Redbluemoon

I found myself in Wonderland.

It’s Not Ok to Feel Blue and Other Lies édité par Scarlett Curtis

Posté : 29 juillet, 2020 @ 2:11 dans Avis littéraires, Coup de cœur | Pas de commentaires »

Genre : Essai, Témoignage, PsychologieIt's Not Ok to Feel Blue

Editeur : Penguin

Année de sortie : 2019

Nombre de pages : 554

Titre en français : Pas encore traduit

Synopsis : We are living in the middle of a mental health epidemic and we have a choice: we can either be like all generations who came before us and be floored by it – or we can start to make a difference.

Here are the extraordinary people making that difference – Other People Don’t Feel Blue (and other lies) is a collection of stories and essays from those who have suffered through the worst, and know what it’s like to fight to feel better.

This isn’t just a book. It’s a shout, a scream that cuts above the noise and lets everyone know they are not alone. Funny, sad, clever, relatable and important, this collection is part of the global movement that is working to dismantle the shame that surrounds mental illness. It will be a shining example power of words to make us all feel better.

 

Avis : Il est difficile de faire une chronique pour ce livre, c’est la raison pour laquelle je ne voulais pas le faire. Mais, il existe assez peu de livres de ce genre, donc je me suis dit que ce pouvait être intéressant de vous en parler.

Ce livre est un trésor : il vous fera rire, pleurer mais, surtout, vous vous sentirez compris, vous ne serez pas seuls, vous serez acceptés et légitimes. C’est une lecture très personnelle, que vous soyez attirés par ce livre parce que vous êtes vous-mêmes sujets à des problèmes de santé mentale, que ce soit le cas de vos proches ou que vous vous intéressiez simplement au sujet. Les contributeurs sont d’horizons divers : blancs, noirs, bruns, hétéros, gays, trans, souffrant de troubles mentaux, proches de personnes qui souffrent de maladies mentales. Tous et toutes sont connu.es, mais certains évoquent les différences de traitements des maladies mentales selon les classes sociales.

Ce livre n’est pas un manuel ou un bouquin de développement personnel, mais il vous aidera tout de même un peu. Etrangement, je me suis sentie « en sécurité » pendant que je lisais ce livre, comme si j’étais entourée de gens qui me comprenaient et que rien ne pouvait m’arriver pendant que j’étais avec eux. Il reste donc près de moi.

It’s Not Ok to Feel Blue, même s’il n’est pas écrit pour aider « pratiquement », fait quelque chose qui est rarement fait : il met en avant la maladie mentale, il l’évoque sans tabous grâce à des témoignages de personnes qui sont sous les feux des projecteurs et qui peuvent donc utiliser leur réputation pour amener le dialogue sur la santé mentale. C’est en se taisant qu’on fait progresser la maladie, qu’on nourrit la bête. C’est en parlant qu’on comprend davantage et qu’on peut commencer à faire avancer l’opinion et passer outre le « il/elle est fou/folle, laisse tomber ».

 

Donc, vous serez triste en lisant ce livre parfois, mais vous ne serez jamais seuls.

The Shaking Woman, Or, a History of My Nerves de Siri Hustvedt

Posté : 28 septembre, 2018 @ 9:42 dans Avis littéraires, Coup de cœur | Pas de commentaires »

Genre : Psychologie, Science The Shaking Woman

Editeur : Sceptre

Année de sortie : 2010

Nombre de pages : 199

Titre en français : La Femme qui tremble : Une histoire de mes nerfs 

Synopsis : While speaking at a memorial event for her father, Siri Hustvedt suffered a violent seizure from the neck down. She managed to finish her talk and the paroxysms stopped, but not for good. Again and again she found herself a victim of the shudders. What had happened?

Chronicling her search for the shaking woman, Hustvedt takes the reader on a journey into contemporary psychiatry, neurology and psychoanalysis. She unearths stories and theories from the annals of medical history, literature and philosophy, and delves into her own past. In the process, she raises fundamental questions: what is the relationship between mind and body? How do we remember? What is the self?

In a seamless synthesis of personal experience and extensive research, Hustvedt conveys the often frightening mysteries of illness and the complexities of diagnosis. As engaging as it is thought-provoking, The Shaking Woman brilliantly illuminâtes the age-old dilemma of the mental and the physical, and what it means to be human. 

 

Avis : Depuis que j’ai lu The Summer Without Men (Un été sans les hommes), j’avais très envie de lire un autre livre de Siri Hustvedt ! J’ai choisi The Shaking Woman, Or, a History of My Nerves !

