Redbluemoon

I found myself in Wonderland.

Archive pour février, 2020

Beyoncé est-elle féministe ? … et autres questions pour comprendre le féminisme de Margaux Collet, Raphaëlle Rémy-Leleu et Diglee

Posté : 5 février, 2020 @ 9:56 dans Avis littéraires | 2 commentaires »

Genre : EssaiBeyoncé est-elle féministe ?

Editeur : First Editions

Année de sortie : 2018

Nombre de pages : 231

Synopsis : « Une femme sans homme, c’est comme un poisson sans bicyclette ! »
Slogan du Mouvement de libération des femmes

Pourquoi y a-t-il des femmes nues partout ? Que faire si j’ai été harcelé.e en ligne ? Où sont les femmes dans les livres d’histoire ? C’est quoi des trucs de meufs,
c’est quoi des trucs de mecs ? Amour, désir, sexe, tout pareil ? Pourquoi n’y a-t-il jamais eu de femme présidente de la République en France ?
L’association Osez le Féminisme ! répond dans ce livre engagé et sans tabou, à 10 questions autour de l’égalité entre les femmes et les hommes pour lutter contre le sexisme, permettre à chacun.e de se réaliser sans injonction, et encourager la réussite des filles et des femmes. Et montre qu’il est possible de construire un monde juste et libre pour toutes et tous.

 

Avis : Ce livre me fait de l’œil depuis un moment ; j’ai fini par le chiper dans la bibliothèque de ma sœur !

J’ai tout d’abord beaucoup aimé le format et le design du livre : cela le rend tout de suite très agréable ! J’ai également apprécié la division en thèmes bien délimités, et les renvois vers les chapitres qui peuvent faire écho au sujet traité quand nécessaire. Comme tous les essais sur le féminisme, celui-ci peut faire grincer des dents, parce que c’est si agaçant d’être mis en face de tant de sexisme, qu’il soit ordinaire ou clairement assumé ! Les autrices prennent le temps, dans le premier chapitre, de rappeler ce qu’est le féminisme, une définition claire et précise, afin que tout le monde sache de quoi l’on parle exactement. J’ai, pour autant, adoré que les autrices ne jugent pas les femmes et ne les divisent pas en « féministes » et « non-féministes », malgré ce que le titre pourrait laisser entendre. J’ai apprécié également que les hommes soient mentionnés à plusieurs reprises comme faisant partie intégrante du féminisme ! Niveau thèmes, tout y passe : avortement, pop culture, Histoire, sports … Même pour celles qui s’y connaissent déjà, il y a matière à apprendre ici ! Et quelques références à ajouter à la wish-list, que ce soit niveau livres ou films/séries !

Gros plus : les illustrations, que j’ai vraiment adorées ! Petits bémols : les coquillesfautes de français, et le tutoiement, qui m’a parfois gênée.

 

Donc, un livre que j’ai vraiment pris plaisir à lire, et qui répond aux questions qu’il pose ! 

Grisha, book 1: Shadow & Bone de Leigh Bardugo

Posté : 4 février, 2020 @ 5:23 dans Avis littéraires | 2 commentaires »

Genre : FantasyShadow & Bone

Editeur : Square Fish

Année de sortie : 2017 [2012]

Nombre de pages : 356 + 21

Titre en VF : Grisha, tome 1 : Les Orphelins du royaume

Synopsis : Surrounded by enemies, the once-great nation of Ravka has been torn in two by the Shadow Fold, a swath of near impenetrable darkness crawling with monsters who feast on human flesh. Now its fate may rest on the shoulders of one lonely refugee.

Alina Starkov has never been good at anything. But when her regiment is attacked on the Fold and her best friend is brutally injured, Alina reveals a dormant power that saves his life—a power that could be the key to setting her war-ravaged country free. Wrenched from everything she knows, Alina is whisked away to the royal court to be trained as a member of the Grisha, the magical elite led by the mysterious Darkling.

Yet nothing in this lavish world is what it seems. With darkness looming and an entire kingdom depending on her untamed power, Alina will have to confront the secrets of the Grisha . . . and the secrets of her heart.

Shadow and Bone is the first installment in Leigh Bardugo’s Grisha Trilogy.

 

Avis : Ce livre m’a été offert par mon amie Aurore, qui m’a permis d’enfin découvrir cet univers dont j’entendais tant parler !

