Redbluemoon

I found myself in Wonderland.

Chroniques des Enchanteurs, T. 2.5 : Sublimes Lunes de Kami Garcia & Margaret Stohl

Posté : 13 mai, 2013 @ 7:45 dans Avis littéraires | 3 commentaires »

Genre :  Fantastique, JeunesseChroniques des Enchanteurs, T. 2.5 : Sublimes Lunes de Kami Garcia & Margaret Stohl dans Avis littéraires couv1901397-187x300

Editeur : Hachette, Black Moon

Année de sortie : 2013

Nombre de pages : 62

Synopsis : Ce jour-là, mon meilleur ami Link n’a pas réussi à finir son petit déjeuner gargantuesque. Ce jour-là, Link s’est rendu compte qu’il avait changé physiquement : quelques centimètres supplémentaires, un visage plus mature… Ce jour-là, il a appris qu’il se transformait en incube. Le premier et unique « Linkube » de Gatlin. Gatlin, cette délicieuse petite bourgade du sud des États-Unis où mon histoire avec Lena l’Enchanteresse avait commencé.

 

Avis : Lecture totalement imprévue, ce livre m’a sauté aux yeux quand je l’ai vu la première fois sur Livraddict. Je m’étais déjà dit qu’il était dommage que certains livres ne soient que des ebooks et ne sortent pas en français (et en « vrai » !). Je l’ai donc lu dès qu’il est sorti.

C’est une petite nouvelle qui se rattache très bien à l’histoire générale, puisqu’elle parle bien de l’intrigue, que l’on retrouve les personnages et les changements qu’ils ont connu. Elle ne lui apporte pas grand-chose pourtant, dans la mesure où un personnage apparait et disparait en quelques pages et que la seule vraie information importante est peut-être la découverte de Link à la fin, le renversement de situation et la solution au problème, et encore, puisque cela nous apprend seulement les nouvelles capacités de Link et que Macon est devenu son mentor.

Sinon, l’écriture est toujours la même, on ne parle absolument pas des personnages principaux, si ce n’est pour les mentionner et excepté à la fin. Je trouve intéressant que les auteures se concentrent sur un personnage en particulier, ceux qui l’entourent, ce qu’il aime dans la vie. Mais, peut-être aurait-il été mieux que le narrateur soit le principal intéressé ?

On en apprend aussi un peu plus sur Ridley, sur ses sentiments généraux et sur ceux qu’elle nourrit envers Link et on découvre un autre aspect de Macon : un mentor qui sait écouter mais qui sait aussi expliquer, faire comprendre.

 

En définitive, un tome qui nous en apprend un peu plus sur la vie de Link et ses nouvelles capacités. Pas indispensable mais agréable.  

Chroniques des Enchanteurs, T. 2 : 17 Lunes de Kami Garcia & Margaret Stohl

Posté : 7 mai, 2013 @ 9:33 dans Avis littéraires, Coup de cœur | Pas de commentaires »

Chroniques des Enchanteurs, T. 2 : 17 Lunes de Kami Garcia & Margaret Stohl dans Avis littéraires couv634545331-187x300Genre : Fantastique, Jeunesse

Editeur : Hachette, Black Moon

Année de sortie : 2010

Nombre de pages : 567

Synopsis : « Je n’aurais jamais imaginé que Lena pourrait me fuir ou me cacher des choses. Qu’un jour arriverait où nous ne nous comprendrions plus. Mon statut de Mortel m’interdisait l’accès au monde des Enchanteurs, mais était-ce une raison pour rompre tout lien ? Après le désastre du seizième anniversaire de Lena, j’avais pensé que l’aimer et la soutenir suffiraient. Mais il fallait croire que je m’étais trompé. Et que notre amour, indestructible hier, était à présent voué à l’échec … » L’amour est-il plus fort que le destin ?

 

Avis : Ayant beaucoup aimé le premier tome, je me souviens avoir sauté sur le deuxième qu’à l’époque, j’avais adoré, encore plus que le premier tome !