Comme l’indique le titre, ce livre est une non fiction, en partie les mémoires de Siri Hustvedt, en partie un essai scientifique sur les maladies mentales. L’auteure nous parle ici d’un événement qui a changé sa vie : un jour, alors qu’elle allait faire un discours en l’honneur de son père décédé, elle s’est mise à trembler de manière incontrôlable, sans que cela n’affecte sa capacité à parler. Les tremblements ont pris fin en même temps que le discours. Siri Hustvedt a donc fait des recherches sur cette « maladie », ce qui a pu la provoquer, comment la soigner : le livre est le résultat de son parcours pour élucider ce mystère. Elle mêle vie personnelle et essai sur la neurologie et sur la psychologie, avec une écriture toujours aussi agréable à lire. Elle se classe, pour moi, dans les auteurs qui peuvent écrire n’importe quoi et dont j’aimerais tout de même au moins l’écriture – donc, aux côtés de Margaret Atwood et Joyce Carol Oates ! Elle ne parle pas seulement de son cas, mais aussi d’autres maladies mentales dont elle n’est pas victime, comme la schizophrénie, la bipolarité, la dépression chronique. De nombreux sujets sont traités : il y a notamment une partie sur le rêve et la psychanalyse que j’ai trouvée très intéressante ! J’ai appris énormément de choses, et ce livre m’a clairement fait réfléchir sur pas mal de sujets, par exemple, la dualité esprit/corps, ou les capacités du cerveau. 

Seul problème, qui ne vient absolument pas du livre : j’ai choisi le mauvais moment pour le lire ! Je lis presque uniquement dans le train, donc je ne parvenais pas toujours à me concentrer pour comprendre toutes les notions abordées par l’auteure. J’ai dû relire certains passages plusieurs fois. J’aurais aussi aimé pouvoir surligner certaines phrases, écrire dans les marges ; malheureusement, ce n’était pas mon exemplaire ! Je pense donc relire ce livre (après l’avoir acheté !) histoire de prendre tout mon temps pour tout comprendre, noter des citations, annoter, me poser des questions, et lire d’autres livres sur le sujet peut-être ! Malgré cela, Siri Hustvedt se hisse peu à peu parmi mes auteures préférées ! J’ai hâte de lire d’autres de ses œuvres !!

 

Donc, un livre riche sur un sujet passionnant. L’auteure réussit à mêler sa vie et ses recherches et capte parfaitement son lecteur !! 

The Book of (Even More) Awesome de Neil Pasricha

Posté : 26 juillet, 2017 @ 8:56 dans Avis littéraires, Coup de cœur | Pas de commentaires »

Genre : Essai, Psychologie The Book of (Even More) Awesome

Editeur : Berkley

Année de sortie : 2012 [2011]

Nombre de pages : 379

Titre en français : La vie est (vraiment) cool

Synopsis : What’s more awesome than awesome ? Neil Pasricha of 1000awesomethings.com presents a brand-new collection of things that make you go AWESOME ! …

When a baby falls asleep on you

Letting go of the gas pump perfectly so you end up on a round number

The smell of Play-Doh

The sound of snow crunching under your boots

 

Avis : Je n’ai pas pu résister ; après la lecture de The Book of Awesome le mois dernier, je me suis précipitée sur The Book of (Even More) Awesome !

J’ai autant adoré que le premier tome ! On retrouve l’humour de l’auteur, sa façon d’impliquer son lecteur, ses explications sur ces petits riens qui nous rendent heureux. Encore une fois, certains articles sont très courts – une phrase suffit -, d’autres sont très longs, avec des étapes, ou une liste, par exemple, pour les meilleurs jeux de société. Certains sont accompagnés de photos, comme « Parvenir à prendre, enfin, la photo parfaite ». Comme dans le tome précédent, l’auteur veut simplement nous montrer qu’il existe de nombreuses choses positives à côté desquelles nous pouvons passer à côté si nous nous laissons aller à voir tout en noir ; ce n’est pas pour autant que le malheur n’existe pas, comme l’atteste la dernière entrée : « Atteindre la lumière au bout du tunnel ». L’auteur sait que tout n’est pas tout rose, c’est la raison pour laquelle il a écrit ce livre ! Comme pour The Book of Awesome, j’ai annoté ce livre avec des « Tout à fait d’accord », ou « A vérifier » ! J’ai beaucoup souri, ri, et j’ai aussi ressenti quelques bouffées de nostalgie, notamment quand il parle de l’enfance – « La table des enfants », « L’odeur du Play-Doh », « La sensation quand on se balance très haut sur une balançoire ». On se sent mieux quand on referme The Book of (Even More) Awesome ! A garder près de soi !!

