Redbluemoon

I found myself in Wonderland.

Magic Charly, tome 1 : L’Apprenti d’Audrey Alwett

Posté : 18 janvier, 2020 @ 2:29 dans Avis littéraires | Pas de commentaires »

Genre : Fantasy, JeunesseMagic Charly

Editeur : Gallimard Jeunesse

Année de sortie : 2019

Nombre de pages : 410

Synopsis : On peut avoir un chat doué de capacités hors du commun et tout ignorer de l’existence des magiciers. C’est le cas de Charly Vernier, jusqu’à ce qu’il découvre que sa grand-mère pourrait être un membre éminent de cette société. Mais elle court un grave danger. S’il veut la sauver – et se sauver lui-même -, Charly n’a pas le choix, il lui faut devenir apprenti magicier.

Beignets de prédilection, grimoires volants, serpillière enchantée et pilleur d’âmes … Bienvenue dans le monde ensorcelant de Magic Charly !

 

Avis : A VENIR

La Cité des Chimères de Vania Prates #plib2020

Posté : 7 janvier, 2020 @ 3:10 dans Avis littéraires, Coup de cœur | Pas de commentaires »

Genre : FantasyLa Cité des Chimères

Editeur : Snag

Année de sortie : 2019

Nombre de pages : 443

Synopsis : Le monde tel qu’on l’a connu a disparu. Chaos, misère, famine … Les Hommes ont enfin trouvé un équilibre et se sont organisés en guildes, guidé par leur chi, leur nature profonde. Guilde des Marchands, des Inventeurs, des Alchimistes, des Gardiens ; tous demeurent fidèles à ce qu’ils sont afin de vivre en harmonie avec la nature et les animaux particulièrement respectés, créant une cité semblable à une ville sylvestre.

Dans ce monde proche de l’utopie, Céleste, une jeune fille de 17 ans, n’a pas de chi. Le jour où elle rencontre Calissa, mystérieuse contrebandière, elle est loin de se douter qu’elle va se retrouver embrigadée bien malgré elle dans une histoire complexe qui même non seulement le dirigeant de Lowndon Fields, mais également la très redoutée « Confrérie des Sans-loi ».

Entre ruse, savoir, intrigues et faux-semblants, Céleste va devoir changer sa vision du monde.

 

Avis : J’ai découvert et lu ce livre grâce au Plib ! Une amie m’a recommandé La Cité des chimères, je l’ai donc ajouté dans ma sélection, et la maison d’édition Snag a gentiment accepté de me l’envoyer : je la remercie à nouveau !

Je n’ai jamais vraiment lu de Fantasy utopique avant de lire ce roman, donc je ne savais pas tellement à quoi m’attendre. Ce qu’on peut dire, c’est que La Cité des chimères met la barre très haut pour les futures fictions de ce genre que je pourrais lire ! J’ai été happée par l’univers, et j’ai tout adoré ! Je ne trouve vraiment aucun défaut, rien à redire sur ce roman ! L’univers est prenant, captivant, fascinant, et donne terriblement envie au lecteur de devenir lui-même immergeant pour se retrouver à Septentria, le paradis de la lecture, sans aucun doute !! Ces différentes salles sont idylliques, tout comme le fait que les immergeants soient payés pour lire et remplir des rapports sur leurs lectures ! J’ai adoré suivre un des personnages dans cet endroit merveilleux, un nouveau chez-soi si accueillant qu’on aimerait que le livre dure plus longtemps pour y rester encore ! J’ai adoré le statut d’immergeant, le rêve de tout lecteur je pense ! Cette capacité est fascinante, et, à plusieurs reprises, en lisant, je me suis dit que, si j’avais appartenu à ce monde, j’aurais sans doute fait partie de cette guilde, comme bon nombre de lecteurs avides ! Ou j’aurais été la compagne d’un Gardien, autre guilde fascinante !! En effet, j’ai aussi adoré cette harmonie avec les animaux, avec la nature, et avec le moi intérieur : les différents personnages sont sommés de suivre leur chi, une sorte de vocation, une certitude intérieure qui leur dit ce pour quoi ils sont faits. Cela est nécessaire parce qu’avant cette nouvelle ère, les hommes ont failli : en effet, cette Fantasy n’est pas seulement utopique, elle est aussi post-apocalyptique. On ne sait pas exactement ce qui est arrivé, mais on parle de notre époque actuelle comme de l’Ancien monde. Ces hommes ont échoué à vivre en harmonie, ce qui a mené l’humanité vers le déclin. Pour construire un monde meilleur, les êtres humains sont maintenant répartis en guildes, certaines très isolées, afin de ne pas faire les mêmes erreurs que par le passé. Donc, pas d’armes à feu, par exemple. Je ne vous en dis pas plus !

