Redbluemoon

I found myself in Wonderland.

The Midnight Circus de Jane Yolen

Posté : 14 octobre, 2020 @ 7:56 dans Avis littéraires, Coup de cœur | Pas de commentaires »

Genre : Nouvelle, Horreur et FantasyThe Midnight Circus

Editeur : Tachyon

Année de sortie : 2020

Nombre de pages : 256

Titre en français : pas encore traduit

Synopsis : “Jane Yolen is the Hans Christian Andersen of America” -Newsweek

Welcome to the Midnight Circus – and watch your step. The dark imaginings of fantasy icon Jane Yolen are not for the faint of heart. In these sixteen brilliantly unnerving tales and poems, Central Park becomes a carnival where you can – but probably shouldn’t – transform into a wild beast. The Red Sea will be deadly to cross due to a plague of voracious angels. Meanwhile, the South Pole is no place for even a good man, regardless of whether he is living or dead.

Wicked, solemn, and chilling, the circus is ready for your visit – just don’t arrive late.

 

Avis : A VENIR

I don’t want to give a mark to this book because I feel like I’m not the one who should mark it.

This is a beautiful book, the photographs are great and create an atmosphere while the reader is perusing The Spirit of Botany. They are immersed in kind of another world, a world I couldn’t fully enter. Not because I didn’t want to, but because I was ill-at-ease at times.

Actually, I think this book is not what I expected. Maybe I thought it would look like Floriography: An Illustrated Guide to the Victorian Language of Flowers, a book I adored! But The Spirit of Botany is far more personal and it made me uncomfortable for some reasons.

Despite that, I learnt a lot and I’m thinking about learning more about essential oils! The book is well presented, clear, and the author explains every step of the recipes carefully, always giving warnings when needed and saying why this must be done this or that way.

I’m going out of this read wanting to know more, but still convinced I kind of missed something here.

La Dernière geste, tome 1 : Si loin le soleil / Dans l’ombre de Paris de Morgan of Glencoe

Posté : 22 septembre, 2020 @ 9:36 dans Avis littéraires, Coup de cœur | Pas de commentaires »

Genre : FantasySi loin du soleil

Editeur : Autoédité

Année de sortie : 2016

Nombre de pages : 517

Synopsis : Depuis des siècles, les Humains traitent les fées, créatures magiques dont ils redoutent les pouvoirs, comme des animaux dangereux.
L’alliance du Royaume de France, de l’Empire du Japon et du Sultanat Ottoman se partage désormais l’Europe, l’Asie et l’Afrique. Ces féroces aristocraties oppriment leurs peuples et écrasent dans le sang toute révolte, qu’elle soit humaine ou féerique.
En choisissant les dangers de la liberté plutôt que la soumission aux règles de sa caste, la princesse Nekohaima Yuri va se forger ses propres valeurs et bientôt, mettra en péril la plus grande puissance du monde.
Au cœur de cette métamorphose, une amitié très improbable…

 

Avis : Ce livre m’a été offert par une amie qui l’a adoré et avec qui j’ai lu ce premier tome quand elle a décidé d’en faire une relecture !

Je n’ai regretté qu’une seule chose à la lecture de Si loin du soleil : ne pas l’avoir lu plus tôt ! C’est un énorme coup de cœur ! J’ai absolument tout adoré ! Je ne sais pas par où commencer tant tout était bon !

Tout d’abord, l’univers et l’intrigue : nous sommes à Paris dans les années 19.. je ne sais plus exactement, mais cela m’a semblé assez proche de nous ! Il serait donc possible de classer ce roman en Fantasy et en uchronie/histoire alternative, ce que j’adore ! En effet, le monde est régi par la Triade, c’est à dire le Royaume de France, l’empire japonais et le Sultanat ottoman – si je ne m’abuse ! On entend également parler de Keltia, sans savoir exactement ce qu’est ce pays. Qui dit « royaume » dit « Cour » dit « intrigues de Cour » et « politique » !! A partir de là, je suis déjà conquise ! Les personnages, et surtout l’héroïne, naviguent dans un monde dangereux et violent SPOILER 1 où le moindre faux pas, la moindre impolitesse peut être chèrement payée. Mais ajoutons à cela les Fées, opprimées par la Triade et considérées comme des animaux … J’ai adoré les découvrir, soit par les yeux de Yuri ou d’autres personnages, soit en les suivant dans le roman ! J’ai adoré cette diversité, le message de tolérance délivré par Si loin du soleil, le mélange de langues, de cultures, et cette poésie qui se dégage de certaines scènes SPOILER 2