Et en effet, ce deuxième tome est à la hauteur du premier ; il le dépasse même ! Je n’arrivais plus à m’arrêter de lire ! L’histoire est captivante, on entre vraiment dans l’action, le livre nous transporte ailleurs, dans d’autres univers, dans les Tunnels, en Caroline du Sud, dans une forêt enchanteresse ou une rue lugubre, des lieux divers et plus ou moins faciles à imaginer.

Définitivement, ce style d’écriture est vraiment adapté à ce livre. Il permet de très facilement s’identifier aux personnages. On a l’impression d’être avec eux, on les suit partout où ils vont, un peu comme si, comme Macon, nous avions un Boo Radley, un animal d’Enchanteur à travers les yeux de qui nous verrions tout ce qui se passe.

J’ai pris un réel plaisir à lire ce livre. D’un côté, je n’avais pas envie qu’il se termine ; de l’autre, j’avais hâte pour commencer la suite et savoir ce qu’il se passe, ce qu’il va encore arriver à Lena et Ethan. Le dernier chapitre donne encore plus envie de lire tout de suite les premières pages de 18 Lunes ! Tant de secrets sont révélés dans ce tome ! Les pièces du puzzle 16 Lunes s’emboitent toutes seules et on se pose tout un tas de nouvelles questions dont on espère trouver les réponses dans la suite.

Dans ce tome, nous découvrons de nouvelles sortes d’ »Enchanteurs » comme les Evos, ou le fameux John. Cela apporte encore plus de fascination à l’univers de 16 Lunes. On découvre d’autres choses, des personnages changent, en bien comme en mal, mais surtout, de nouveaux personnages apparaissent, des personnages intéressants. Liv est attachante, même si, parfois, son côté Mademoiselle-je-sais-tout la rend agaçante. J’ai eu de la peine pour elle à certains moments … Lena change beaucoup dans ce tome : elle est parfois agaçante, et parfois comme dans 16 Lunes. Elle est certaine d’être mauvaise, comme dans le premier tome mais là, c’est bien pire. Ethan reste le même et apprend de nouvelles choses. On rencontre (enfin !) sa mère et on en apprend beaucoup plus sur elle, ainsi que sur Macon, qui était si mystérieux dans le premier tome. Amma et Marian sont égales à elles-mêmes, même si quelque chose a changé, étant donné qu’Ethan n’a plus le choix de faire ce qu’il veut. Mais, concernant les personnages, j’ai surtout adoré ce tome pour la surprise qu’il nous réserve juste avant la Dix-Septième Lune ! La fin, comme je l’ai dit plus haut, donne vraiment envie de directement commencer le tome suivant. Même si des réponses ont été données, de nouvelles questions ont été posées et le mystère reste complet !

 

C’est donc un très bon deuxième tome, meilleur que le premier, qui fait de cette saga une des meilleures que j’ai lues pour le moment ! (Pourvu que ça dure !)

Chroniques des Enchanteurs, T. 1 : 16 Lunes de Kami Garcia & Margaret Stohl

Posté : 1 mai, 2013 @ 12:47 dans Avis littéraires | 1 commentaire »

Genre : Fantastique, JeunesseChroniques des Enchanteurs, T. 1 : 16 Lunes de Kami Garcia & Margaret Stohl dans Avis littéraires couv71244509-185x300

Editeur : Hachette, Black Moon

Année de sortie : 2010

Nombre de pages : 635

Synopsis : « J’ai longtemps rêvé de cette fille. Elle apparaissait dans un cauchemar où, malgré tous mes efforts, elle tombait sans que je puisse la sauver. Je me savais lié à elle d’une façon particulière. Et puis un jour, elle est arrivée en chair et en os au lycée de Gatlin, notre petite bourgade du Sud des Etats-Unis. Elle était belle et mystérieuse. Si j’avais su qu’en même temps que cette fille surgirait aussi une malédiction … J’étais éperdument amoureux, mais cet amour était perdu d’avance. » L’amour est-il plus fort que le destin ?

