Redbluemoon

I found myself in Wonderland.

Jurassic Park de Michael Crichton

Posté : 22 novembre, 2020 @ 5:35 dans Avis littéraires, Coup de cœur | Pas de commentaires »

Genre : Science-fiction, HorreurJurassic Park

Editeur : Ballantine Books

Année de sortie : 2012 [1990]

Nombre de pages : 466

Titre en français : Jurassic Park/Le Parc jurassique

Synopsis : An astonishing technique for recovering and cloning dinosaur DNA has been discovered. Now humankind’s most thrilling fantasies have come true. Creatures extinct for eons roam Jurassic Park with their awesome presence and profound mystery, and all the world can visit them—for a price.

Until something goes wrong. . . .

In Jurassic Park, Michael Crichton taps all his mesmerizing talent and scientific brilliance to create his most electrifying technothriller.

 

Avis : A VENIR

Dracula’s Child de J.S. Barnes

Posté : 14 octobre, 2020 @ 8:00 dans Avis littéraires | Pas de commentaires »

Genre : Fantasy, Horreur, Historique Dracula's Child

Editeur : Titan Books

Année de sortie : 2020

Nombre de pages : 576

Titre en français : pas encore traduit

Synopsis : Dracula returns…

It has been some years since Jonathan and Mina Harker survived their ordeal in Transylvania and, vanquishing Count Dracula, returned to England to try and live ordinary lives. But shadows linger long in this world of blood feud and superstition – and, the older their son Quincy gets, the deeper the shadows that lengthen at the heart of the Harkers’ marriage. Jonathan has turned back to drink; Mina finds herself isolated inside the confines of her own family; Quincy himself struggles to live up to a family of such high renown. And when a gathering of old friends leads to unexpected tragedy, the very particular wounds in the heart of the Harkers’ marriage are about to be exposed…

There is darkness both within the marriage and without – for, while Jonathan and Mina wrestle with the right way to raise a child while still recovering from the trauma of their past lives, new evil is arising on the Continent. A naturalist is bringing a new species of bat back to London; two English gentlemen, on their separate tours of the continent, find a strange quixotic love for each other, and stumble into a calamity far worse than either has imagined; and the vestiges of something thought long-ago forgotten is, finally, beginning to stir…

 

Avis : A VENIR

The House Next Door d’Anne Rivers Siddons

Posté : 6 mai, 2020 @ 7:45 dans Avis littéraires, Coup de cœur | Pas de commentaires »

Genre : HorreurThe House Next Door

Editeur : Pocket Books

Année de sortie : 2007 [1978]

Nombre de pages : 355

Titre en VF : La Maison d’à côté

Synopsis : Thirty-something Colquitt and Walter Kennedy live in a charming, peaceful suburb of the newly bustling Atlanta. Life is made up of enjoyable work, long, lazy weekends, and the company of good neighbors. Then, to their shock, construction starts on the vacant lot next door, a wooded hillside they’d believed would always remain undeveloped. Soon, though, they come to realize that more is wrong than their diminished privacy. Surely the house can’t be « haunted, » yet something about it seems to destroy the goodness of every person who comes to live in it, until the entire heart of this friendly neighborhood threatens to be torn apart.

 

Avis : J’ai trouvé ce roman sur Scribd … encore !

Je ne m’attendais pas à réagir de cette façon en lisant The House Next Door. J’étais vraiment très contente de le trouver sur Scribd parce que j’adore la figure de la maison vivante ! Je me souviens avoir lu une chronique de ce roman dans Danse Macabre (Anatomie de l’horreur) de Stephen King : il l’associait à The Haunting of Hill House de Shirley Jackson. Donc, en le trouvant sur Scribd, j’ai décidé de le lire sur un coup de tête.

Où commencer ? J’ai adoré. A-do-ré. C’est comme si on m’avait offert un merveilleux plaid tout doux pour me l’arracher avec violence et cruauté. Et j’ai adoré.

J’ai été séduite dès le premier chapitre, notamment avec la dernière phrase : « I do not think we will be alive long enough » / « Je ne pense pas que nous serons vivants encore longtemps ». A partir de cette phrase, ce livre est resté dans mon esprit, et s’y trouve toujours.