La tolérance touche aussi à des sujets que je ne m’attendais pas à trouver ici : les différences homme/femme, le genre et l’orientation sexuelle. J’ai profondément haï certains personnages à cause de leur misogynie, mais j’ai adoré assister à des conversations sur l’égalité homme/femme, ou même de simples remarques qui la rappellent. Certains personnages ne ressentent pas le besoin d’appartenir à un genre, d’autres, de tomber amoureux d’un autre personnage d’un genre particulier. SPOILER 3 C’est un de mes aspects préférés dans ce roman !

Passons aux personnages !
- Yuri, l’héroïne, est donc princesse du Japon, troisième plus grande dame du pays et promise à un avenir tout tracé, fait de bals et d’intrigues, de tentatives d’assassinats et de faux semblants. Parfaite dans son rôle, Yuri n’a jamais pensé qu’elle ne savait pas tout de son monde. SPOILER 4 Au début du roman, Yuri peut sembler très stéréotypée : la princesse qui ne doit rien montrer de ses émotions, qui ne doit pas être sensible mais qui doit jouer de ses attraits et de ses traits féminins pour obtenir ce qu’elle veut. Intelligente et lucide, elle sait ce que l’avenir lui réserve, elle n’est pas dupe – et c’est d’autant plus douloureux. La place des femmes dans ce monde est la même que dans le nôtre à l’époque de la royauté : pas de rôle politique, faire belle figure – faire partie du décor quoi, une belle plante à exhiber -, donner un héritier à son mari. Ouh, quel programme excitant … Formatée par son éducation, Yuri est outrée par son passage sur l’Orient-express … mais j’y reviendrai ! Je me suis, en réalité, attachée à Yuri dès la première scène où elle apparaît, pour une raison que je préfère vous laisser découvrir !
- Ryûsaki, que je n’apprécie pas du tout parce qu’il représente, pour moi, l’archétype du mââââle qui dénigre toutes les femmes autour de lui en raison de leur sexe, même quand elles sont plus qualifiées que lui.
- Levana, que j’ai apprécié malgré son attachement à son colonel et ses méthodes très brusques !
- le Capitaine Trente Chênes, que j’ai aimé parce qu’elle permet déjà à Yuri de réfléchir et qu’elle est quand même capitaine de train !! Un train !! Mais oui !! J’adore !! J’aime son côté bourru, même s’il est un peu stéréotypé, son côté bourrin et son franc-parler !
- Ren qui, en plus d’avoir un prénom que j’adore, est un être très particulier dans ce monde ! Il semble assez réservé et doux, tout l’inverse de Ryûsaki ! J’ai adoré le suivre, le découvrir ; il est un de mes personnages préférés de ce roman ! Mais je ne veux pas trop vous en dire sur lui pour vous laisser le découvrir !
- l’Ambassadeur Blanc, assez mystérieux et que l’on découvre un peu plus au fil du roman !
- toute une flopée d’autres personnages dont je ne peux pas vous parler sans spoiler ! SPOILER 5

Autre élément que j’ai adoré : les décors. Je me suis sentie emportée dans le roman, j’étais avec les personnages, que ce soit dans l’Orient-express, dans les palais ou … ailleurs ! D’abord, ce train … Je vous ai déjà dit que j’adorais les trains, mais alors, celui-ci, avec ce nom, avec ces personnages … tout simplement parfait !! J’avais envie d’y rester plus longtemps – et, ça tombe bien, le tome 2 de cette série s’appelle L’Héritage du rail, donc je suppose qu’on va y retourner ! Les palais, eux aussi, m’ont donné envie d’y rester ; bien sûr, Yuri étant une princesse, elle ne vient pas dans le même genre de bâtiment que vous et moi ! Le lecteur découvre aussi la ville et un autre endroit dont je ne vous dirai rien !

