Redbluemoon

I found myself in Wonderland.

The Seventh Perfection de Daniel Polansky

Posté : 31 août, 2020 @ 11:58 dans Avis littéraires, Coup de cœur | Pas de commentaires »

Genre : Fantasy, Nouvelle The Seventh Perfection

Editeur : Tor

Année de sortie : 2020

Nombre de pages : 176

Titre en VF : pas encore traduit

Synopsis : Daniel Polansky returns with The Seventh Perfection, an innovative, mind-bending fantasy mystery

When a woman with perfect memory sets out to solve a riddle, the threads she tugs on could bring a whole city crashing down. The God-King who made her is at risk, and his other servants will do anything to stop her.

To become the God-King’s Amanuensis, Manet had to master all seven perfections, developing her body and mind to the peak of human performance. She remembers everything that has happened to her, in absolute clarity, a gift that will surely drive her mad. But before she goes, Manet must unravel a secret which threatens not only the carefully prepared myths of the God-King’s ascent, but her own identity and the nature of truth itself.

 

Avis : Un autre SP, cette fois, j’ai Tor Books que j’aime beaucoup !!

J’ai lu le synopsis en diagonale, je l’avoue : vu le nombre de pages et la taille du résumé, je me suis dit que si je le lisais en entier et correctement, peut-être que j’allais me faire gâcher quelques surprises. Et j’avais raison !!
Donc, si vous voulez entrer à l’aveugle dans ce court roman, sachez juste que c’est original, étrange au point de devenir fascinant et que la fin est très surprenante !

 

Pour ceux qui veulent en savoir plus, continuez à lire !

Ce qui m’a d’abord surprise, c’est le format de ce livre : c’est une nouvelle à points de vue multiples, mais seulement avec les réponses données au personnage principal – je ne sais pas si je peux l’appeler narratrice, du coup ! -, Manet. Nous n’entendons jamais sa « voix ». Et pourtant, plus nous avançons, plus nous nous attachons à elle, à sa dangereuse quête pour la vérité SPOILER 1 ; nous voulons comprendre ce qu’elle cherche, qui elle est, quelle est vraiment sa position dans la hiérarchie du gouvernement, qui est le Dieu Roi, qui est Amata, quelle est leur histoire, qu’est-ce qui est arrivé, et pourquoi Manet est-elle impliquée ? De nombreuses questions grouillent dans l’esprit du lecteur ; à partir d’un moment, le lecteur veut simplement continuer à lire pour savoir.

L’intrigue est assez simple : la quête de vérité de Manet. La vérité à propos de quoi ? Je ne dirai rien, ce serait déjà spoiler !
Ce court roman traite de divers sujets, notamment le rôle d’Amatuensis de Manet – un mot qui ne sera pas expliqué, mais qui définit son « travail » – et les sept perfections. Petit à petit, nous comprenons ce que sont les perfections, laquelle est la septième, même si l’on ne comprend pas encore pourquoi elle donne son titre à la nouvelle.

Et maintenant, les spoilers ! SPOILER 2

 

Donc, en un mot : brillant !

 

SPOILER 1 mais est-ce vraiment pour la vérité ?

SPOILER 2 j’adore que le vrai sujet de ce roman soit la mémoire, l’histoire et les histoires. Manet, en devenant Amatuensis, ce qui signifie, je pense, Mémoire ou quelque chose qui s’en approche, est devenue la mémoire du Dieu Roi. Elle ne peut jamais rien oublier mais les gens doutent qu’elle ressente quoi que ce soit. Elle ressemble à une machine alors qu’elle ressent tout beaucoup plus intensément. Comme je l’ai dit plus haut, nous n’entendons pas sa voix – ou, en tout cas, jusqu’à la toute fin, quand nous avons un chapitre qui pourrait être du point de vue de Manet. En perdant sa voix, elle perd la possibilité de raconter son histoire, tout comme elle la perd à la fin, quand elle prend la place de son Père (?) en tant que dieu. En devenant dirigeante, elle perd son identité : elle devient ce que les gens vont dire d’elle, les histoires qu’ils vont inventer à son propos, tout comme Kiri est devenu ce que les gens pensent qu’il était. Il ne se souvient pas lui-même de qui il est vraiment, comme il ne se souvient pas de ce qui est arrivé à Amata ou de leur enfant supposé. Il est devenu Histoire, une histoire, quelqu’un d’autre et il s’est perdu dans la voix des autres, comme Manet.

