Redbluemoon

I found myself in Wonderland.

Archive pour la catégorie 'Coup de cœur'

Anna Karénine de Léon Tolstoï

Posté : 19 juillet, 2013 @ 3:25 dans Avis littéraires, Coup de cœur | 1 commentaire »

Anna Karénine de Léon Tolstoï dans Avis littéraires couv25301802-185x300Genre : Classique

Editeur : Le Livre de Poche

Année de sortie : 2012

Nombre de pages : 985

Synopsis : Anna n’est pas qu’une femme, qu’un splendide spécimen du sexe féminin, c’est une femme dotée d’un sens moral entier, tout d’un bloc, prédominant : tout ce qui fait partie de sa personne est important, a une intensité dramatique, et cela s’applique aussi bien à son amour. Elle n’est pas, comme Emma Bovary, une rêveuse de province, une femme désenchantée qui court en rasant des murs croulants vers les lits d’amants interchangeables. Anna donne à Vronski toute sa vie. Elle part vivre avec lui d’abord en Italie, puis dans les terres de la Russie centrale, bien que cette liaison « notoire » la stigmatise, aux yeux du monde immoral dans lequel elle évolue, comme une femme immorale. Anna scandalise la société hypocrite moins par sa liaison amoureuse que par son mépris affiché des conventions sociales. Avec Anna Karénine, Tolstoï atteint le comble de la perfection créative. Vladimir Nabokov.

 

Avis : Cela faisait longtemps que je voulais lire un grand classique russe, et Anna Karénine me tentait depuis un moment. La beauté de la couverture m’a décidé à l’acheter. Mais, il a encore trainé un moment sur mon étagère avant que je ne le commence : j’avoue avoir eu peur des presque 1000 pages du livre … Autre chose m’a freiné : je trouvais que le synopsis de cette édition en disait trop. Ne connaissant pas vraiment l’histoire, je me suis dit qu’il n’y avait pas de surprise, que, dans un sens, tout était déjà dit : elle allait quitter son mari pour vivre avec son amant et être heureuse avec lui. Mais je ne connaissais pas alors toute la complexité de l’histoire créée par Tolstoï.

Je dois avouer que je n’ai jamais lu un aussi bon roman, même parmi mes préférés. Celui-ci n’est comparable à aucun livre que je connais. Il est vraiment exceptionnel ! Il m’a transporté en Russie, dans les bals de Moscou, aux courses de Pétersbourg. Je m’imaginais facilement les robes des dames, les uniformes des hommes, les pièces et les paysages que l’auteur décrit. De plus, Tolstoï est vraiment un maître dans l’art de décrire la pensée de l’Homme. Tout est tellement réaliste que l’on pourrait presque penser que ces personnages ont vraiment existé !

Dans ce roman, Tolstoï ne se contente pas de raconter l’histoire d’Anna Karénine, mais aussi celles d’autres personnes : Stépan Oblonski, Constantin Lévine, Kitty Stcherbatzkï, Alexis Karénine, Alexis Vronski, et tant d’autres qui traversent l’histoire. Il n’y a pas un personnage principal, mais des personnages principaux. Ils sont tous très complexes, très réalistes. Dès le début, je me suis attachée à Anna, et je me suis très facilement identifiée à elle : l’auteur exprime ses sentiments, ses impressions, ses ressentis avec une telle perfection, que l’on se reconnait en elle. Elle est un peu comme tout le monde : elle se pose des tas de questions, et, n’obtenant pas de réponse, elle réfléchit et aboutit à des conclusions parfois complètement fausses, qui la font réagir excessivement. Je comprenais ses réactions, et pourquoi les autres ne les comprenaient pas. C’est comme si l’auteur avait voulu montrer l’Homme et toute sa complexité dans une seule personne. Dans tous les cas, la condition d’Anna montre que les mariages de raison n’aboutissent à rien de bon, et que l’amour peut mener à la haine très facilement. A la fin du roman, les actes d’Anna sont désespérés et haineux envers Vronski, celui pour qui elle a tout quitté, et qui ne la comprend plus. Les sentiments de ce personnage évoluent au fur et à mesure du livre : tout d’abord, il l’aime passionnément, mais il se rend vite compte que son amour décroit, et qu’il ne peut pas se détacher d’elle, même s’il le voulait. Il est lié à elle parce qu’elle lui a tout donné. Il pense avoir tout sacrifié pour elle mais ne se rend pas compte qu’elle perd plus que lui. Je pourrais encore parler longtemps des personnages, de Lévine, de Kitty, de Dolly, de Stépan, et des autres. Ils jouent tous un rôle particulier, aucun ne se ressemble, tous ont des sentiments différents, des impressions et des opinions différentes. L’auteur nous montre la vie telle qu’elle est, dans toute sa diversité. Et tous nous sont sympathiques, à leur manière.

