Redbluemoon

I found myself in Wonderland.

Archive pour la catégorie 'Coup de cœur'

A Song of Ice and Fire, book 1: A Game of Thrones de George R. R. Martin

Posté : 24 juillet, 2014 @ 11:42 dans Avis littéraires, Coup de cœur | Pas de commentaires »

A Game of ThronesGenre : Fantasy

Editeur : Bantam Books

Année de sortie : 2011

Nombre de pages : 807

Synopsis : Long ago, in a time forgotten, a preternatural event threw the seasons out of balance. In a land where summers can last decades and winters a lifetime, trouble is brewing. The cold is returning, and in the frozen wastes to the north of Winterfell, sinister and supernatural forces are massing beyond the kingdom’s protective Wall. At the center of the conflict lie the Starks of Winterfell, a family as harsh and unyielding as the land they were born to. Sweeping from a land of brutal cold to a distant summertime kingdom of epicurean plenty, here is a tale of lords and ladies, soldiers and sorcerers, assassins and bastards, who come together in a time of grim omens. Here an enigmatic band of warriors bear swords of no human metal; a tribe of fierce wildlings carry men off into madness; a cruel young dragon prince barters his sister to win back his throne; and a determined woman undertakes the most treacherous of journeys. Amid plots and counterplots, tragedy and betrayal, victory and terror, the fate of the Starks, their allies, and their enemies hangs perilously in the balance, as each endeavors to win that deadliest of conflicts: the game of thrones.

 

Avis : J’avais vraiment hâte de lire cette série, je n’en ai entendu que du bien (la plupart sur la série télé, donc je me suis dit que le livre était encore meilleur !) Et je ne me suis pas trompée !

On est littéralement plongé dans le monde de Game of Thrones dès le prologue ! Nous sommes évidemment d’abord du côté de Winterfell, plus particulièrement près du Mur, et la première scène est déjà terrifiante ! L’histoire semble assez sinistre, et elle m’a fait penser à la série Les Bannis et les Proscrits, du point de vue de l’atmosphère ; sinon, l’intrigue n’a rien à voir ! Ce livre s’écrit sous plusieurs angles, notamment celui d’Eddard Stark, de ses filles, de sa femme, Catelyn, de Bran, de Jon, de Tyrion et de Daenerys, le seul personnage qui ne se trouve pas dans les Sept Royaumes. Cela peut paraître déroutant au premier abord, mais on se rend rapidement compte que le livre n’aurait pas pu être écrit autrement. On vogue d’un personnage à l’autre, d’une intrigue à une autre, et parfois, on aimerait que les chapitres soient plus longs, surtout quand il se passe des choses qui nous donnent envie de connaître la suite immédiate ! Je n’avais encore jamais lu un livre écrit de cette façon, et je dois dire que j’ai beaucoup aimé ! A cause de ce style d’écriture, plusieurs intrigues se mêlent : celle du roi, Robert Baratheon avec Eddard, Sansa et Arya, celle de Daenerys chez les Dothraki, celle du Mur, celle des Lannisters et de leurs secrets. Certaines sont plus importantes que d’autres, qui semblent mineures, mais cela donne des personnages très complexes et très complets. Il n’y a pas énormément de descriptions, mais l’on s’imagine très aisément les paysages, les bâtiments, les personnages. Les premiers sont splendides, et très divers, de Winterfell à King’s Landing, et surtout chez les Dothraki. Les seconds sont tantôt impressionnants, tantôt étranges. Les châteaux font rêver et le Mur, frissonner. En tout cas, ce livre m’a vraiment transporté dans un autre monde, et j’ai vraiment, vraiment adoré m’évader avec ce tome !