Enfin, la fin … MAIS QUOI ? MAIS COMMENT ? Mais c’est TERRIBLE !! D’ailleurs, je ne l’ai pas encore évoqué mais préparez vos mouchoirs pendant la lecture de ce livre, l’autrice n’a pas peur de sacrifier des personnages ! MAIS CETTE FIN ! SPOILER 6 Heureusement que le tome 2 est là, j’aurais eu mal de devoir attendre avant de connaître la suite !!

Le seul bémol : des phrases du style « elle était encore belle pour son âge » … j’ai grincé des dents !

 

Donc, un excellent premier tome, un coup de cœur phénoménal, une très belle découverte que je recommande à tous ! 

 

SPOILER 1 je crois que je ne me suis toujours pas remise de la violence dont fait preuve Levana contre une pauvre servante qui venait apporter son thé à la princesse ! Et Yuri ne répond même pas !!

SPOILER 2 la harpe de glace me fait encore frissonner !

SPOILER 3 Je pensais que Sir Edward et Sir William étaient frères à cause de la façon dont les personnages parlent d’eux ; j’ai donc été surprise d’apprendre qu’ils étaient mariés ! J’ai adoré cet aspect du roman : on sent que ce n’est pas forcé et que toute l’intrigue repose sur cette révélation. Si les Rats sont dans cette situation, c’est en partie à cause du Roi Jaloux qui n’a pas compris qu’Edward n’était pas du tout amoureux de Gabrielle ; c’est en partie à cause du fait que l’homosexualité est considérée comme un crime par la Triade, alors qu’elle est complètement acceptée en Keltia ; c’est à cause du fait qu’Edward et William ne peuvent pas se révéler au grand jour sans être persécutés, étant donné que William est ambassadeur en France. Quel gâchis … Découvrir leur histoire d’amour était si beau, si doux et si douloureux à la fois … 

SPOILER 4 Quelle surprise quand elle décide de fuir le palais pour entrer dans la clandestinité et rejoindre les Rats !

SPOILER 5
- Bran, que j’ai adoré, sans aucun doute ! D’abord, c’est une Selkie, créature marine fascinante que j’ai aimé découvrir ici, puisque je n’avais jamais lu de roman qui la mettait en avant ; ensuite, elle est élève de Taliesin et capable d’une forme de magie si mystérieuse et belle qu’il est difficile de ne pas au moins l’apprécier. Mieux encore : ses défauts, ses failles, la rendent encore plus attachantes. La scène durant laquelle elle arrache un œil à Frédéric ne m’a pas fait douter d’elle, au contraire : elle est féroce dans la défense de ceux qu’elle aime. J’ai adoré que les noms soient importants pour elle, qu’ils aient une force particulière. J’ai adoré son lien avec Edward et son lien avec Ren. Je pense que Bran est mon personnage préféré, avec Edward et Ren d’ailleurs !
- Edward … oh, il m’a brisé le cœur … son histoire d’amour est si belle, et sa dévotion si forte qu’il est capable de se sacrifier sans regard en arrière …
- tous les Rats que l’on rencontre sauf Frédéric – qui permet d’aborder la question du consentement, merci à lui. J’ai adoré cette communauté, je me suis sentie si bien parmi eux !! C’est un monde clos, à part, mais si accueillant ! Le lecteur se sent aussi bien entouré que Yuri quand elle finit par s’habituer aux égouts !

SPOILER 6 Quel choc de découvrir que tout le monde, et je dis bien tout le monde, meurt ! Je m’y attendais à partir du discours d’Edward, mais c’est toujours autre chose de le vivre … si douloureux !

Wit’ch Fire de James Clemens

Posté : 19 septembre, 2020 @ 3:48 dans Avis littéraires, Coup de cœur, Relecture | Pas de commentaires »

Genre : Fantasy

Editeur : Del Rey Wit'ch Fire

Année de sortie : 2002 [1998]

Nombre de pages : 374

Titre en français : Les Bannis et les Proscrits, tome 1 : Le Feu de la Sor’cière

Synopsis : From a brilliant new voice in fantasy comes a band of heroes, a world in peril, and an unforgettable heroine whose unexpected gift of magic awakens an ancient, slumbering evil.

On a fateful night five centuries ago, three made a desperate last stand, sacrificing everything to preserve the only hope of goodness in the beautiful, doomed land of Alasea. Now, on the anniversary of that ominous night, a girl-child ripens into the heritage of lost power. But before she can even comprehend her terrible new gift, the Dark Lord dispatches his winged monsters to capture her and bring him the embryonic magic she embodies.