Ce roman est parcouru d’événements heureux et malheureux, qui semblent inévitables. On peut passer d’une scène heureuse à une scène tragique en quelques secondes, comme lors du bal où Anna se rend et où se trouvent également Vronski et Kitty. On ne peut s’empêcher d’être ému à certains moments. La fin de la Septième Partie est particulièrement émouvante. Le seul petit bémol serait que l’on ne connait pas la réaction des personnages sur l’événement qui se produit à ce moment-là et, surtout, celle d’Alexis Karénine, qui me semble l’un des principaux intéressés.

 

En définitive, Anna Karénine est un roman exceptionnel, si réaliste que c’en est parfois troublant. A lire absolument !

 

challenge-des-100-livres-chez-bianca Classique dans Coup de cœur

 

 

La Sélection, tome 2 : L’Élite de Kiera Cass

Posté : 28 juin, 2013 @ 2:26 dans Avis littéraires, Coup de cœur | Pas de commentaires »

La Sélection, tome 2 : L'Élite de Kiera Cass dans Avis littéraires couv3610935-187x300Genre : Jeunesse, Science-Fiction, Romance

Editeur : Robert Laffont

Année de sortie : 2013

Nombre de pages : 308

Synopsis : Elles étaient 35 candidates. Elles ne sont plus que 6. Trois cents ans ont passé et les États-Unis ont sombré dans l’oubli. De leurs ruines est née Illeá, une monarchie de castes. Mais un jeu de téléréalité pourrait bien changer la donne. La Sélection de trente-cinq candidates s’est réduite comme peau de chagrin, et désormais l’Élite restante n’est plus composée que de six prétendantes. L’enjeu pour ces jeunes filles ? Convaincre le prince Maxon, le Roi et la Reine ses parents, qu’elles sont les mieux à même de monter sur le trône d’Illeá, alors que les factions de rebelles veulent faire tomber la monarchie. Pour America Singer, demeurer au palais est encore plus compliqué : ses sentiments envers Maxon viennent se heurter à l’amour qu’elle éprouve depuis l’enfance pour Aspen, garde royal qu’elle croise tous les jours dans les galeries, et à son sens aigu de la justice trop souvent déçu par les décisions royales … Entre intrigues de cour, dilemmes tragiques et loyautés divisées, America navigue à vue dans la tourmente, en quête du déclic qui changera à jamais le cours de sa vie … Tout jeu comporte des règles, et les règles sont faites pour être transgressées.

 

Avis : Une couverture toujours aussi énigmatique, une robe un peu étrange : que se passe-t-il dans ce second tome ?!

Tout comme pour La Sélection, j’ai lu ce tome très rapidement (mis bout à bout, une matinée) et j’ai adoré, même si j’ai tout de même préféré le premier. Je me suis à nouveau laissée emporter, je me suis retrouvée à Angeles, dans le palais des Schreave, j’ai suivi America dans ses déboires amoureux, mais aussi Maxon et tous les autres. Je me suis encore attachée à plusieurs d’entre eux, et j’en ai haï d’autres, que je n’appréciais déjà pas spécialement. Mais, dans ce tome, contrairement à d’autres œuvres, la romance n’est pas le seul sujet abordé, même si elle prend une grande place dans l’histoire. On en apprend plus sur le passé d’Illeá et sur son « créateur », sur la politique, sur les autres pays. On découvre peu à peu ce qui se cache derrière la monarchie de castes des anciens États-Unis. Les autres sélectionnées sont aussi bien intégrées à l’histoire. On découvre un peu plus Kriss, Marlee et Celeste, ainsi qu’Elise et Natalie. Il arrive des choses différentes à chacune. Je trouve vraiment génial que l’auteure ne se focalise pas que sur les problèmes amoureux d’America, mais qu’elle s’intéresse aussi au monde du livre, aux autres personnages et aux intrigues extérieures au palais, dans lequel les filles sont « enfermées ». Et oui, à cause de la Sélection, on ne sait que ce que les filles savent, et ici, en l’occurrence America. Cela a dû être compliqué pour l’auteur de parler de tout en s’accommodant au point de vue interne de l’histoire.  