Swords and Fire, book 3: The Unbound Empire de Melissa Caruso

Posté : 30 août, 2020 @ 3:14 dans Avis littéraires, Coup de cœur, Lectures Communes | Pas de commentaires »

Genre : FantasyThe Unbound Empire

Editeur : Orbit

Année de sortie : 2019

Nombre de pages : 505

Titre en français : Les Faucons de Raverra, tome 3 : L’Empire libéré

Synopsis : The final volume of the Gemmell Morningstar Award-shortlisted Swords and Fire fantasy trilogy, in which political scion Amalia and her bound fire warlock Zaira must save the Empire from a ruthless, magical enemy. Perfect for fans of Tamora Pierce, The Queen of the Tearling, and Uprooted.

While winter snows keep the Witch Lord Ruven’s invading armies at bay, Lady Amalia Cornaro and the fire warlock Zaira attempt to change the fate of mages in the Raverran Empire forever, earning the enmity of those in power who will do anything to keep all magic under tight imperial control. But in the season of the Serene City’s great masquerade, Ruven executes a devastating surprise strike at the heart of the Empire – and at everything Amalia holds most dear.

To stand a chance of defeating Ruven, Amalia and Zaira must face their worst nightmares, expose their deepest secrets, and unleash Zaira’s most devastating fire.

 

Avis : Enfin, j’ai lu le dernier tome de cette trilogie que j’adore, Les Faucons de Raverra !

D’habitude, quand j’entame le dernier livre d’une série, j’ai peur : peut-être que l’auteur a détruit la personnalité des personnages, peut-être que je vais détester la fin, peut-être que ça n’aura aucun sens, peut-être que ça va être affreux et souiller mon amour pour la série tout entière !
Melissa Caruso ne m’a pas déçue avec The Defiant Heir que j’ai même trouvé meilleur que le premier tome, The Tethered Mage ; je n’avais pas peur pour The Unbound Empire. J’étais sûre que j’allais, au moins, apprécier ce livre. Et j’ai adoré !

Rien ne clochait dans ce livre, rien ne m’a dérangée – bon, peut-être le fait qu’Amalia se répète beaucoup à un moment donné dans le livre, mais j’étais dans l’histoire, je n’ai pas eu le temps de lever les yeux au ciel ! Tout était bon !!

Le lecteur retrouve les personnages qu’il aime : Amalia, Zaira, Terika, Istrella, Jerith et d’autres !
Amalia est une des rares héroïnes de Fantasy YA que j’aime vraiment et dont je suis fière. Elle ne se laisse pas faire, elle ne suit pas ce que lui disent les hommes autour d’elle, même si les conseils sont bienvenus, elle sait ce qui est juste, ce qui ne l’est pas et ce qui doit être fait de toute façon. C’est parfois dur pour elle et elle a besoin de quelqu’un sur qui se reposer un peu pour un temps, mais elle est toujours debout quand il le faut et fait de son mieux. SPOILER 1
Zaira est un de ces personnages qui ne veulent montrer leurs faiblesses devant personne, donc elle cache tout ce qu’elle ressent derrière l’humour ou l’irritation. Dans ce livre, le lecteur la découvre davantage SPOILER 2 Zaira me fait aussi rire parfois, surtout quand elle est avec Terika ou qu’elle donne des surnoms aux autres personnages !
Istrella me fait penser à Luna Lovegood : étrange, décalée mais toujours dans le vrai. Elle pense hors des sentiers battus et voit des éléments que les autres négligent. Je l’aime beaucoup !
J’aime également Jerith, je ne sais pas vraiment pourquoi ! De même pour La Contessa, Ciardha et Lucia. La première est un modèle pour Amalia, mais aussi quelqu’un de très mystérieux. Ce serait génial d’en savoir plus sur elle ! SPOILER 3
Un de mes personnages préférés de cette série est Kathe. SPOILER 4
Un personnage, en revanche, que je ne parviens pas à aimer depuis le début : Marcello. SPOILER 5

