Redbluemoon

I found myself in Wonderland.

Archive pour juillet, 2020

Imperfect Women d’Araminta Hall

Posté : 31 juillet, 2020 @ 5:58 dans Avis littéraires, Coup de cœur | Pas de commentaires »

Genre : Thriller Imperfect Women

Editeur : Farrar, Straus & Giroux

Année de sortie : 2020 (4 août)

Nombre de pages : 304

Titre en VF : pas encore traduit

Synopsis : From the author of Our Kind of Cruelty comes an enthralling, irresistible novel of psychological suspense about three women and the destructive power of buried secrets

When Nancy Hennessy is murdered, she leaves behind two best friends, a loving husband and daughter, and a secret lover whose identity she took to the grave. Nancy was gorgeous and wealthy, with adoring friends and family—from the outside, her life was perfect. But as the investigation into her death flounders and her friends Eleanor and Mary wrestle with their grief, dark details surface that reveal how little they knew their friend, each other, maybe even themselves.

A gripping, immersive novel about impossible expectations and secrets that fester and become lethal, Imperfect Women unfolds through the perspectives of three fascinating women. Their enduring, complex friendship is the knot the reader must untangle to answer the question: who killed Nancy?

Imperfect Women explores guilt and retribution, love and betrayal, and the compromises we make that alter our lives irrevocably. With the wickedly sharp insights and finely tuned suspense that has drawn her comparisons to Patricia Highsmith and Paula Hawkins, Araminta Hall returns with another page-turning, thought-provoking tour de force.

 

Avis : J’ai reçu ce livre en SP sur NetGalley !

Quand j’ai commencé Imperfect Women, cela faisait un moment que je n’avais pas lu de thriller. Le dernier crime book en date était The Seven Deaths of Evelyn Hardcastle que j’ai vraiment beaucoup aimé ! J’avais envie que celui-ci me surprenne autant !

Malheureusement, ce ne fut pas le cas : j’ai rapidement deviné qui était l’amant, qui était le tueur – même si je n’avais pas les détails SPOILER 1 En revanche, j’ai été surprise par la fin ! Malgré tout ça, j’ai vraiment adoré ce livre, qui est pratiquement un coup de cœur !

Pendant la lecture, je n’ai pas pu m’empêcher de penser que certaines scènes, phrases ou impressions de personnages étaient vrais. Ces femmes pourraient être nos voisines ou nos amies. Elles existent en chacune de nous en quelque sorte. Ce qu’elles font n’est pas parfait, ni bon, c’est même mauvais parfois, mais je me suis tout de même sentie proche d’elles, je me suis quand même attachée à elles. En un sens, je n’ai pas aimé ce livre pour le mystère/le crime, je l’ai aimé pour sa façon de représenter les femmes, leurs luttes et la façon dont elles ne se comprennent pas entre elles et ne sont pas comprises par leurs proches, hommes ou femmes. Elles ont leur propre enfer personnel et elles se battent seules parce qu’elles se sentent coupables ou parce qu’elles ont peur de perdre leurs amies les plus chères. C’était parfois viscéral et pénible à lire : j’ai eu mal pour elles. Rien n’est simple, tout le monde cache quelque chose, on ne sait jamais ce qu’il se passe dans la tête de quelqu’un, ce qu’il vit vraiment.

C’est peut-être la raison pour laquelle ce livre est divisé en trois parties, chacune se concentrant sur le point de vue d’une des trois amies. Ma partie préférée est celle de Nancy SPOILER 2 Ces femmes ne seront pas appréciées par tous les lecteurs. SPOILER 3

Même si j’avais deviné qui était le coupable, ce livre est tout de même captivant et m’a fait douter plusieurs fois ! La fin m’a vraiment surprise : SPOILER 4

 

Donc, un excellent roman, prenant et authentique !

 

SPOILER 1 j’avais un doute à propos de Robert à un moment donné, surtout à cause de la lettre cachée et du fait qu’il ait menti à Eleanor.