 

Avis : Ce livre a longtemps traîné sur mon étagère. J’avais été attirée par la couverture, mais j’avais peur d’être déçue par l’histoire. Finalement, je l’ai lu il y a deux ans, et j’ai vraiment adoré. Le début m’avait semblé long, mais, par la suite, j’étais vraiment entrée dans l’histoire et je n’arrivais plus à m’arrêter de lire. J’avais mis une semaine à lire le début, et, partir du cercle Sanguinis, deux jours pour lire tout le reste tellement j’étais dedans ! Etant donné que je n’ai eu que très récemment les deux derniers tomes, je me suis dit qu’il faudrait que je relise l’intégralité de la saga ; comme j’avais aimé, ça ne me posait pas de problème.

J’aime le style d’écriture. Je trouve que la narration à la première personne est un très bon moyen pour nous faire rentrer dans l’histoire dès le début. On a vraiment l’impression d’y être.

J’ai beaucoup aimé imaginer les différents lieux arpentés par Lena et Ethan : Ravenwood Manor, Greenbrier, la bibliothèque, le lycée. Contrairement à certains autres livres, il y a juste assez de détails pour se représenter les lieux correctement : il n’y en a ni trop, ni pas assez. On voit que les auteures avaient une idée précise des lieux, comme si elles les avaient déjà vu (peut-être est-ce le cas). En tout cas, cela rend l’histoire plus réelle.

Le schéma de l’histoire est un peu complexe : suis-moi, je te fuis ; fuis-moi, je te suis. La première fois, les allers et retours des personnages ne m’ont pas gêné ; là, j’ai trouvé qu’il y en avait beaucoup, et j’ai trouvé certaines scènes étranges parce que pas totalement cohérentes. Mais cela n’enlève rien au plaisir que j’ai pris à lire ce livre !

Je trouve très originale l’idée d’Enchanteurs voués aux Ténèbres ou à la Lumière, tout comme l’idée de la malédiction et des yeux de différentes couleurs. L’idée du Kelting est excellente ! Je ne me souviens pas avoir lu de livre semblable à celui-là, on peut dire que son histoire est unique, elle ne ressemble à aucune autre. Par contre le schéma narratif m’a légèrement fait penser à Twilight, sauf que les rôles sont inversés : elle est attirée, mais elle doit le fuir, elle est avec lui, elle le quitte pour revenir ensuite parce qu’elle ne peut pas vivre sans lui. Ce qui est bien, c’est que seul cela ressemble à une œuvre déjà créée, rien d’autre (à part le nom de Boo Radley, mais c’est dit dans le livre).

J’ai beaucoup aimé les personnages de Lena et d’Ethan, mais également celui de Macon. Il est très mystérieux, on ne sait pas tout de lui, et je trouve que son statut d’Incube lui va très bien. Il donne envie d’en apprendre plus sur lui. J’ai aussi aimé son chien, protecteur de Lena, même s’il a l’air de faire peur. Les Enchanteurs sont également de bons personnages : leurs pouvoirs leur sont propres, ce qui les rend uniques. On aimerait en avoir certains dans notre famille, comme Tante Del, Bonne Maman, Reece ou Ryan, et on aimerait en éviter d’autres à tout prix, comme Larkin et Ridley. Amma est un personnage complexe que j’ai également apprécié. Les habitants de Gatlin sont comme tout habitant d’une petite ville.

J’ai aimé l’espèce de cours d’histoire dispensé par le livre : on apprend quelques informations sur la Guerre de Sécession que, personnellement, je ne connais pas très bien. Je ne savais pas que le Sud voyait la fin de la Guerre de cette manière, ni le Nord de cette façon. Par contre, je me demande s’il y a vraiment reconstitution de la bataille de Honey Hill (qui existe vraiment, j’ai vérifié !)

La fin du livre m’a vraiment étonnée et attristée … Je me suis dit : « Non, pas possible … ». Et c’est lorsqu’on est touché par la fin, lorsqu’on se rend compte qu’on s’est attaché aux personnages, que l’on peut dire que c’est un bon roman, parce qu’il nous procure des émotions différentes. Certains livres ne nous font rien quand nous les lisons : celui-là nous emmène ailleurs, nous fait partager la vie des personnages, nous rend joyeux ou triste.