Evidemment, des questions restent en suspens : pourquoi les Rebelles attaquent-ils exactement le palais ? Les factions du Nord sont-elles reliées aux factions du Sud ? Quelle est la véritable histoire d’Illeá ? Et qui est vraiment Gregory Illeá ? Pourquoi l’Histoire se transmet-elle oralement, pourquoi n’est-elle pas écrite ? Et surtout : quelle est la véritable politique mise en place par le roi ? Monarchie ou dictature ? L’auteure parvient à nous parler des différents aspects du monde qu’elle a créé à partir de l’histoire d’America au lieu de ne se focaliser que sur celle-ci, et parvient à nous amener à nous interroger non seulement sur America, Maxon et Aspen, mais aussi sur tout ce qui compose Illeá et la famille royale, ainsi que les autres pays.

Concernant les personnages, je dois avouer qu’America m’a un peu énervée dans ce tome. Malgré mon attachement pour elle, je trouve qu’elle fait un peu n’importe quoi : une fois Maxon, une fois Aspen, comme si elle jouait avec eux, alors qu’en réalité, elle ne sait absolument pas quoi faire. D’un côté, je la comprends : elle joue son avenir. Mais, de l’autre, elle doit choisir et, personnellement, je trouve qu’il n’y a pas photo ! Elle se plaint que Maxon se rapproche des autres, mais elle oublie ce qu’elle fait avec Aspen. Quand le prince lui avoue son amour, elle doute, et quand il va voir les autres, elle le traite de lâche et de menteur ! Elle est très impulsive et ne se rend pas compte qu’elle fait du mal à un tas de personnes en ne se rendant pas compte de ce qui se passe autour d’elle. Elle ne voit pas tout ce que le prince fait pour elle, les risques qu’il prend. Il est clair que Maxon l’aime, et que c’est réciproque, et, même si le statut de princesse lui fait peur, elle peut changer les choses, alors je ne vois pas où est le problème. A la fin du livre, j’ai eu l’impression qu’elle avait compris, et fait son choix … Pour Maxon, je me demande comment il fait pour toujours tout régler. Le pauvre … Quant à Aspen, je ne le supporte pas ! Il veut qu’America soit en sécurité, et c’est lui qui la met en danger en faisant n’importe quoi. J’ai l’impression qu’il est louche, ça ne m’étonnerait pas qu’il fasse partie des rebelles ! Enfin, le roi … Quel manque de tac et de compassion ! Alors que la reine a l’air toujours aussi admirable, lui montre son côté sombre dans ce tome.  

Plusieurs scènes m’ont attristé dans le livre, mais la pire était celle concernant Marlee. J’ai deviné son secret depuis qu’elle en avait parlé à America, et, quelque part, je savais que cela devait arriver, mais c’était vraiment dur et brutal …

 

En définitive, un second tome réussi, qui nous donne encore plus envie de découvrir la suite (qui, malheureusement, ne sort qu’en 2014 …) !

La Sélection, tome 1 de Kiera Cass

Posté : 30 mai, 2013 @ 5:03 dans Avis littéraires, Coup de cœur | 2 commentaires »

La Sélection, tome 1 de Kiera Cass dans Avis littéraires couv1189781-186x300Genre : Jeunesse, Romance

Editeur : Robert Laffont

Année de sortie : 2012

Nombre de pages : 344

Synopsis : 35 Candidates.1 Couronne. La compétition de leur vie. Trois cents ans ont passé et les Etatss-Unis ont sombré dans l’oublie. De leurs ruines est née Illeá, une monarchie de castes. Mais un jeu de téléréalité pourrait bien changer la donne. Elles sont trente-cinq jeunes filles : la « Sélection » s’annonce comme l’opportunité de leur vie. L’unique chance pour elles de troquer un destin misérable contre un monde de paillettes. L’unique occasion d’habiter dans un palais et de conquérir le cœur du prince Maxon, l’héritier du trône. Mais pour America Singer, cette sélection relève plutôt du cauchemar. Cela signifie renoncer à son amour interdit avec Aspen, un soldat de la caste inférieure. Quitter sa famille. Entrer dans une compétition sans merci. Vivre jour et nuit sous l’œil des caméras … Puis America rencontre le Prince. Et tous les plans qu’elle avait échafaudés s’en trouvent bouleversés … Tout jeu comporte des règles, et les règles sont faites pour être transgressées.   

