Redbluemoon

I found myself in Wonderland.

Demandez-leur la lune d’Isabelle Pandazopoulos

Posté : 3 avril, 2020 @ 2:17 dans Avis littéraires, Coup de cœur | Pas de commentaires »

Genre : Contemporaine, YADemandez-leur la lune

Editeur : Gallimard (Scripto)

Année de sortie : 2020

Nombre de pages : 204

Synopsis : Pour Lilou, Samantha, Bastien et Farouk, le passage en seconde générale vient d’être refusé. Dans un de ces coins de France où même Internet ne passe pas, de quel avenir peuvent-ils rêver ? C’est alors qu’Agathe Fortin croise leur route. Jeune prof de français passionnée, elle propose de les préparer à un concours d’éloquence. C’est la première fois que quelqu’un croit en eux.

 

Avis : Je ne connaissais pas l’existence de ce livre avant qu’il me soit offert par mon amie Aurore ; je la remercie à nouveau !

Après avoir fini My Dark Vanessa, je vous laisse imaginer mon état : complètement déprimée. J’avais besoin d’un rayon de soleil dans toute cette noirceur : est alors arrivé Demandez-leur la lune ! Quatre adolescents vont être inscrits à un concours d’éloquence par leur professeure de français. En tant qu’élève, j’ai participé à des concours d’éloquence ; en tant que professeure, je ne peux qu’imaginer la patience qu’il faut pour motiver les élèves. Mais alors, quand ils sont en échec scolaire et ne veulent pas s’inscrire à l’origine …

Dès le premier chapitre, ce roman m’a happée. Je me suis sentie à la fois proche des élèves, dont le lecteur a le point de vue, et d’Agatha Fortin, la professeure – forcément, c’est mon métier, comment ne pas me sentir proche d’elle ? La fin, notamment, m’a semblé vraiment juste en ce qui la concerne : [SPOILER] elle a aidé ses élèves, elle a été là pour eux quoi qu’il leur arrive et elle s’efface à la fin, elle sort de leur vie, comme avec tous les autres élèves qu’elle a eus avant. Quelle tristesse tout de même, mais une tristesse douce parce que le lecteur sait qu’elle a réussi et qu’elle les laisse en meilleur état qu’elle ne les a trouvés ! [FIN DU SPOILER]. Lilou, Samantha, Bastien et Farouk sont tous touchants à leur manière, sont tous blessés par un élément de leur passé ou de leur vie qui les hante et les empêche d’avancer. Ces adolescents permettent à l’autrice d’aborder quatre thèmes tout à fait différents : je trouve que c’est un risque, en si peu de pages, de vouloir évoquer des sujets aussi complexes et importants. Pourtant, l’autrice s’en tire avec brio : le lecteur est ému, la situation des quatre adolescents le fait réfléchir, le pousse à se rendre compte de ses préjugés et à les dépasser.

[SPOILER] Il fallait, en effet, du courage pour oser traiter de maladie mentale avec la mère de Samantha, de terrorisme avec le frère de Lilou, d’héritage avec Bastien et de migrants avec Farouk. Certaines scènes sont difficiles à lire : la mère de Samantha qui se met à délirer devant tous les parents d’élèves, le lecteur sachant très bien que cela va arriver puisque Samantha a vu des signes avant-coureurs mais est incapable de faire quoi que ce soit pour aider sa mère. Le moment où le titre de séjour de Farouk arrive à expiration et où il est incapable d’expliquer pourquoi il doit rester sans mettre en danger sa famille en Turquie. La fugue de Bastien qui veut continuer à aller à l’école alors que son père lui dit que cela ne sert à rien étant donné qu’il doit reprendre son entreprise. L’isolement de Lilou et sa famille de la communauté parce que son frère est parti faire le djihad en Syrie. Toutes ces situations sont émouvantes et bien traitées par l’autrice : sans rajouts, sans tire-larmes – même si j’ai pleuré, évidemment ! [FIN DU SPOILER]

Restent à louer l’écriture, que j’ai trouvé d’excellente qualité, et le fait que ce roman est très inspirant. Il me rappelle pourquoi j’ai choisi ce métier, pourquoi je l’aime et pourquoi je vais continuer à l’exercer ! 

 

Donc, une petite pépite qui fait pleurer et rire en 200 pages ! 