SPOILER 2 sans doute parce qu’elle est celle qui meurt au début du roman et que je voulais comprendre ce qui lui était arrivé, ainsi que la raison pour laquelle Eleanor est si dure avec elle. Sa douleur m’a brisé le cœur et sa maladie mentale n’est pas pris au sérieux parce qu’elle est privilégiée. Elle se déteste pour ce qu’elle ressent, mais elle ne peut pas s’empêcher et personne ne la comprend. Elle est simplement considérée comme « dramatique » et ne reçoit pas l’aide dont elle a besoin. J’ai eu du mal avec Eleanor parfois à cause du fait qu’elle minimise sans cesse la souffrance et les problèmes de Nancy sous prétexte qu’elle a du temps et de l’argent.

SPOILER 3 Eleanor est assez méchante avec Nancy et semble ne penser qu’à elle-même parfois, ce qui n’est pas tout à fait faux ; Nancy trompe son mari avec le mari d’une de ses meilleures amies ; Mary finit par tuer son propre mari. Elle pourrait être la seule que le lecteur apprécie, parce qu’elle ne fait rien de mauvais jusqu’à la fin du roman. Ces trois femmes jugent les deux autres et sont jugées par elles, surtout Nancy qui semble avoir une vie parfaite et n’est toujours pas satisfaite. Mais, surtout, chacun d’elles envie les autres d’une certaine manière : Nancy rêve d’être comme Eleanor, Eleanor veut la vie de Nancy, Mary est la femme morale parfaite qui aiment ses enfants plus qu’elle-même. Elles représentent toutes un type différent de femmes et aucune n’est heureuse des choix qu’elle a faits pour en arriver à cette vie.

SPOILER 4 je ne pensais pas que Mary était capable de tuer Howard. Dès que Marcus lui a tout raconté, je savais qu’elle allait le faire. Cette scène était très difficile à lire et ces derniers mots m’ont brisé le cœur, même si je l’ai détesté du début à la fin. Il était clairement manipulateur, narcissique et sadique mais, à la fin, j’ai eu l’impression qu’il comprenait ce qu’il avait fait et qu’il souffrait vraiment. J’ai eu pitié de lui.

Aristotle and Dante Discover the Secrets of the Universe de Benjamin Alire Saenz

Posté : 29 juillet, 2020 @ 2:19 dans Avis littéraires | Pas de commentaires »

Genre : Contemporaine Aristotle and Dante

Editeur : Simon & Schuster

Année de sortie : 2014 [2012]

Nombre de pages : 359

Titre en français : Aristote et Dante découvrent les secrets de l’univers

Synopsis : Dante can swim. Ari can’t. Dante is articulate and self-assured. Ari has a hard time with words and suffers from self-doubt. Dante gets lost in poetry and art. Ari gets lost in thoughts of his older brother who is in prison. Dante is fair skinned. Ari’s features are much darker. It seems that a boy like Dante, with his open and unique perspective on life, would be the last person to break down the walls that Ari has built around himself.

But against all odds, when Ari and Dante meet, they develop a special bond that will teach them the most important truths of their lives, and help define the people they want to be. But there are big hurdles in their way, and only by believing in each other―and the power of their friendship―can Ari and Dante emerge stronger on the other side.

 

Avis : Je ne m’attendais pas à autant apprécier ce livre !

J’ai eu du mal avec le début de ce roman, notamment avec l’écriture : quelque chose ne fonctionnait pas pour moi avec ce style ce qui m’empêchait d’entrer complètement dans l’histoire – je dois préciser que c’était mon retour à la fiction !

J’ai peu à peu été séduite par la relation d’Aristote et Dante [SPOILER 1] J’ai beaucoup aimé Dante, sa personnalité, le fait qu’il s’accepte – ce qui n’est pas le cas du monde autour de lui. Il a quelques doutes, mais beaucoup moins qu’Aristote, qui, lui, est coincé dans son passé. J’ai beaucoup aimé découvrir peu à peu son histoire, même s’il est parfois dur de se trouver dans la tête d’Ari : il souffre ET il nie. Il n’accepte ni son passé, ni qui il est, ni ce qu’il veut : il est complètement perdu, ce qui rend ses pensées à la fois pénibles et déprimantes à lire.

J’ai aimé la fin : toutes ces révélations et [SPOILER 2] Mais, la résolution arrive beaucoup trop vite pour moi ; j’en attendais un peu plus ! 

 

Donc, un bon livre qui m’a surprise ! 