 

Avis : Tout d’abord, la couverture m’a attirée. Je la trouvais mystérieuse, énigmatique. Pourquoi autant de miroirs et pourquoi se cache-t-elle le visage ? J’ai ensuite lu le synopsis, et je me suis dit : « Elle va vraiment lâcher son copain juste parce qu’elle rencontre un prince ?! » J’ai eu peur d’être déçue et par le personnage, et par l’histoire. J’ai hésité à le lire jusqu’à ce que l’on me propose de me le prêter.

Je peux vous dire que le synopsis est un peu mensonger : America ne lâche absolument Aspen pour le Prince. L’action est trop résumée, et on peut croire des choses, imaginer comment ça se passe. On a tout faux. J’ai rarement lu un livre aussi prenant, je n’arrivais plus à le lâcher ! Je suis complètement rentrée dans l’histoire, je me suis laissée emporter, et j’ai vraiment, vraiment adoré ! C’est un gros coup de cœur !

J’ai d’abord trouvé l’histoire originale. Imaginer les Etats-Unis, le pays le plus puissant au monde actuellement, ruiné, détruit et transformé en une monarchie, il fallait le faire ! Le déroulement historique des faits est tout à fait cohérent. Le système de castes est typique de la dystopie, mais cela n’enlève rien, pour moi, à l’originalité de l’histoire. De plus, la romance m’a paru différente de celle que l’on voit d’habitude (je peux me tromper, je n’en lis pas souvent !). Je trouve que c’est assez subtil, et que les autres sujets abordés dans le livre n’en pâtissent pas, même si l’histoire d’amour tient une place importante.

Je me suis beaucoup attachée à America (la narration à la première personne aide). Elle me fait bien rire et on se rend vite compte qu’elle se sous-estime tout le temps et qu’elle ne se rend pas compte de l’impact qu’elle a sur les gens. Il est très facile, parfois, de s’identifier à elle (dans ce qu’elle ressent, comment elle le ressent et comment elle l’exprime). Comme la plupart des personnages le disent, elle a la carrure d’une princesse (et j’espère franchement que c’est elle qui finira par obtenir la couronne !). Le Prince est également attachant : je me suis dit qu’ils allaient bien ensemble et qu’elle ferait mieux d’oublier Aspen, que j’ai apprécié au début, mais qui m’a énervé par la suite. Les autres candidates ne sont pas vraiment mises sur le devant de la scène (je crois que le nom de toutes n’apparait pas), excepté Marlee et Celeste. L’auteure a voulu faire de cette dernière la fille que l’on ne peut pas s’empêcher de détester, la garce qui ne possède pas une once de gentillesse en son for intérieur. Quant à Marlee, je crois deviner ce qu’elle cache à America … La petite May est très attachante, même à travers ses lettres, les trois servantes d’America le sont également.

 

Je n’ai jamais lu de dystopie avant celle-ci mais, si elles sont toutes aussi biens, je vais m’y mettre ! Je le conseille à tous, il vaut vraiment le coup !

Chroniques des Enchanteurs, T. 2 : 17 Lunes de Kami Garcia & Margaret Stohl

Posté : 7 mai, 2013 @ 9:33 dans Avis littéraires, Coup de cœur | Pas de commentaires »

Chroniques des Enchanteurs, T. 2 : 17 Lunes de Kami Garcia & Margaret Stohl dans Avis littéraires couv634545331-187x300Genre : Fantastique, Jeunesse

Editeur : Hachette, Black Moon

Année de sortie : 2010

Nombre de pages : 567

Synopsis : « Je n’aurais jamais imaginé que Lena pourrait me fuir ou me cacher des choses. Qu’un jour arriverait où nous ne nous comprendrions plus. Mon statut de Mortel m’interdisait l’accès au monde des Enchanteurs, mais était-ce une raison pour rompre tout lien ? Après le désastre du seizième anniversaire de Lena, j’avais pensé que l’aimer et la soutenir suffiraient. Mais il fallait croire que je m’étais trompé. Et que notre amour, indestructible hier, était à présent voué à l’échec … » L’amour est-il plus fort que le destin ?

 

Avis : Ayant beaucoup aimé le premier tome, je me souviens avoir sauté sur le deuxième qu’à l’époque, j’avais adoré, encore plus que le premier tome !

Et en effet, ce deuxième tome est à la hauteur du premier ; il le dépasse même ! Je n’arrivais plus à m’arrêter de lire ! L’histoire est captivante, on entre vraiment dans l’action, le livre nous transporte ailleurs, dans d’autres univers, dans les Tunnels, en Caroline du Sud, dans une forêt enchanteresse ou une rue lugubre, des lieux divers et plus ou moins faciles à imaginer.

