Redbluemoon

I found myself in Wonderland.

A Song of Ice and Fire, book 2: A Clash of Kings de George R. R. Martin

Posté : 29 avril, 2015 @ 5:56 dans Avis littéraires, Coup de cœur | Pas de commentaires »

A Clash of Kings Genre : Fantasy

Editeur : Bantam Books

Année de sortie : 2011

Nombre de pages : 969

Synopsis : In this eagerly awaited sequel to A Game of Thrones, George R. R. Martin has created a work of unsurpassed vision, power, and imagination. A Clash of Kings transports us to a world of revelry and revenge, wizardry and warfare unlike any you have ever experienced. A comet the color of blood and flame cuts across the sky. And from the ancient citadel of Dragonstone to the forbidding shores of Winterfell, chaos reigns. Siw factions struggle for control of a divided land and the Iron Throne of the Seven Kingdoms, preparing to stake their claims through tempest, turmoil, and war. It is a tale in which brother plots against brother and the dead rise to walk in the night. Here a princess masquerades as an orphan boy; a knight of the mind prepares a poison for a treacherous sorceress; and wild men descend from the Mountains of the Moon to ravage the countryside. Against a backdrop of incest and fratricide, alchemy and murder, victory may go to the men and women possessed of the coldest steel … and the coldest hearts. For when kings clash, the whole land trembles.

 

Avis :  J’ai lu le premier tome de Game of Thrones (en fait A Song of Ice and Fire) en juillet 2014, et j’avais vraiment adoré, que ce soit l’histoire, la complexité des personnages, ou la densité de l’intrigue. Et je ne suis pas déçue avec ce deuxième volume !

Je me souvenais très bien de la fin du premier livre en commençant le second, et j’avais vraiment hâte de retrouver Daenerys !! J’ai été un peu étonnée que l’on ne commence pas par son point de vue, mais cela n’empêche pas que, dès le début du livre, l’histoire commence fort ! On se trouve dans un lieu que l’on ne connaît pas, Dragonstone, avec des personnages que l’on a dû apercevoir dans le premier livre, mais dont on ne sait pas énormément de choses, et une intrigue à découvrir peu à peu. En lisant cette première scène, on peut penser que le synopsis donne déjà toute l’histoire, mais l’on se trompe ! Tant de choses se passent dans ce tome qu’il est impossible de le résumer en si peu de mots. A nouveau, l’on adopte le point de vue de différents personnages, dont Daenerys, Jon, Bran et Catelyn, mais aussi Tyrion et Theon par exemple. Ainsi, l’on peut suivre l’action sur toute la surface des Sept Royaumes et même au-delà avec l’héritière des Targaryens. Le lecteur peut parfois être un peu perdu dans Westeros; heureusement que des cartes se trouvent dans le livre pour se repérer. Des amis qui regardent la série m’ont dit qu’ils avaient parfois eux aussi besoin de cartes pour s’y retrouver; en effet, l’on passe parfois de Winterfell à King’s Landing (là encore, ça va, puisque le premier tome tournait autour de ces villes), mais pour localiser Harrenhal, ou Highgarden, ou Pyke, j’ai eu un peu de mal ! L’on découvre aussi des lieux qui ne se trouvent pas dans les Sept Royaumes, notamment avec Daenerys. Le problème de la localisation ne gâche absolument pas le plaisir de la lecture pour autant ! C’est un bonheur de découvrir les intrigues mêlées de tous les personnages, qu’ils complotent contre leur propre famille ou qu’ils tentent de la sauver, et il n’est pas rare que le lecteur soit frustré quand il doit quitter un personnage dans une position délicate pour en suivre un autre ! Je me suis parfois dit qu’il serait intéressant d’avoir le point de vue de Cersei, que le lecteur n’a jamais, ou celui de personnages très mystérieux ou secondaires, comme Varys ou Shae. En se concentrant sur certains personnages, l’on partage leurs émotions et leurs sentiments, leurs espoirs, leurs peurs, leurs joies, et l’on a parfois du mal à prendre du recul pour considérer d’autres points de vue. J’ai trouvé qu’il y avait parfois de longs passages de description quand j’avais envie d’action, et de savoir ce qui allait arriver aux personnages. Une fois de plus, j’ai complètement voyagé avec ce tome, des neiges et du froid du Mur aux plaines toujours ensoleillées du Sud, jusqu’au désert hors des Sept Royaumes. De plus, l’écriture de l’auteur est claire, parfois très belle. Enfin, certains amis qui regardent la série me disaient qu’il y avait de nombreuses scènes sexuelles, mais j’avais trouvé que le premier tome n’en était pas envahi; c’est différent pour ce tome, où il commence à y avoir un certain nombre de viols, ce qui donne des scènes assez difficiles à lire … Certains passages sont également gores, que ce soit pendant des batailles ou des attaques inattendues …

