Redbluemoon

I found myself in Wonderland.

Archive pour juin, 2020

What Would Cleopatra Do? d’Elizabeth Foley et Beth Coates

Posté : 14 juin, 2020 @ 1:29 dans Avis littéraires, Coup de cœur | Pas de commentaires »

Genre : Biographie, Historique What Would Cleopatra Do?

Editeur : Scribner

Année de sortie : 2018

Nombre de pages : 320

Titre alternatif : What Would Boudicca Do?

Synopsis : Irreverent, inspirational, and a visual delight, What Would Cleopatra Do? shares the wisdom and advice passed down from Cleopatra, Queen Victoria, Dorothy Parker, and forty-seven other heroines from past eras on how to handle an array of common problems women have encountered throughout history and still face today.

What Would Cleopatra Do? tackles issues by reminding us of inspiring feminists from the past, telling their stories with warmth, humor, and verve. From sticking up for yourself, improving body image, deciding whether to have children, finding a mentor, getting dumped, feeling like an imposter, being unattractive, and dealing with gossip, we can learn a lot by reading motivational stories of heroic women who, living in much tougher times through history, took control of their own destinies and made life work for them.

Here are Cleopatra’s thoughts on sibling rivalry, Mae West on positive body image, Frida Kahlo on finding your style, Catherine the Great on dealing with gossip, Agatha Christie on getting dumped, Hedy Lamarr on being underestimated—to list only a few—as well as others who address dilemmas including career-planning, female friendship, loneliness, financial management, and political engagement.

Featuring whimsical illustrations by L.A.-based artist Bijou Karman, What Would Cleopatra Do? is a distinctive, witty, and gift-worthy tribute to history’s outstanding women.

 

Avis : Je suis, globalement, intéressée par tous les recueils de biographies de femmes que je peux trouver. Celui-ci n’a donc pas fait exception ! 

What Would Cleopatra Do?, aussi connu sous le nom de What Would Boudicca Do? ou What Would Frida Do?, n’est pourtant pas exactement comme les recueils que j’ai l’habitude de lire. En effet, d’habitude, on retrouve aussi les vies de femmes extraordinaires qui ont été oubliées par l’Histoire magnifiquement illustrées. Mais les autrices, ici, ont décidé de tirer un enseignement de la vie de chacune de ses héroïnes afin de motiver le lecteur ! On pourrait presque parler d’un guide pratique : Comment naviguer les obstacles de la vie grâce à Boudicca, Cléopâtre, Frida ou Mae ?

Ce livre est à la fois instructif et motivant : il donne envie de prendre exemple sur ces femmes tout en en apprenant encore davantage sur elles – aka VIVENT LES BIBLIOGRAPHIES ! Pour chaque héroïne, nous avons donc une courte biographie suivie d’une partie « pratique »/ »développement personnel »/ »enseignement à tirer ». Chaque vie a son thème : par exemple, pour Cléopâtre, c’est comment gérer les relations fraternelles. Le lecteur voit donc à la fois les obstacles qu’a rencontrés la femme qu’il (re)découvre et comment elle a fait pour les franchir malgré la difficulté !

Gros point positif : ce livre ne se concentre pas exclusivement sur des femmes européennes ou étasuniennes qui ont vécu récemment ! J’ai trouvé d’autant plus intéressant d’avoir des femmes de tous horizons ! 

 

Donc, j’ai eu tout ce que je cherchais en lisant ce livre : j’ai appris, j’ai été inspirée et j’ai ajouté tout un tas de livres à ma wish-list ! 

Why I’m No Longer Talking to White People About Race de Reni Eddo-Lodge

Posté : 8 juin, 2020 @ 7:36 dans Avis littéraires, Coup de cœur | Pas de commentaires »

Genre : EssaiWhy I'm No Longer

Editeur : Bloomsbury

Année de sortie : 2017

Nombre de pages : 202

Titre en VF : Le Racisme est un problème de Blancs

Synopsis : A powerful and provocative argument on the role that race and racism play in modern Britain, by award-winning journalist Reni Eddo-Lodge

In February 2014, Reni Eddo-Lodge wrote about her frustration with the way discussions of race and racism in Britain were constantly being led by those who weren’t affected by it. She posted the piece on her blog, and gave it the title: ‘Why I’m No Longer Talking to White People about Race’.

Her powerful, passionate words hit a nerve. The post went viral, and comments flooded in from others desperate to speak up about their own, similar experiences. Galvanised by this response, she decided to dig into the source of these feelings; this clear hunger for an open discussion. The result is a searing, illuminating, absolutely necessary exploration of what it is to be a person of colour in Britain today. Exploring issues from eradicated black history to the political purpose of white dominance, whitewashed feminism to the inextricable link between class and race, Reni Eddo-Lodge offers a new framework for how to see, acknowledge and counter racism.

Full of clear, bold and keenly felt argument, Why I’m No Longer Talking to White People about Race is a wake-up call to a nation in denial about the structural and institutional racism occurring at its heart. It is a timely, essential book by a vital new voice.

 

Avis : J’ai envie de lire ce livre depuis sa sortie : il était donc temps que je me lance.

J’ai beaucoup appris sur pas mal de sujets liés au racisme et à la société en lisant Why I’m No Longer Talking to White People About Race. Certes, Reni Eddo-Lodge se concentre sur l’histoire du racisme au Royaume-Uni, mais certains point s’appliquent aisément à d’autres pays. Cela pousse à réfléchir, à ouvrir les yeux parfois sur des éléments du quotidien auxquels le lecteur n’a jamais pensé, à se documenter davantage encore.

 

Parmi les différents thèmes abordés, le lecteur trouvera :

- les privilèges blancs auxquels j’avais rarement – voire jamais – pensé avant de lire ce livre ;

- le multiculturalisme et l’anti-racisme qui sont souvent confondus et qui, pourtant, ne se ressemblent pas du tout – le moment où l’autrice laisse la parole à un professeur qui évoque son expérience dans un commissariat de police m’a fait froid dans le dos … ;

la violence policière, comment et pourquoi elle est raciste dans les exemples donnés ;

- la culpabilité que les blancs peuvent ressentir et le fait que cette culpabilité n’ait aucun intérêt ;

- le féminisme et comment les femmes blanches ont exclu les femmes noires du mouvement sous prétexte que la cause des femmes ne pose pas la question de la couleur de peau ;

- la politique, non seulement au Royaume-Uni, mais aussi aux Etats-Unis et en France.

 

L’autrice, tout au long de son livre, nous donne exemples et chiffres pour soutenir son propos. Elle termine sur une note d’espoir et une bibliographie pour aller plus loin.

 

Je ne peux que vous recommander la lecture de Why I’m No Longer Talking to White People About Race : vous serez surpris, vous serez peut-être choqués, vous aurez mal au cœur, mais vous apprendrez.

 

Baseball fans gather zone |
Eaudefiction |
Ici même |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Kpg1221gpk
| Elenaqin
| la saltarelle des baronnes