Fleeing the minions of darkness, Elena is swept toward certain doom-and into the company of unexpected allies. Aided by a one-armed warrior and a strange seer, she forms a band of the hunted and the cursed, the outcasts and the outlaws, to battle the unstoppable forces of evil and rescue a once-glorious empire…

 

Avis : Cette relecture, je l’attendais et, en même temps, elle me faisait très peur !

J’ai lu ce livre pour la première fois il y a 8 ans. Je n’avais pas lu énormément de Fantasy, j’étais assez jeune et j’ai adoré ce premier tome – et même la série complète, que j’ai dévorée en un mois ! Donc, quand j’ai commencé cette relecture, j’avais peur de ne pas autant aimer, alors que cette série représente beaucoup pour moi !

Heureusement pour moi, j’ai autant aimé que la première fois !

Je vais commencer par le seul « défaut » : c’est un livre lent, en tout cas, c’est comme ça que je l’ai ressenti. Tout se construit doucement pour arriver à la fin. Mais, si je suis honnête, ce n’est pas vraiment un défaut : j’étais juste impatiente parce que je savais où allait le livre et que je voulais déjà arriver au début du vrai voyage !!

La meilleure partie de cette relecture, c’était de retrouver les personnages et les décors comme je les voyais la première fois. C’était comme de retrouver des amis et des endroits familiers : génial !! Quand le lecteur arrive dans le verger, je n’ai pas eu d’effort à faire pour imaginer de nouveau à quoi il pouvait ressembler, avec les arbres, la vallée, Elena et Joach : l’image est revenue d’elle-même, toute formée. Même chose pour les forêts, le village, les routes et tout le reste !!

Donc, retrouver les personnages était un régal. Je les adore pratiquement tous, sauf un : Mogweed, que je déteste de toute mon âme. Vraiment, lui, je ne peux pas. SPOILER 1 Mes personnages préférés sont sans doute Nee’lahn et Kral. Ils m’émeuvent tout particulièrement. Elle est petite et veut passer inaperçue, se fondre dans le décor, devenir invisible quand elle est entourée d’autres personnes. Mais quand elle a quelque chose à dire à ses amis, elle n’hésite pas. Elle est féroce, courageuse et SPOILER 2 Kral est l’opposé de Nee’lahn : mâle, un homme des montagnes, imposant et assertif. Mais il est également touchant. SPOILER 3 Mais, comme elle, Kral est courageux et ne recule pas devant un combat pour protéger ses proches.
J’aime également beaucoup les autres personnages : Tol’chuk me touche particulièrement, il est très proche de Kral dans mon coeur et je suis surprise par l’amour que j’ai ressenti pour lui à la première lecture parce que je n’avais jamais rencontré un SPOILER 4 comme lui et je n’en avais jamais aimé ; Fardale … comment pourrais-je ne pas l’aimer ? Je veux dire SPOILER 5 ; Elena, bien sûr, même si elle n’est pas mon personnage préféré, sans doute parce qu’elle est encore une enfant(e) (petite pensée aux Chroniques du Pays des Mères !) ici et qu’elle ne fait rien de sa propre initiative, qu’elle a besoin des autres – ce qui est normal, ce n’est pas une critique, c’est simplement qu’on ne peut pas encore bien voir sa personnalité sous la peur qu’elle ressent constamment dans ce premier tome  – et donc qu’elle n’est jamais vraiment au premier plan, même si elle est tout de même le centre du roman – je ne sais pas si je suis très claire ici ! Elle l’est parfois SPOILER 6 Quant à Er’ril … je ne me souvenais pas qu’il était si sexiste !! Mais il l’est, indéniablement. Sans doute à cause de la façon dont la magie fonctionnait à son époque : SPOILER 7 Je l’aime pourtant beaucoup : pour son désespoir, sa perte d’espoir et son affection grandissante SPOILER 8 Je ne suis ni très claire ni très cohérente, je les aime tous !
Et c’est aussi un autre aspect que j’adore dans cette série : sa diversité et son originalité. Le lecteur ne suit pas des personnages ordinaires – même si Er’ril est un peu stéréotypé parfois. Ils viennent tous de cultures différentes, de peuples différents et ils ont parfois quelque chose de spécial, comme c’est le cas pour Er’ril et Tol’chuk par exemple !