Concernant les personnages, comme je l’ai dit, ils sont très complexes, et très complets, ce qui les rend réalistes et proches de nous. J’ai bien sûr mes petits préférés : Eddard Stark (je me suis vraiment beaucoup attachée à ce personnage, pour mon grand malheur : pour moi, c’est LE héros), Daenerys Targaryen (je crois qu’elle est tout en haut de la liste ; elle est tout ce qu’une reine doit être, elle est impressionnante, et on oublie facilement qu’elle n’a que treize/quatorze ans !), Jon Snow (courageux, il prend la décision de sa vie ; je ne l’aimais pas au début, mais j’ai fini par l’apprécier), Arya (elle est touchante, forte et naturelle, elle ne s’embarrasse pas de courtoisies et de manières, je l’ai adoré) et Catelyn Stark (elle aussi est touchante, mais aussi très forte et courageuse à la fois, elle prend des décisions difficiles qu’elle fait tout pour ne pas regretter) ; et ceux que je déteste (mais je pense que c’est le cas pour à peu près tout le monde) : Jaime (quelle horreur !, arrogant, vaniteux, et, en l’imaginant, il m’a fait penser au physique de magazine …), Cersei (elle incarne la devise des Stark) et Tywin Lannister (il n’apparaît pas beaucoup dans ce tome, mais c’est assez pour se faire une idée sur le personnage), Alliser Thorne (il est le meilleur, personne ne peut le surpasser, tous les « petits jeunes » sont des imbéciles qu’il faut dresser … tout pour le détester), Viserys Targaryen (un roi déchu qui ne se rend pas compte qu’il ne retrouvera jamais sa couronne … Il m’a fait pitié en même temps que je l’ai haï), Petyr Baelish (il me fait penser à Peter Petitgros dans Harry Potter, un petit rat insidieux). Sur certains, je n’arrive pas à me prononcer, Tyrion (un personnage assez étrange, dont je ne sais pas trop que penser ; il me fait pitié, il m’énerve, et il me touche) et Sansa (dès le début, on se rend compte qu’elle est très influençable, qu’elle vit dans un monde tout rose, sans nuages, sans « méchants-qui-gagnent » ; ce qu’elle fait à la fin m’a vraiment dégouté. Je peux dire que je ne l’aime pas, mais en même temps, j’ai aussi pitié). Il y a d’autres personnages que j’apprécie, comme Jory Cassel, Jorah Mormont, Robb, et les amis de Jon. 

La fin est à la fois vraiment triste et merveilleuse, notamment grâce aux intrigues mêlées. On se dit qu’il va y avoir de l’action par la suite ! J’ai hâte de lire le deuxième tome !

 

En définitive, un premier tome excellent qui présage une série excellente, qui fera sans doute partie de mes préférées !

The Hunger Games, tome 3 : Mockingjay de Suzanne Collins

Posté : 1 juillet, 2014 @ 7:45 dans Avis littéraires, Coup de cœur | Pas de commentaires »

Hunger Games 3Genre : Jeunesse, Science-Fiction

Editeur : Scholastic

Année de sortie : 2010

Nombre de pages : 455

Synopsis : « If we burn you burn with us ». Katniss Everdeen has survived the Hunger Games twice. But she’s still not safe. A revolution is unfolding, and everyone, it seems, has had a hand in the carefully laid plans – everyone except Katniss. And yet she must play the most vital part in the final battle. Katniss must become their Mockingjay – the symbol of rebellion – no matter what the personal cost.

 

Avis : Impossible de ne pas lire le dernier tome de la saga immédiatement après le deuxième tome !

On est vraiment curieux de savoir ce qu’il est advenu de Katniss, mais aussi des autres personnages, et surtout de Peeta, capturé par le Capitol à la fin de Catching Fire. Ce tome est très différent des deux premiers. Tout d’abord, une partie de l’action se passe dans un lieu que l’on ne connait pas du tout, un lieu entièrement nouveau, dont même Katniss ne connaissait pas l’existence. On le découvre peu à peu à travers les yeux et les pensées de Katniss : froid, terne, où la vie est très différente de celle des districts et du Capitol, mais où il est difficile d’imaginer quelqu’un d’heureux. Puis, l’action n’est pas la même : pas d’arène à proprement parler dans ce tome, pas de Hunger Games, pas de « tributes », ni de Cornucopia. Les personnages sont jetés dans une guerre contre le Capitol. Il n’est plus question du vainqueur d’un jeu, mais de l’avenir de tout Panem. Mais surtout, l’histoire est centrée sur les décisions de Katniss, et ses difficultés à se relever de tout ce que le Capitol lui fait subir. Ce tome est vraiment psychologique, noir : il traite de la façon dont le Capitol va réduire en cendres « the girl on fire ». Je ne pense vraiment qu’il puisse être qualifié de jeunesse, et, encore une fois, la catégorie Young Adults anglo-saxonne est bien plus adaptée. On passe dans ce livre par un tas d’émotions négatives, et très peu de positives. Je me suis souvent sentie oppressée, mal à l’aise, et même dégoutée par certaines scènes sanglantes. Peut-être que je suis trop sensible, mais j’ai vraiment trouvé certains passages un peu gores ! (dixit la fille qui déteste les films d’horreur  …) Ce tome produit donc toujours un effet d’oppression et d’injustice envers ce qui arrive à Katniss, mais ici, le malaise est accentué, et on souffre avec les personnages …