Ruven mérite une partie à lui tout seul.
Il est détestable, mais il n’est pas un de ces « méchants » qui n’a pas de but et qui n’est que mauvais. Il a un objectif et il est prêt à tout pour l’atteindre, même si cela veut dire tuer des milliers de personnes sur son passage ou se faire des ennemis puissants. SPOILER 6 Il sait également comment faire sortir le pire des personnes qui l’entourent. J’ai trouvé qu’il faisait un très bon villain ! SPOILER 7

J’aime toujours autant le côté politique de cette série ! C’était vraiment bon ! Et cela aide à garder le focus sur l’histoire/le monde/la guerre et non sur la romance ! C’est aussi une des raisons pour lesquelles j’aime autant Les Faucons de Raverra !
Toujours amoureuse des décors (the Mews, le Palais impérial, Raverra en général, Ardence, le Vaskandar) et de l’influence italienne ! Toujours amoureuse du fait que certains personnages sont des spécialistes de la magie - la mention de plusieurs bibliothèques à un moment donné m’a donné envie d’entrer dans le livre et d’aller les chercher pour les lire ! -, toujours amoureuse de la magie des Faucons et des Witch Lords ! J’en veux plus et je suis très heureuse de la parution de The Obsidian Tower dont l’action se situe dans le même univers et, plus spécifiquement, dans le Vaskandar !

Enfin, ce livre était un grand huit d’émotions intenses ! Le suspense était bien présent : parfois, j’avais vraiment peur que certains de mes personnages préférés meurent ! J’ai ressenti du désespoir, de la joie, du soulagement, de la peurSPOILER 8 Et la fin était parfaite pour moi !! SPOILER 9

 

Donc, une excellente série de Fantasy YA, clairement sous-estimée quand on voit le nombre de notes sur Goodreads !

 

SPOILER 1 la scène où elle fait son discours pour le Falcon Reserve Act … et celle de la fin où elle entre au Conseil des Neuf après avoir vaincu Ruven … j’ai des frissons !! Si fière d’elle !!

SPOILER 2 et la comprend dans cette HORRIBLE scène avec la Dame aux araignées ! *frissons* C’était affreux à lire !!! Pourquoi des araignées, POURQUOI ? Mais le pouvoir de la Dame est fascinant, j’aimerais en voir plus … juste … sans les araignées s’il vous plaît ! 

SPOILER 3 Lucia m’a semblé être une version plus jeune de Ciardha, comme Amalia est, en quelque sorte, une version plus jeune de sa mère !

SPOILER 4 Découvrir qui il est vraiment le rend moins mystérieux et sombre mais si … parfait ! J’ai adoré la scène où les habitants de Let l’accueillent ou quand il parle à Amalia de faire des câlins à des renardeaux ! Il est à la fois mignon et puissant !

SPOILER 5 J’ai lu ce livre – et même la série complète ! – avec une amie et elle m’a dit quelque chose de très vrai à propos de ce personnage : « il devient intéressant quand il n’est plus Marcello ». Si vrai ! Et si triste ! Ce qui arrive à Marcello est très dur, j’ai compati. Mais je n’ai pas réussi à l’aimer pour autant. Et, quand il « revient à lui », il geint immédiatement !! Ah, ce bon vieux Marcello est de retour, formidable !!

SPOILER 6 Pourquoi se ferait-il du souci ? Il est immortel après tout !

SPOILER 7 et j’ai aimé sa fin ! Il est pris à son propre piège et le lecteur sent bien que la vengeance n’est pas aussi douce que ce à quoi s’attendaient Zaira et Amalia quand il meurt.

SPOILER 8 les araignées, haha !

SPOILER 9 Je suis si heureuse qu’Amalia ne finisse pas avec Marcello !! Si heureuse qu’elle soit avec Kathe !! Si heureuse qu’elle ait toujours un rôle politique dans le Conseil des Neuf !!

Driftwood de Marie Brennan

Posté : 7 août, 2020 @ 2:57 dans Avis littéraires, Coup de cœur | Pas de commentaires »

Genre : FantasyDriftwood

Editeur : Tachyon

Année de sortie : 2020

Nombre de pages : 240

Titre en français : pas encore traduit

Synopsis : [STARRED REVIEW] “Exploring found family, adaptation, and hope in the face of apocalypse, Brennan imbues this high-concept fantasy with a strong emotional core. Fantasy fans will be thrilled.” -Publishers Weekly

Who is Last?