J’avais presque oublié l’existence de récits enchâssés dans cette série : c’est aussi un des aspects que j’aime beaucoup ! Un narrateur nous raconte toute l’histoire : il intervient au début et à la fin, mais le lecteur tend à oublier son existence au cours du roman, puisqu’il n’interrompt pas le récit et ne fait aucun commentaire. Il pousse le lecteur à lire la suite, à la fin du tome, grâce à des phrases comme « je n’ai plus d’encre et plus de courage pour poursuivre cette nuit » ! Merci, je vais chercher le tome 2 du coup !!

Ce livre a été le premier que j’ai lu dans lequel j’ai rencontré des créatures terrifiantes et assisté à des scènes particulièrement affreuses : skaltum, gore, sang, monstres, ténèbres, VERS. Pourquoi les auteurs mettent-ils des vers comme ça dans leurs romans ? Qu’est-ce qu’ils ont de si spécial ? Je ne comprends pas !
J’aime toujours autant l’univers et j’ai envie d’en savoir plus, d’en re-découvrir plus !! J’ai oublié certains éléments et certains détails, ce sera un vrai plaisir de les lire comme si c’était la première fois !

Je ne me souvenais pas de la fin mais elle m’est revenue en la lisant ! SPOILER 9

 

Donc, c’était une excellente relecture, à la fois grâce à la nostalgie que j’ai ressentie, mais aussi parce que je trouve vraiment que ce livre est bon ! J’ai hâte de poursuivre avec le tome 2 !

 

SPOILER 1 Ce n’est pas parce qu’il est mauvais – par exemple, j’apprécie Rockingham, je trouve son histoire intéressante, touchante quand on apprend enfin ce qui lui est arrivé. Mais Mogweed … Un lâche doublé d’un égoïste. Il ne peut pas penser aux autres, il ne pense qu’à lui-même, sa vie, sa sécurité. Aucun sens de l’honneur, de l’amitié ou de la famille : il est prêt à sacrifier son propre frère jumeau pour obtenir ce qu’il veut. A vomir. C’est non.

SPOILER 2 son lien avec la forêt est si beau et la transforme en une autre personne. J’aime qu’elle soit une nyphai et qu’elle déteste que les gens l’appellent « nymphe ». J’ai aimé la première scène, quand elle chante et découvre Er’ril. Qu’est-ce que je donnerais pour pouvoir être présente et l’écouter !

SPOILER 3 J’ai été très émue par la scène où il pense avoir menti : il ne peut pas se débarrasser de la honte qu’il ressent !

SPOILER 4 o’gre

SPOILER 5 c’est un loup, il est courageux, prêt à protéger un homme qu’il « devrait » détester, Mogweed, prêt à tuer et à mourir pour lui. Il supporte son jumeau : respect éternel !!

SPOILER 6 quand nous sommes dans sa tête et/ou qu’elle utilise ses pouvoirs. Elle est impressionnante et le lecteur ne peut s’empêcher d’avoir hâte qu’elle grandisse, qu’elle devienne une femme adulte, la Sor’cière et qu’elle laisse l’enfant derrière elle. Mais peut-on attendre d’elle qu’elle grandisse aussi vite alors qu’elle est si jeune dans ce premier tome ?

SPOILER 7 elle était réservée aux hommes. Les femmes ne pouvaient pas être choisies par Chi. J’ai aaaaaaaaaaaaaaaaaaadoré l’explication de Bol sur le fait qu’il n’y ait qu’une seule sor’cière alors qu’il y avait plusieurs détenteurs de Chi. J’aime la façon dont Bol voit les femmes et les hommes comme des égaux, quand Er’ril, lui, est persuadé que les hommes/Chi sont plus forts et que, donc, la magie de la sor’cière est plus faible.

SPOILER 8 pour Elena. Après le premier choc et l’horreur, il veut la protéger. Il devient son Gardien et cela m’a émue à nouveau ! Les scènes où il la prend dans ses bras pour qu’elle se concentre, la scène lors de laquelle il la voit vraiment, les scènes dans lesquelles le lecteur découvre son désespoir à cause de ce qu’il a fait des siècles plus tôt, le fait qu’il soit toujours hanté par le garçon qu’il a tué, le fait qu’il soit pardonné, le fait qu’il soit handicapé – je n’avais jamais lu un roman Fantasy avec un personnage handicapé !