J’ai passé un très bon moment ! J’ai adoré le décor, et l’univers inspiré de la Russie : il m’a semblé différent de tout ce que j’ai pu découvrir auparavant, unique, et il crée une véritable atmosphère bien particulière – notamment grâce aux noms utilisés, comme Corporalnik, ou kvas par exemple, mais aussi grâce aux décors, tout simplement ! Le Petit Palais – je suppose qu’il s’appelle comme ça en français ! – est tout simplement merveilleux ; et le fait qu’il soit aussi une école ne fait qu’ajouter à son charme ! J’ai adoré les parties entraînement/apprentissage, et le fait que [SPOILER] Alina rencontre des difficultés : elle est peut-être Sun Summoner, mais elle n’est pas toute puissante, et elle ne contrôle pas ses pouvoirs. Elle doit s’entraîner, et elle est mauvaise pendant un long moment ! [FIN DU SPOILER] J’ai également aimé la magie, la hiérarchie entre les différents niveaux, et le fait de voir différents types de pouvoir à l’œuvre ! J’ai hâte d’en apprendre et d’en voir encore plus dans les tomes suivants !!

J’ai beaucoup aimé les personnages : je comprends aisément pourquoi tant de lecteurs adorent le Darkling (Ténébreux en français ?), et je considère qu’il a le potentiel pour devenir un des meilleurs villains que je connais ! J’attends le deuxième tome pour voir son évolution avant de me prononcer ; mais je dois admettre que je l’ai apprécié ! Il est mauvais, manipulateur ; il sait comment torturer les gens, et ne se laisse pas avoir par les sentiments apparemment. [SPOILER] J’ai aimé le fait que, comme nous sommes dans une narration à la première personne, nous ne découvrons le Darkling qu’à travers les yeux d’Alina, qui ne sait que penser à son propos. Est-il sincère ? Joue-t-il avec elle ? Et cela m’a donné envie de lire un livre du point de vue du Darkling ! [FIN DU SPOILER] J’aime cette espèce de fascination/répulsion qui attire Alina. [SPOILER] Je me suis demandé tout le long quand il allait devenir le villain, puisque je n’entendais parler de lui que de cette façon, et qu’au début du roman, il est dans le « bon » camp. Je savais donc qu’il allait se retourner contre Alina, ce n’était pas une surprise. Il fait d’ailleurs un villain très convaincant puisque son but n’est pas de détruire pour détruire : ses intentions sont bonnes, ce sont les moyens qui ne sont pas moraux. [FIN DU SPOILER] Alina, quant à elle, est sympathique : je pense qu’elle a le potentiel pour évoluer de manière magistrale dans le deuxième tome, donc je croise les doigts ! Dans celui-ci, elle apprend, s’entraîne, découvre ce qu’est la vie quand on s’apparente à un « élu ». Elle rencontre la peur, l’amour, la douleur, l’amitié, la haine … et, comme elle le comprend et l’explique, la dernière scène [SPOILER] la rapproche du Darkling – ce qui est tellement intéressant je trouve ! Elle laisse tout le monde derrière elle, les vouant à une mort certaine dans la Nappe d’Ombre, exactement comme aurait pu le faire le Darkling à sa place. Elle le fait pour sauver sa vie et celle de Mal, et quitte Ravka tout en sachant qu’elle est le seul espoir du pays contre le Darkling ! J’ai eu un peu de mal avec cette décision ; mais, bien sûr, elle a l’intention de revenir. Elle considère simplement qu’elle n’a pas les moyens de vaincre son ennemi pour le moment, surtout après sa demande d’aide avortée. [FIN DU SPOILER] J’ai apprécié Mal sans le trouver exceptionnel. La lettre qui se trouve à la fin de mon édition me l’a rendu plus proche. J’aimerais [SPOILER] en savoir plus sur son « pouvoir » de traqueur : peut-être est-ce une autre forme de magie ? [FIN DU SPOILER] Enfin, un de mes personnages préférés : Genya. J’adore sa complexité, sa force et sa fragilité, son amour pour David, ses contradictions, sa relation avec Alina !

Plus généralement, j’ai beaucoup aimé l’écriture, à la fois fluide, agréable, et parfois vraiment très belle – la lettre de Mal à la fin m’a tout particulièrement plu ! Et je dois dire que ce livre est clairement addictif : il est difficile de s’arrêter de lire, et de penser à l’histoire quand on ne lit pas !

Dernier point : la romance. Je n’ai pas pu m’empêcher de lever les yeux au ciel parfois … et je n’ai pas pu m’empêcher d’aimer certaines scènes ! Je ne sais pas trop ce que je ressens face [SPOILER] à ce triangle amoureux … Je ne pense pas l’adorer, mais je ne déteste pas la romance pour autant. A voir comment tout cela évolue ! [FIN DU SPOILER]

 

Pour conclureShadow & Bone est le genre de livres qui me ramène vers la Fantasy : j’ai envie de vivre dans un monde comme celui-là, j’ai envie d’en faire partie, et d’y retourner le plus vite possible ! (les tomes 2 et 3 sont en route !)