Carry On de Rainbow Rowell

Posté : 20 février, 2020 @ 3:34 dans Avis littéraires | Pas de commentaires »

Genre : Fantasy, YACarry On

Editeur : MacMillan

Année de sortie : 2015

Nombre de pages : 517

Titre VF : Carry on

Synopsis : Simon Snow is the worst chosen one who’s ever been chosen.

That’s what his roommate, Baz, says. And Baz might be evil and a vampire and a complete git, but he’s probably right.

Half the time, Simon can’t even make his wand work, and the other half, he sets something on fire. His mentor’s avoiding him, his girlfriend broke up with him, and there’s a magic-eating monster running around wearing Simon’s face. Baz would be having a field day with all this, if he were here—it’s their last year at the Watford School of Magicks, and Simon’s infuriating nemesis didn’t even bother to show up.

Carry On is a ghost story, a love story, a mystery and a melodrama. It has just as much kissing and talking as you’d expect from a Rainbow Rowell story—but far, far more monsters.

 

Avis : J’ai lu Fangirl l’année dernière, et ce roman m’avait donné très envie de tenter Carry On, la fanfiction qu’écrit Kat !

Je n’ai jamais lu de fan-fiction, et je ne pensais pas le faire ; pas de raison particulière à cela, cela ne m’attire simplement pas – excepté quand je suis ENERVEE par une fin telle que celle de Rise of the Skywalker bien sûr ! Donc je ne savais pas du tout si j’allais apprécier Carry On, étant donné que c’était, à l’origine, une fan-fiction Harry Potter. J’ai tout aimé dans Fangirl, je me suis donc dit que je me lancerais un jour dans Carry On pour retrouver Simon et Baz !

J’ai vraiment beaucoup apprécié cette lecture ! J’ai vu ce roman comme clairement séparé de Harry Potter ; je sais que c’est inspiré, c’est d’ailleurs facile à déceler dès le début, mais j’y ai aussi vu de grosses divergences qui permettent à ce livre de tenir seul – probablement, et en grande partie, parce que [SPOILER] je n’ai jamais cru en Drary ! Cela n’a jamais été quelque chose de concret pour moi, je n’ai jamais réussi à adhérer à l’idée. [FIN DU SPOILER] Il y a aussi d’énormes similitudes [SPOILER] Simon est un orphelin, qui a vécu parmi les Normaux. Il n’a aucune idée de ses capacités magiques avant que le Mage vienne le chercher. Cet homme devient son mentor – un équivalent plus jeune de Dumbledore, mais cet homme est aussi plus machiavélique, ou c’est une autre version du directeur de Poudlard. Simon a deux sidekicks, Penelope et Agatha. La première ressemble énormément à Hermione. Baz est un équivalent de Draco Malefoy, mais avec quelques différences non négligeables. Il y en a d’autres encore, mais je ne vais pas toutes les lister ici ! [FIN DU SPOILER] Bien sûr, malgré les similitudes, je le répète, Carry On est un roman à part entière !

Une des raisons principales pour laquelle j’ai aimé ce roman : Baz. J’ai vraiment adoré ce personnage, et j’ai été heureuse de découvrir, au fil des pages, que l’autrice avait écrit un roman à points de vue multiples, ce qui nous permet de nous glisser dans sa vision des choses ! J’aime beaucoup sa personnalité, son côté mélancolique/torturé [SPOILER] qui vient sans doute du fait qu’il est un vampire ! [FIN DU SPOILER] et le fait qu’il cache cette partie de lui-même à tout le monde, et surtout à son colocataire, Simon ! Un autre de mes personnages préférés : Penelope[SPOILER] Excellent mix entre Hermione Granger (le cerveau et les livres) et Ron Weasley (la grande famille et le frère qui travaille pour le Mage) ! [FIN DU SPOILER] Elle est excellente, et, clairement, Simon serait perdu sans elle ! J’ai adoré leur relation [SPOILER] qui prouve qu’on peut avoir un garçon et une fille dans un même livre sans que ceux-ci tombent automatiquement amoureux ! [FIN DU SPOILER] 

J’ai également beaucoup aimé le fait qu’on se trouve dans une école de magie (BIEN SUR !) et j’étais ravie d’avoir une carte sur les endpages de mon édition ! Watford est clairement un autre Poudlard, un autre rêve pour les Moldus rêvant d’être sorciers/magiciens ! J’aime beaucoup la façon dont c’est organisé, avec les quartiers des filles, ceux des garçons – non que cela en arrête certains ! -, la Chapelle, les bois. J’adore l’architecture « atypique » de cette école, installée dans un ancien monastère – c’est avec ce livre que je me suis rendu compte que j’aimais particulièrement ce décor ! Ebb m’a clairement fait penser à Hagrid (bien sûr !), mais elle est tout à fait son opposée !