Je suis toujours aussi attachée à Katniss, bien que l’on découvre une nouvelle facette de ce personnage dans ce tome. Elle n’est plus que l’ombre d’elle-même, et cela se comprend. L’on a du mal à se souvenir qu’elle n’a que 17 ans après tout ce qu’elle a déjà vécu ! Les premiers chapitres nous la montrent vraiment souffrante, et il est clair qu’elle restera paralysée toute sa vie par ce qui lui est arrivé. Mais elle se retrouve peu à peu, même tout semble jouer contre elle. Il semble qu’elle est à chaque instant au bord de la rupture, mais qu’elle est toujours aussi courageuse et prête à se sacrifier pour ceux qu’elle aime. Elle se jette la pierre à la moindre occasion, se sent coupable de tout ce qui arrive, mais ne se rend pas vraiment compte de ce que tout cela signifie en réalité : une révolution, la fin du Capitol, la liberté. Je ne vais rien dire concernant Peeta pour laisser toute la surprise, mais c’est un des éléments les plus tristes du livre (ce qui ne veut pas forcément dire qu’il est mort !). Je n’apprécie toujours pas Gale, et encore moins à la fin ! Haymitch, quant à lui, semble être le seul à être entièrement du côté de Katniss. Il la soutient, quoi qu’elle dise, et tente de l’aider du mieux qu’il peut, même s’il ne le montre pas toujours. Finnick est de plus en plus sympathique et touchant, on s’attache vraiment à lui au fil des pages. La famille de Katniss garde une place importante et Prim est marquante. Elle grandit, et Katniss s’en rend compte peu à peu. De nouveaux personnages apparaissent dans ce tome, et l’on ne sait pas vraiment quoi penser d’eux. Dans le district 13, le Président Coin est un peu étrange, et on ne sait vraiment pas se faire une opinion sur elle. Ce n’est qu’à la fin que l’on comprend qui elle est vraiment. Boggs semble effacé mais devient peu à peu un personnage important. Enfin, beaucoup (trop !) de personnages meurent dans ce tome, et surtout des personnages que l’on aimait vraiment. Mon cœur s’est serré de nombreuses fois à la lecture de certains passages vraiment éprouvants de morts particulièrement horribles et inattendues …

La fin est vraiment triste, comme celle de Divergente, mais ici, on ne pouvait pas du tout s’y attendre ! L’épilogue apporte de l’espoir, mais, cela ne parvient pas vraiment à compenser … L’idée des personnages à la fin est très émouvante : il ne faut pas oublier, et c’est leur façon de ne pas le faire.

Ce que j’ai définitivement aimé dans cette série, c’est le fait qu’il y ait une « histoire d’amour », mais qu’elle ne soit pas vraiment au centre de l’intrigue. Le monde créé par l’auteur est vraiment complexe, l’on pourrait presque s’imaginer qu’il est réel. Et surtout, à chaque fin de chapitre, quelque chose d’inattendu, de choquant, ou d’horrible arrive, et cela donne envie de continuer à lire. On veut tourner les pages plus vite qu’on ne peut lire, et c’est ce genre de livres, tellement passionnant qu’ils nous restent longtemps en mémoire, que j’aime. Avec Divergente, Harry Potter et Eragon, c’est la meilleure série jeunesse que j’ai lu.