Sherlock Holmes, book 2: The Sign of Four d’Arthur Conan Doyle

Posté : 2 février, 2020 @ 1:16 dans Avis littéraires | Pas de commentaires »

Genre : PolicierThe Sign of Four

Editeur : Penguin (Sherlock Holmes Collection)

Année de sortie : 2011 [1890]

Nombre de pages : 153

Titre en français : Le Signe des quatre

Synospis : ‘You are a wronged woman and shall have justice. Do not bring police. If you do, all will be in vain. Your unknown friend.’

When a beautiful young woman is sent a letter inviting her to a sinister assignation, she immediately seeks the advice of the consulting detective Sherlock Holmes. For this is not the first mysterious item Mary Marston has received in the post. Every year for the last six years an anonymous benefactor has sent her a large lustrous pearl. Now it appears the sender of the pearls would like to meet her to right a wrong. But when Sherlock Holmes and his faithful sidekick Watson, aiding Miss Marston, attend the assignation, they embark on a dark and mysterious adventure involving a one-legged ruffian, some hidden treasure, deadly poison darts and a thrilling race along the River Thames.

 

Avis : Je continue ma lecture des aventures de Sherlock Holmes !

Toujours heureuse de retrouver le détective et son ami, le Dr. Watson ! J’adore leur relation, la façon ils parlent et agissent l’un avec l’autre, et ensemble ! J’adore aussi le fait que Sherlock Holmes ne soit pas un personnage parfait, celui que tout le monde adorerait : il a ses défauts : arrogant, impoli, incapable de respecter les conventions sociales, et il se drogue. J’ai été un peu surprise que cet élément choque la majorité des lecteurs. Le détective explique clairement la raison pour laquelle il utilise la morphine et la cocaïne : il s’ennuie quand il n’a pas d’enquête à résoudre ! Ce n’est qu’un stimulant cérébral pour lui, et il est si précis dans le dosage qu’on ne peut douter de sa réflexion. Il reste, toujours, un de mes personnages préférés ! Peut-être que le Dr. Watson correspond, alors, à la réaction des lecteurs : déçu de voir son ami se droguer, il lui explique en quoi c’est nocif, ce qui me semble assez aberrant ; après tout, Sherlock Holmes est au courant de ce que son ami lui dit, il est assez versé dans la médecine et les sciences pour ça ! A nouveau, Watson peut servir de relais entre le détective-robot inatteignable et le lecteur qui le découvre dans une nouvelle aventure ! 

Heureuse également de rencontrer Mary Morstan, même si les femmes à cette époque … [SPOILER] Bien sûr, il faut qu’elle soit différente des autres femmes pour intéresser le merveilleux Dr. Watson. Cette façon de représenter les femmes devient horripilante à force de la retrouver partout. Elle est reprise dans l’épisode « The Abominable Bride », l’épisode spécial de la saison 4 de Sherlock, et, ici, Watson est encore plus sexiste que Sherlock ! Eh bien, dans le roman, les remarques viennent des deux héros. Oui, je sais, l’époque de publication est différente, mais cela ne change pas le fait que c’est agaçant à lire. Et que les mouvements féministes avaient déjà commencé depuis un moment. [FIN DU SPOILER] J’ai aimé la romance, mais simplement parce que j’ai aimé le couple dans la série TV ! Si j’avais lu ce roman sans savoir ce qui allait arriver, je pense que j’aurais eu quelques réticences : [SPOILER] instalove, la façon dont les choses se passent si rapidement, par exemple ! [FIN DU SPOILER]

L’intrigue m’a intéressée – j’ai même tenté de deviner quelques éléments, tout en étant un peu étonnée par le manque de perspicacité de Watson ! -, mais j’ai été déçue par un élément en particulier : [SPOILER] ce qui m’a semblé être du racisme. Tonga, la façon dont il est présenté – comme la façon dont les Indiens sont présentés pendant la rébellion – m’ont perturbée. Cela m’a semblé trop facile, et franchement agaçant : on retrouve toujours ce genre de stéréotypes dans ce genre de livres, c’est franchement dommage. [FIN DU SPOILER] 

J’ai toujours très envie de lire la suite de la série – que j’ai reçue depuis ! Cette fois, le tome 3 est un recueil de nouvelles : j’ai hâte de découvrir ce nouveau format ! 

 

Donc, un bon tome, mais qui souffre de certains défauts difficiles à ignorer. 

123
 

Baseball fans gather zone |
Eaudefiction |
Ici même |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Kpg1221gpk
| Elenaqin
| la saltarelle des baronnes