J’ai beaucoup aimé l’originalité d’une partie de la fin : [SPOILER] découvrir que l’Elu est aussi la plus grande menace pour le Monde des Magiciens : c’est excellent ! [FIN DU SPOILER] Je pense que je n’ai pas encore lu ce genre de twist auparavant ! [SPOILER] On peut aussi y voir une légère ressemblance avec HP : Harry, en quelque sorte, est lui aussi une menace pour le monde des sorciers : s’il reste en vie, Voldemort ne peut pas mourir. Donc, lui aussi doit détruire cette dangereuse part de lui-même. [FIN DU SPOILER] Seul problème : j’avais deviné tous les autres rebondissements – mais cela n’a pas gâché ma lecture pour autant. [SPOILER] Je savais la véritable identité du Mage, celle des parents de Simon ; je me doutais qui faisait disparaître la magie (Simon lui-même), même si je ne savais ni pourquoi ni comment. Je savais aussi que c’était le Mage qui avait permis aux vampires d’entrer dans l’école – son seul véritable ennemi étant la mère de Baz après tout ! [FIN DU SPOILER] 

Concernant la romance … eh bien, visiblement, j’aime la romance M/M davantage que la romance F/M ! Cela me dérange moins, m’agace moins, et j’étais à 100% pour qu’ils se mettent ensemble !

Maintenant, ce que j’ai moins apprécié :

Simon : il était assez agaçant, et parfois même insupportable. Il m’a fait penser à Harry dans L’Ordre du phénix ! Je me suis peu à peu attachée à lui, mais surtout grâce à Baz et Penelope : ils font ressortir le meilleur en lui !

- quelques passages gênants : les mêmes que dans Fangirl lors de scènes romantiques ! Par exemple : ai-je vraiment besoin de commentaires sur la bave lorsque deux personnages s’embrassent ? Mmmm, non.

la fin : pas entièrement, mais en partie. D’abord, [SPOILER] j’ai été déçue que Simon perde sa magie. Cela ne me semblait pas … dans l’ordre des choses. Mais ce n’est pas le pire. Le pire, c’est la mort du Mage. Je ne la comprends pas du tout ! Elle semblait irréelle, impossible. Tout arrive trop vite, et … trop facilement je suppose ? Cela ne faisait pas sens pour moi ! Et j’ai aussi été déçue que Simon ne connaisse pas sa propre histoire à la fin ! [FIN DU SPOILER]

 

Donc, un très bon moment, je lirai la suite dès que possible ! 

Ruin & Rising de Leigh Bardugo

Posté : 17 février, 2020 @ 1:12 dans Avis littéraires | Pas de commentaires »

Genre : Fantasy, YARuin & Rising

Editeur : Orion

Année de sortie : 2018 [2014]

Nombre de pages : 350

Titre en VF : Grisha, tome 3 : L’Oiseau de feu

Synopsis : SOLDIER. SUMMONER. SAINT.

For Alina Starkov, time is running out. The Darkling rules from his shadow throne while she, broken by their previous battle, is under the dubious protection of the zealots who worship her as a Saint. And as Alina convalesces she must also battle her conflicted feelings for the Darkling and her beloved Mal.

Her last hopes lie with the magic of a long-vanished ancient creature and the chance that an outlaw prince still survives.

As her allies and enemies race toward war, only Alina stands between her country and a rising tide of darkness that could destroy the world.

 

Avis : Première série terminée cette année !!

Je ne savais pas trop quoi penser après avoir terminé Ruin and Rising. Je n’ai pas détesté, mais je n’ai pas adoré : j’étais un peu confuse. Je vais donc tenter d’expliquer ce que j’ai pensé de ce dernier tome de la série Grisha !

 

D’abord, le positif !