 

SPOILER 1 : même s’il est clair qu’ils tombent amoureux l’un de l’autre sans se l’admettre, même avant la scène de l’accident pour moi – surtout en ce qui concerne Aristote qui refuse de reconnaître qu’il est amoureux parce qu’être gay ne rentre pas dans son idéal de vie visiblement. 

SPOILER 2 : enfin, Ari accepte son amour pour Dante !! 

Tiny Beautiful Things: Advice on Love and Life from Someone Who’s Been There de Cheryl Strayed

Posté : 29 juillet, 2020 @ 2:15 dans Avis littéraires, Coup de cœur | Pas de commentaires »

Genre : Mémoires, TémoignageTiny Beautiful Things

Editeur : Atlantic Books

Année de sortie : 2013

Nombre de pages : 359

Titre en français : Pas encore traduit

Synopsis : Life can be hard: your lover cheats on you; you lose a family member; you can’t pay the bills—and it can be great: you’ve had the hottest sex of your life; you get that plum job; you muster the courage to write your novel. Sugar—the once-anonymous online columnist at The Rumpus, now revealed as Cheryl Strayed, author of the bestselling memoir Wild—is the person thousands turn to for advice.
Tiny Beautiful Things brings the best of Dear Sugar in one place and includes never-before-published columns and a new introduction by Steve Almond.  Rich with humor, insight, compassion—and absolute honesty—this book is a balm for everything life throws our way.

 

Avis : J’errais sans but sur Scribd – comme souvent – quand, soudain, je suis tombée sur ce livre. Et je me suis dit : « pourquoi pas ? »

Ce livre est un recueil de lettres échangées entre Sugar/Cheryl Strayed et ses lecteurs/correspondants quand elle écrivait une rubrique « courrier des lecteurs » pour un journal. J’avais compris, grâce aux résumés et au titre, que ces lettres étaient très personnelles et qu’elles demandaient des conseils de vie, parfois lors de périodes très difficiles. Mais je ne m’attendais pas à être une épave sanglotante dès le premier échange de lettres !

Tiny Beautiful Things est un livre puissant, très touchant et authentique ; je l’ai lu petit à petit pour ne pas être engloutie par lui. Le lecteur sent que l’autrice ne juge aucun de ses correspondants et qu’elle essaie vraiment de tous les aider de manière personnalisée. Elle-même se livre dans ses lettres-retours : elle parle de ses expériences personnelles, faisant de ce livre des sortes de mémoires. On sentait parfois que la difficulté de répondre pour elle était réelle, qu’elle avait pris le temps de bien choisir ses mots, de bien mettre en ordre ce qu’elle disait. Je ne peux qu’imaginer comme il devait être dur de répondre à certains courriers. Je pense notamment au père qui a perdu son fils et qui ne sait pas comment continuer à vivre sans lui … J’ai pleuré en lisant ce livre, mais il m’a également emplie d’espoir.

 

Donc, un livre que je recommande à tous, avec quelques avertissements quand même : presque aucun sujet n’est léger dans ce livre.

It’s Not Ok to Feel Blue and Other Lies édité par Scarlett Curtis

Posté : 29 juillet, 2020 @ 2:11 dans Avis littéraires, Coup de cœur | Pas de commentaires »

Genre : Essai, Témoignage, PsychologieIt's Not Ok to Feel Blue

Editeur : Penguin

Année de sortie : 2019

Nombre de pages : 554

Titre en français : Pas encore traduit

Synopsis : We are living in the middle of a mental health epidemic and we have a choice: we can either be like all generations who came before us and be floored by it – or we can start to make a difference.

Here are the extraordinary people making that difference – Other People Don’t Feel Blue (and other lies) is a collection of stories and essays from those who have suffered through the worst, and know what it’s like to fight to feel better.

This isn’t just a book. It’s a shout, a scream that cuts above the noise and lets everyone know they are not alone. Funny, sad, clever, relatable and important, this collection is part of the global movement that is working to dismantle the shame that surrounds mental illness. It will be a shining example power of words to make us all feel better.

 

Avis : Il est difficile de faire une chronique pour ce livre, c’est la raison pour laquelle je ne voulais pas le faire. Mais, il existe assez peu de livres de ce genre, donc je me suis dit que ce pouvait être intéressant de vous en parler.