J’ai adoré l’intrigue ! Céleste n’a pas de chi et tombe un jour sur Calissa : rencontre tout à fait inattendue, et qui va s’avérer bouleversante pour les deux jeunes femmes. En plus de traiter d’Histoire, d’harmonie avec la nature et les animaux, d’harmonie avec soi-même et ses principes, ce roman traite aussi de la famille, de celle que l’on a d’office, et de celle que l’on se choisit. J’ai adoré les scènes de groupe : comme vous le savez, j’ai toujours l’impression d’en faire partie, et je m’y sens bien ! Ici, les membres sont si soudés, si complémentaires, que c’est vraiment un délice de lire les scènes qui les réunissent !! L’intrigue se scinde en deux et tourne autour d’un complot politique et des chimères ! Comment ne pas aimer ce livre avec tout ça ?! 

Concernant les personnages, je n’ai eu aucune difficulté à m’attacher à eux. Céleste est une jeune fille qui n’a pas de chi, et donc, qui n’a pas de famille de chi, qui reste avec sa famille de sang, et qui ne se sent pas du tout à sa place avec eux. Elle est considérée comme inutile par certains parce qu’elle n’a pas de « vocation ». Calissa, elle, est typiquement le genre de femme qui cache ses blessures sous une carapace. Son passé et son statut, que l’on découvre au cours du roman, la rendent fascinante, et lui accordent une place énorme pour la suite de la série ! J’ai adoré les autres membres du groupe également : Leire, très mystérieux, et toujours aussi intéressant quand on connaît son passé ; Alexian, le pitre de service, dont l’histoire n’est pas si superficielle qu’on pourrait le penser au premier abord ; Vénicia, compagne de Dao, son Gardien, qui semble la plus douce du groupe, et celle que tout le monde veut sur-protéger à cause de cela. J’ai également adoré Daniel, qui m’a touchée, comme la majorité des autres personnages, vous l’aurez compris ! J’ai très envie qu’il prenne une place plus importante dans la suite ! J’ai aimé les petites touches romantiques que l’on peut percevoir par-ci par-là entre certains personnages, et j’en viens à en vouloir davantage pour le tome 2 !

La fin m’a émue : j’ai terriblement envie de lire la suite !!!!

 

[SPOILER] J’ai adoré la scène où Céleste et Daniel immergent ensemble !! J’ai adoré comprendre les rumeurs de folie et d’immortalité au sein de Septentria, et surtout concernant les immergeants !! J’ai adoré la possibilité d’union entre les chiméristes et les chimères, cette compréhension mutuelle, ce lien ! Et cette scène de fin, cette auberge, ces fauteuils, et le cinquième qui arrive !! Oh les frissons !! J’AI TELLEMENT MAIS TELLEMENT HÂTE DE LIRE LA SUITE !! [FIN DU SPOILER]

#ISBN9782490151219

Les Brumes de Cendrelune, tome 1 : Le Jardin des âmes de Georgia Caldera #plib2020

Posté : 30 décembre, 2019 @ 11:18 dans Avis littéraires | Pas de commentaires »

Genre : FantasyLes Brumes de Cendrelune

Editeur : J’ai lu

Année de sortie : 2019

Nombre de pages : 348

Synopsis : Dans le royaume de Cendrelune, les dieux épient les pensées des hommes, et leur Exécuteur, l’Ombre, veille à condamner tous ceux qui nourriraient des envies de rébellion.

Or, il semble que certaines failles existent. À l’âge de 17 ans, Céphise ne vit en effet que pour se venger. Depuis qu’on l’a amputée d’une partie d’elle-même et privée de sa famille, elle ne rêve plus que d’une chose : s’affranchir de la tyrannie du tout-puissant Orion, Dieu parmi les dieux. Et contre toute attente, il se pourrait qu’elle ne soit pas seule…

 

Avis : J’ai reçu ce roman dans le cadre des livres voyageurs du Plib ! Merci aux organisatrices, à la personne qui a accepté de prêter son livre, et à celle qui me l’a envoyé !

