qu’elles montrent aux autres personnages.

Je suis assez attachée à toutes les filles, Aria étant ma préférée, sans doute parce qu’elle est la littéraire du « groupe » ! Toutes cachent quelque chose, et ont peur pour leur réputation ou celle de leur famille/leurs proches ! Bien sûr, souvent, les choses dégénèrent, elles font des erreurs, et cela mène à la catastrophe. Il est encore plus clair ici, j’ai l’impression – ou c’est juste parce que cela fait longtemps que j’ai lu les tomes précédents ! –, que c’est plus qu’un jeu entre A et les filles : cela menace leur vie même à un moment donné ! J’aime tellement ces filles que j’en viens à aimer la romance dans cette série !! J’aime certains couples qui se forment, ou qui sont déjà formés ans les volumes précédents. J’aime également découvrir leur famille, toutes dysfonctionnelles bien sûr ! Autre « trope »/sous-genre que j’aime : le drame familial ! C’est intéressant à lire, rien que pour voir comment les choses évoluent, comment les alliances se forment, se déforment, comment tout peut s’arranger, ou non !

Comme dans les deux premiers livres, l’auteur touche à des thèmes assez lourds : évidemment, le meurtre, mais aussi l’anxiété, l’homophobie, la grossophobie, l’exclusion familiale et sociale, l’humiliation publique, l’adultère, etc. Les messages sociaux reçus sont, en général, mauvais, et le lecteur est amené à le comprendre à travers les filles et leur mal-être.

A un moment donné, le livre devient, en quelque sorte, captivant, et JE VEUX ABSOLUMENT SAVOIR CE QUI VA ARRIVER, CE QUI EST ARRIVE, ET QUI EST CE FOUTU A !!! Bon, je devine que je ne le saurais pas avant un bon moment, étant donné que la série comporte seize tomes ! Je ne lui en veux pas pour le moment – je dis bien, pour le moment, parce que je déteste la rétention d’informations, comme ce qu’on voit à la fin de ce tome !! –, notamment parce que ces livres sont rapides à lire !

La fin était … wow ! Je ne m’y attendais honnêtement pas ! Et, malheureusement, je n’ai pas le tome 4, donc je vais devoir attendre un peu avant de lire la suite ! Mais, je pense que Pretty Little Liars est une bonne série à binge-read en été !

Dernière remarque avant d’achever : j’ai vraiment très envie que les filles forment un groupe à un moment donné ! Il ne manquerait plus que ce trope pour que j’adore vraiment ! J’espère que cela va arriver dans Unbelievable, mais je n’y crois pas trop ! Hâte de le lire quand même !!

 

Donc, un bon tome, qui emporte le lecteur à Rosewood, le pousse à se poser des tas de questions, et le laisse sur le bas-côté de la route, sans réponses, et sans le tome suivant !

 

1...34567...20
 

Baseball fans gather zone |
Eaudefiction |
Ici même |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Kpg1221gpk
| Elenaqin
| la saltarelle des baronnes