 

En définitive, le tome final d’une excellente série, que je suis très contente d’avoir lu en VO, et que je pense relire !

The Hunger Games, tome 2: Catching Fire de Suzanne Collins

Posté : 26 juin, 2014 @ 8:20 dans Avis littéraires, Coup de cœur | Pas de commentaires »

Hunger Games 2Genre : Jeunesse, Science-Fiction

Editeur : Scholastic

Année de sortie : 2009

Nombre de pages : 472

Synopsis : Katniss Everdeen survived the Hunger Games. Now the Capitol wants revenge. Against all odds, Katniss Everdeen and Peeta Mellark are still alive. Katniss should be relieved, but now there are whispers of a rebellion against the Capitol – a rebellion that Katniss and Peeta may have helped create. As the nation watches Katniss and Peeta, the stakes are higher than ever. One false move and the consequences will be unimaginable.

 

Avis : J’ai adoré le premier tome de la série, mais je n’ai pas tout de suite lu la suite. J’ai lu d’autres livres, mais je n’ai pas oublié Katniss et Peeta, que j’avais hâte de retrouver.

Après être sortis de l’arène dans le premier tome, Katniss et Peeta deviennent les vainqueurs des Hunger Games et doivent donc faire une espèce de tournée dans tous les districts, comme un défilé devant le peuple pour lui rappeler que leurs enfants meurent chaque année pour le Capitol. Je pensais ne trouver que cela et moins d’action que dans le premier tome, mais je me suis complètement trompée ! J’ai pu lire que certains avaient eu du mal à entrer dans ce second tome : j’ai juste buté sur les dix premières pages, puis j’ai été emportée par l’histoire. Je m’attendais à quelque chose de frappant, de fort, une belle vengeance du Capitol, mais certainement pas à ce qu’ils ont fait ! Je savais que la première partie était un prélude, que quelque chose allait arriver, et je peux dire que je n’ai pas été déçue ! On entre doucement mais sûrement, on s’attend à une certaine version de l’histoire. Mais tout est chamboulé par la deuxième partie ! C’est une vraie surprise, c’est pourquoi je conseille à ceux qui ne l’ont pas encore lu de ne SURTOUT PAS lire le synopsis du dernier tome, au risque de se « spoiler » tout le second tome. La troisième partie porte toute l’action, et l’on se sent vraiment avec les personnages. On sent l’atmosphère feutrée, lourde, les soupçons de Katniss, sa méfiance. L’on comprend ce qu’il se passe à travers ses yeux, bien qu’elle ne s’en rende pas compte, et l’on aimerait vraiment qu’elle ouvre les yeux ! Mais elle est tellement butée qu’elle n’en fait rien !

Concernant les personnages, je suis toujours autant attachée à Katniss. Elle est toujours aussi courageuse et humaine : elle pense des choses qui la dégoutent, mais elle assume. Elle sait qu’elle n’a pas le choix. Dans ce tome, sa carapace se craquelle un peu : elle essaie d’être forte, mais comment l’être avec ce qui lui arrive ?! Elle se reprend, et ses proches l’aident. Et elle prend des décisions qui nous attristent parce que l’on sait qu’elle va tout faire les mettre en œuvre. Je pense que c’est une de mes héroïnes préférées. Quant à Peeta, cette fois, je l’ai vraiment apprécié, et j’ai espéré que Katniss change d’avis sur lui. Il semble idéal pour elle, et elle semble l’aimer tout de même un peu, mais pas vraiment comme il le faudrait – quoique … -. Il formerait un beau couple (oh non, je tombe dans l’eau de rose …). J’aime toujours autant le personnage de Prim. J’ai changé d’avis sur la mère de Katniss, qui se rachète largement ici. Pour Gale, je ne sais pas pourquoi, je ne l’aime pas. Et pourtant, je ne semble pas avoir de raisons de ne pas l’aimer ! Haymitch est remonté dans mon estime, comme Effie. J’apprécie aussi le personnage de Cinna. De nombreux personnages apparaissent, certains que l’on aime beaucoup, d’autres que l’on hait. Je me suis attachée à des personnages qui sont morts trop tôt, que l’on n’a pas eu le temps d’apprendre à connaître.

