Redbluemoon

I found myself in Wonderland.

Archive pour le 7 août, 2020

Driftwood de Marie Brennan

Posté : 7 août, 2020 @ 2:57 dans Avis littéraires, Coup de cœur | Pas de commentaires »

Genre : FantasyDriftwood

Editeur : Tachyon

Année de sortie : 2020

Nombre de pages : 240

Titre en français : pas encore traduit

Synopsis : [STARRED REVIEW] “Exploring found family, adaptation, and hope in the face of apocalypse, Brennan imbues this high-concept fantasy with a strong emotional core. Fantasy fans will be thrilled.” -Publishers Weekly

Who is Last?

Fame is rare in Driftwood- it’s hard to get famous if you don’t stick around long enough for people to know you. But many know the guide, Last, a one-blooded survivor who has seen his world end many lifetimes ago. For Driftwood is a strange place of slow apocalypses, where continents eventually crumble into mere neighborhoods, pulled inexorably towards the center in the Crush. Cultures clash, countries fall, and everything eventually disintegrates.

Within the Shreds, a rumor goes around that Last has died. Drifters come together to commemorate him. But who really was Last?

About Driftwood
Driftwood is the invention of bestselling author Marie Brennan. Mirroring the world that many people are currently living in, the Driftwood stories chronicle the struggles of survivors and outcasts to keep their worlds alive until everything changes, diminishes, and is destroyed. Driftwood is the first full-length novel in this world.

 

Avis : C’était la première fois que je lisais Marie Brennan, et je ne suis pas déçue !

Un petit avertissement ou deux avant de commencer cette chronique. D’abord, il est assez difficile d’écrire à propos de ce livre : quoi dire, quoi taire, comment expliquer, ce qui est un spoiler, ce qui n’en est pas un, comment exprimer ce qu’on ressent à la lecture de Driftwood. Mais je vais faire de mon mieux. Ensuite, j’ai lu ce livre en n’en sachant rien, à part le titre et le fait que ce soit de la Fantasy. C’est sans doute la raison pour laquelle j’étais un peu perdue au début, mais je vais y revenir. Donc, pour ceux qui ne veulent rien savoir : excellente idée, c’est sans doute la meilleure façon de lire ce livre, pour faire l’expérience de Driftwood comme un Drifter. Mais donc je ne sais pas si vous devriez continuer à lire cette chronique !

J’ai eu du mal avec le début de ce roman parce qu’il est très confus : le lecteur entre dans le livre in medias res, il ne sait rien des personnages ou du monde. Certains noms sont difficiles à prononcer – excepté celui de Last -, il est difficile de savoir quand un nom correspond à un personnage ou à un monde, de savoir où l’on se trouve, qui est qui, ce qui se passe. Mais j’ai l’impression que c’est fait exprès : le lecteur est dans la même position que les nouveaux arrivants à Driftwood, et donc ressent la même chose qu’eux. Il vit ce qu’eux vivent à leur arrivée dans cet étrange endroit. De plus, après le premier chapitre qui présente Last, le lecteur rencontre différents narrateurs : ils peuvent permettre de montrer la diversité de Driftwood. SPOILER 1

Last est le personnage principal mais il n’est le narrateur que pour un moment – seulement des extraits du premier chapitre. Après ça, dans le roman, il devient une sorte de mythe pour certains ; pour d’autres, c’est un homme qu’ils ont rencontré et avec qui ils ont vécu quelque chose. Dans tous les cas, ils ressentent le besoin de raconter et/ou d’écouter ce qui est arrivé pour lui rendre hommage ou pour se souvenir de lui. En effet, Last a disparu et personne ne sait ce qu’il est devenu. Last est un mystère pour les autres et pour lui-même : il ne sait pas pourquoi il est toujours à Driftwood, pourquoi il ne connaît pas le même destin que tout le monde. Il souffre clairement de la situation et de la façon dont les gens le considèrent. Personne ne sait grand-chose à son propos et le lecteur n’obtient pas beaucoup d’informations pendant le court instant durant lequel il est dans sa tête ! J’aimerais en apprendre plus sur lui ! 