Fame is rare in Driftwood- it’s hard to get famous if you don’t stick around long enough for people to know you. But many know the guide, Last, a one-blooded survivor who has seen his world end many lifetimes ago. For Driftwood is a strange place of slow apocalypses, where continents eventually crumble into mere neighborhoods, pulled inexorably towards the center in the Crush. Cultures clash, countries fall, and everything eventually disintegrates.

Within the Shreds, a rumor goes around that Last has died. Drifters come together to commemorate him. But who really was Last?

About Driftwood
Driftwood is the invention of bestselling author Marie Brennan. Mirroring the world that many people are currently living in, the Driftwood stories chronicle the struggles of survivors and outcasts to keep their worlds alive until everything changes, diminishes, and is destroyed. Driftwood is the first full-length novel in this world.

 

Avis : C’était la première fois que je lisais Marie Brennan, et je ne suis pas déçue !

Un petit avertissement ou deux avant de commencer cette chronique. D’abord, il est assez difficile d’écrire à propos de ce livre : quoi dire, quoi taire, comment expliquer, ce qui est un spoiler, ce qui n’en est pas un, comment exprimer ce qu’on ressent à la lecture de Driftwood. Mais je vais faire de mon mieux. Ensuite, j’ai lu ce livre en n’en sachant rien, à part le titre et le fait que ce soit de la Fantasy. C’est sans doute la raison pour laquelle j’étais un peu perdue au début, mais je vais y revenir. Donc, pour ceux qui ne veulent rien savoir : excellente idée, c’est sans doute la meilleure façon de lire ce livre, pour faire l’expérience de Driftwood comme un Drifter. Mais donc je ne sais pas si vous devriez continuer à lire cette chronique !

J’ai eu du mal avec le début de ce roman parce qu’il est très confus : le lecteur entre dans le livre in medias res, il ne sait rien des personnages ou du monde. Certains noms sont difficiles à prononcer – excepté celui de Last -, il est difficile de savoir quand un nom correspond à un personnage ou à un monde, de savoir où l’on se trouve, qui est qui, ce qui se passe. Mais j’ai l’impression que c’est fait exprès : le lecteur est dans la même position que les nouveaux arrivants à Driftwood, et donc ressent la même chose qu’eux. Il vit ce qu’eux vivent à leur arrivée dans cet étrange endroit. De plus, après le premier chapitre qui présente Last, le lecteur rencontre différents narrateurs : ils peuvent permettre de montrer la diversité de Driftwood. SPOILER 1

Last est le personnage principal mais il n’est le narrateur que pour un moment – seulement des extraits du premier chapitre. Après ça, dans le roman, il devient une sorte de mythe pour certains ; pour d’autres, c’est un homme qu’ils ont rencontré et avec qui ils ont vécu quelque chose. Dans tous les cas, ils ressentent le besoin de raconter et/ou d’écouter ce qui est arrivé pour lui rendre hommage ou pour se souvenir de lui. En effet, Last a disparu et personne ne sait ce qu’il est devenu. Last est un mystère pour les autres et pour lui-même : il ne sait pas pourquoi il est toujours à Driftwood, pourquoi il ne connaît pas le même destin que tout le monde. Il souffre clairement de la situation et de la façon dont les gens le considèrent. Personne ne sait grand-chose à son propos et le lecteur n’obtient pas beaucoup d’informations pendant le court instant durant lequel il est dans sa tête ! J’aimerais en apprendre plus sur lui ! 

Maintenant, comment vous parlez de Driftwood sans trop en dire, tout en faisant justice ? Si vous voulez entrer à l’aveugle, comme je vous l’ai dit, vous serez perdus. Si vous lisez le synopsis, vous serez quand même perdus. Mais,  »there is grace in being lost« . Ce monde est étrange, terrible et beau en même temps. Le concept dans son entièreté est à la fois poétique et horrible. Si vous avez lu le synopsis, je pense (attention, je pense, je ne suis pas sûre !) que vous pouvez lire le SPOILER 2.