 

J’ai aimé l’atmosphère – ou plutôt, les deux atmosphères. En effet, d’abord, le roman est assez cosy : les personnages que nous suivons vivent dans une banlieue, une sorte d’environnement préservé où rien ne se passe, quelque part où il fait bon vivre. J’ai adoré être avec eux, dans leur maison, dans leur groupe. Mais, petit à petit, le roman devient inquiétant, anxiogène quand la maison (?) commence à se venger et à SPOILER 1 L’édition française mentionne « malheur, folie et mort » : en effet !

Et c’est justement ce contraste entre ces deux atmosphères qui a causé ma réaction face à ce livre : j’étais si bien, si heureuse avec ces personnages que les voir tomber dans le malheur et la folie ou mourir m’a bouleversée. J’étais déprimée en refermant ce livre. Déprimée parce que c’est dur, cruel, injuste. Déprimée parce que SPOILER 2

 

Concernant les personnages, je les ai à peu près tous aimés, excepté les personnages impossibles à aimer, comme Eloise Jennings ou Norman Greene que j’ai détesté tous les deux.

Je me suis sentie très proche de Colquitt, la narratrice : je l’ai aimée pour ses défauts autant que pour ses qualités, pour son honnêteté autant que pour sa peur. Elle aime les ragots mais elle déteste blesser les gens. Elle est sensible mais aussi très protectrice à la fois de son espace et de son temps personnels.

J’ai adoré le couple qu’elle forme avec Walter : il était assez inhabituel par rapport à ce qu’on peut trouver d’habitude. J’ai aimé Walter à travers les yeux de Colquitt, notamment parce que, même s’ils s’aiment et que c’est un amour « pour la vie », ils restent deux personnes à part entière. Ils aiment toujours des choses que l’autre n’aime pas, ils passent du temps seul.e, ils se comprennent et ont besoin l’un de l’autre mais ils sont toujours libres de faire ce qu’ils veulent tout en respectant leur partenaire. J’ai l’impression que c’est rarement de cette façon que les couples sont présentés en fiction !

Je me suis également attachée à Claire et Roger, Virginia et Charles, Anita et Bucky. Comment résister ? Claire et Roger sont les meilleurs amis de Colquitt et Walter : ils forment LE groupe ensemble, avec Virginia et Charles. Pour autant, ils sont tous différents, ce qui les rend d’autant plus réels. Pour Anita et Bucky, SPOILER 3

 

A propos de la maison : MAMMA MIA GIVE ME MORE !

Comme je l’ai dit plus tôt, j’adore la figure de la maison vivante, mais SPOILER 4 Si l’on décide que, oui, la maison est hantée, j’ai adoré l’originalité de ce roman. SPOILER 5

 

Un mot sur l’écriture : encore une fois, j’ai adoré. Elle est naturelle : j’ai eu l’impression d’entendre la voix de Colquitt tout le long, et j’avais envie de continuer à l’entendre.

 

Niveau horreur : ce peut paraître très lent aux lecteurs qui ont l’habitude de lire des romans horrifiques, voire des romans gores. Ce livre n’est pas gore. Certes, il y a des scènes qui m’ont donné la nausée parce qu’elles sont sanglantes mais elles sont rares. Ce livre se concentre sur l’anxiété, la terreur, la peur. Il traite de ce sentiment qui nous prend quand nous entrons dans la maison, sur le domaine, quand nous la regardons, quand nous tombons amoureux d’elle et que nous comprenons qu’elle nous a dupés.

Le gore arrive surtout au début du roman, j’ai donc eu peur qu’il y ait une sorte d’escalade au fil des pages, mais ce n’est pas le cas. La nausée était surtout due au … sujet traité si je peux le dire de cette façon : SPOILER 6

Les autres « manifestations » sont creepy et horribles, mais pas gores. Donc, fans d’horreur, vous êtes prévenus !

 

La FIN !! AH ! SPOILER 7

 

Enfin, le rapprochement de Stephen King avec The Haunting of Hill House/La Maison hantée de Shirley Jackson : SPOILER 8

 

Donc, un de mes nouveaux romans préférés, sans aucun doute !

 

[PARTIE SPOILERS]

SPOILER 1 : « consommer » les gens autour d’elle.

SPOILER 2 : cette fin nous laisse penser que ce qu’ont fait Colquitt et Walter n’a servi à rien en fin de compte.

SPOILER 3 : ils sont les deuxièmes victimes de la maison et c’était vraiment pénible à lire. J’ai eu surtout mal pour Anita, parce qu’elle souffre clairement d’une maladie mentale à cause des deuils qu’elle a dû essuyer toute sa vie, et la maison se sert de cela pour l’écraser complètement. Horrible à lire, vraiment.

