Redbluemoon

I found myself in Wonderland.

Archive pour février, 2020

Apostasie de Vincent Tassy

Posté : 29 février, 2020 @ 12:36 dans Avis littéraires | Pas de commentaires »

Genre : FantasyApostasie

Editeur : Mnémos (Hélios)

Année de sortie : 2018 [2015]

Nombre de pages : 345

Synopsis : Anthelme croit en la magie des livres qu’il dévore. Étudiant désabusé et sans attaches, il décide de vivre en ermite et de s’offrir un destin à la mesure de ses rêves. Sur son chemin, il découvre une étrange forêt d’arbres écarlates, qu’il ne quitte plus que pour se ravitailler en romans dans la bibliothèque la plus proche.
Un jour, au hasard des étagères, il tombe sur un ouvrage qui semble décrire les particularités du lieu où il s’est installé. Il comprend alors que le moment est venu pour lui de percer les secrets de son refuge.

Mais lorsque le maître de la Sylve Rouge, beau comme la mort et avide de sang, l’invite dans son donjon pour lui conter l’ensorcelante légende de la princesse Apostasie, comment différencier le rêve du cauchemar ?

 

Avis : J’avais très envie de lire ce livre depuis longtemps : les avis étaient très bons, et j’avais entendu parler de vampire !

J’ai été instantanément séduite par l’écriture de Vincent Tassy : c’est beau, poétique, on sent toute la mélancolie, mais aussi, toute la joie du personnage mêlée à ce sentiment. C’est harmonieux, mélodieux, les mots coulent, c’est si agréable ! Donc je me suis laissé porter par ses mots, et j’ai adoré l’histoire qu’il m’a racontée. J’ai adoré la reprise du mythe du vampirel’originalité de cette reprise, le fait que nous ayons les deux aspects de la créature : noble et sauvage, élégante et destructrice. J’ai aimé suivre le personnage d’Anthelme, qui peut être un relais pour le lecteur. J’ai aimé son amour des livres, sa soif de lecture, mais aussi sa solitude, son côté ermite. J’ai aimé le ton, comme je l’ai dit, à la fois mélancolique et joyeux : on le retrouve partout, notamment dans une des scènes du roman qui m’a le plus émue … Globalement, ce livre aurait pu être un coup de cœur, parce que tout était réuni pour que j’adore !

Malheureusement, l’auteur utilise, dans son roman, un trope que je ne supporte pas de lire. Ce n’est pas que je le déteste, c’est que je me sens mal en lisant ce genre de scènes. En effet, à la fin de la première partie, sont associés le plaisir et la violence, le sang et le sexe, de manière affreuse – en tout cas, pour moi ! C’est le seul élément qui m’empêche d’adorer pleinement ce livre ! J’étais dégoûtée de lire cette scène, et j’ai pensé abandonner la lecture, au cas où d’autres apparaissaient. Heureusement, les deux seules qui se trouvent dans le livre sont proches !

 

Enfin, [SPOILER] j’ai adoré le côté métalittéraire de ce roman. En effet, Anthelme est le personnage principal dApostasie. Mais il se transforme aussi en conteur, puisqu’il nous raconte sa rencontre avec Aphelion, puis sa quête pour retrouver la princesse. Entre temps, d’autres histoires nous sont racontées, ce qui crée une belle mise en abîme ! – j’ai d’ailleurs eu peur que ce soit un peu trop et que l’auteur nous perde, mais pile au moment où j’ai commencé à m’inquiéter, Aphelion rassure Anthelme ! Enfin, ce dernier est convaincu qu’il est, effectivement, en train de vivre une histoire qui n’est pas réelle. Il est persuadé qu’Aphelion a inventé Apostasie et les autres personnages pour se jouer de lui, et il décide de vivre pleinement l’aventure, malgré l’illusion. A la fin du roman, le lecteur comprend que l’histoire était en fait réelle ; et, pour autant, le doute peut subsister ! J’ai adoré cet aspect du roman ! L’auteur joue avec le lecteur, qui finit par se demander ce qui est réel et ce qui ne l’est pas ! [FIN DU SPOILER]

 

Donc, un excellent roman, qui reprend très bien le vampire, et dont l’écriture m’a charmée !

A Court of Thorns and Roses, book 1 de Sarah J. Maas

Posté : 26 février, 2020 @ 4:00 dans Avis littéraires | Pas de commentaires »

Genre : Fantasy A Court of Thorns and Roses

Editeur : Bloomsbury

Année de sortie : 2015

Nombre de pages : 416

Titre en VF : Un palais d’épines et de roses, tome 1

Synopsis : She stole a life. Now she must pay with her heart.