Ce livre est un trésor : il vous fera rire, pleurer mais, surtout, vous vous sentirez compris, vous ne serez pas seuls, vous serez acceptés et légitimes. C’est une lecture très personnelle, que vous soyez attirés par ce livre parce que vous êtes vous-mêmes sujets à des problèmes de santé mentale, que ce soit le cas de vos proches ou que vous vous intéressiez simplement au sujet. Les contributeurs sont d’horizons divers : blancs, noirs, bruns, hétéros, gays, trans, souffrant de troubles mentaux, proches de personnes qui souffrent de maladies mentales. Tous et toutes sont connu.es, mais certains évoquent les différences de traitements des maladies mentales selon les classes sociales.

Ce livre n’est pas un manuel ou un bouquin de développement personnel, mais il vous aidera tout de même un peu. Etrangement, je me suis sentie « en sécurité » pendant que je lisais ce livre, comme si j’étais entourée de gens qui me comprenaient et que rien ne pouvait m’arriver pendant que j’étais avec eux. Il reste donc près de moi.

It’s Not Ok to Feel Blue, même s’il n’est pas écrit pour aider « pratiquement », fait quelque chose qui est rarement fait : il met en avant la maladie mentale, il l’évoque sans tabous grâce à des témoignages de personnes qui sont sous les feux des projecteurs et qui peuvent donc utiliser leur réputation pour amener le dialogue sur la santé mentale. C’est en se taisant qu’on fait progresser la maladie, qu’on nourrit la bête. C’est en parlant qu’on comprend davantage et qu’on peut commencer à faire avancer l’opinion et passer outre le « il/elle est fou/folle, laisse tomber ».

 

Donc, vous serez triste en lisant ce livre parfois, mais vous ne serez jamais seuls.

Simon Snow, book 2: Wayward Son de Rainbow Rowell

Posté : 29 juillet, 2020 @ 12:10 dans Avis littéraires, Coup de cœur | Pas de commentaires »

Genre : Fantasy, YAWayward Son

Editeur : Wednesday Books

Année de sortie : 2019

Nombre de pages : 354

Titre en français : Pas encore traduit

Synopsis : The story is supposed to be over.

Simon Snow did everything he was supposed to do. He beat the villain. He won the war. He even fell in love. Now comes the good part, right? Now comes the happily ever after…

So why can’t Simon Snow get off the couch?

What he needs, according to his best friend, is a change of scenery. He just needs to see himself in a new light…

That’s how Simon and Penny and Baz end up in a vintage convertible, tearing across the American West.

They find trouble, of course. (Dragons, vampires, skunk-headed things with shotguns.) And they get lost. They get so lost, they start to wonder whether they ever knew where they were headed in the first place…

With Wayward Son, Rainbow Rowell has written a book for everyone who ever wondered what happened to the Chosen One after he saved the day. And a book for everyone who was ever more curious about the second kiss than the first. It’s another helping of sour cherry scones with an absolutely decadent amount of butter.

Come on, Simon Snow. Your hero’s journey might be over – but your life has just begun.

 

Avis : J’ai lu Carry On cette année, j’ai beaucoup aimé, j’avais donc hâte de lire la suite !

Attention, à partir d’ici, spoilers pour le premier livre ! 

 

Dans le premier tome, j’ai adoré la relation entre Baz et Simon et j’espérais en voir plus dans ce livre. Malheureusement pour moi, les garçons ont quelques soucis avec la fin heureuse promise après une guerre contre le mal ! Simon n’a plus aucun pouvoir et ne parvient pas à se lever le matin : il fait clairement une dépression et rien de ce que font son copain ou sa meilleure amie ne suffit pour l’aider. Il met de la distance entre lui et Baz tout en ayant l’impression que le vampire n’attend qu’une chose : se séparer de lui. En effet, comment pourrait-il être attirant pour l’homme parfait ? Et comment sortir de cette situation quand Baz pense la même chose ? Nous sommes donc coincés : personne n’ose parler, personne n’ose faire le premier pas, dire ce qu’il ressent. Et c’est très frustrant. Mais c’est aussi compréhensible et cohérent. Simon n’a plus aucune confiance en soi et Baz veut lui donner l’espace dont il semble avoir besoin. Chacun interprète le comportement de l’autre sans jamais en parler, ce qui donne cette situation foireuse dans laquelle personne n’ose refermer le gouffre qui s’est ouvert entre eux. Cela m’a brisé le cœur parfois SPOILER 1