SPOILER 4 : il n’est pas clair que la maison est vraiment vivante. Et j’ai ADORE ! Ce livre peut être placé sur l’étagère « fantastique » : le lecteur n’est pas sûr que la narratrice, Colquitt, soit vraiment fiable. Certains personnages pensent qu’elle est folle, d’autres sont convaincus qu’elle a raison mais ils ne peuvent pas gérer la situation comme elle le fait. Ils refusent de mettre leur vie en danger, de se battre contre la maison, alors que Colquitt et Walter, eux, sont prêts à le faire.

SPOILER 5 : Colquitt explique que ce n’est pas seulement la maison qui est hantée, mais aussi le domaine lui-même. Avant la fin de la construction, des événements étranges commençaient déjà à arriver. Je me suis demandé ce qui se passait exactement, mais c’est au lecteur de le deviner : il n’y a pas de réponse, ce que j’aime encore plus !

SPOILER 6 : une femme fait une fausse couche et, wow, c’était vraiment dur à lire. Et, le pire, c’est que je m’en DOUTAIS !

SPOILER 7 : Elle m’a fait penser à Frankenstein : si vous ne l’avez pas lu, je vous conseille de ne pas lire ce spoiler bien sûr ! J’ai donc pensé à la fin de ce roman de Mary Shelley parce que la menace persiste dans les deux cas. C’est encore plus flagrant dans The House Next Door : Kim a fait des plans et ils se trouvent entre les mains de personnes qui veulent faire bâtir la maison. Donc le lecteur devine que rien n’est terminé parce que c’est Kim qui portait la « malédiction » et non le domaine ou la maison directement. L’épilogue de The House Next Door est aussi le seul à ne pas être écrit du point de vue de Colquitt : cela peut vouloir dire qu’en fin de compte Colquitt n’était pas folle, donc cela peut lever le doute et signifier que cette nouvelle maison sera exactement comme celle des Harralson : hantée et meurtrière.

SPOILER 8 : comme avec Frankenstein, ne lisez pas ce spoiler si vous n’avez pas lu The Haunting of Hill House ! Dans les deux romans, les deux maisons sont vivantes ou semblent l’être, les deux narratrices ne sont pas fiables, les deux maisons séduisent puis consomment, en quelque sorte, leurs occupants. La fin n’est pas la même, même si elles sont proches étant donné que Hill House est toujours vivante à la fin du roman et reste une menace. J’ai maintenant très envie d’étudier les deux romans ensemble ! The Haunting of Hill House m’avait aussi laissé déprimée !!

Misery de Stephen King

Posté : 21 octobre, 2019 @ 4:01 dans Avis littéraires, Coup de cœur | Pas de commentaires »

Genre : HorreurMisery

Editeur : Le Livre de Poche

Année de sortie : 2011 [1987]

Nombre de pages : 391

Titre en VO : Misery

Synopsis : Misery, c’est le nom de l’héroïne populaire qui a rapporté des millions de dollars au romancier Paul Sheldon. Après quoi il en a eu assez et il a fait mourir Misery pour écrire enfin le « vrai » roman dont il rêvait.

Mais il suffit de quelques verres de trop et d’une route enneigée, dans un coin perdu, pour que tout bascule …

Paul est allongé sur un lit, les jambes broyées par l’accident. Sauvé par une femme, Annie. Une admiratrice fervente. Qui ne lui pardonne pas d’avoir tué Misery. Et le supplice va commencer.

Sans monstres ni fantômes, Stephen King, au sommet de sa puissance, nous enferme ici dans le plus terrifiant huis clos qu’on puisse imaginer.

 

Avis : Ce livre m’a été prêté par une amie, en me prévenant que certaines scènes étaient assez dures à lire ! Après quelques mois, je me suis enfin lancée !

Je n’ai jamais été très attirée par les œuvres de Stephen King, simplement parce que je ne lis pas vraiment d’horreur – ou, plutôt, je n’en lisais pas ! Ces derniers temps, je vois ses livres partout, et je me suis enfin décidée à tenter !

J’ai été complètement emportée par ce livre. Au début, je me suis dit que « ça allait encore », c’est perturbant, dérangeant même, mais ce n’est pas encore horrifique. Quelle naïveté de ma part n’est-ce pas ?! Les scènes horrifiques viennent à la fin, quand tu ne peux pas t’empêcher de continuer à lire parce que tu veux ABSOLUMENT savoir comment l’histoire se termine ! Cette scène avec le policier vers la fin : j’avais envie de vomir !! C’était affreux !!