J’étais ravie d’être de retour à Ravka, ravie de retrouver certains personnages[SPOILER] Nikolaï est devenu petit à petit un de mes personnages préférés, j’ai été heureuse qu’il soit dans ce tome ! Je ne m’attendais pas du tout à ce qui lui est arrivé : c’était assez original ! Malgré tout, j’étais contente qu’il continue à apparaître ; j’aurais été triste que son histoire soit terminée ou mise en suspens juste après cette métamorphose ! [FIN DU SPOILER] J’aime toujours beaucoup Tamar et Tolia, et j’étais heureuse de me retrouver à nouveau avec eux dans le groupe. Je me suis aussi rendu compte que j’avais appris à aimer Zoya ! Autre chose à noter niveau personnages : Mal est moins agaçant dans ce dernier tome que dans les précédents, et il n’est pas le centre de l’attention – même si Alina continue à énormément penser à lui ! Donc, il ne ruine pas le livre cette fois !

J’ai aimé les rebondissements, même si [SPOILER] comment expliquer que le Darkling ne sache pas que Mal est un amplifier ? C’était clairement ce que Baghra tentait de dire à Alina : pourquoi n’a-t-elle pas insisté par la suite ? [FIN DU SPOILER] J’ai adoré être prise dans une quête au sein d’un petit groupe soudé, et j’ai adoré qu’Alina ait à jouer un rôle depuis le tome 2 : elle est une Sainte pour le peuple qui croit en elle, même si, en réalité, elle n’est qu’une jeune femme effrayée la majeure partie du temps. L’aspect religieux est lui aussi intéressant : j’ai aimé voir « l’envers du décor » !

 

Mais 

Je n’ai rien ressenti, pas de douleur pour les personnages, pas de tristesse pour eux, excepté pour le Darkling et un autre personnage. Je n’ai pas été happée par l’histoire, parce que mes personnages préférés étaient seulement secondaires. Le Darkling n’est pas très présent, et le lecteur n’apprend pas grand-chose de lui – excepté son nom.

[SPOILER] Etant donné que l’on reste exclusivement focalisé sur le point de vue d’Alina, on ne sait pas ce qu’il pense vraiment, comment il pense, comment il se sent, ce qu’il se passe dans sa tête, et, surtout, la vérité sur lui. Reste-t-il de l’amour pour Alina ? Personnellement, je ne le pense pas : il est attiré par elle parce qu’elle est unique, comme lui. Il la voit comme son double, son alter ego, quelqu’un comme lui. Quand elle perd son pouvoir, elle n’est plus rien. Et, en même temps, quand il meurt, on dirait qu’il a besoin d’elle, qu’il ne veut pas mourir seul. Honnêtement, il est le personnage le plus intéressant – si on excepte Nikolaï – donc pourquoi en écrire si peu sur lui ? Et POURQUOI UNE TELLE FIN ? J’ai été TELLEMENT DÉÇUE par sa mort ! Tué avec un coup dans le cœur ? SERIEUSEMENT ?! Même lui ne pouvait pas y croire ! Fallait-il d’ailleurs vraiment qu’il meurt ? Pourquoi Alina montre-t-elle de la réticence à tuer tout le monde, sauf lui ?! ça m’a tellement déçue que j’en ai oublié d’être triste quand c’est arrivé ! [FIN DU SPOILER] 

Autre chose qui m’a agacée, mais à propos de Mal cette fois – il ne pouvait pas être parfait, évidemment ! 

[SPOILER] Je l’avoue, j’étais « contente » de voir que Mal devait mourir. Et, effectivement, il meurt. Mais pourquoi ne peut-il pas rester mort ?!! Si j’ai bien compris, pour qu’un amplifier fonctionne, le Grisha doit porter les os de celui qui avait ce « pouvoir » : on n’arrive même pas à cette partie ! Et, comme je l’ai vu dans une autre chronique, tous les membres importants du groupe restent en vie. Alors, oui, c’est génial, pas de larmes, mais c’est aussi peu vraisemblable. Dans une guerre, des gens meurent, et la vie ne décide pas d’épargner les « personnages principaux ». Il n’y a donc pas de véritable perte triste à la fin de ce tome, excepté le Darkling, que seule Alina pleure. J’ai eu une impression de facilité – mais peut-être suis-je trop habituée à Martin et sa cruauté envers ses personnages ? Peut-être suis-je en manque de Fantasy dans lesquelles les personnages meurent vraiment, sans ressusciter ? J’ai l’impression que Ruin and Rising tombe dans la catégorie : « je n’ai pas osé tuer mes personnages principaux, parce que je voulais une fin heureuse, parce que c’est du YA ». Cette fin m’a fait penser à Gemina [SPOILER] quand Nik – il me semble que c’est son prénom, meurt, mais, en fait, non, il revient grâce à la théorie Gemina ou quelque chose de ce genre … Trop facile ! [FIN DU SPOILER] Pourquoi les personnages qui meurent dans les romans YA ne restent-ils pas morts ? La mort fait partie de la vie, même pour les enfants, les ados, et les jeunes adultes. Je pense que je n’ai lu qu’un seul roman dans lequel le personnage principal meurt, et j’ai été une des seules à aimer justement pour cette raison, parce que c’était original ! Donc, trop facile que Mal ressuscite ! J’aurais préféré que ce soit le Darkling !! [FIN DU SPOILER] 