Je dois bien l’avouer, je n’étais pas emballée par ce roman, non pas à cause du résumé, mais plutôt « à cause » de son autrice. J’ai lu le premier tome des Larmes rouges il y a quelques années, et j’ai détesté avec passion le personnage de Cornélia, qui a ruiné ma lecture. J’avais donc très peur de lire Les Brumes de Cendrelune et de ressentir la même chose pour Céphise ! Mais j’ai décidé de laisser une chance à ce roman, et j’ai bien fait ! Rien que le fait de suivre des dieux, d’être dans une société où ils existent vraiment, où ils gouvernent, m’a séduite ! Le lecteur croit aussi comprendre, à certaines allusions des personnages, qu’il se trouve dans un roman Fantasy « postapocalyptique », en quelque sorte, puisque la Seconde Guerre mondiale est évoquée, et que les dieux seraient descendus pour mettre fin aux bêtises des hommes. Ajoutons à cela une ambiance assez pesante, un Empereur-dieu tyrannique, et un étrange lien entre les deux personnages principaux : cela donne un roman qui m’a complètement happée, et qui ne m’a pas lâchée avant que je l’aie terminé !

Comme je l’ai dit plus haut, concernant les personnages, j’avais peur de ressentir la même chose que pour Cornélia, l’héroïne des Larmes rouges. Ce ne fut pas le cas : il arrive des choses horribles à Céphise, mais elle ne réagit pas vraiment – ou pas totalement – comme Cornélia, ce qui me l’a rendu plus sympathique. Mais, comme dans Les Larmes rouges, j’ai préféré le personnage masculin, Verlaine. Je le trouve captivant, et très complexe, quand Céphise est beaucoup plus transparente. J’étais également bien plus intéressée par les dieux, et les intrigues de certains d’entre eux, que par les humains et leur potentielle rébellion. C’est à partir du chapitre qui introduit Proserpine que j’ai été emportée par le roman !

Petits bémols : pas mal de répétitions de la part des personnages, notamment quand ils pensent à l’autre, ou quand ils s’auto-tourmentent ; la romance, qui ne me convainc pas tout à fait, qui qu’elle réunisse.

La fin … ce devrait être interdit d’écrire ce genre de fin !! C’est de la torture !! J’ai très envie de lire la suite !!

 

Donc, un très bon roman, qui introduit un monde intriguant, et qui donne terriblement envie de tourner les pages plus vite !

 

[SECTION SPOILERS] 

J’ai adoré le lien entre les personnages, et le fait qu’ils soient clairement confrontés à des vies antérieures pendant lesquelles ils se sont connus et aimés. J’ai un peu moins apprécié la naissance d’un triangle amoureux potentiel pour la suite de la série, entre Céphise, Halfdan et Verlaine…

Je suis aussi persuadée que Verlaine et Céphise sont frère et soeur, que Céphise est l’objet d’une expérience ratée par Orion : il parle à Proserpine de ses multiples essais pour créer un demi-dieu parfait, ce serait donc logique ! Et la révélation de Verlaine à Céphise dans le passé, ce qu’il commence à lui dire : « Je suis … », et la raison qui expliquerait qu’il la quitte si brutalement, sans explication, pourrait également être leur lien de parenté ! On nous explique au début du roman que seuls les dieux, ou demi-dieux, ont des pouvoirs, qu’ils se marient entre eux, et la symétrie entre les pouvoirs de Céphise et Verlaine est beaucoup trop flagrante ! Mais, cela signifie aussi qu’il existe sans doute d’autres demi-dieux qui pourraient aider nos héros à renverser l’Empereur-dieu, si besoin est !

J’ai aimé que l’on ait un autre éclairage sur Héphaïstos, qui est en fait un « gentil » dans le roman, étant donné qu’il tente d’aider les humains depuis des années. Il est la raison pour laquelle Orion ne peut pas entendre Céphise. J’ai aimé l’histoire entre lui et Proserpine ! Cela le rend plus « humain », plus attachant, et lui donne une vraie place sur l’échiquier.

J’ai, enfin, adoré les révélations finales : Proserpine est une Vestale, Janus est la Dame des Brumes disparue, et Verlaine sonnera le glas de son père, il est la clé pour le détruire. 