Ce livre est terriblement angoissant. Le lecteur ressent l’épuisement de Paul, sa tension, sa peur, mais aussi la folie qui s’insinue petit à petit en lui. A chaque fois qu’Annie arrivait, j’étais sur des charbons ardents !! Je savais que tout pouvait arriver ! J’avais tellement peur et, en même temps, je voulais savoir ce qui allait arriver ! [SPOILER] Je me doutais un peu que Paul allait survivre, mais je voulais savoir comment, et ce qui lui arrivait ensuite, ainsi qu’à Annie ! [FIN DU SPOILER] La première fois que j’ai ressenti un malaise, j’ai refermé le livre et je l’ai mis de côté. Mais je suis rapidement revenue vers lui. Au fil des pages, ce qui arrivait était de plus en plus horrible, jusqu’à en devenir dégoûtant ; mais j’avais envie de continuer ! Certaines scènes étaient vraiment difficiles à lire : [SPOILER] celle du pied, celle du policier … c’était affreux de se les imaginer, et d’être dans la tête de Paul pendant tout ce temps !! [FIN DU SPOILER] 

Ce qui rend aussi ce livre perturbant, c’est la façon dont il est écrit. Le lecteur se trouve dans la tête de Paul sans que ce soit une narration à la première personne. Il connait chacune de ses pensées, la raison pour laquelle il pense telle ou telle chose. C’était pénible parfois [SPOILER] par exemple, à la fin, quand le lecteur comprend que Paul est effectivement en train de devenir « fou », qu’Annie a laissé pour toujours sa marque sur lui, qu’il ne peut plus lui échapper, même une fois qu’il est sorti de chez elle et revenu à une vie « normale ». Peu à peu, Paul reprend certaines habitudes de sa geôlière, il parle et pense comme elle. C’est terrifiant !! Malgré la fin, c’est elle qui gagne en fin de compte. [FIN DU SPOILER]

J’ai adoré, tout le long de l’œuvre, la réflexion sur l’écriture et la littérature : le livre entier est une magnifique mise en abyme, c’était ma partie préférée ! Quand l’auteur évoque ce moment où le lecteur est happé, et ne peut plus s’arrêter de lire, c’était si satisfaisant de me rendre compte que ce passage correspondait parfaitement à ce qu’il venait de m’arriver : je ne pouvais plus poser Misery à partir d’un moment, il fallait que je connaisse la fin, quitte à ne pas dormir ! J’ai adoré les pensées de Paul/du narrateur à propos de l’inspiration, des livres populaires, des « vrais » livres. C’était vraiment intéressant ! Bien sûr, je suppose que ce livre représente l’une des plus grandes peurs de certains écrivains : et si, un jour, un fan fou me kidnappe et me torture parce que j’ai tué un de ses personnages préférés ? Que faire ? Est-ce que je finirai comme Paul ? *frissons* 

Autre chose que j’ai adoré : le fait que le « méchant » de l’histoire soit une femme, et la façon dont elle est présentée. Paul pense à la maladie mentale, et croit qu’elle n’a pas été aidée, que c’est la raison pour laquelle elle est dans cet état quand elle le découvre. Elle est complètement seule. J’ai adoré que ce ne doit pas un raisonnement simpliste : bien sûr, elle le fait tant souffrir qu’il voudrait qu’elle meurt, mais elle souffre elle-même terriblement, de manière différente. C’est SI perturbant de ressentir de la sympathie pour elle avec tout ce qu’elle fait ! Une dernière chose que j’ai adoré à son propos : elle n’est pas représentée comme une femme stupide, une rustaude, ou je ne sais quoi. Elle est tellement intelligente, tellement rusée ; elle planifie tout à la minute près pour être sûre de ne pas se faire avoir ! Terrifiant !

La fin était bourrée de scènes horribles : j’ai dû poser le livre parfois, simplement pour ne pas vomir parfois. [SPOILER] C’est terrible de comprendre que la vie de Paul s’est véritablement arrêtée dans cette chambre : il ne peut plus écrire, et son dernier livre est celui qu’il a écrit pour Annie ! Et cette réflexion, que c’était plus facile avec elle qu’avec les médecins à propos du Novril !! [FIN DU SPOILER]

 

Donc, très surprise d’avoir autant aimé ce livre !! J’ai hâte de tenter d’autres Stephen King !