Lire en anglais ne m’a pas dérangé, j’ai même adoré. J’ai vu les nuances derrière les mots utilisés, et je pense que je lirai de plus en plus dans cette langue !

La fin est extraordinaire ! C’est un vrai coup de tonnerre dans l’histoire ! On peut s’attendre à certaines choses mais pas à d’autres. Et l’on comprend la réaction de Katniss. En s’imaginant à sa place, on se dit tout de suite que ça ne peut pas nous arriver pour nous rassurer. Ce deuxième tome promet un dernier volume incroyable !!

 

En définitive, un deuxième tome que j’ai trouvé très réussi, à la hauteur du premier ! Je lis la suite sur le champ !

The Giver de Lois Lowry

Posté : 18 juin, 2014 @ 10:43 dans Avis littéraires, Coup de cœur | Pas de commentaires »

The GiverGenre : Jeunesse, Science-fiction

Editeur : Laurel-Leaf

Année de sortie : 2002

Nombre de pages : 179

Synopsis :Jonas’s world is perfect. Everything is under control. There is no war or fear or pain. There are no choices. Every person is assigned a role in the Community. When Jonas turns twelve, he is singled out to receive special training from The Giver. The Giver alone holds the memories of the true pain and pleasure of life. Now it’s time for Jonas to receive the truth. There is no turning back.

 

Avis : Ce livre m’a été prêté juste après que je l’ai découvert sur Livraddict. Il m’avait intrigué à la lecture du synopsis, et je trouvais la couverture assez mystérieuse.

J’ai vraiment adoré ce livre, je ne peux pas le nier. J’ai suivi avec passion l’apprentissage de Jonas en tant que « Receiver of Memories ». C’est vraiment troublant de découvrir un monde où tout ce que l’on connaît n’existe plus, où les individus ne peuvent faire aucun choix, où il n’y a pas d’Histoire et pas de mémoire individuelle. C’est aussi effrayant, surtout quand on se rend compte de ce que font certaines personnes à cause du manque de souvenirs, mais aussi du manque de sentiments. C’est un univers où tout le monde existe, mais où personne ne vit, et l’on ne peut s’empêcher de se sentir triste en lisant certains passages. Au début, en lisant, on ne s’aperçoit pas que certaines choses n’existent pas parce que, pour nous, il est évident qu’elles existent, et l’on est vraiment surpris en comprenant que ce n’est pas le cas ici. L’ambiance du livre est très particulière : elle est un peu pesante parfois, détendue d’autres fois. On a du mal à s’imaginer dans ce monde, où il n’y a pas vraiment de liens, ce que l’on comprend au fur et à mesure du livre. La rencontre entre Jonas et l’ancien « Receiver », le Giver, est belle je trouve. Ils n’ont aucun lien avec personne et se découvrent à travers leurs souvenirs. Ils se dévoilent peu à peu, surtout le Giver, qui semble vieux, et je me suis surprise à imaginer des liens plus profonds, comme, pourquoi pas, celui d’un petit-fils et de son grand-père. Et le « release » m’a un peu choquée : Jonas ne se rend pas compte de ce que c’est vraiment, mais nous, nous le savons. C’est assez simple de le comprendre, et le fait que Jonas, lui, ne comprenne pas rend bien compte de l’état du monde où il se trouve : il ne sait absolument rien, il n’a aucune connaissance et aucun passé. Et sans passé, les hommes ne vont nulle part. Enfin, l’amour est complètement absent, au sein de la famille et entre les individus : leur façon de faire les enfants fait peur …

