Redbluemoon

I found myself in Wonderland.

Les Bannis et les Proscrits T.1 : Le Feu de la Sor’cière de James Clemens

Posté : 23 novembre, 2012 @ 9:58 dans Avis littéraires, Coup de cœur | 2 commentaires »

Genre : Fantasy Les Bannis et les Proscrits T.1 : Le Feu de la Sor'cière de James Clemens dans Avis littéraires couv1741682-185x300

Editeur : Milady

Année de sortie : 2008

Nombre de pages : 536

Synopsis : Par une nuit fatale, dans le merveilleux pays d’Alasea frappé par une malédiction, trois mages firent un ultime acte de résistance, sacrifiant tout dans l’espoir de préserver le bien. Cinq cents ans plus tard, au jour anniversaire de cette nuit sinistre, une petite fille hérite d’un pouvoir perdu depuis longtemps. Mais avant qu’elle puisse comprendre son terrible don, le Seigneur Noir lance ses monstres ailés pour la capturer et lui rapporter la magie embryonnaire qu’elle détient. Fuyant les hordes des ténèbres, Elena est précipitée vers une issue terrible … et vers la compagnie d’alliés inattendus. Formant avec eux une bande de parias et de hors-la-loi, elle va tenter de combattre les forces implacables du mal et de secourir un empire autrefois glorieux …

 

Avis : La couverture est très attirante : on découvre déjà un univers fantastique et enchanteur, avec des lieux étranges, sinistres, et merveilleux à la fois. Elle donne tout de suite envie d’être dans l’histoire, d’apprendre à connaitre les personnages, d’entrer dans les lieux qu’ils vont découvrir. 

Le début de l’histoire est très intriguant : j’aime beaucoup l’idée d’une histoire dans une histoire et aussi de cette implication du lecteur, qui devient un élève et qui est censé apprendre l’histoire de son pays. On se sent plus touché par ce qui se raconte, on est plus concerné. L’idée du narrateur mystérieux est très intéressante : on sait qu’il fait partie de l’histoire mais on ne se doute pas de qui il peut être. Et on a beau chercher des indices dans l’œuvre, il n’y en a aucun. Le début donne déjà envie de lire la suite rien que pour connaitre ce personnage mystère !

Dès ce premier tome, on sait que ce sera une saga très intéressante. Les personnages sont vivants, attachants, assez développés. On connait les pensées de chacun d’eux, on perçoit déjà les intentions de certains, leur nature, on peut se les imaginer très facilement, que ce soit physiquement ou mentalement. Mon préféré est sans doute Kral : il a l’air d’un gros dur sans cœur, mais il se révèle être un être sensible, qui a des sentiments comme tout le monde. Je le trouve plus attachant que les autres. Evidemment, j’aime beaucoup aussi le personnage d’Elena, que je trouve assez touchant et courageux. Elle veut montrer sa force en cachant sa peur mais, elle aussi est comme tout le monde. C’est sans doute ce qu’il y a de mieux avec ces personnages : ils sont réalistes.

Les lieux, fascinants et fantastiques, sont également facilement imaginables, et assez diversifiés. L’on passe de l’habitat d’un ogre à celui des Siluras. Je trouve ça assez intéressant : on ne retrouve pas les mêmes paysages tout le temps, comme c’est parfois le cas dans certains livres de Fantasy. 

Ce que je trouve également intéressant, c’est que l’on suit chaque personnage séparément pour découvrir son histoire personnelle, ce qui est assez inhabituel dans les romans que j’ai lu : souvent, on prend l’action en cours et on découvre l’histoire des personnages pendant l’œuvre. Là, on en sait plus que les personnages, et je trouve que cela démarque l’œuvre des autres romans que j’ai déjà lu.

 

Je conseillerais ce livre à tous ceux qui adorent la Fantasy, à ceux qui voudraient essayer, mais également, et surtout, à ceux qui veulent se réconcilier avec elle parce qu’ils ont eu une mauvaise expérience.

Je n’avais pas lu une aussi bonne saga depuis L’Héritage de Christopher Paolini.