Anno Dracula, tome 1 de Kim Newman

Posté : 17 septembre, 2018 @ 9:47 dans Avis littéraires, Coup de cœur | Pas de commentaires »

Genre : Fantastique, Historique, Horreur Anno Dracula

Editeur : Le Livre de Poche 

Année de sortie : 2014 [1992/2011]

Nombre de pages : 643

Titre en VO : Même titre

Synopsis : Londres, 1888. Depuis que Dracula a épousé la reine Victoria, la terreur règne sur la capitale. Sous l’influence du sulfureux comte, les citoyens sont de plus en plus nombreux à rejoindre les rangs des vampires, toujours plus puissants, et il ne fait pas bon être simple mortel. Mais la riposte ne se fait pas attendre. Dans les sinistres ruelles de Whitechapel, des prostituées vampires sont assassinées par un mystérieux inconnu aux scalpels d’argent. Lancés dans la traque du tueur, Geneviève Dieudonné, une vampire à la jeunesse éternelle, et Charles Beauregard, espion au service du Diogene’s Club, vont devoir gravir les échelons du pouvoir. Et s’approcher dangereusement du souverain le plus sanguinaire qu’a jamais connu le royaume …

Une nouvelle édition du classique de Kim Newman, augmentée de textes bonus totalement inédits. 

Aucun autre roman n’a su revisiter le mythe avec autant de brio et d’inventivité. Chronic’Art. 

 

Avis : Je suis désolée pour la lenteur d’arrivée de mes chroniques, mais j’ai été submergée par la rentrée, je ne m’attendais pas à ça ! Donc, enfin, l’article sur Anno Dracula !!

J’ai acheté ce livre il y a très longtemps (quatre ans et quatre mois exactement haha), en français (je ne lisais pas encore en VO) et, étant donné ma mauvaise expérience avec Blackout de Connie Willis, je me suis dit que j’allais d’abord le lire en VF, au cas où je n’aimerais pas du tout. En fin de compte, j’ai ADORE !!! C’était tout simplement génial !! Ce livre est fait pour moi !!! Il y a un certain nombre de références littéraires, du genre Dracula, évidemment, mais aussi Jekyll, Hyde, les autres personnages de Dracula, et d’autres encore !! J’avais l’impression de me trouver dans le roman parfait pour moi, le roman gothique de mes rêves !! L’ambiance est typique du genre, avec la brume, les rues de Londres, les quartiers malfamés, les vampires, les meurtres de Jack l’Eventreur !!! J’ai aussi adoré que la figure du vampire ne soit pas embellie, mais crue, exactement ce qu’on pourrait imaginer dans la réalité ! Du coup, elle est très fidèle à l’image qu’elle montrait déjà Bram Stoker ! Ce n’est pas parce que Dracula règne qu’il s’est assagi, et que le monde tourne mieux, au contraire ! J’ai adoré l’histoire de la mixité des « races » (à défaut de trouver un meilleur terme), mais aussi la reprise de faits/personnages fictifs ou historiques, comme je l’ai déjà dit. Ici, Kim Newman reprend Dracula et modifie l’histoire à partir d’un certain point ! Rah, mais quel plaisir !! J’avais envie d’y être !! Mais parlons peut-être plus précisément de l’histoire ! Nous sommes en 1888, et Jack l’Eventreur commence à frapper. Un détective assez spécial, Charles Beauregard (que je n’ai pas arrêté d’appeler Baudelaire, alors que rien à voir !) est chargé de résoudre l’enquête. Mais plusieurs pistes s’ouvrent sans vraiment mener à qui que ce soit … Alors, ne vous attendez pas à démasquer le coupable vous-même : la toute première scène nous dévoile d’emblée qui est Jack ! Mais cela ne gâche rien ! Au contraire ! Le lecteur assiste à un chassé-croisé de plus en plus frustrant à mesure que les cadavres s’accumulent, et que les enquêteurs piétinent ! Tout ça sur fond de soulèvement de la population contre les vampires qui tourne peu à peu à la guerre civile dans les rues !! Il faut aussi préciser que ce livre n’a aucun complexe, et parle donc aussi de sexualitéEvidemment, dans un roman d’horreur vampirique, des personnages meurent ; je ne vous dirai pas qui, mais certaines morts sont particulièrement sanglantes et dégoûtantes à lire (on est quand même dans la tête de Jack l’Eventreur parfois, et on assiste à la découverte par la police, donc vivent les descriptions …) Je me suis sentie mal à plusieurs reprises ; il faut dire que l’auteur ne se censure pas du tout, (ce que je trouve très bien !) donc il y a des moments très graphiques où on aimerait fermer les yeux de son imagination ! Ce livre est un de mes préférés de tous les temps, c’est officiel !!!!