Concernant les personnages, j’aime toujours autant ceux pour qui j’ai eu un coup de cœur : Daenerys, qui reste mon personnage préféré, et qui évolue beaucoup dans ce tome, désormais seule, elle devient une femme, alors qu’elle nous rappelle qu’elle n’a que quatorze ans ! De plus, j’adore les dragons, donc comment ne pas m’attacher à la Mère des Dragons ? ; Jon Snow, courageux gardien du Mur, qui doit affronter le Nord avec ses nouveaux frères et doit prendre des décisions qui peuvent détruire sa vie ; Arya, à qui il arrive tout un tas de choses en peu de temps, et qui doit elle aussi grandir vite afin de prendre des décisions difficiles à son âge, et de tout faire pour retrouver les siens ; et Catelyn Stark, de qui j’ai vraiment eu pitié dans ce tome, elle reste forte mais doit affronter des épreuves redoutables qui devraient la voir s’effondrer, mais qui la voient se dresser face à son ennemi comme une reine ! Cette fois, je me suis attachée à Tyrion, même s’il est du mauvais côté si l’on peut dire. En effet, il reste un Lannister, et parle parfois de son frère Jaime comme d’un héros. Il m’a fait pitié lui aussi : il voudrait vivre la vie d’un homme normal, ou se voir récompensé pour ses hauts faits, mais en raison de son infirmité et la haine de sa sœur contre lui, il ne récolte que des insultes, et l’infamie. Son amour pour Shae m’a touché, et ses intrigues complexes, telles des toiles d’araignées autour de ses ennemis m’ont passionnée. J’ai vraiment aimé lire les passages qui le concernaient. Pour ce qui est de Sansa, j’ai vraiment compati à sa douleur malgré le fait que je ne l’aimais pas du tout dans le premier tome. C’est tout de même une Stark, et elle déteste Joffrey et Cersei, comme la grande majorité des lecteurs je pense. J’ai également beaucoup aimé lire ses passages. Je me suis également attaché à Bran dans ce tome; resté seul à Winterfell avec son petit frère Rickon, il est désormais le Stark dans le château de son père et doit diriger comme tel. Il m’a parfois fait mal au cœur, lui qui ne peut rien faire sans les autres mais dont les rêves lui permettent à nouveau de courir et se sentir libre. Dans ce tome, l’on découvre aussi un nouveau point de vue, celui de Davos, un des chevaliers de Stannis Baratheon, personnage que l’on ne suivait pas dans le premier tome parce qu’il ne devait pas se passer grand-chose à Dragonstone avant la mort de Robert je suppose. Enfin, l’on suit Theon Greyjoy, que je me suis mise à détester dans ce tome. Il est arrogant, imbu de lui-même et prêt à tout pour prouver sa valeur, même au pire … Il nous permet aussi de découvrir de nouveaux personnages, ceux qui vivent dans les Iron Islands, comme Balon, son père, ou son oncle, Aemon, et leurs coutumes étranges. Concernant les personnages dont nous n’avons pas le point de vue, certains sont toujours aussi détestables : c’est le cas de Joffrey, qui a sa propre idée de la justice, de Cersei, maîtresse en manipulation et en cruauté, et de Jaime, prisonnier de Robb Stark mais qui ne perd rien de son arrogance. J’apprécie toujours Jorah Mormont, que l’on découvre un peu plus à travers les yeux de Daenerys, et les frères de Jon sur le Mur. On découvre aussi de nouveaux personnages, comme les amis d’Arya Stark, les habitants de Dragonstone, les partisans de Renly et Renly lui-même, ou les habitants des villes que traverse Daenerys. Certains marquent plus que d’autres, c’est le cas de Jagen H’quar, un personnage ambivalent qu’il est très difficile de cerner et de comprendre; de Gendry, dont on ne sait pas grand-chose, si ce n’est ce que l’on pourrait deviner; de Melisandre, qui est assez effrayante, même pour le lecteur, et qui emploie des procédés qui semblent vraiment sombres; de la famille Tyrell, et notamment Margaery, que l’on aperçoit ici et qui semble bien naïve et sympathique; de Renly, flamboyant roi qui ne sait pas vraiment ce qu’est la guerre et qui vit dans un monde de chevaliers de tournoi, ou Pyat Pree, sorcier aux lèvres bleues dont la vie ne sera plus jamais la même après le passage de Daenerys. Tous ces personnages sont très complexes et très complets, très réalistes, et il est très facile de s’imaginer à leur côté dans les situations qu’ils traversent. L’on partage ce qu’ils ressentent, et parfois, l’on peut s’identifier à eux. Un certain nombre de personnages meurt encore dans ce tome, parfois certains que l’on aimait beaucoup … J’ai parfois eu les larmes aux yeux en apprenant certains événements …