SPOILER 9 Bien sûr, si Greshym est vivant, Shorkan l’est aussi ! Mais je ne me souviens pas de la confrontation des deux frères …

The Seventh Perfection de Daniel Polansky

Posté : 31 août, 2020 @ 11:58 dans Avis littéraires, Coup de cœur | 2 commentaires »

Genre : Fantasy, Nouvelle The Seventh Perfection

Editeur : Tor

Année de sortie : 2020

Nombre de pages : 176

Titre en VF : pas encore traduit

Synopsis : Daniel Polansky returns with The Seventh Perfection, an innovative, mind-bending fantasy mystery

When a woman with perfect memory sets out to solve a riddle, the threads she tugs on could bring a whole city crashing down. The God-King who made her is at risk, and his other servants will do anything to stop her.

To become the God-King’s Amanuensis, Manet had to master all seven perfections, developing her body and mind to the peak of human performance. She remembers everything that has happened to her, in absolute clarity, a gift that will surely drive her mad. But before she goes, Manet must unravel a secret which threatens not only the carefully prepared myths of the God-King’s ascent, but her own identity and the nature of truth itself.

 

Avis : Un autre SP, cette fois, j’ai Tor Books que j’aime beaucoup !!

J’ai lu le synopsis en diagonale, je l’avoue : vu le nombre de pages et la taille du résumé, je me suis dit que si je le lisais en entier et correctement, peut-être que j’allais me faire gâcher quelques surprises. Et j’avais raison !!
Donc, si vous voulez entrer à l’aveugle dans ce court roman, sachez juste que c’est original, étrange au point de devenir fascinant et que la fin est très surprenante !

 

Pour ceux qui veulent en savoir plus, continuez à lire !

Ce qui m’a d’abord surprise, c’est le format de ce livre : c’est une nouvelle à points de vue multiples, mais seulement avec les réponses données au personnage principal – je ne sais pas si je peux l’appeler narratrice, du coup ! -, Manet. Nous n’entendons jamais sa « voix ». Et pourtant, plus nous avançons, plus nous nous attachons à elle, à sa dangereuse quête pour la vérité SPOILER 1 ; nous voulons comprendre ce qu’elle cherche, qui elle est, quelle est vraiment sa position dans la hiérarchie du gouvernement, qui est le Dieu Roi, qui est Amata, quelle est leur histoire, qu’est-ce qui est arrivé, et pourquoi Manet est-elle impliquée ? De nombreuses questions grouillent dans l’esprit du lecteur ; à partir d’un moment, le lecteur veut simplement continuer à lire pour savoir.

L’intrigue est assez simple : la quête de vérité de Manet. La vérité à propos de quoi ? Je ne dirai rien, ce serait déjà spoiler !
Ce court roman traite de divers sujets, notamment le rôle d’Amatuensis de Manet – un mot qui ne sera pas expliqué, mais qui définit son « travail » – et les sept perfections. Petit à petit, nous comprenons ce que sont les perfections, laquelle est la septième, même si l’on ne comprend pas encore pourquoi elle donne son titre à la nouvelle.

Et maintenant, les spoilers ! SPOILER 2

 

Donc, en un mot : brillant !

 

SPOILER 1 mais est-ce vraiment pour la vérité ?

SPOILER 2 j’adore que le vrai sujet de ce roman soit la mémoire, l’histoire et les histoires. Manet, en devenant Amatuensis, ce qui signifie, je pense, Mémoire ou quelque chose qui s’en approche, est devenue la mémoire du Dieu Roi. Elle ne peut jamais rien oublier mais les gens doutent qu’elle ressente quoi que ce soit. Elle ressemble à une machine alors qu’elle ressent tout beaucoup plus intensément. Comme je l’ai dit plus haut, nous n’entendons pas sa voix – ou, en tout cas, jusqu’à la toute fin, quand nous avons un chapitre qui pourrait être du point de vue de Manet. En perdant sa voix, elle perd la possibilité de raconter son histoire, tout comme elle la perd à la fin, quand elle prend la place de son Père (?) en tant que dieu. En devenant dirigeante, elle perd son identité : elle devient ce que les gens vont dire d’elle, les histoires qu’ils vont inventer à son propos, tout comme Kiri est devenu ce que les gens pensent qu’il était. Il ne se souvient pas lui-même de qui il est vraiment, comme il ne se souvient pas de ce qui est arrivé à Amata ou de leur enfant supposé. Il est devenu Histoire, une histoire, quelqu’un d’autre et il s’est perdu dans la voix des autres, comme Manet.

