Redbluemoon

I found myself in Wonderland.

Les Nocturnes de Tess Corsac #plib2020

Classé dans : Avis littéraires,Coup de cœur — 11 février 2020 @ 18 h 07 min

Genre : Science-fictionLes Nocturnes

Editeur : Lynks

Année de sortie : 2019

Nombre de pages : 366

Synopsis : 125 Rouges. 125 Verts. 250 amnésiques. Et combien de Nocturnes ?

Nous avons cherché par tous les moyens à découvrir pourquoi nous étions enfermés ici. Si seulement nous avions su… Aurions-nous quand même été jusqu’au bout ?
Nous avons cherché par tous les moyens à découvrir pourquoi nous étions enfermés ici. Si seulement nous avions su… Aurions-nous quand même été jusqu’au bout ?

Un nom, un bloc, une couleur d’uniforme : Rouge ou Vert. Ce sont les seules informations dont disposent les deux-cent-cinquante pensionnaires de la Croix d’If, entrés dans l’institut sans le moindre souvenir et sans opportunité de sortir.
Natt Käfig est un Rouge du bloc 3A. Il est le dernier à avoir vu Laura, une Verte, avant sa mystérieuse disparition. Il se fait approcher par un groupe d’élèves… Qui sont ces  » Nocturnes  » qui ont besoin de son aide et qui pensent que Laura avait découvert les raisons de leur présence dans l’institut ? Rouges et Verts vont devoir collaborer pour percer le secret de la Croix d’If et échapper à l’administration. Y parviendront-ils en apprenant qu’ils sont prisonniers pour des motifs différents ?

 

Avis : J’ai reçu ce livre dans le cadre des Livres Voyageurs du Plib ! Je les remercie encore : cela m’a permis de lire pas mal de livres sélectionnés !

Autant vous le dire tout de suite : j’ai ADORE cette lecture ! J’ai (pratiquement) tout aimé, c’était vraiment excellent ! Dès les premières pages, j’ai été happée par l’histoire. Tout est mystérieux, tout est flou, même pour le narrateur Natt. Les révélations qui émaillent le texte éclairent les personnages en même temps que le lecteur ; j’avais deviné certaines d’entre elles, pas toutes ! Je n’ai pas trop envie de vous en dire, donc je vais faire une section spoilers à la fin de cette chronique. J’ai tout de suite accroché à l’intrigue ; je me suis rapidement attachée à plusieurs personnages, dont Natt, la Chouette et Aaron. Ils souffrent tous de différentes manières, et gèrent la situation différemment. Ils sont tous les trois courageux, et deux d’entre eux se voient confrontés à une faiblesse : Natt et son manque de confiance en soi, la Chouette et son incapacité à gérer les relations sociales. Aaron, quant à lui, semble parfait : il a la carrure d’un leader, et est capable de prendre en main la situation. J’ai adoré que, peu à peu, le livre devienne quasiment philosophique, et propose une véritable réflexion sur un sujet en particulier – dont je vous parle en sections spoilers ! J’ai ADORE le fait que le lecteur se retrouve au sein d’un groupe ; certes, nous ne sommes pas dans une ambiance très joyeuse, mais ce lien entre les personnages était d’autant plus fort ! La fin convenait parfaitement : j’aurais peut-être déçue si elle avait été différente, ç’aurait sans doute été trop. Rajoutez, avec tout, un bon zeste d’émotion, et vous avez un nouveau coup de cœur !

Seuls mini bémols : de petites fautes de français, et l’absence des adverbes de négation dans les dialogues fait authentique, certes, mais cela m’a plusieurs fois stoppé dans la lecture parce que je butais sur les mots ! 

 

Maintenant, la SECTION SPOILERS ! L’intrigue m’a un peu fait penser à celle du Labyrinthe : des enfants sont enfermés dans un endroit pour mener une expérience sur leur comportement. Les Rouges et les Verts se retrouvent dans la même situation, avec une grosse variante. Les scientifiques ont ici séparé criminels et victimes, et ont décidé de mesurer leur indice de criminalité. Le but est de voir comment ils évoluent après avoir oublié ce qui leur est arrivé. Le lecteur apprend, au cours du roman, que les jeunes gens sont volontaires : ils ont demandé à avoir recours à la mnémochirurgie pour oublier leur passé et vivre une vie normale. Les scientifiques en ont profité pour les parquer à l’institut et faire une expérience sur sujets humains. Les personnages sont donc tous amnésiques, incapables de se souvenir de leur vie avant l’institut de la Croix d’If. *

J’ai trouvé la réflexion sur la violence fascinante : les plus susceptibles d’être dangereux sont les criminels (récidive) et les victimes (reproduction). J’étais persuadée que les Rouges étaient les anciennes victimes ; il était trop logique d’utiliser le Rouge pour la culpabilité et le Vert pour les victimes. Dès que le lecteur apprend à quoi correspondent les couleurs, il a à la fois envie et peur de connaître l’histoire des personnages ; en effet, certains passages sont parfois difficiles à lire, tant les personnages souffrent de la situation dans laquelle ils se trouvent. Le moment où Natt et Léo se retrouvent dans la forêt et où ils se battent m’a vraiment fait mal au cœur. La narration à la première personne permet de se mettre dans la peau du narrateur et de ressentir ce qu’il vit. J’ai également adoré que la réflexion soit presque philosophique : les personnages s’interrogent, tentent de comprendre, et prennent des routes radicalement opposées. Léo décide de se venger ; Natt décide de pardonner ; Yann désire à nouveau oublier.

Pour autant, comme je l’ai dit plus haut, j’ai adoré le phénomène de groupe qui se crée peu à peu. C’est vraiment un de mes tropes préférés. Les personnages, séparés de leur famille et de tous leurs repères, s’en créent de nouveaux à la Croix d’If. Les amis que Natt se fait à l’institut sont une nouvelle famille qu’il a terriblement peur de perdre – cette fin était TELLEMENT angoissante ! J’avais peur qu’il perde effectivement tout le monde, ou que ce ne soit qu’une ruse de l’institut ! Comme je l’ai dit aussi, la fin était, pour moi, parfaite : Natt conserve sa famille, mais, de manière assez réaliste, les véritables coupables ne sont pas punis, parce qu’ils ont prévu un plan de secours, bien sûr ! Le procès est une mascarade. Et les personnages perdent tout de même plusieurs amis, morts ou qui décident d’avoir à nouveau recours à la mnémochirurgie. La dernière scène m’a vraiment émue : Yann et Amélie ne se rendent pas compte qu’à quelques pas d’eux se trouvent leurs anciens amis, ceux qu’ils ont oubliés.

 

Donc, un excellent roman que je recommande fortement !!

 

#ISBN9791097434274

2 commentaires »

  1. Eren Lysdor dit :

    Je viens de le finir, dévoré en une nuit ! Très bonne lecture, la seule raison pour laquelle je ne mets pas un 20 c’est parce que j’ai quand même ressenti que c’était du Young Adult . D’un certains côté, je trouve que l’intrigue aurait pu aller encore plus loin. Le thème du livre aurait pu donner lieu à tellement plus de choses… On sait que l’on va perdre des gens mais pas les principaux. En bref merci encore pour cette recommandation qui était excellente tout de même :)

    • redbluemoon dit :

      Les Nocturnes est classé YA ? Je trouve que c’est moins visible que dans d’autres œuvres dans ce cas ! Et j’adore les réflexions que ce roman amène !
      Avec plaisir ! Merci à toi pour ce retour !

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

Baseball fans gather zone |
Eaudefiction |
Ici même |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Kpg1221gpk
| Elenaqin
| la saltarelle des baronnes