Je ne sais pas trop ce que je pense de la fin … 

[SPOILER] En un sens, elle est parfaite : la plupart des membres du groupe sont sains et saufs, et peuvent vivre leur vie comme ils l’entendent, sans la menace du Darkling au-dessus de leur tête. Alina et Mal sont ensemble, et peuvent faire ce qu’ils veulent de leur vie – ici, en l’occurrence, rebâtir Keramzin et y accueillir des orphelins – ; mais ils ont tous les deux perdu leur pouvoir, quelque chose qu’ils vont regretter toute leur vie, comme un vide impossible à remplir en eux. Ils voient toujours leurs amis, Nikolaï, Zoya, Genya et David, qui viennent leur rendre visite à Keramzin. Une vraie fin heureuse. Mais, j’étais à la fois contente et … insatisfaite. Trop facile, malgré les pertes. [FIN DU SPOILER]

 

Donc, je suis globalement déçue par cette fin, mais c’est un monde qui va rester avec moi encore un moment.

The Shadow & Bone Trilogy, book 2: Siege and Storm de Leigh Bardugo

Posté : 9 février, 2020 @ 1:04 dans Avis littéraires | Pas de commentaires »

Genre : Fantasy, YASiege & Storm

Editeur : Orion

Année de sortie : 2018 [2013]

Nombre de pages : 381

Titre en VF : Grisha, tome 2 : Le Dragon de glace

Synopsis : SOLDIER. SUMMONER. SAINT.

Alina Starkov’s power has grown, but not without a price. She is the Sun Summoner – hunted across the True Sea, haunted by the lives she’s taken. But she and her bes friend Mal can’t outrun her enemies for long.

The Darkling is determined to claim Alina’s magic and use it to take the Ravkan throne. With nowhere else to turn, Alina enlists the help of an infamous privateer and sets out to lead the Grisha army.

But as the truth of Alina’s destiny unfolds, she slips deeper into the Darkling’s deadly game of forbidden magic. To save her country, Alina will have to choose between her power and the man she loves. No victory can come without sacrifice – and only she can face the oncoming storm.

 

Avis : Cette année, j’ai décidé de tenter de lire mes séries à la suite ; j’ai l’impression que c’est la meilleure manière pour moi de les savourer !

J’aime toujours autant l’univers, le décor et la magie : l’atmosphère est toujours agréable, et le monde, intéressant à découvrir. J’ai adoré [SPOILER] qu’Alina décide de – et parvient à ! – brouiller les frontières entre les différents Grisha, pour que se mêlent peu à peu Materialki, Etherialki et Corporalki ! J’étais également ravie de retrouver le Petit Palais (je suppose que c’est son nom en français ?)! [FIN DU SPOILER] J’ai également aimé l’écriture, parfois très belle à certains moments !

Passons aux personnages. J’aime toujours beaucoup le Darkling, il fait un très bon antagoniste ; mais j’aurais aimé le voir plus souvent ! J’ai été ravie de rencontrer Nikolaï – ce qui m’a donné envie de lire King of Scars ! – c’est un personnage fascinant ! Comme le Darkling, il est complexe, et cache ses faiblesses derrière sa confiance en soi. Il est intelligent et il a pris l’habitude de porter un masque auprès de tous ceux qui l’entourent. J’ai hâte de les retrouver tous les deux dans le tome suivant ! Dans ce tome, j’ai également beaucoup aimé Tamar et Tolya ! Ils semblent durs, mais cachent une nature dévouée. Dernière chose que j’ai adoré à propos des personnages : ils ne sont pas manichéens. Ce ne sont ni des anges ni des démons : ils ont tous le potentiel pour faire le bien, ou le mal. La fin [SPOILER] était très bien … jusqu’à ce que Mal intervienne ! Et j’ai aimé qu’Alina lui en veuille à cause de cela ! C’était un peu la fin « parfaite » sans lui ! [FIN DU SPOILER] 