J’ai beaucoup aimé le personnage de Jonas et me suis attachée à lui. Il sait qu’en étant choisi, il va avoir un avenir particulier, mais il ne se rend vraiment compte de ce que cela veut dire qu’au fur et à mesure du livre. C’est un personnage courageux, qui ne fait pas du tout son âge (je me suis d’ailleurs demandée s’il avait vraiment douze ans …) et qui se retrouve peu à peu isolé par rapport à ses proches parce qu’il est différent. Il est le seul qui peut nous ressembler dans le monde créé par l’auteure. Il est le seul à sembler avoir un cœur et un esprit. Il est intelligent, et comprend vite que quelque chose cloche dans son univers, que chaque chose n’est pas à sa place, et que les choses qui n’existent pas n’auraient jamais dû disparaitre. J’ai aussi beaucoup aimé le Giver. J’ai pensé que la photographie sur la couverture correspondait bien à la façon dont je me suis imaginée le personnage. J’aurais aimé connaître quelqu’un comme lui. Il semble sage, intelligent, et sait depuis longtemps que les choses doivent changer. C’est aussi un personnage très émouvant, qui souffre et qui nous fait de la peine. Les autres personnages sont formatés dans leur société, enveloppés de coton et protégés des souvenirs. Seuls Jonas et le Giver souffrent. La famille de Jonas m’a tout d’abord paru sympathique, puis mon avis sur elle a évolué … Ses amis ne le comprennent pas, mais j’ai tout de même apprécié Asher et Fiona. Enfin, j’ai trouvé les « Old » assez émouvants eux aussi. Ils croient vraiment que le « release » est bon pour eux, que c’est un honneur … J’ai aussi aimé les « newchildren », et surtout Gabriel, qui m’a vraiment semblé mignon ! Le fait qu’il pût être « libéré » m’a horrifiée …

J’ai lu ce livre en VO et ne le regrette pas du tout. C’est tout à fait compréhensible, il n’y a que quelques mots un peu plus compliqués que les autres. Je pense qu’il vaut mieux lire ce livre en anglais si on le peut.

 

En définitive, j’ai vraiment adoré ce livre, il fait partie de mes préférés, et je pense le relire souvent !

Divergente, tome 3 : Allégeance de Veronica Roth

Posté : 9 juin, 2014 @ 3:12 dans Avis littéraires, Coup de cœur | Pas de commentaires »

Divergente 3Genre : Jeunesse, Science-Fiction

Editeur : Nathan

Année de sortie : 2014

Nombre de pages : 461

Synopsis : Le règne des factions a laissé place à une nouvelle dictature. Tris et ses amis refusent de s’y soumettre. Ils doivent s’enfuir. Mais que trouveront-ils au-delà de la clôture ? Et si tout n’était que mensonge ?

 

Avis : J’ai tellement aimé les deux premiers tomes que j’ai voulu lire le dernier le plus vite possible. La fin du deuxième volume étant le début du troisième, il valait mieux les lire à la suite pour bien rester dans l’histoire.

Le début m’a moins plu que les deux autres livres. Certains événements m’ont même un peu dégoutée, et je me suis demandée comment tout allait finir. Mais, au fur et à mesure que les pièces du puzzle se rassemblent, j’ai trouvé ce livre extra ! L’histoire est toujours aussi captivante, les dessous du système des factions sont découverts, le gouvernement devient quelque chose sur lequel on peut mettre un visage. Et on se rend compte que Tris, Tobias et ceux qui sont partis avec eux, ont quitté un système corrompu pour un autre. Que franchir la clôture change beaucoup de choses, mais que ce qu’ils vont découvrir n’est pas plus beau que ce qu’ils ont quitté. Ce tome est très éprouvant par plusieurs aspects : tout d’abord, il est difficile de suivre les différents chapitres. Cette fois, Tris n’est pas la seule à nous raconter ce qui lui arrive, Tobias est aussi narrateur. Leur voix alterne d’un chapitre à l’autre, et cela peut être assez déroutant ; mais l’on se rend compte que c’est nécessaire. Puis, l’intrigue se complexifie : toute la politique du monde imaginé par l’auteur se révèle, comme si une partie était restée voilée. L’histoire est cohérente, et semble terrifiante. On se dit que cela pourrait arriver aussi dans notre monde, avec toutes les avancées scientifiques effectuées. Ce livre peut pousser certains à la paranoïa en imaginant ce que notre futur sera, notamment avec les histoires de génétique. De nouveaux personnages apparaissent, que l’on n’apprécie pas forcément, et l’on est obligé d’accepter le fait que certains personnages appréciés se rapprochent d’eux. Ce livre est aussi très émouvant : tout le long du livre, on assiste à des scènes tristes, ou simplement emplies d’émotions diverses. On prend conscience des espoirs des différents personnages, de ce qu’ils perdent, de ce qu’ils gagnent – ou pourraient gagner.