Maintenant, comment vous parlez de Driftwood sans trop en dire, tout en faisant justice ? Si vous voulez entrer à l’aveugle, comme je vous l’ai dit, vous serez perdus. Si vous lisez le synopsis, vous serez quand même perdus. Mais,  »there is grace in being lost« . Ce monde est étrange, terrible et beau en même temps. Le concept dans son entièreté est à la fois poétique et horrible. Si vous avez lu le synopsis, je pense (attention, je pense, je ne suis pas sûre !) que vous pouvez lire le SPOILER 2.

Ce livre est à la fois beau et affreux, à la fois inspirant et déprimant. Tout atteint sa fin un jour : SPOILER 3 Dans tous les cas, ce roman brise le cœur. Il met aussi en avant le besoin de se souvenir et de maintenir en vie les cultures et traditions. Elles vivent aussi longtemps que quelqu’un se souvient d’elles – et le cœur se brise encore un peu plus. SPOILER 4

J’ai évoqué plus haut les noms étranges pour les personnages et les mondes : le lecteur découvre différentes cultures et différents peuples au fil du roman – qui, à un moment donné, ressemble un peu à un recueil de nouvelles ! Il est fascinant d’imaginer tous ces mondes, les rues de Driftwood, les frontières, SPOILER 5, les différentes architectures, les différentes langues : on dirait parfois Babel ! J’ai adoré que, dans certains endroits, des rituels ressemblent à de la magie SPOILER 6, et que ce soit possible d’y avoir recours aussi longtemps que cet endroit se trouve à Driftwood. C’était magique, mystérieux, et j’avais envie de rester encore là-bas.

A la fin de ce roman – la scène de fin m’a achevée, par ailleurs -, j’avais envie de plus. Si un autre livre lié à Driftwood sort, je le lirai avec grand plaisir !

 

Donc, un excellent roman qui m’a transportée dans d’autres mondes et qui reste avec moi depuis !

 

SPOILER 1 peut-être que ces histoires sont écrites de cette façon pour montrer la façon dont Dritfwood fonctionne, pour représenter les Lambeaux (Shreds dans la VO) ?

SPOILER 2 Driftwood est l’endroit où les mondes viennent mourir. Ils connaissent leur apocalypse et dérivent désormais doucement vers leur destruction. Est-ce que c’est aussi terrible que ce que ça laisse entendre ? Totalement. Est-ce que j’ai eu envie de pleurer plusieurs fois ? Bien sûr. Y avait-il quelque réconfort à un moment donné ? Oui. Mais c’est toujours difficile d’assister à l’agonie de gens et de mondes sans aucune possibilité de se battre, d’arrêter la machine ou de faire quoi que ce soit pour les sauver : il n’y a pas de sauvetage possible.

SPOILER 3 certaines personnes l’accueillent, d’autres vivent dans le déni. Certaines veulent l’accepter, d’autres veulent se battre. 

SPOILER 4 « You remember. You can tell me [...] And then I can go home, and tell my people, and we will take that light with us into the darkness. » Oh, ce bruit ? C’est mon coeur qui se fissure lentement à nouveau, rien de grave !

SPOILER 5 et le fait que, parfois, le son ne passe pas d’un monde à l’autre, qu’une violente tempête de sable peut se produire à un pas et vous ne ressentez rien, vous êtes en sécurité parce que vous vous trouvez de l’autre côté de la frontière

SPOILER 6 comme le partage de souvenirs pendant une danse dans un monde, ou le fait de boire la salive de quelqu’un mêlée à la sienne pour se comprendre sans avoir besoin de traduction

 

Baseball fans gather zone |
Eaudefiction |
Ici même |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Kpg1221gpk
| Elenaqin
| la saltarelle des baronnes