Le Seigneur des Anneaux, tome 1 : La Communauté de l’Anneau de J. R. R. Tolkien

Posté : 22 novembre, 2012 @ 9:24 dans Avis littéraires, Coup de cœur | Pas de commentaires »

Genre : Fantasy Le Seigneur des Anneaux, tome 1 : La Communauté de l'Anneau de J. R. R. Tolkien dans Avis littéraires le-seigneur-des-anneaux-t.1-la-communaute-de-lanneau-182x300

Editeur : Pocket 

Année de sortie : 2002

Nombre de pages : 698

Synopsis : Aux temps reculés qu’évoque le récit, la Terre est peuplée d’innombrables créatures étranges. Les Hobbits, apparentés à l’Homme, mais proches également des Elfes et des Nains, vivent en paix au nord-ouest de l’Ancien Monde, dans la Comté. Paix précaire et menacée, cependant, depuis que Bilbon Sacquet a dérobé au monstre Gollum l’Anneau de Puissance jadis forgé par Sauron de Mordor. Car cet Anneau est doté d’un pouvoir immense et maléfique. Il permet à son détenteur de se rendre invisible et lui confère une autorité sans limites sur les possesseurs des autres Anneaux. Bref, il fait de lui le Maître du Monde. C’est pourquoi Sauron s’est juré de reconquérir l’Anneau par tous les moyens. Déjà ses Cavaliers Noirs rôdent aux frontières de la Comté.

 

Avis : Avant de lire le livre, j’ai souvent regardé le film, que j’ai vraiment trouvé génial, et qui est, d’ailleurs, mon préféré. Les personnages sont très attachants – certains plus que d’autres – et les acteurs jouent très bien. Je me suis toujours dit que je lirais les livres ; j’avais commencé mais j’ai abandonné : rien que le premier, je le le trouvais très long, tout était trop décrit, je trouvais ça un peu ennuyeux (il faut dire que j’étais assez jeune et, je pense que je n’avais pas la maturité nécessaire pour lire ce genre de livres). Je me suis dit que je recommencerai plus tard. Et ce plus tard est arrivé !

La première partie m’a paru assez longue et lente. Il n’y a pas beaucoup d’action et il y a énormément de description, peut-être un peu trop, ce qui ne me permettait pas d’imaginer correctement les choses (le film m’y a aidé). Cependant, j’ai aimé en découvrir un peu plus à propos de l’Histoire de la Terre du Milieu, concernant les Elfes comme concernant l’Anneau ou les Hobbits. Il y a, évidemment, plus de détails et plus de scènes dans le livre, c’est ce pourquoi je les préfère aux films : on sait « tout », tandis que les films doivent éliminer des scènes, à cause de leur limite de temps.

J’aime beaucoup la scène du Conseil d’Elrond dans le film, et je l’aime encore plus dans le livre. En un chapitre, on en apprend plus qu’en près de quatre-cent pages ! C’est une partie très intéressante de l’histoire : on découvre certains personnages très importants comme Legolas, Gimli et Boromir. Par contre, je trouve dommage que le personnage d’Arwen ne soit pas plus développé dans ce tome (j’espère qu’il le sera plus dans les prochains !) Et l’on découvre également une partie de l’Histoire de la Terre du Milieu dont j’ai parlé au-dessus ; j’aurais également aimé en apprendre plus sur l’histoire d’Aragorn et d’Arwen, pas du tout évoquée dans le livre !

La seconde partie, quant à elle, est passée beaucoup plus facilement que la première ! Il y a plus d’actions, les personnages principaux sont tous présents, on les découvre peu à peu. J’aime beaucoup le fait qu’aucun ne soit manichéen : ils ont tous une part d’ombre et de lumière en eux, ce qui les rend plus vivants et plus réalistes.

Par contre, je ne comprends pas pourquoi je n’ai pas retrouvé l’émotion que j’avais ressenti lors du passage du pont de Khazad-Dûm. Je me souviens que ce passage m’avait beaucoup ému dans le film mais, là, c’était très différent … Je ne sais pas si c’est parce que j’avais vu le film avant ou si c’est parce que, dans le livre, cela se passe très rapidement, en quelques phrases, mais j’ai trouvé ça vraiment dommage … On ne ressent pas le choc, l’impact de ce qu’il se passe … 

Je trouve également dommage qu’il n’y ait pas beaucoup de langage elfique, ni de langage nain, et qu’il n’y ait pas de lexique pour ça. Sinon, le livre était vraiment à la hauteur de mes espérances, malgré quelques longueurs, qui rendent la lecture assez compliquée et l’imagination un peu difficile.

En définitive, un très bon classique !

 

challenge-des-100-livres-chez-bianca Classique dans Coup de cœur

L’Héritage, tome 4 de Christopher Paolini

Posté : 2 juin, 2012 @ 12:01 dans Avis littéraires, Coup de cœur | Pas de commentaires »

Genre : Fantasy ; JeunesseL'Héritage, tome 4 de Christopher Paolini dans Avis littéraires 9782747028554FS1-207x300

Editeur : Bayard Jeunesse

Année de sortie : 2012

Nombre de pages : 900

Synopsis  : Il n’y a pas très longtemps, Eragon, le tueur d’Ombres, dragonnier, n’était qu’un pauvre garçon de ferme, et son dragon, Saphira, seulement une pierre bleue dans la forêt. Maintenant, le destin d’un peuple entier repose sur leurs épaules.