Swords and Fire, book 3: The Unbound Empire de Melissa Caruso

Posté : 30 août, 2020 @ 3:14 dans Avis littéraires, Coup de cœur | Pas de commentaires »

Genre : FantasyThe Unbound Empire

Editeur : Orbit

Année de sortie : 2019

Nombre de pages : 505

Titre en français : Les Faucons de Raverra, tome 3 : L’Empire libéré

Synopsis : The final volume of the Gemmell Morningstar Award-shortlisted Swords and Fire fantasy trilogy, in which political scion Amalia and her bound fire warlock Zaira must save the Empire from a ruthless, magical enemy. Perfect for fans of Tamora Pierce, The Queen of the Tearling, and Uprooted.

While winter snows keep the Witch Lord Ruven’s invading armies at bay, Lady Amalia Cornaro and the fire warlock Zaira attempt to change the fate of mages in the Raverran Empire forever, earning the enmity of those in power who will do anything to keep all magic under tight imperial control. But in the season of the Serene City’s great masquerade, Ruven executes a devastating surprise strike at the heart of the Empire – and at everything Amalia holds most dear.

To stand a chance of defeating Ruven, Amalia and Zaira must face their worst nightmares, expose their deepest secrets, and unleash Zaira’s most devastating fire.

 

Avis : Enfin, j’ai lu le dernier tome de cette trilogie que j’adore, Les Faucons de Raverra !

D’habitude, quand j’entame le dernier livre d’une série, j’ai peur : peut-être que l’auteur a détruit la personnalité des personnages, peut-être que je vais détester la fin, peut-être que ça n’aura aucun sens, peut-être que ça va être affreux et souiller mon amour pour la série tout entière !
Melissa Caruso ne m’a pas déçue avec The Defiant Heir que j’ai même trouvé meilleur que le premier tome, The Tethered Mage ; je n’avais pas peur pour The Unbound Empire. J’étais sûre que j’allais, au moins, apprécier ce livre. Et j’ai adoré !

Rien ne clochait dans ce livre, rien ne m’a dérangée – bon, peut-être le fait qu’Amalia se répète beaucoup à un moment donné dans le livre, mais j’étais dans l’histoire, je n’ai pas eu le temps de lever les yeux au ciel ! Tout était bon !!

Le lecteur retrouve les personnages qu’il aime : Amalia, Zaira, Terika, Istrella, Jerith et d’autres !
Amalia est une des rares héroïnes de Fantasy YA que j’aime vraiment et dont je suis fière. Elle ne se laisse pas faire, elle ne suit pas ce que lui disent les hommes autour d’elle, même si les conseils sont bienvenus, elle sait ce qui est juste, ce qui ne l’est pas et ce qui doit être fait de toute façon. C’est parfois dur pour elle et elle a besoin de quelqu’un sur qui se reposer un peu pour un temps, mais elle est toujours debout quand il le faut et fait de son mieux. SPOILER 1
Zaira est un de ces personnages qui ne veulent montrer leurs faiblesses devant personne, donc elle cache tout ce qu’elle ressent derrière l’humour ou l’irritation. Dans ce livre, le lecteur la découvre davantage SPOILER 2 Zaira me fait aussi rire parfois, surtout quand elle est avec Terika ou qu’elle donne des surnoms aux autres personnages !
Istrella me fait penser à Luna Lovegood : étrange, décalée mais toujours dans le vrai. Elle pense hors des sentiers battus et voit des éléments que les autres négligent. Je l’aime beaucoup !
J’aime également Jerith, je ne sais pas vraiment pourquoi ! De même pour La Contessa, Ciardha et Lucia. La première est un modèle pour Amalia, mais aussi quelqu’un de très mystérieux. Ce serait génial d’en savoir plus sur elle ! SPOILER 3
Un de mes personnages préférés de cette série est Kathe. SPOILER 4
Un personnage, en revanche, que je ne parviens pas à aimer depuis le début : Marcello. SPOILER 5