Les personnages évoluent encore dans ce dernier tome. Tris est de plus en plus mature, forte et courageuse. Elle sait reconnaître le bien du mal – jusqu’à la fin – et elle sait ce qu’elle a à faire. Ses sentiments pour Tobias évoluent encore : ils sont de plus en plus forts, mais ils sont aussi mis à mal. Ceux qu’elle entretient avec les autres personnages évoluent aussi : elle se rapproche encore de Christina par exemple, et apprend à faire confiance à d’autres. Tobias, quant à lui, m’a un peu déçu au début. Il prend des décisions stupides, il est convaincu par des théories absurdes, et il s’éloigne de ses amis : tellement qu’il va leur arriver des choses contre lesquelles il ne pourra rien faire. Il m’a un peu énervé avec ses choix précipités et son entêtement. Par la suite, il a su reprendre le contrôle. Il est, avec Tris, l’un de ceux qui fondent le plus d’espoir dans un nouveau gouvernement. La fin le touche particulièrement. J’ai d’autant plus apprécié Christina et Uriah dans ce tome. Je n’aime toujours pas Caleb et Peter, même si celui-ci fait un choix particulier à la fin. Je déteste vraiment Caleb, et je suis sûre que vous comprendrez pourquoi en ayant lu le livre. Il évolue lui aussi, mais il me semble qu’il ne prend pas du tout la bonne décision à la fin : c’est trop facile pour lui. Il se laisse convaincre parce qu’il veut être convaincu et qu’il ne veut pas risquer sa vie. Il me semble vraiment lâche, contrairement à Peter, qui se décide tout en pensant qu’il ne peut pas faire autrement. On retrouve des personnages des tomes précédents. L’on a de bonnes surprises, mais aussi de très mauvaises …

La violence et la mort sont toujours présentes dans ce tome. Elles semblent passer au second plan à un moment, mais elles reviennent en force, et pour tuer des personnages que l’on apprécie et qu’il nous est difficile de voir partir. Elles semblent toujours en arrière-fond dans le monde que découvrent les personnages. Et l’on se rend bien compte que ce n’est pas le genre de livre qui finit tout beau tout rose. Tout ne s’arrange pas en un coup de baguette magique, et les personnages disparus ne ressuscitent pas.

Les explications de l’auteure sur la Divergence, les factions et le gouvernement sont vraiment très recherchées et très intéressantes. Tout se met en place pour que l’on comprenne tout depuis le premier tome. L’aspect manipulations génétiques et propagande du gouvernement font penser aux anciens régimes corrompus qui utiliseraient les progrès de la science, comme si l’Histoire se répétait. Dans ce livre, il est clair que rien ne peut se passer correctement en employant la force, en embrigadant les gens et en leur cachant la vérité et le passé. Et, à chaque fois que quelqu’un se frotte à un gouvernement plus puissant que lui, il y laisse des plumes …

La fin peut être vue de deux manières différentes : soit on ne s’y attendait pas du tout, et c’est un vrai choc !, soit, c’était prévisible, et il est horrible que cela finisse comme ça, mais ça ne pouvait pas finir autrement. Je suis d’abord passée par la première phase, puis par la deuxième : c’est vrai, une autre fin est possible, mais elle n’aurait pas convenu à Tris, et à la personnalité que l’auteur lui a développée. J’avoue avoir versé quelques larmes, impossible de me retenir … Je pense que certains risquent de détester cette fin, et d’autres, de l’adorer.

 

En définitive, un dernier tome très réussi, peut-être inattendu, mais conforme à toute l’histoire et aux personnages. Tris reste l’une de mes héroïnes préférées dans la littérature.

1...4748495051...55
 

Baseball fans gather zone |
Eaudefiction |
Ici même |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Kpg1221gpk
| Elenaqin
| la saltarelle des baronnes