Malgré cela, je trouve toujours Simon agaçant parfois, comme dans Carry On, notamment SPOILER 2 Pour autant, à nouveau, c’est compréhensible. Au moins, il reste le même du tome 1 au tome 2 ! Baz, quant à lui, est toujours mon personnage préféré : vampire, stylé, affectueux, amoureux. J’aime la façon dont il SPOILER 3 J’aime aussi toujours beaucoup Penelope, même si elle me fait mal au cœur ici : elle ne sait pas agir avec les gens, même si elle essaie parfois. Elle vit dans son monde et, quand la bulle explose, elle souffre. SPOILER 4 

J’ai aimé avoir d’autres points de vue sur le monde magique : celui de créatures et d’humains/de Normaux. Les Etats-Unis sont très différents du Royaume-Uni en ce qui concerne la magie et j’ai adoré découvrir cet autre aspect de l’univers ! Le lecteur rencontre des créatures, sans toujours savoir ce qu’elles sont – j’ai particulièrement aimé SPOILER 5 Elles ont elles aussi une opinion sur les magiciens. C’est la même chose pour les Normaux : SPOILER 6 Cela mène à un débat à propos de la magie et la façon dont les hommes traiteraient les magiciens s’ils savaient qu’elle existait. SPOILER 7 C’était très intéressant !

J’ai également adoré la partie vampire du roman ! SPOILER 8

La FIN ! Mais quelle fin frustrante ! Difficile de faire pire niveau suspense ! J’avais envie d’avoir la suite immédiatement !

 

Donc, j’ai passé un excellent moment avec Wayward Son ! Il n’y a pas autant d’action que dans Carry On, mais c’est normal ! Je pense que j’ai préféré ce tome 2 au premier mais, pitié, Mrs. Rowell, SPOILER 9

 

SPOILER 1 : comme la scène pendant laquelle Baz pense que Simon est mort et qu’il regrette de ne jamais lui avoir dit tout ce qu’il représentait pour lui … il ne m’en faut pas plus pour être émue aux larmes.

SPOILER 2 : quand il ne fait pas confiance à Baz et fait n’importe quoi/ce qu’il veut : menacer Lamb par exemple. Il a l’impression que Baz l’a trahi, mais il ne communique jamais avec lui clairement.

SPOILER 3 : est tolérant avec les vampires quand il découvre Las Vegas. Il ne sait, en fait, rien de sa condition et apprend, même s’il est encore honteux.

SPOILER 4 : j’ai aimé que ce soit Agatha qui sauve tout le monde à la fin ! Elle est clairement une victime pendant la majorité du roman, comme elle l’était quand elle était la petite amie de Simon. Cette fois, quand ils viennent la sauver, ils échouent et c’est elle qui réussit à les sortir du pétrin.

SPOILER 5 : les rencontres avec le dragon et l’esprit de l’eau !

SPOILER 6 : Shepard veut simplement découvrir le monde magique et il y parvient grâce aux créatures qu’il prend le temps d’écouter. Elles se sentent seules et il est là pour elles. Il aime les écouter : cela lui permet, par la même occasion, d’avoir l’impression d’appartenir un peu au monde magique. Qui ne le comprend pas ? Qui ne ferait pas la même chose à sa place ?

SPOILER 7 : Next Blood est une façon de voir les choses : la magie est génétique et elle peut être partagée donc il faut expérimenter sur les magiciens pour extraire la magie de leur corps. Shepard voit la situation autrement : il veut partager la vie des magiciens, que tout le monde sache qu’ils existent, et que tout le monde vive en paix.

SPOILER 8 : j’ai aimé les scènes à Las Vegas et en apprendre davantage sur les vampires ! J’aimerais en savoir encore plus dans le tome suivant !

SPOILER 9 : faites en sorte que Simon et Baz soient de nouveau heureux ensemble ! Ils le méritent !

12
 

Baseball fans gather zone |
Eaudefiction |
Ici même |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Kpg1221gpk
| Elenaqin
| la saltarelle des baronnes