Je ne peux que conseiller la lecture de ce livre en anglais à ceux qui peuvent lire dans cette langue ! J’ai regardé un peu la traduction en français, truffée de mots compliqués sans qu’il y ait besoin qu’ils le soient et s’éloignant donc de la simplicité des mots de l’auteur. C’était parfois moins compréhensible que l’anglais alors que c’est ma langue natale ! Et, sans la traduction, il n’y a pas de barrière entre le texte authentique et le lecteur, qui peut découvrir la nuance des mots choisis par l’auteur, et non par le traducteur.

La fin de chaque point de vue m’a laissé sur ma faim ! On ne sait pas ce qui arrive à la majorité des personnages, notamment Tyrion, Arya, Theon. On ne connaît pas non plus la décision de Catelyn, même si on la devine, et on se demande ce qu’il va advenir de Jon ! Certains points de vue disparaissent également sans que l’on sache si les personnages concernés sont morts … De plus, on ne suit pas vraiment Robb Stark dans ce tome, si ce n’est à travers les corbeaux qu’il envoie à sa mère et à son oncle, ou par les échos des batailles qui viennent aux oreilles des Lannister. Enfin, le dernier chapitre est frappant !! Tout cela est très frustrant et donne envie d’immédiatement commencer le troisième tome, A Storm of Swords !

 

En résumé, un deuxième tome réussi qui place définitivement A Song of Ice and Fire dans les meilleures séries que j’ai lues !!

Le Monde de Narnia, tome 3 : Le Cheval et l’Ecuyer de C. S. Lewis

Posté : 4 décembre, 2014 @ 9:24 dans Avis littéraires | Pas de commentaires »

Le Monde de Narnia tome 3Genre : Fantasy, Jeunesse

Editeur : Folio Junior

Année de sortie : 2008

Nombre de pages : 233

Synopsis : Shasta, maltraité par le pêcheur qui l’a élevé, quitte le pays de Calormen avec Bree, un cheval doué de parole. Ils n’ont qu’un espoir : rejoindre le merveilleux royaume de Narnia … En chemin, ils rencontrent Aravis, une noble jeune fille qui fuit un mariage forcé. Ensemble, perceront-ils le mystère qui entoure la naissance de Shasta ?

 

Avis : Ce livre n’a pas été adapté en film, donc je ne connaissais pas du tout l’histoire. Je n’ai pas adoré, mais j’ai tout de même aimé.