Ce livre est à la fois beau et affreux, à la fois inspirant et déprimant. Tout atteint sa fin un jour : SPOILER 3 Dans tous les cas, ce roman brise le cœur. Il met aussi en avant le besoin de se souvenir et de maintenir en vie les cultures et traditions. Elles vivent aussi longtemps que quelqu’un se souvient d’elles – et le cœur se brise encore un peu plus. SPOILER 4

J’ai évoqué plus haut les noms étranges pour les personnages et les mondes : le lecteur découvre différentes cultures et différents peuples au fil du roman – qui, à un moment donné, ressemble un peu à un recueil de nouvelles ! Il est fascinant d’imaginer tous ces mondes, les rues de Driftwood, les frontières, SPOILER 5, les différentes architectures, les différentes langues : on dirait parfois Babel ! J’ai adoré que, dans certains endroits, des rituels ressemblent à de la magie SPOILER 6, et que ce soit possible d’y avoir recours aussi longtemps que cet endroit se trouve à Driftwood. C’était magique, mystérieux, et j’avais envie de rester encore là-bas.

A la fin de ce roman – la scène de fin m’a achevée, par ailleurs -, j’avais envie de plus. Si un autre livre lié à Driftwood sort, je le lirai avec grand plaisir !

 

Donc, un excellent roman qui m’a transportée dans d’autres mondes et qui reste avec moi depuis !

 

SPOILER 1 peut-être que ces histoires sont écrites de cette façon pour montrer la façon dont Dritfwood fonctionne, pour représenter les Lambeaux (Shreds dans la VO) ?

SPOILER 2 Driftwood est l’endroit où les mondes viennent mourir. Ils connaissent leur apocalypse et dérivent désormais doucement vers leur destruction. Est-ce que c’est aussi terrible que ce que ça laisse entendre ? Totalement. Est-ce que j’ai eu envie de pleurer plusieurs fois ? Bien sûr. Y avait-il quelque réconfort à un moment donné ? Oui. Mais c’est toujours difficile d’assister à l’agonie de gens et de mondes sans aucune possibilité de se battre, d’arrêter la machine ou de faire quoi que ce soit pour les sauver : il n’y a pas de sauvetage possible.

SPOILER 3 certaines personnes l’accueillent, d’autres vivent dans le déni. Certaines veulent l’accepter, d’autres veulent se battre. 

SPOILER 4 « You remember. You can tell me [...] And then I can go home, and tell my people, and we will take that light with us into the darkness. » Oh, ce bruit ? C’est mon coeur qui se fissure lentement à nouveau, rien de grave !

SPOILER 5 et le fait que, parfois, le son ne passe pas d’un monde à l’autre, qu’une violente tempête de sable peut se produire à un pas et vous ne ressentez rien, vous êtes en sécurité parce que vous vous trouvez de l’autre côté de la frontière

SPOILER 6 comme le partage de souvenirs pendant une danse dans un monde, ou le fait de boire la salive de quelqu’un mêlée à la sienne pour se comprendre sans avoir besoin de traduction

Simon Snow, book 2: Wayward Son de Rainbow Rowell

Posté : 29 juillet, 2020 @ 12:10 dans Avis littéraires, Coup de cœur | Pas de commentaires »

Genre : Fantasy, YAWayward Son

Editeur : Wednesday Books

Année de sortie : 2019

Nombre de pages : 354

Titre en français : Pas encore traduit

Synopsis : The story is supposed to be over.

Simon Snow did everything he was supposed to do. He beat the villain. He won the war. He even fell in love. Now comes the good part, right? Now comes the happily ever after…

So why can’t Simon Snow get off the couch?

What he needs, according to his best friend, is a change of scenery. He just needs to see himself in a new light…

That’s how Simon and Penny and Baz end up in a vintage convertible, tearing across the American West.

They find trouble, of course. (Dragons, vampires, skunk-headed things with shotguns.) And they get lost. They get so lost, they start to wonder whether they ever knew where they were headed in the first place…

With Wayward Son, Rainbow Rowell has written a book for everyone who ever wondered what happened to the Chosen One after he saved the day. And a book for everyone who was ever more curious about the second kiss than the first. It’s another helping of sour cherry scones with an absolutely decadent amount of butter.

Come on, Simon Snow. Your hero’s journey might be over – but your life has just begun.

 

Avis : J’ai lu Carry On cette année, j’ai beaucoup aimé, j’avais donc hâte de lire la suite !

Attention, à partir d’ici, spoilers pour le premier livre ! 