Concernant les personnages, j’ai été aussi charmée que par l’univers et l’histoire !! Comme je vous l’ai dit, on en retrouve certains que j’aimais déjà, à la fois pour leur personnalité propre et pour ce qu’ils représentent dans la littérature gothique ! Entendre parler Jekyll avant l’apparition de Hyde, entendre ensuite parler de Hyde, d’autres personnages qui sont différents dans cette réalité/fiction alternative ! Voir ce que sont devenus John Seward, Arthur Holmwood, Mina et Jonathan, Van Helsing, comment Dracula est devenu prince consort/roi, le voir lui aussi (même si très brièvement tout de même, puisque le roman, bien qu’il porte sur lui, ne se concentre pas sur sa personne, mais sur son règne et ses conséquences) ainsi que ses proches ! Que du bonheur !!! Mais on découvre aussi de nouveaux personnages, inventés par Kim Newman : Charles Beauregard et Geneviève Dieudonné. Le premier est donc une sorte de détective, un espion chargé de collecter des informations et de résoudre l’enquête difficile autour de Jack l’Eventreur. Je l’ai adoré !! Vraiment, je me suis tout de suite attachée à lui, et j’ai tout de suite jugé que ses choix amoureux n’étaient pas du tout les bons (il est très rare que je m’intéresse à l’intrigue amoureuse des romans, mais alors là, j’étais à 200% contre, et j’avais envie de complètement autre chose !) Il est typiquement le genre de personnages masculins que j’aime : courageux, mais pas macho, capable de distinguer le vrai/bon du faux/mauvais tout en gardant lui-même une part d’ombre. J’avais envie qu’il trouve le bonheur, et qu’il vive jusqu’à la fin du roman !! (j’ai eu très peur pour sa vie quand je me suis rendu compte que Kim Newman pouvait tuer n’importe qui !) Quant à Geneviève Dieudonné, elle est entrée directement dans mon top héroïnes préférées ! Je l’ai, elle aussi, adoré ! Badass, altruiste, mais aussi meurtrie par des siècles d’existence, c’est une vampire qui comprend l’intérêt de garder un équilibre entre humains et vampires. Elle ne se considère pas du tout comme quelqu’un de supérieur, et pourtant, pour moi en tout cas, elle l’est clairement ! Elle est peu à peu impliquée dans l’enquête sur Jack l’Eventreur, et va devoir travailler aux côtés de Charles. J’ai tellement, tellement hâte de retrouver ces personnages !! D’autres ont aussi du potentiel (non exploité ici, mais je suis persuadée que ça viendra dans les tomes suivants), comme Kate Reed, qui semble une journaliste fouineuse et féministe très très intéressante !

La fin était tellement prenante !! Je ne vous dirai rien de spoilant, mais j’ai été surprise par plusieurs éléments, et j’ai tellement hâte de lire Le Baron rouge sang !!

Mon édition (mais je pense que c’est aussi le cas des autres) est accompagnée des notes de l’auteur sur les références littéraires et culturelles qu’il a mis dans son livre. Je ne savais pas tout, c’était vraiment très instructif !! Il y avait aussi une nouvelle (assez affreuse !), une partie du scénario pour l’adaptation d’Anno Dracula au cinéma, et une fin alternative (je préfère la véritable fin !!!!!)

Petite remarque finale : la couverture !!!!! Je trouve qu’elle colle parfaitement à l’univers, et elle est tellement belle que j’hésite à poursuivre en VF juste pour ça ! 

 

Donc, une super découverte !! Je me demande pourquoi j’ai attendu aussi longtemps pour le lire, sans doute parce que j’avais peur que ce soit une cata ! J’ai vraiment hâte de découvrir la suite, mais aussi les autres œuvres de Kim Newman situées dans le même univers !! 

123
 

Baseball fans gather zone |
Eaudefiction |
Ici même |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Kpg1221gpk
| Elenaqin
| la saltarelle des baronnes