 

Donc, un coup de cœur qui nous remonte le moral, et qui nous fait voir la vie différemment !

The Happiness Equation: Want Nothing + Do Anything = Have Everything de Neil Pasricha

Posté : 22 juin, 2017 @ 3:01 dans Avis littéraires, Coup de cœur | Pas de commentaires »

Genre : Psychologie, Essai The Happiness Equation

Editeur :Vermilion

Année de sortie : 2017 [2016]

Nombre de pages : 269 (+ 6) 

Titre en français : Pas encore traduit

Synopsis : The Happiness Equation is the result of an unrelenting search, over more than a decade, to hack human happiness. It contains the collective wisdom of hundreds of positive psychologists, dozens of Fortune 500 CEOs and thousands of personal interviews.

Turning to a wide range of sources - from the Buddha to Vonnegut and from Hitchcock to Home Alone - Neil Pasricha focuses on one life-changing question:

What is the formula for a happy life?

This book has the answers.

The Happiness Equation will teach you:

  • How to make more money than a Harvard MBA
  • What the healthiest hundred-year-olds teach us about retirement
  • How to add one hour to your day with only one small change
  • The one thing many billionaires want but cannot have

And much, much more.

 

Avis : Je m’intéresse de plus en plus à la pensée positive, et j’ai été intriguée, en commandant The Book of Awesome, de voir que Neil Pasricha avait écrit un autre livre, cette fois encore – si on peut dire – sur le bonheur.

Dans les deux ouvrages de pensée positive que j’ai, il est question de la mauvaise presse que connaît le bonheur. C’est soit ringard d’être heureux, soit impossible. Et ça ne s’apprend pas, encore moins dans un livre. Ok, dans ce cas, comment être pleinement heureux ? Et pourquoi n’y arrive-t-on pas ? Si c’est si facile, si ça ne s’apprend pas, alors, tout le monde devrait l’être non ? La pensée positive, dans les livres que j’ai en tout cas, explique que le bonheur n’est pas inné, qu’il s’apprend. Et je suis assez d’accord. Les gens heureux font des choses qui les rendent heureux. Bien sûr, cela ne veut pas dire qu’on est heureux tout le temps, qu’on n’a pas de baisse de moral, ou de petites rechutes ; cela veut dire qu’on se rend compte qu’on est dans une de ses phases, et que l’on fait des efforts pour en sortir. Donc, le bonheur demande des efforts. Et j’étais intéressée par « l’équation » du bonheur de Neil Pasricha.

Il explique, dès le début, que le lecteur ne sera peut-être pas d’accord avec lui sur tout tout de suite, qu’il lui faudra quelques relectures pour changer sa façon de voir la vie et certains concepts mentionnés. Puis, le lecteur trouve le sommaire de son livre, divisé en trois parties : Want Nothing, Do Anything et Have Everything. L’auteur parle de secrets pour être plus heureux. Et je me suis rendue compte, en lisant, que j’avais déjà amorcé une espèce de changement avant même la lecture du livre, parce que j’avais déjà décidé de changer. Je me suis rendue compte que je savais déjà certaines choses, comme le fait que le cerveau est fait pour se concentrer sur les émotions négatives parce que l’homme préhistorique avait constamment besoin d’être aux aguets. J’ai appris des choses aussi, et j’ai aimé les nombreuses références de Neil Pasricha, que ce soit Barack Obama, Gandhi, Buddha, ou Karl Vonnegut. Deux poèmes se trouvent dans le livre, If de Rudyard Kipling et « Leisure » de W. H. Davis, ainsi que des extraits d’Alice’s Adventures in Wonderland et des vignettes de BD. 