 

Dans le premier tome, j’ai adoré la relation entre Baz et Simon et j’espérais en voir plus dans ce livre. Malheureusement pour moi, les garçons ont quelques soucis avec la fin heureuse promise après une guerre contre le mal ! Simon n’a plus aucun pouvoir et ne parvient pas à se lever le matin : il fait clairement une dépression et rien de ce que font son copain ou sa meilleure amie ne suffit pour l’aider. Il met de la distance entre lui et Baz tout en ayant l’impression que le vampire n’attend qu’une chose : se séparer de lui. En effet, comment pourrait-il être attirant pour l’homme parfait ? Et comment sortir de cette situation quand Baz pense la même chose ? Nous sommes donc coincés : personne n’ose parler, personne n’ose faire le premier pas, dire ce qu’il ressent. Et c’est très frustrant. Mais c’est aussi compréhensible et cohérent. Simon n’a plus aucune confiance en soi et Baz veut lui donner l’espace dont il semble avoir besoin. Chacun interprète le comportement de l’autre sans jamais en parler, ce qui donne cette situation foireuse dans laquelle personne n’ose refermer le gouffre qui s’est ouvert entre eux. Cela m’a brisé le cœur parfois SPOILER 1

Malgré cela, je trouve toujours Simon agaçant parfois, comme dans Carry On, notamment SPOILER 2 Pour autant, à nouveau, c’est compréhensible. Au moins, il reste le même du tome 1 au tome 2 ! Baz, quant à lui, est toujours mon personnage préféré : vampire, stylé, affectueux, amoureux. J’aime la façon dont il SPOILER 3 J’aime aussi toujours beaucoup Penelope, même si elle me fait mal au cœur ici : elle ne sait pas agir avec les gens, même si elle essaie parfois. Elle vit dans son monde et, quand la bulle explose, elle souffre. SPOILER 4 

J’ai aimé avoir d’autres points de vue sur le monde magique : celui de créatures et d’humains/de Normaux. Les Etats-Unis sont très différents du Royaume-Uni en ce qui concerne la magie et j’ai adoré découvrir cet autre aspect de l’univers ! Le lecteur rencontre des créatures, sans toujours savoir ce qu’elles sont – j’ai particulièrement aimé SPOILER 5 Elles ont elles aussi une opinion sur les magiciens. C’est la même chose pour les Normaux : SPOILER 6 Cela mène à un débat à propos de la magie et la façon dont les hommes traiteraient les magiciens s’ils savaient qu’elle existait. SPOILER 7 C’était très intéressant !

J’ai également adoré la partie vampire du roman ! SPOILER 8

La FIN ! Mais quelle fin frustrante ! Difficile de faire pire niveau suspense ! J’avais envie d’avoir la suite immédiatement !

 

Donc, j’ai passé un excellent moment avec Wayward Son ! Il n’y a pas autant d’action que dans Carry On, mais c’est normal ! Je pense que j’ai préféré ce tome 2 au premier mais, pitié, Mrs. Rowell, SPOILER 9

 

SPOILER 1 : comme la scène pendant laquelle Baz pense que Simon est mort et qu’il regrette de ne jamais lui avoir dit tout ce qu’il représentait pour lui … il ne m’en faut pas plus pour être émue aux larmes.

SPOILER 2 : quand il ne fait pas confiance à Baz et fait n’importe quoi/ce qu’il veut : menacer Lamb par exemple. Il a l’impression que Baz l’a trahi, mais il ne communique jamais avec lui clairement.

SPOILER 3 : est tolérant avec les vampires quand il découvre Las Vegas. Il ne sait, en fait, rien de sa condition et apprend, même s’il est encore honteux.

SPOILER 4 : j’ai aimé que ce soit Agatha qui sauve tout le monde à la fin ! Elle est clairement une victime pendant la majorité du roman, comme elle l’était quand elle était la petite amie de Simon. Cette fois, quand ils viennent la sauver, ils échouent et c’est elle qui réussit à les sortir du pétrin.

SPOILER 5 : les rencontres avec le dragon et l’esprit de l’eau !

SPOILER 6 : Shepard veut simplement découvrir le monde magique et il y parvient grâce aux créatures qu’il prend le temps d’écouter. Elles se sentent seules et il est là pour elles. Il aime les écouter : cela lui permet, par la même occasion, d’avoir l’impression d’appartenir un peu au monde magique. Qui ne le comprend pas ? Qui ne ferait pas la même chose à sa place ?