 

#ISBN9782290165614

Les Héritiers d’Higashi, tome 1 : Okami-Hime de Clémence Godefroy #plib2020

Posté : 20 décembre, 2019 @ 12:12 dans Avis littéraires | Pas de commentaires »

Genre : Fantasy, MythologieLes Héritiers d'Higashi 1

Editeur : Editions du Chat Noir

Année de sortie : 2019

Nombre de pages : 220

Synopsis : Il y a bien longtemps à Higashi, les différentes lignées de bakemono, ces humains porteurs d’esprits animaux et dotés de pouvoirs incroyables, vivaient en harmonie. Mais la guerre les a décimés, et depuis un siècle le clan Odai et les descendants des renards règnent sans partage sur l’archipel, reléguant les autres bakemono aux brumes du passé.

Ayané, jeune disciple de l’Ordre de la Main Pure, se soucie bien peu de ces légendes. Pleine d’énergie mais peu disciplinée, elle aimerait surtout faire ses preuves au combat. Jusqu’au jour où ses supérieures lui assignent une mission très spéciale : partir au service d’un clan prestigieux dans le nord du pays et veiller sur leur hôte, Numié Dayut, une princesse exilée qui cache un lourd secret.

 

Avis : J’ai reçu ce livre dans le cadre des livres voyageurs du plib ! 

Les Héritiers d’Higashi fait partie de mes vingt sélectionnés : autant vous dire que j’étais contente de le voir dans les vingt effectifs ! J’aime beaucoup les romans qui traitent de mythologie, que ce soit grecque, égyptienne ou, ici, japonaise ! C’est une de celles que je connais le moins, donc j’adore en apprendre davantage sur les « dieux », yokai, sur les différents types de bakemono … et apprendre tout ce vocabulaire en même temps ! En effet, pour ceux qui, comme moi, ne sont pas à cent pour cent familiers de cet univers, ce peut être assez compliqué de tout saisir du premier coup ! Il n’y a ni notes de bas de page, ni glossaire, ce que je trouve un peu dommage ; cela aurait sans doute facilité la lecture, rien que par le fait de ne pas avoir à s’arrêter sur le mot pour tenter de comprendre de quel type de créature on parle ! Si on le prend autrement, c’est très intéressant et enrichissant d’avoir une diversité d’êtres surnaturels, et de voir les liens et les différences entre eux ! Je dois dire que tout n’était pas toujours très clair pour moi, notamment concernant les personnages qui possèdent ou non des pouvoirs. J’ai fini par percevoir une idée de dilution au fil des générations ; mais, sur le coup, j’ai eu un peu de mal ! Cela m’a légèrement empêchée d’entrer dans le livre au début ; en fin de compte, en refermant le roman, je me suis dit que je n’y étais jamais vraiment entrée !

En effet, malgré mon enthousiasme pour ce livre, je ne suis pas parvenue à être happée. Je n’ai pas réussi à m’attacher aux personnages, et je ne suis pas convaincue par la romance – d’ailleurs, je ne m’attendais pas à ce qu’il y en ait une ici ; sur le coup, j’ai été déçue, je l’avoue ! J’ai également noté plusieurs petites coquilles, et de légères fautes de français qui, à chaque fois que j’en trouve dans un bouquin, me sorte de l’histoire …

Pour autant, j’ai envie de lire le tome 2 ; mais j’attends davantage ! Je veux être transportée dans cet univers, surtout que la quête peut s’avérer prenante ! [SPOILER] La constitution d’un groupe, à la fin d’Okami-Hime, me donne également envie ; mais j’ai peur d’avoir deviné ce qui allait arriver … du genre : Ayané est la grande sauveuse, elle va permettre la fin du règne des Odai parce qu’elle est une inari, ce qui est extrêmement rare ; et Numié, elle, va permettre de faire le lien avec les Odai, pour ne pas les anéantir – et donc pour ne pas répéter les erreurs des nogitsune – en se mariant avec Kaito ! [FIN DU SPOILER]

 

#ISBN9782375681084

Le Phare au corbeau de Rozenn Illiano #plib2020

Posté : 17 décembre, 2019 @ 9:32 dans Avis littéraires | Pas de commentaires »