J’espérais que le lien se ferait avec le tome précédent ; on ne le voit pas directement. En réalité, il n’y en a pas vraiment. Les personnages principaux du deuxième volume apparaissent tardivement, et n’ont pas du tout un grand rôle. Ils sont vraiment mis de côté. Cela ne m’a pas vraiment gêné, mais, quand on entre dans l’histoire, le nom de Narnia est directement cité, donc la continuité est tout de même là. Les lieux que l’on traverse sont assez divers : les palais de Calormen, le désert, les montagnes, des forêts, des châteaux … Les imaginer m’a beaucoup plu. En revanche, un certain manque d’action m’a un peu lassée. Je me suis parfois un peu ennuyée … J’avoue avoir vraiment préféré le deuxième tome à celui-ci. Il m’a un peu fait penser au premier, dans lequel il n’y avait pas non plus beaucoup d’action. Certains passages m’ont paru longs. J’avais hâte de passer à la scène suivante. Les seuls passages qui m’ont vraiment marqué sont ceux où Aslan apparaît, je ne sais pas vraiment pourquoi. J’aime ce personnage depuis que je l’ai découvert dans le film tiré du deuxième tome.

Pour les personnages, je les trouve simples (et je pense que vous aurez remarqué que je les aime complexes hihi). Ils ne m’ont pas déplu pour autant, mais l’on sent qu’ils sont en accord avec l’aspect enfantin de l’histoire. Cela détend aussi de ne pas devoir réfléchir à la complexité du personnage, de ne pas devoir tenter de le cerner. Leur personnalité est très facile à comprendre, et on la connaît avant même d’apprendre à connaître les personnages. On s’attend à ce qu’ils soient tels qu’ils sont effectivement. Shasta est le petit garçon au grand cœur dont les origines sont mystérieuses, et qu’une rencontre va pousser à les découvrir. Aravis est la jeune fille espiègle qui évoluera au fil de l’histoire, et qui se révèle évidemment différente de ce que l’on voit d’elle au début. Bree est un cheval vantard, mais au fond, on sait qu’il est différent. Je n’ai pas réussi à m’attacher à Hwin, un personnage que j’ai trouvé assez effacé. Les autres personnages sont sympathiques : les rois et les reines, les animaux … Et les méchants sont … méchants évidemment. 

La fin ne m’a pas du tout surprise, je m’y attendais. C’était vraiment évident. J’aime les surprises, mais c’était tout de même sympa.

 

Un bon livre, mais qui reste tout de même un peu enfantin.

 

Challenge des 100 livres à lire au moins une fois

L’Epée de vérité, tome 3 : Le Sang de la Déchirure de Terry Goodkind

Posté : 15 novembre, 2014 @ 11:59 dans Avis littéraires | Pas de commentaires »

L'épée de vérité tome 3Genre : Fantasy

Edition : Bragelonne

Année de sortie : 2004

Nombre de pages : 545

Synopsis : La barrière qui séparait l’Ancien et le Nouveau Monde a été brisée. Des forces anciennes viennent assiéger les Contrées du Milieu. Des forces si terrifiantes que, la dernière fois qu’elles ont frappé, il y a 3000 ans, on n’a pu les repousser qu’en murant l’Ancien Monde à l’aide d’une barrière magique infranchissable. A présent celle-ci n’est plus, et Richard Rahl et Kahlan Amnell sont les seuls à pouvoir faire face aux puissances maléfiques qui vont déferler. Richard est le Sourcier de Vérité, mais il est aussi un sorcier de guerre, le premier depuis des millénaires. Quant à Kahlan, sa bien-aimée, elle se cache loi de lui, traquée par des fanatiques qui ont entrepris d’assassiner tous les possesseurs de magie. Ils se font appeler le Sang de la Déchirure, ils torturent et tuent des innocents en prétendant lutter contre le Mal. Alors que règnent la manipulation et la guerre, Richard devra tout faire pour empêcher une apocalypse d’une sauvagerie inimaginable : accepter le pouvoir qu’il a hérité de son père et utiliser toutes ses ressources magiques pour vaincre l’ennemi, sauver Kahlan et refermer le portail.

 

Avis : J’ai mis beaucoup de temps à lire ce livre à cause de mes cours, mais je l’ai enfin terminé, et j’en suis très contente.