SPOILER 7 : Next Blood est une façon de voir les choses : la magie est génétique et elle peut être partagée donc il faut expérimenter sur les magiciens pour extraire la magie de leur corps. Shepard voit la situation autrement : il veut partager la vie des magiciens, que tout le monde sache qu’ils existent, et que tout le monde vive en paix.

SPOILER 8 : j’ai aimé les scènes à Las Vegas et en apprendre davantage sur les vampires ! J’aimerais en savoir encore plus dans le tome suivant !

SPOILER 9 : faites en sorte que Simon et Baz soient de nouveau heureux ensemble ! Ils le méritent !

A Song for Ella Grey de David Almond

Posté : 15 mai, 2020 @ 7:51 dans Avis littéraires | Pas de commentaires »

Genre : Mythologie, FantasyA Song for Ella Grey

Editeur : Hodder & Stoughton

Année de sortie : 2015 [2014]

Nombre de pages : 279

Titre en VF : La Chanson d’Orphée

Synopsis : A story of first love. A love that draws on ancient and mythic forces. A love that leads Ella, Orpheus and Claire to the gates of death and beyond.

« I’m the one who’s left behind. I’m the one to tell the tale. I knew them both…knew how they lived and how they died. »

Claire is Ella Grey’s best friend. She’s there when the whirlwind arrives on the scene: catapulted into a North East landscape of gutted shipyards; of high arched bridges and ancient collapsed mines. She witnesses a love so dramatic it is as if her best friend has been captured and taken from her. But the loss of her friend to the arms of Orpheus is nothing compared to the loss she feels when Ella is taken from the world. This is her story – as she bears witness to a love so complete; so sure, that not even death can prove final.

 

Avis : Je ne m’attendais à rien … et pourtant !

 

Je vais commencer par vous parler de ce que j’ai aimé dans ce livre :

- c’est une lecture rapide !

- SPOILER 1

- la relation de Claire et Ella SPOILER 2

 

MAIS :

- j’ai aussi détesté cette relation, notamment parce que SPOILER 3

- Ella en général : elle est la parfaite fille rêveuse, éthérée, la fille que tout le monde aime et que tout le monde jalouse. Son comportement et ce qu’elle représente m’ont agacée ;

- il existe un groupe dans ce roman, mais ce n’est pas le genre de groupes dont j’aimerais faire partie. Ils boivent énormément – pourquoi les jeunes boivent toujours tellement dans les romans ? –, ils semblent arrogants – typique des adolescents, me direz-vous –, ils rêvent et pensent être différents de tous les autres autour d’eux et je ne me suis pas sentie bien dans ce groupe ;

- je n’ai pas été touchée par la « poésie » de ce roman, l’écriture n’a pas fonctionné pour moi et j’ai détesté les mots mal orthographiés comme « bliddy » qui se retrouve dans la bouche de TOUS les personnages TOUT LE LONG du roman !

 

Donc, je suis vraiment déçue par ce roman ! Je pensais apprécier cette réécriture du mythe d’Orphée, mais ça n’a pas du tout fonctionné pour moi !

 

 

[PARTIE SPOILERS]

SPOILER 1 : la scène dans laquelle Orphée se rend à la porte des Enfers : j’ai aimé le changement d’esthétique du roman à ce moment-là, mais aussi la scène en elle-même. J’ai aussi apprécié que les créatures qui se trouvent aux Enfers sont celles que Claire et Ella voyaient quand elles étaient petites filles. J’ai aimé ces liens entre passé et présent, ainsi que la mention de l’eau et du chant dont Ella se souvient depuis son enfance.

SPOILER 2 : notamment le fait que Claire est amoureuse d’Ella. Pour elle, ce n’est pas juste une amie, et ce qu’elle fait avec elle n’est pas quelque chose qu’elle ferait avec n’importe qui. Ella a une réelle importance pour Claire.

SPOILER 3 : ce n’est pas une relation saine ou mutuelle. J’ai détesté qu’Ella semble répondre à Claire mais ne le fait jamais vraiment ; que Claire aime vraiment Ella et qu’Ella considère simplement Claire comme sa meilleure amie ; qu’elles s’embrassent et que ça ne veuille pas dire la même chose pour les deux. Ça m’a semblé injuste et cruel.

12345...20
 

Baseball fans gather zone |
Eaudefiction |
Ici même |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Kpg1221gpk
| Elenaqin
| la saltarelle des baronnes