Et voici les éléments qui m’ont déçue : le Darkling et Nikolaï sont vraiment des personnages formidables que j’apprécie beaucoup, mais ils ne sont pas le centre de l’attention. C’est Mal qui l’est, à cause du fait que le lecteur ne suit que le point de vue d’Alina. Et je DETESTE ce personnage. Il m’agace tellement qu’il gâche certaines scènes. Dès le début du tome 2, il part dans la mauvaise direction : il veut garder Alina faible, il l’aime quand elle l’est. Quand elle reprend confiance, quand elle devient puissante grâce à sa magie, et qu’elle tente de lui faire comprendre qu’elle a besoin de davantage pour vaincre le Darkling, il prend peur et la rejette. Haha. Non. Et elle ne fait qu’acquiescer à ce qu’il dit au début du roman ; elle se rebelle peu à peu, ce qui ne fait qu’augmenter le poids de sa culpabilité … J’avais envie de secouer Alina parfois. J’ai adoré [SPOILER] le choix qu’elle fait à la fin : embrasser les ténèbres. Parce que c’est aussi ce qu’elle est, et qu’elle ne peut s’empêcher de ressentir ce qu’elle ressent. Cela fait partie d’elle. [FIN DU SPOILER] Alina pourrait s’élever – ce qu’elle fait déjà un peu dans ce tome – mais j’ai l’impression que Mal est un poids qui la retient ancrée au sol. Il la tire vers le bas, et ça me rend folle ! Enfin, dernier bémol : la romance. Après le triangle amoureux, le carré amoureux ? Pourrait-on introduire un personnage masculin sans qu’il devienne le love interest de l’héroïne ? [SPOILER] Alors, certes, le Darkling n’est plus vraiment un love interest ; mais il reste tout de même cette tension et cette attirance entre les deux personnages qui permet de conserver ce personnage dans le côté « romance » du livre. [FIN DU SPOILER]

 

Donc, un peu déçue, même si je continue à beaucoup aimer l’univers ! Je lirai le tome 3 ce mois-ci !

Grisha, book 1: Shadow & Bone de Leigh Bardugo

Posté : 4 février, 2020 @ 5:23 dans Avis littéraires | 2 commentaires »

Genre : FantasyShadow & Bone

Editeur : Square Fish

Année de sortie : 2017 [2012]

Nombre de pages : 356 + 21

Titre en VF : Grisha, tome 1 : Les Orphelins du royaume

Synopsis : Surrounded by enemies, the once-great nation of Ravka has been torn in two by the Shadow Fold, a swath of near impenetrable darkness crawling with monsters who feast on human flesh. Now its fate may rest on the shoulders of one lonely refugee.

Alina Starkov has never been good at anything. But when her regiment is attacked on the Fold and her best friend is brutally injured, Alina reveals a dormant power that saves his life—a power that could be the key to setting her war-ravaged country free. Wrenched from everything she knows, Alina is whisked away to the royal court to be trained as a member of the Grisha, the magical elite led by the mysterious Darkling.

Yet nothing in this lavish world is what it seems. With darkness looming and an entire kingdom depending on her untamed power, Alina will have to confront the secrets of the Grisha . . . and the secrets of her heart.

Shadow and Bone is the first installment in Leigh Bardugo’s Grisha Trilogy.

 

Avis : Ce livre m’a été offert par mon amie Aurore, qui m’a permis d’enfin découvrir cet univers dont j’entendais tant parler !

J’ai passé un très bon moment ! J’ai adoré le décor, et l’univers inspiré de la Russie : il m’a semblé différent de tout ce que j’ai pu découvrir auparavant, unique, et il crée une véritable atmosphère bien particulière – notamment grâce aux noms utilisés, comme Corporalnik, ou kvas par exemple, mais aussi grâce aux décors, tout simplement ! Le Petit Palais – je suppose qu’il s’appelle comme ça en français ! – est tout simplement merveilleux ; et le fait qu’il soit aussi une école ne fait qu’ajouter à son charme ! J’ai adoré les parties entraînement/apprentissage, et le fait que [SPOILER] Alina rencontre des difficultés : elle est peut-être Sun Summoner, mais elle n’est pas toute puissante, et elle ne contrôle pas ses pouvoirs. Elle doit s’entraîner, et elle est mauvaise pendant un long moment ! [FIN DU SPOILER] J’ai également aimé la magie, la hiérarchie entre les différents niveaux, et le fait de voir différents types de pouvoir à l’œuvre ! J’ai hâte d’en apprendre et d’en voir encore plus dans les tomes suivants !!