J’aime toujours autant me plonger dans le monde des Contrées du Milieu, et j’avais beaucoup aimé l‘Ancien Monde dans le deuxième tome. Le retrouver ici m’a beaucoup plu ! Le Palais des Prophètes est un lieu enchanteur pour moi, j’ai adoré m’y « promener » dans ma lecture, et notamment en suivant Verna, un des personnages que j’apprécie le plus. Quant à l’intrigue, elle se complexifie un peu ici : Richard et Kahlan sont toujours séparés, et, comme je l’ai dit dans le tome précédent, je préfère ça, parce que je les trouve assez agaçants ensemble : elle ressemble à une midinette et lui est un peu macho … Leurs aventures individuelles m’ont semblé plus intéressantes que celles qu’ils vivent ensemble. Ici, plusieurs intrigues se mêlent : celle de Richard et de Kahlan, bien sûr, mais aussi celle de Verna, de Zedd, et d’autres personnages, nouveaux, ou anciens que l’on retrouve … J’ai adoré me balader entre ces différents personnages et les différents lieux qu’ils arpentent, cela m’a vraiment dépaysé, et j’en avais besoin ! J’ai aimé imaginer le palais d’Aydindril, ainsi que l’île de Kolet (je ne savais même pas que le Palais des Prophètes s’y trouvait …). Même si j’ai tout aimé, j’ai préféré suivre Verna, parce que c’est un personnage que je ne connais pas beaucoup, j’ai donc appris des choses sur elle. Elle évolue dans ce tome, et, je ne sais pas pourquoi, je me suis plus identifiée à elle qu’avec les autres personnages.

J’ai déjà empiété sur le sujet des personnages, donc je continue ! Richard évolue, devient un chef de guerre ici, et même plus que ça. Mais – c’est peut-être la traduction -, la façon dont il parle ne me semble pas du tout authentique parfois. C’est exagéré, trop, et je l’ai senti. Pourtant, le personnage est intéressant, et je l’apprécie. Kahlan, elle, me semble plus authentique, plus vraie, par rapport à son compagnon. Mais, quand on regarde bien, elle n’apparaît pas tant que ça. Le tome est centré sur Richard et sur les autres personnages, comme Verna, ou les Sœurs de l’Obscurité. Celles-ci sont, évidemment, les méchantes de l’histoire, on ne peut pas dire qu’on les apprécie, mais, j’ai eu pitié de certaines sœurs, qui ressemblent plus à des femmes perdues qu’à des femmes qui ont pris une véritable décision. Leurs actions et tout ce qui leur arrive, évidemment, sont affreux à lire, et notamment les scènes avec Jagang et les marins. On ne peut qu’imaginer ce qui leur arrive. Gratch est encore présent ici, et il est toujours aussi émouvant, surtout dans sa façon de s’adresser à Richard. Zedd est un des personnages les plus drôles et originaux du livre. Enfin, J’ADORE les Mord-Sith !! Surtout Cara, qui est un peu plus effacée que Berdine. Raina est la plus effacée des trois. Berdine est la plus mise en avant, et j’ai beaucoup aimé la découvrir. Elles sont fraîches, et redeviennent des femmes grâce à Richard. Elles sont émouvantes parfois, et drôles également. Avec Verna, elles sont mes personnages préférés ! On découvre pas mal de choses également sur des personnages qui sont censés avoir disparu. Mais, la sœur de Kahlan, traumatisée par ce qui lui est arrivé dans le deuxième tome, est complètement effacée.

L’histoire générale du tome (la guerre entre l’Ordre Impérial et les Contrées du Milieu) est, bien sûr, très intéressante. On se rend vite compte que Tobias Brogan est manipulé, mais j’ai trouvé dommage que le personnage de Lunetta ne soit pas plus expliqué, plus développé, et plus mis en avant. Elle est effacée derrière son frère, qui ne comprend vraiment rien, et est complètement aveuglé par sa foi … Cela peut faire réfléchir d’ailleurs. La politique des Contrées du Milieu évolue ici et c’est très intéressant !! Je trouve que l’auteur a eu raison de développer aussi ce côté de l’histoire.