De longs mois d’entraînements et de batailles ont rapportés des nombreuses victoires et de l’espoir, mais ils ont causé aussi des pertes déchirantes. Et puis, la réelle bataille n’a pas encore eu lieu : ils doivent affronter Galbatorix. Quand ils le feront, ils devront être assez fort pour le vaincre. Et s’ils ne peuvent pas, personne ne le pourra. Il n’y aura pas de seconde chance.

Le dragonnier et son dragon sont allés plus loin que personne n’aurait pu l’espérer. Mais peuvent-ils renverser le roi maudit et restaurer la justice en Alagaësia ? Et dans ce cas, quel en sera le prix ?

 

Avis : En allant acheter ce tome et en voyant la couverture, je me suis dit : Qui est ce dragon vert ? A qui appartient-il ? Y-a-t-il un quatrième Dragonnier ? Cela m’a donné de plus en plus envie de le lire mais j’ai résisté jusqu’à avoir relu les tomes précédents (les deux derniers tomes m’étant complétement sortis de la tête !) Et en le lisant, je n’ai pas été déçue !

Quelle belle fin ! La saga Eragon est la première série que j’ai lu et la voir se finir me fait un peu bizarre. Voir le mot FIN au bout de la dernière page m’a fait comme un électrochoc. Le terme de L’Héritage, c’est un peu la fin d’un monde. Mais est-ce vraiment l’achèvement final ? Il paraitrait que Mr Paolini ait décidé de nous surprendre une deuxième fois (je tiens à rappeler que L’Héritage devait être une trilogie à la base) en transformant sa quadrilogie en une série de cinq tomes. Il y aurait ainsi des réponses à certaines questions restées en suspens comme la vie d’Angela, l’évolution des relations entre Eragon et Arya, la renaissance de la caste des Dragonniers …

En effet, cette fin est en elle-même un renouveau. C’est l’achèvement d’une histoire et le début d’une autre. Car, Eragon, en agissant comme il le fait, nous laisse penser que ce n’est pas réellement fini, qu’il y a encore quelque chose après. De plus, cette fin n’en est également pas une car elle ne répond pas à toutes les questions posées tout au long de l’histoire. Questions que j’ai déjà énuméré au-dessus et auxquelles je rajoute : la naissance et l’éducation des dragons, la vie sur l’Alagaësia après Galbatorix …

D’un autre côté, ce tome s’intéresse à plusieurs personnages, il ne reste pas centré uniquement sur Eragon et Saphira, ce qui est très bien puisque nous suivons plusieurs aventures à la fois qui finalement se recoupent.

D’une autre façon, cette fin en elle-même est un accomplissement parfait de la longue guerre de l’Alagaësia, qui ne se finit pas comme on aurait pu le penser. Le bien triomphe totalement avec une fin des plus surprenantes. Par cet aspect, je trouve que c’est un dernier tome différent des autres. Je n’avais jamais vu de série dans laquelle le héros vainc le « méchant » de cette façon. Je trouve que c’est innovant et j’aime beaucoup.

Cette fin mêle en plus différents sentiments : joie car Eragon a finalement atteint le bout de sa quête, tristesse car Eragon et Arya se séparent sans même avoir vécu quoi que ce soit ensemble, frustration parce qu’il manque certaines réponses … Il y en a pour tous les goûts ! Ceux qui aiment les fins tristes, ceux qui préfèrent les Happy Ending et ceux qui aiment conserver une part de suspense.

Pour moi, une histoire ne se finit jamais vraiment. Elle continue à s’étendre dans notre imaginaire. Cette série fait partie de celle qui ne meurt jamais, de celle dont on continue de rêver. Certains auront sans doute déjà imaginé comment la caste des Dragonniers renaît, comment Eragon et Saphira évoluent, ce qu’ils deviennent …

Finalement, ce dernier tome est à double tranchant. Dans un sens, il est réussi car la fin est magnifique et que l’Alagaësia est sauvée. Dans un autre, il manque quelque chose. L’histoire ne peut pas s’arrêter comme ça. Il y a encore beaucoup de choses à découvrir pour Eragon comme pour nous.

Il ne nous reste plus qu’à espérer que Mr Paolini ne laissera pas tomber Eragon dans l’oubli et écrira un cinquième tome !

1...2122232425
 

Baseball fans gather zone |
Eaudefiction |
Ici même |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Kpg1221gpk
| Elenaqin
| la saltarelle des baronnes