J’ai beaucoup aimé les personnages : je comprends aisément pourquoi tant de lecteurs adorent le Darkling (Ténébreux en français ?), et je considère qu’il a le potentiel pour devenir un des meilleurs villains que je connais ! J’attends le deuxième tome pour voir son évolution avant de me prononcer ; mais je dois admettre que je l’ai apprécié ! Il est mauvais, manipulateur ; il sait comment torturer les gens, et ne se laisse pas avoir par les sentiments apparemment. [SPOILER] J’ai aimé le fait que, comme nous sommes dans une narration à la première personne, nous ne découvrons le Darkling qu’à travers les yeux d’Alina, qui ne sait que penser à son propos. Est-il sincère ? Joue-t-il avec elle ? Et cela m’a donné envie de lire un livre du point de vue du Darkling ! [FIN DU SPOILER] J’aime cette espèce de fascination/répulsion qui attire Alina. [SPOILER] Je me suis demandé tout le long quand il allait devenir le villain, puisque je n’entendais parler de lui que de cette façon, et qu’au début du roman, il est dans le « bon » camp. Je savais donc qu’il allait se retourner contre Alina, ce n’était pas une surprise. Il fait d’ailleurs un villain très convaincant puisque son but n’est pas de détruire pour détruire : ses intentions sont bonnes, ce sont les moyens qui ne sont pas moraux. [FIN DU SPOILER] Alina, quant à elle, est sympathique : je pense qu’elle a le potentiel pour évoluer de manière magistrale dans le deuxième tome, donc je croise les doigts ! Dans celui-ci, elle apprend, s’entraîne, découvre ce qu’est la vie quand on s’apparente à un « élu ». Elle rencontre la peur, l’amour, la douleur, l’amitié, la haine … et, comme elle le comprend et l’explique, la dernière scène [SPOILER] la rapproche du Darkling – ce qui est tellement intéressant je trouve ! Elle laisse tout le monde derrière elle, les vouant à une mort certaine dans la Nappe d’Ombre, exactement comme aurait pu le faire le Darkling à sa place. Elle le fait pour sauver sa vie et celle de Mal, et quitte Ravka tout en sachant qu’elle est le seul espoir du pays contre le Darkling ! J’ai eu un peu de mal avec cette décision ; mais, bien sûr, elle a l’intention de revenir. Elle considère simplement qu’elle n’a pas les moyens de vaincre son ennemi pour le moment, surtout après sa demande d’aide avortée. [FIN DU SPOILER] J’ai apprécié Mal sans le trouver exceptionnel. La lettre qui se trouve à la fin de mon édition me l’a rendu plus proche. J’aimerais [SPOILER] en savoir plus sur son « pouvoir » de traqueur : peut-être est-ce une autre forme de magie ? [FIN DU SPOILER] Enfin, un de mes personnages préférés : Genya. J’adore sa complexité, sa force et sa fragilité, son amour pour David, ses contradictions, sa relation avec Alina !

Plus généralement, j’ai beaucoup aimé l’écriture, à la fois fluide, agréable, et parfois vraiment très belle – la lettre de Mal à la fin m’a tout particulièrement plu ! Et je dois dire que ce livre est clairement addictif : il est difficile de s’arrêter de lire, et de penser à l’histoire quand on ne lit pas !

Dernier point : la romance. Je n’ai pas pu m’empêcher de lever les yeux au ciel parfois … et je n’ai pas pu m’empêcher d’aimer certaines scènes ! Je ne sais pas trop ce que je ressens face [SPOILER] à ce triangle amoureux … Je ne pense pas l’adorer, mais je ne déteste pas la romance pour autant. A voir comment tout cela évolue ! [FIN DU SPOILER]

 

Pour conclureShadow & Bone est le genre de livres qui me ramène vers la Fantasy : j’ai envie de vivre dans un monde comme celui-là, j’ai envie d’en faire partie, et d’y retourner le plus vite possible ! (les tomes 2 et 3 sont en route !)

12345...19
 

Baseball fans gather zone |
Eaudefiction |
Ici même |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Kpg1221gpk
| Elenaqin
| la saltarelle des baronnes