Certains éléments des précédents tomes sont expliqués, des choses qui ont pu nous paraître étrange, ou qui ne semblait pas coller avec la personnalité de celui qui avait prononcé l’idée. L’on découvre aussi de nouveaux personnages, comme ceux qui marchent dans les rêves. La fin laisse présager une suite vraiment intéressante, j’ai hâte de la lire !!

 

En définitive, un très bon tome, qui donne envie de lire la suite, et qui m’a d’autant plus attachée aux personnages. J’espère encore en découvrir plus par la suite !!

A Song of Ice and Fire, book 1: A Game of Thrones de George R. R. Martin

Posté : 24 juillet, 2014 @ 11:42 dans Avis littéraires, Coup de cœur | Pas de commentaires »

A Game of ThronesGenre : Fantasy

Editeur : Bantam Books

Année de sortie : 2011

Nombre de pages : 807

Synopsis : Long ago, in a time forgotten, a preternatural event threw the seasons out of balance. In a land where summers can last decades and winters a lifetime, trouble is brewing. The cold is returning, and in the frozen wastes to the north of Winterfell, sinister and supernatural forces are massing beyond the kingdom’s protective Wall. At the center of the conflict lie the Starks of Winterfell, a family as harsh and unyielding as the land they were born to. Sweeping from a land of brutal cold to a distant summertime kingdom of epicurean plenty, here is a tale of lords and ladies, soldiers and sorcerers, assassins and bastards, who come together in a time of grim omens. Here an enigmatic band of warriors bear swords of no human metal; a tribe of fierce wildlings carry men off into madness; a cruel young dragon prince barters his sister to win back his throne; and a determined woman undertakes the most treacherous of journeys. Amid plots and counterplots, tragedy and betrayal, victory and terror, the fate of the Starks, their allies, and their enemies hangs perilously in the balance, as each endeavors to win that deadliest of conflicts: the game of thrones.

 

Avis : J’avais vraiment hâte de lire cette série, je n’en ai entendu que du bien (la plupart sur la série télé, donc je me suis dit que le livre était encore meilleur !) Et je ne me suis pas trompée !

On est littéralement plongé dans le monde de Game of Thrones dès le prologue ! Nous sommes évidemment d’abord du côté de Winterfell, plus particulièrement près du Mur, et la première scène est déjà terrifiante ! L’histoire semble assez sinistre, et elle m’a fait penser à la série Les Bannis et les Proscrits, du point de vue de l’atmosphère ; sinon, l’intrigue n’a rien à voir ! Ce livre s’écrit sous plusieurs angles, notamment celui d’Eddard Stark, de ses filles, de sa femme, Catelyn, de Bran, de Jon, de Tyrion et de Daenerys, le seul personnage qui ne se trouve pas dans les Sept Royaumes. Cela peut paraître déroutant au premier abord, mais on se rend rapidement compte que le livre n’aurait pas pu être écrit autrement. On vogue d’un personnage à l’autre, d’une intrigue à une autre, et parfois, on aimerait que les chapitres soient plus longs, surtout quand il se passe des choses qui nous donnent envie de connaître la suite immédiate ! Je n’avais encore jamais lu un livre écrit de cette façon, et je dois dire que j’ai beaucoup aimé ! A cause de ce style d’écriture, plusieurs intrigues se mêlent : celle du roi, Robert Baratheon avec Eddard, Sansa et Arya, celle de Daenerys chez les Dothraki, celle du Mur, celle des Lannisters et de leurs secrets. Certaines sont plus importantes que d’autres, qui semblent mineures, mais cela donne des personnages très complexes et très complets. Il n’y a pas énormément de descriptions, mais l’on s’imagine très aisément les paysages, les bâtiments, les personnages. Les premiers sont splendides, et très divers, de Winterfell à King’s Landing, et surtout chez les Dothraki. Les seconds sont tantôt impressionnants, tantôt étranges. Les châteaux font rêver et le Mur, frissonner. En tout cas, ce livre m’a vraiment transporté dans un autre monde, et j’ai vraiment, vraiment adoré m’évader avec ce tome !