 

En définitive, un roman fantastique que j’ai vraiment beaucoup aimé, peut-être un peu moins à la relecture, mais qui fait tout de même partie de mes préférés !

 


Les Radley de Matt Haig

Posté : 16 avril, 2013 @ 2:32 dans Avis littéraires | Pas de commentaires »

Les Radley de Matt Haig dans Avis littéraires couv62988548-185x300Genre : Fantastique

Editeur : Le Livre de Poche

Année de sortie : 2012

Nombre de pages : 504

Synopsis : Ils n’ont qu’une addiction : le sang. Mais depuis plus de vingt ans, ils ont décidé de renoncer à leur péché mignon et de se désintoxiquer. Pas facile d’être un vampire urbain au XXIe siècle ! Dans une banlieue british tout ce qu’il y a de plus respectable, les Radley essayent désespérément de se comporter comme « des gens normaux ». Mais des vampires de souche peuvent-ils définitivement refouler leurs désirs et leurs instincts ? Pas sûr … A contre-courant de toutes les histoires de vampires d’hier et d’aujourd’hui, l’Anglais Matt Haig renouvelle le genre avec ce roman, féroce et brillante satire de notre société, et aussi pur plaisir de lecture … et d’angoisse. Hilarant, effrayant et cruellement familier !

 

Avis : Le synopsis présageait une histoire intrigante, pleine de rires et de frissons, avec laquelle je me serais bien amusée. L’idée était assez originale, nous montrait une autre facette des vampires et nous donnait un autre point de vue, une autre façon de les voir. 

Mais je m’attendais à autre chose. J’ai trouvé l’histoire beaucoup plus sérieuse que ce qu’en disait le résumé. Je pensais bien rire tout le long de l’œuvre, ce qui n’a pas été le cas. J’ai eu quelques surprises, grâce à quelques retournements de situation, mais, globalement, j’ai été un peu déçue.

J’ai bien aimé les personnages et les découvertes que l’on fait à travers eux. Mon préféré a été Rowan, qui évolue tout le long du livre. Clara, quant à elle, reste la même. J’ai également apprécié les parents, et je trouvais dommage qu’ils ne soient pas plus proches. Concernant Will, on voit bien la volonté de l’auteur de nous montrer qu’il a voulu le faire ressembler le plus possible à un enfant capricieux. Pour les autres personnages, excepté Eve et son père, ils ne sont là que pour permettre ou empêcher les personnages principaux d’agir, et n’évoluent pas vraiment dans leur mentalité, excepté peut-être Toby, à la fin (le pauvre !).

Je pense qu’il aurait été mieux de ne pas dire ce qu’étaient les Radley dans le synopsis : cela gâche l’effet de surprise de la première scène de meurtre, assez sanglante et affreuse (parfois, j’aimerais ne pas savoir imaginer chaque détail !). Les passages du Manuel de l’Abstinent nous permettent de bien tout comprendre, comme le glossaire à la fin de l’œuvre. Mais il manque quelque chose, je ne sais pas quoi, pour faire de ce livre un coup de cœur. Par contre, ce que j’ai trouvé vraiment bien, c’est que l’on ne se concentre pas que sur un seul personnage, mais sur une famille entière. Cela nous permet de voir des aspects différents de la vie d’un vampire, leurs différents actes, réactions, pensées.

La fin, malgré tous mes efforts, m’a tout de même un peu fait penser à Twilight. Elle était assez prévisible, et même attendue à un moment. Je pensais que cela finirait de manière plus … inattendue, spectaculaire.

 

C’est tout de même un bon roman fantastique avec lequel j’ai passé un bon moment.

1...910111213
 

Baseball fans gather zone |
Eaudefiction |
Ici même |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Kpg1221gpk
| Elenaqin
| la saltarelle des baronnes