Genre : FantasyLe Phare au corbeau

Editeur : Critic

Année de sortie : 2019

Nombre de pages : 383

Synopsis : Agathe et Isaïah officient comme exorcistes. L’une a les pouvoirs, l’autre les connaissances ; tous deux forment un redoutable duo.
Une annonce sur le réseau social des sorciers retient leur attention. Un confrère retraité y affirme qu’un esprit nocturne hante le domaine d’une commune côtière de Bretagne et qu’il faut l’en déloger. Rien que de très banal. Tout laisse donc à penser que l’affaire sera vite expédiée.
Cependant, lorsque les deux exorcistes débarquent là-bas, le cas se révèle plus épineux que prévu. Une étrange malédiction, vieille de plusieurs générations, pèse sur le domaine de Ker ar Bran, son phare et son manoir.
Pour comprendre et conjurer les origines du Mal, il leur faudra ébranler le mutisme des locaux et creuser dans un passé que certains aimeraient bien garder enfoui…

 

Avis : J’ai reçu ce livre comme service de presse, et je l’ai lu pour le plib !

Quand j’ai lu le résumé du Phare au corbeau pour le plib, je n’ai d’abord pas été convaincue : j’ai toujours peur de me lancer dans des livres dont les personnages sont des exorcistes. Mais, comme il est parmi les vingt sélectionnés du prix, je me suis dit que j’allais lui laisser une chance. Et j’ai bien fait !

J’ai passé un très bon moment avec ce roman ! Même si le début ne m’a pas entièrement convaincue, au fil des pages, l’angoisse s’installe peu à peu, et j’avais très envie de comprendre toute l’histoire ! Les passages durant lesquels Agathe se trouve nez à nez avec un fantôme, ainsi que les scènes de manifestations paranormales m’ont fait froid dans le dos ! J’ai, d’ailleurs, beaucoup aimé la façon dont les fantômes sont représentés, le fait qu’ils soient dans un entre-deux mais qu’ils ressentent ce qui arrive dans notre monde, la façon dont ils partent, apaisés ou non, et ce que ressent Agathe parce qu’elle partage leur souffrance. Le décor apporte une touche de magie supplémentaire : je pouvais visualiser le phare, le manoir, la falaise, ce qui permet de créer une atmosphère bien particulière qui happe le lecteur ! Je ne me suis pas spécialement attachée aux personnages principaux, Agathe et Isaïah, mais cela ne m’a pas empêché d’entrer dans l’histoire, sans doute parce que j’ai particulièrement apprécié l’histoire de Solen et Gwennyn ! J’ai aussi adoré cet univers de sorciers qui mêle un peu toutes les traditions/croyances/magies en une seule ! Ce mélange est un peu représenté par l’énorme symbole sur le mur de la Boîte noire ! J’ai aussi aimé la diversité que l’on peut trouver dans ce livre, et qui ne m’a pas du tout semblé forcée. En effet, cela paraît authentique, naturel ici ! Autre chose que j’ai particulièrement apprécié, mais qui ne va sans doute pas plaire à tout le monde : le fait que l’on suive, en réalité, trois intrigues différentes. En effet, le roman nous permet de suivre Agathe, mais nous plonge aussi dans le passé avec Théophile et Gwennyn, dont j’ai particulièrement aimé l’histoire ! [SPOILER] A partir du moment où on parle de vengeance, je suis dedans ! [FIN DU SPOILER] La fin était très intéressante, et en phase avec ce que je pense : j’ai aimé, en plus, cette idée particulière à propos du temps ! Simple bémol : j’ai trouvé qu’elle était très rapide !

Et c’est là qu’on en vient aux points négatifs : cette fin m’a semblé rapide, sans doute parce que j’ai trouvé que le livre comportait pas mal de répétitions et de longueurs. Agathe rumine sur sa situation, et le lecteur a parfois envie de lui dire qu’il a bien compris son problème, et qu’elle n’a pas besoin de le répéter sans cesse ! J’ai eu également un peu de mal avec le style d’écriture parfois. Enfin, j’ai repéré quelques fautes de français qui m’ont légèrement sortie de l’histoire ! Mais ces points négatifs ne prennent pas le dessus sur le positif !

 

Donc, un très bon roman, qui m’a happée malgré quelques petits défauts !

 

#ISBN9782375791271

12345...17
 

Baseball fans gather zone |
Eaudefiction |
Ici même |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Kpg1221gpk
| Elenaqin
| la saltarelle des baronnes