Concernant les personnages, comme je l’ai dit, ils sont très complexes, et très complets, ce qui les rend réalistes et proches de nous. J’ai bien sûr mes petits préférés : Eddard Stark (je me suis vraiment beaucoup attachée à ce personnage, pour mon grand malheur : pour moi, c’est LE héros), Daenerys Targaryen (je crois qu’elle est tout en haut de la liste ; elle est tout ce qu’une reine doit être, elle est impressionnante, et on oublie facilement qu’elle n’a que treize/quatorze ans !), Jon Snow (courageux, il prend la décision de sa vie ; je ne l’aimais pas au début, mais j’ai fini par l’apprécier), Arya (elle est touchante, forte et naturelle, elle ne s’embarrasse pas de courtoisies et de manières, je l’ai adoré) et Catelyn Stark (elle aussi est touchante, mais aussi très forte et courageuse à la fois, elle prend des décisions difficiles qu’elle fait tout pour ne pas regretter) ; et ceux que je déteste (mais je pense que c’est le cas pour à peu près tout le monde) : Jaime (quelle horreur !, arrogant, vaniteux, et, en l’imaginant, il m’a fait penser au physique de magazine …), Cersei (elle incarne la devise des Stark) et Tywin Lannister (il n’apparaît pas beaucoup dans ce tome, mais c’est assez pour se faire une idée sur le personnage), Alliser Thorne (il est le meilleur, personne ne peut le surpasser, tous les « petits jeunes » sont des imbéciles qu’il faut dresser … tout pour le détester), Viserys Targaryen (un roi déchu qui ne se rend pas compte qu’il ne retrouvera jamais sa couronne … Il m’a fait pitié en même temps que je l’ai haï), Petyr Baelish (il me fait penser à Peter Petitgros dans Harry Potter, un petit rat insidieux). Sur certains, je n’arrive pas à me prononcer, Tyrion (un personnage assez étrange, dont je ne sais pas trop que penser ; il me fait pitié, il m’énerve, et il me touche) et Sansa (dès le début, on se rend compte qu’elle est très influençable, qu’elle vit dans un monde tout rose, sans nuages, sans « méchants-qui-gagnent » ; ce qu’elle fait à la fin m’a vraiment dégouté. Je peux dire que je ne l’aime pas, mais en même temps, j’ai aussi pitié). Il y a d’autres personnages que j’apprécie, comme Jory Cassel, Jorah Mormont, Robb, et les amis de Jon. 

La fin est à la fois vraiment triste et merveilleuse, notamment grâce aux intrigues mêlées. On se dit qu’il va y avoir de l’action par la suite ! J’ai hâte de lire le deuxième tome !

 

En définitive, un premier tome excellent qui présage une série excellente, qui fera sans doute partie de mes préférées !

Bilbo le Hobbit de J. R. R. Tolkien

Posté : 4 juillet, 2014 @ 6:57 dans Avis littéraires | Pas de commentaires »

couv57017520Genre : Fantasy

Editeur : Le Livre de Poche

Année de sortie : 2012

Nombre de pages : 380

Synopsis : Bilbo, comme tous les hobbits, est un petit être paisible et sans histoire. Son quotidien est bouleversé un beau jour, lorsque Gandalf le magicien et treize nains barbus l’entraînent dans un voyage périlleux. C’est le début d’une grande aventure, d’une fantastique quête au trésor semée d’embûches et d’épreuves, qui mènera Bilbo jusqu’à la Montagne Solitaire gardée par le dragon Smaug …

 

Avis : Je suis une grande fan du Seigneur des Anneaux, et je pensais, plus jeune, que Tolkien n’avait écrit que cela ! J’ai été ravie de découvrir que ce n’était pas le cas !