Définitivement, ce style d’écriture est vraiment adapté à ce livre. Il permet de très facilement s’identifier aux personnages. On a l’impression d’être avec eux, on les suit partout où ils vont, un peu comme si, comme Macon, nous avions un Boo Radley, un animal d’Enchanteur à travers les yeux de qui nous verrions tout ce qui se passe.

J’ai pris un réel plaisir à lire ce livre. D’un côté, je n’avais pas envie qu’il se termine ; de l’autre, j’avais hâte pour commencer la suite et savoir ce qu’il se passe, ce qu’il va encore arriver à Lena et Ethan. Le dernier chapitre donne encore plus envie de lire tout de suite les premières pages de 18 Lunes ! Tant de secrets sont révélés dans ce tome ! Les pièces du puzzle 16 Lunes s’emboitent toutes seules et on se pose tout un tas de nouvelles questions dont on espère trouver les réponses dans la suite.

Dans ce tome, nous découvrons de nouvelles sortes d’ »Enchanteurs » comme les Evos, ou le fameux John. Cela apporte encore plus de fascination à l’univers de 16 Lunes. On découvre d’autres choses, des personnages changent, en bien comme en mal, mais surtout, de nouveaux personnages apparaissent, des personnages intéressants. Liv est attachante, même si, parfois, son côté Mademoiselle-je-sais-tout la rend agaçante. J’ai eu de la peine pour elle à certains moments … Lena change beaucoup dans ce tome : elle est parfois agaçante, et parfois comme dans 16 Lunes. Elle est certaine d’être mauvaise, comme dans le premier tome mais là, c’est bien pire. Ethan reste le même et apprend de nouvelles choses. On rencontre (enfin !) sa mère et on en apprend beaucoup plus sur elle, ainsi que sur Macon, qui était si mystérieux dans le premier tome. Amma et Marian sont égales à elles-mêmes, même si quelque chose a changé, étant donné qu’Ethan n’a plus le choix de faire ce qu’il veut. Mais, concernant les personnages, j’ai surtout adoré ce tome pour la surprise qu’il nous réserve juste avant la Dix-Septième Lune ! La fin, comme je l’ai dit plus haut, donne vraiment envie de directement commencer le tome suivant. Même si des réponses ont été données, de nouvelles questions ont été posées et le mystère reste complet !

 

C’est donc un très bon deuxième tome, meilleur que le premier, qui fait de cette saga une des meilleures que j’ai lues pour le moment ! (Pourvu que ça dure !)

Nana T.7.8 Premium Fan Book de Ai Yazawa

Posté : 14 mars, 2013 @ 8:41 dans Avis littéraires, Coup de cœur | 2 commentaires »

Nana T.7.8 Premium Fan Book de Ai Yazawa dans Avis littéraires couv11157642-190x300Genre : Manga Shôjo

Editeur : Delcourt

Année de sortie : 2004

Nombre de pages : 220

Synopsis : Pour tous les fans de Nana ! Nouveaux dessins ; interviews ; présentation des personnages, etc. Un volume de Nana encore plus palpitant !!

 

Avis : Cela fait un moment que j’ai lu Nana, et j’ai tout bonnement adoré ce manga ! Il est classé comme shôjo, mais il n’est pas comme les autres. Il peut être lu par des jeunes filles, mais aussi par des garçons et des adultes. Pour moi, il est inclassable !

Ce tome nous apprend quelques petits trucs sur le manga. Il comporte plusieurs interventions de l’auteur, Ai Yazawa, pleines d’humour et de naturel. Grâce à cela, on en apprend plus sur elle également. On en sait également plus sur les personnages. Certaines petites rubriques individuelles sont amusantes, d’autres sont assez pratiques. Les reportages de Misato nous montrent certaines versions de Nana dans le monde et on découvre ce que pensent les Japonais et Japonaises de ce manga. Comme l’indique le numéro du tome, il faudrait le lire entre le 7 et le 8 : il explique certains événements se passant dans les tomes de 1 à 7. 

Etant donné que la saga est interrompue, cela m’a fait du bien de retrouver les héros de ce manga. Je me suis rendue compte de ce qu’il représentait pour moi. Et aussi qu’il était vraiment dommage que la série s’arrête aussi brutalement …

 

Ce manga est vraiment fait pour les fans, ceux qui veulent tout savoir sur tout !

1...505152535455
 

Baseball fans gather zone |
Eaudefiction |
Ici même |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Kpg1221gpk
| Elenaqin
| la saltarelle des baronnes