Redbluemoon

I found myself in Wonderland.

Why I’m No Longer Talking to White People About Race de Reni Eddo-Lodge

Classé dans : Avis littéraires,Coup de cœur — 8 juin 2020 @ 19 h 36 min

Genre : EssaiWhy I'm No Longer

Editeur : Bloomsbury

Année de sortie : 2017

Nombre de pages : 202

Titre en VF : Le Racisme est un problème de Blancs

Synopsis : A powerful and provocative argument on the role that race and racism play in modern Britain, by award-winning journalist Reni Eddo-Lodge

In February 2014, Reni Eddo-Lodge wrote about her frustration with the way discussions of race and racism in Britain were constantly being led by those who weren’t affected by it. She posted the piece on her blog, and gave it the title: ‘Why I’m No Longer Talking to White People about Race’.

Her powerful, passionate words hit a nerve. The post went viral, and comments flooded in from others desperate to speak up about their own, similar experiences. Galvanised by this response, she decided to dig into the source of these feelings; this clear hunger for an open discussion. The result is a searing, illuminating, absolutely necessary exploration of what it is to be a person of colour in Britain today. Exploring issues from eradicated black history to the political purpose of white dominance, whitewashed feminism to the inextricable link between class and race, Reni Eddo-Lodge offers a new framework for how to see, acknowledge and counter racism.

Full of clear, bold and keenly felt argument, Why I’m No Longer Talking to White People about Race is a wake-up call to a nation in denial about the structural and institutional racism occurring at its heart. It is a timely, essential book by a vital new voice.

 

Avis : J’ai envie de lire ce livre depuis sa sortie : il était donc temps que je me lance.

J’ai beaucoup appris sur pas mal de sujets liés au racisme et à la société en lisant Why I’m No Longer Talking to White People About Race. Certes, Reni Eddo-Lodge se concentre sur l’histoire du racisme au Royaume-Uni, mais certains point s’appliquent aisément à d’autres pays. Cela pousse à réfléchir, à ouvrir les yeux parfois sur des éléments du quotidien auxquels le lecteur n’a jamais pensé, à se documenter davantage encore.

 

Parmi les différents thèmes abordés, le lecteur trouvera :

- les privilèges blancs auxquels j’avais rarement – voire jamais – pensé avant de lire ce livre ;

- le multiculturalisme et l’anti-racisme qui sont souvent confondus et qui, pourtant, ne se ressemblent pas du tout – le moment où l’autrice laisse la parole à un professeur qui évoque son expérience dans un commissariat de police m’a fait froid dans le dos … ;

la violence policière, comment et pourquoi elle est raciste dans les exemples donnés ;

- la culpabilité que les blancs peuvent ressentir et le fait que cette culpabilité n’ait aucun intérêt ;

- le féminisme et comment les femmes blanches ont exclu les femmes noires du mouvement sous prétexte que la cause des femmes ne pose pas la question de la couleur de peau ;

- la politique, non seulement au Royaume-Uni, mais aussi aux Etats-Unis et en France.

 

L’autrice, tout au long de son livre, nous donne exemples et chiffres pour soutenir son propos. Elle termine sur une note d’espoir et une bibliographie pour aller plus loin.

 

Je ne peux que vous recommander la lecture de Why I’m No Longer Talking to White People About Race : vous serez surpris, vous serez peut-être choqués, vous aurez mal au cœur, mais vous apprendrez.

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

Baseball fans gather zone |
Eaudefiction |
Ici même |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Kpg1221gpk
| Elenaqin
| la saltarelle des baronnes