J’ai vu les deux films tirés du livre, et je dois dire qu’en commençant ma lecture, je n’ai pas trop compris d’où certains personnages et certaines scènes venaient. Bolg par exemple. Mais je n’ai tout compris qu’à la fin ! Le livre est fait de telle façon que certains passages plaçaient dans le « bon ordre » dans le film, ne sont relatés qu’à la fin dans le livre (par exemple, ce que fait Gandalf pendant que les nains et Bilbo marchent vers la montagne, ou ce qui se passe du côté des gobelins et des Warg). J’ai eu un peu de mal au début, parce que je connaissais déjà l’histoire, et parce qu’il ne se passait pas grand-chose. C’était un long voyage, avec certains passages vraiment passionnants, captivants, où on veut plonger dans le texte !, mais d’autres plus longs, qui nous donnent envie de tourner les pages plus vite ! J’ai vraiment préféré la fin parce que j’ai appris beaucoup plus de choses que sur la majeure partie du livre. Je ne comprenais pas, avant de l’avoir lu, comment l’on pouvait tourner trois films sur un livre aussi petit (vraiment, comparé au Seigneur des Anneaux, il est minuscule !) : j’ai compris à la fin. Le réalisateur s’est servi de certains passages de récit du narrateur, il les a imaginés et les a intégrés au film. Je pense que, s’il ne l’avait pas fait et avait gardé le livre exactement comme il était, cela aurait été moins attractif, parce qu’il lui aurait fallu faire des espèces de flash-back dans le récit des personnages. En revanche, grâce au livre, on comprend vraiment ce qu’est parti faire Gandalf par exemple. Il n’y a pas d’appendices ici, mais j’aurais aimé en apprendre plus sur le Roi des Elfes de la Forêt par exemple, ou Daïn. Je ne sais pas si certains livres de Tolkien relatent leurs histoires, mais s’ils existent, je les lirai ! L’on voit également, dans ce livre, apparaître l’anneau, perfide et mauvais. Il ne me semble pas pourtant présenté comme tel. Il m’a semblé mis de côté de ce point de vue-là ; en revanche, Bilbo l’utilise abondamment, et, on peut dire, raisonnablement. En tout cas, ce livre nous éclaire sur Gollum, et sa haine des hobbits ! Je pense que si j’avais lu le livre avant de voir les films, j’aurais été plus surprise et j’aurais plus apprécié ma lecture. Mais je suis toujours aussi fan !

Les personnages, comme pour le Seigneur des Anneaux, sont assez fouillés, et, pour la plupart, mystérieux. La plupart sont petits, mais leur petite taille n’est pas ce qui importe, elle ne les empêche pas de vivre de grandes aventures ! Bilbo est déjà connu par certains, c’est un brave petit hobbit qui se révèle très courageux, très intelligent et ingénieux ! On se rend vite compte que, sans lui, les nains seraient morts cent fois ! Il désespère souvent mais reprend espoir, et le redonne aux autres. C’est lui qui trouve les réponses, les clés et les moyens de se sortir de faux pas fatals. On peut même se demander si Gandalf n’a pas lu l’avenir ! Ce serait peut-être trop long de parler de tous les nains, mais je trouve dommage que l’histoire de certains d’entre eux ne soit pas aussi approfondie que dans le film, comme celle de Fili et Kili. Thorïn est évidemment le nain le plus important. Il semble vraiment hautain et arrogant, mais on peut aussi penser que c’est de la fierté et de l’honneur. Il veut être et rester honorable, et il faut que les autres le reconnaissent, même s’ils sont rois des elfes ! Il ne m’a vraiment semblé sympathique au début, mais l’on peut comprendre pourquoi il agit comme il le fait. Balïn est le plus sympathique et le plus proche de Bilbo. Bombur est aussi assez important, il apporte un peu d’humour et de bonhommie à l’histoire. Tous les autres nains sont très effacés, et notamment, Gloïn, le père de Gimli ! Gandalf est aussi un personnage important, puisqu’il met les nains en relation avec Bilbo, et est présent pour tous les tournants importants de l’histoire. Il est un des plus mystérieux personnages du livre !

La fin est vraiment triste, et spectaculaire, on peut le dire, même si je trouve que tout est dit trop vite, mais elle est aussi étonnante, quand on ne connait pas les films. Le troisième promet de l’action !! J’ai hâte de le voir !

 

En définitive, un livre qui nous transporte ailleurs, mais que je n’ai pas trouvé à la hauteur du Seigneur des Anneaux qui reste, il me semble, inégalable !

1...202122232425
 

Baseball fans gather zone |
Eaudefiction |
Ici même |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Kpg1221gpk
| Elenaqin
| la saltarelle des baronnes