Ruven mérite une partie à lui tout seul.
Il est détestable, mais il n’est pas un de ces « méchants » qui n’a pas de but et qui n’est que mauvais. Il a un objectif et il est prêt à tout pour l’atteindre, même si cela veut dire tuer des milliers de personnes sur son passage ou se faire des ennemis puissants. SPOILER 6 Il sait également comment faire sortir le pire des personnes qui l’entourent. J’ai trouvé qu’il faisait un très bon villain ! SPOILER 7

J’aime toujours autant le côté politique de cette série ! C’était vraiment bon ! Et cela aide à garder le focus sur l’histoire/le monde/la guerre et non sur la romance ! C’est aussi une des raisons pour lesquelles j’aime autant Les Faucons de Raverra !
Toujours amoureuse des décors (the Mews, le Palais impérial, Raverra en général, Ardence, le Vaskandar) et de l’influence italienne ! Toujours amoureuse du fait que certains personnages sont des spécialistes de la magie - la mention de plusieurs bibliothèques à un moment donné m’a donné envie d’entrer dans le livre et d’aller les chercher pour les lire ! -, toujours amoureuse de la magie des Faucons et des Witch Lords ! J’en veux plus et je suis très heureuse de la parution de The Obsidian Tower dont l’action se situe dans le même univers et, plus spécifiquement, dans le Vaskandar !

Enfin, ce livre était un grand huit d’émotions intenses ! Le suspense était bien présent : parfois, j’avais vraiment peur que certains de mes personnages préférés meurent ! J’ai ressenti du désespoir, de la joie, du soulagement, de la peurSPOILER 8 Et la fin était parfaite pour moi !! SPOILER 9

 

Donc, une excellente série de Fantasy YA, clairement sous-estimée quand on voit le nombre de notes sur Goodreads !

 

SPOILER 1 la scène où elle fait son discours pour le Falcon Reserve Act … et celle de la fin où elle entre au Conseil des Neuf après avoir vaincu Ruven … j’ai des frissons !! Si fière d’elle !!

SPOILER 2 et la comprend dans cette HORRIBLE scène avec la Dame aux araignées ! *frissons* C’était affreux à lire !!! Pourquoi des araignées, POURQUOI ? Mais le pouvoir de la Dame est fascinant, j’aimerais en voir plus … juste … sans les araignées s’il vous plaît ! 

SPOILER 3 Lucia m’a semblé être une version plus jeune de Ciardha, comme Amalia est, en quelque sorte, une version plus jeune de sa mère !

SPOILER 4 Découvrir qui il est vraiment le rend moins mystérieux et sombre mais si … parfait ! J’ai adoré la scène où les habitants de Let l’accueillent ou quand il parle à Amalia de faire des câlins à des renardeaux ! Il est à la fois mignon et puissant !

SPOILER 5 J’ai lu ce livre – et même la série complète ! – avec une amie et elle m’a dit quelque chose de très vrai à propos de ce personnage : « il devient intéressant quand il n’est plus Marcello ». Si vrai ! Et si triste ! Ce qui arrive à Marcello est très dur, j’ai compati. Mais je n’ai pas réussi à l’aimer pour autant. Et, quand il « revient à lui », il geint immédiatement !! Ah, ce bon vieux Marcello est de retour, formidable !!

SPOILER 6 Pourquoi se ferait-il du souci ? Il est immortel après tout !

SPOILER 7 et j’ai aimé sa fin ! Il est pris à son propre piège et le lecteur sent bien que la vengeance n’est pas aussi douce que ce à quoi s’attendaient Zaira et Amalia quand il meurt.

SPOILER 8 les araignées, haha !

SPOILER 9 Je suis si heureuse qu’Amalia ne finisse pas avec Marcello !! Si heureuse qu’elle soit avec Kathe !! Si heureuse qu’elle ait toujours un rôle politique dans le Conseil des Neuf !!

1...34567...25
 

Baseball fans gather zone |
Eaudefiction |
Ici même |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Kpg1221gpk
| Elenaqin
| la saltarelle des baronnes