Rien qu’en achetant le livre, j’avais déjà envie d’un changement, et d’essayer d’être plus heureuse, donc, en un sens, j’étais déjà convaincue. Mais l’argumentation de l’auteur est sensée, claire, il explique tout convenablement, avec le même humour que dans The Book of Awesome, et toujours en interpellant le lecteur, en lui parlant, comme si l’auteur dialoguait véritablement avec le lecteur, ce que j’apprécie énormément quand je lis. Il nous fait réfléchir sur ce que l’on pense établi, sur des notions récentes que l’on pense immuables, et, même si l’on est réticent au début, au fil de l’explication, on comprend que ce que dit l’auteur est évident, et qu’on s’en serait rendu compte le moment venu, c’est-à-dire, trop tard. Il parle d’argent, de retraite, de famille, de notre société, qui s’est peu à peu transformée en une culture du « toujours plus », une culture de l’apparence et de celui qui réussit le mieux financièrement parlant. Je ne vais pas vous donner les neuf secrets pour être heureux, parce qu’il faut lire l’explication pour bien comprendre, pour laisser l’idée décanter, et pas simplement lire les titres, jeter le livre, et se dire que c’est n’importe quoi de toute façon, que ça ne marchera jamais. Sans efforts, ça ne marchera jamais en effet. Mais on peut toujours essayer !

 

Donc, complètement convaincue par ce livre qui devient un coup de cœur ! A garder près de soi en cas de rechute !  

The Book of Awesome de Neil Pasricha

Posté : 21 juin, 2017 @ 3:02 dans Avis littéraires, Coup de cœur | Pas de commentaires »

Genre : PsychologieThe Book of Awesome

Editeur : Vermillion

Année de sortie : 2017

Nombre de pages : 390

Titre en français : La vie est cool

Synopsis : « Sunny without being saccharine, it’s a countdown of life’s little joys that reads like a snappy jerky Seinfeld monologue by way of Maria Von Trapp. » – The Vancouver Sun

Sometimes it’s easy to forget the things that make us smile. Sometimes it’s tempting to feel that the world is falling apart. But awesome things are all around us :

Popping Bubble Wrap

The smell of rain on a hot sidewalk

Hitting a bunch of green lights in a row

Waking up and realizing it’s Saturday

Fixing electronics by smacking them

Picking the perfect nacho off someone else’s plate

The Book of Awesome reminds us that the best things in life are free. Based on the award-winning blog 1000awesomethings.com, it’s a high five for humanity and a big celebration of life’s little moments. With wise, witty observations, The Book of Awesome is filled with smile-inducing musings that make you feel like a kid looking at the world for the first time :

AWESOME

 

Avis : J’avais vu ce livre par hasard sur un site il y a très longtemps et, ce mois-ci, je me suis dit que c’était le moment de le lire enfin !

Je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre en commençant ce livre, mais je peux vous dire qu’il fait du bien ! L’auteur, Neil Pasricha, a commencé un site dans lequel il inventorie toutes ces petites choses qui nous rendent heureux. Ce livre est la publication de ce qui se trouve sur Internet. Je ne vais jamais sur ces sites, même sur le blog de Maliki, qui est pourtant excellent ; allez voir, c’est génial !! Je préfère acheter les BD et les livres qui proviennent de ces sites. Je n’ai jamais été déçue !

Ici, l’auteur nous présente d’abord son but quand il a ouvert le site ; le lecteur comprend qu’il a eu du succès rien qu’en tenant le livre entre les mains. J’avais envie, moi aussi, de redécouvrir ces petits riens qu’on oublie, qui pourtant nous font sourire et peuvent illuminer notre journée. Pour chaque « article », l’auteur nous explique pourquoi ces choses nous rendent plus heureux. J’ai ADORE ! J’ai beaucoup ri – souvent surprise par la façon de parler de l’auteur -, l’humour de Neil Pasricha étant contagieux ! Il sait aussi être sérieux, par exemple, quand il nous parle de son ami Chris - ou faire semblant de l’être, notamment à propos de la stratégie pour avoir le plus de bonbons possible à Halloween ! Je me suis souvent reconnue, m’écriant « Ah oui ! » ou faisant un high five mental à l’auteur, comme avec l’odeur des livres, ou contempler une étendue d’eau calme, ou encore une foule qui regarde un énorme feu d’artifice. Certains semblent contradictoires, mais, une fois expliqués, on comprend en quoi ils nous rendent plus heureux. Je pense que c’est un livre à garder près de soi, et à feuilleter de temps en temps, pour rire un peu, ou pour se rendre compte de la chance que nous avons d’être en vie (le dernier article du livre). Se rendre compte aussi que nous sommes souvent négatifs sans que ce soit nécessaire, et que, si nous sommes parfois – ou souvent – malheureux, c’est en partie à cause de nous-mêmes !

 

Donc, un livre qui rappelle le goût des petites choses de la vie, que le bonheur est un peu partout, qu’il suffit juste de s’en rendre compte. Coup de cœur !  

12
 

Baseball fans gather zone |
Eaudefiction |
Ici même |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Kpg1221gpk
| Elenaqin
| la saltarelle des baronnes