When nineteen-year-old huntress Feyre kills a wolf in the woods, a beast-like creature arrives to demand retribution. Dragged to a treacherous magical land she knows about only from legends, Feyre discovers that her captor is not an animal but Tamlion – one of the lethal, immortal faeries who once ruled the world.

As Feyre dwells on his estate, her feelings for Tamlin transform from icy hostility to a fiery passion that burn through every lie and warning she’s been told about the beautiful, dangerous world of the Fae. But an ancient, wicked shadow over the faerie lands is growing, and Feyre must find a way to stop it … or doom Tamlin – and his world – forever.

From New York Times and USA Today bestselling author Sarah J. Maas comes a seductive and breathtaking new book that blends romance, adventure, and faerie lore into her most unforgettable story yet.

 

Avis : Je n’ai pas aimé Throne of Glass, donc je ne m’attendais pas à aimer A Court of Thorns and Roses.

Je m’attendais même à détester ce roman, parce que j’en ai entendu tant de mal ! Pour autant, le tome 2 avait l’air de vraiment valoir le coup, donc je me suis dit qu’il fallait tout de même que je me lance ! Et, à ma grande surprise, j’ai plutôt aimé

 

Ce que j’ai aimé :

- le monde et sa politique : j’ai beaucoup aimé la division en Cours, et j’espère en apprendre plus à leur propos, en voir un peu plus dans les tomes suivants. J’ai aussi apprécié avoir des informations sur Hybern et le continent, ainsi que sur le passé du monde. J’aime avoir un peu de contexte pour bien entrer dans une histoire. J’ai essayé de me concentrer sur ces parties du roman quand certaines choses que je n’appréciais pas forcément apparaissaient !

- Lucien : [SPOILER] je n’arriverai pas vraiment à dire pourquoi, mais je l’apprécie davantage que Tamlin ou Feyre. Il est mystérieux, et quelque chose d’affreux lui est arrivé par le passé, ce qui explique en partie son apparence et le fait qu’il n’appartienne, à l’origine, pas à la Cour de Tamlin. Il ne fait pas semblant d’aimer Feyre, mais il reste loyal à Tamlin. J’ai aimé le voir à la fois fort et vulnérable au cours du roman. [FIN DU SPOILER]

- la réécriture de La Belle et la Bête.  Je sais que certains lecteurs n’ont pas vu la réécriture, mais ce ne fut pas mon cas. Certes, ce n’est pas du tout fidèle à 100% à l’histoire d’origine, c’est même plutôt vague, mais je pouvais clairement voir pourquoi on parlait de ce roman comme d’une réécriture : [SPOILER] le fait que quelque chose soit volé à la Bête à l’origine – ici, la vie d’Andras – ; le père qui ne vient pas chercher sa fille ; la fille emprisonnée dans le château de la Bête – Feyre n’est pas vraiment prisonnière, mais si elle s’échappe, elle risque fortement de mourir, tuée par les autres Faes à l’extérieur du château, donc elle ne peut pas vraiment sortir ! – ; la malédiction et son lien avec l’amour de quelqu’un que l’on haït à l’origine ; l’hostilité entre humains/villageois et Faes/la Bête ; le fait qu’elle quitte la Bête, qui l’autorise à partir pour rejoindre son père, puis qu’elle revienne pour le sauver. [FIN DU SPOILER] Donc, en général, l’histoire est tout de même suivie, et les éléments peuvent être raccrochés au conte d’origine, même si les détails sont clairement bien différents !

- Feyre est en difficulté. Vraiment ! Elle n’est pas une Elue : même si elle a du talent, un don peut-être, elle n’est pas à la hauteur des Faes ! [SPOILER] Aucun moyen pour elle, donc, de se faufiler sans être entendue/vue, d’être plus intelligente ou clairvoyante que des Faes âgées de plusieurs siècles, d’écouter aux portes sans qu’ils veuillent qu’elle entende, ou de voler des armes sans qu’ils le sachent. Elle est impuissante face à eux, c’est clair assez rapidement, et c’est logique, face à des êtres bien plus puissants qu’elle, si on ne parle que niveau force brute, et pouvoirs. [FIN DU SPOILER]

- Nesta[SPOILER] au début, j’ai été très agacée par ce personnage – mais tous les personnages m’agaçaient au début, donc … J’ai adoré son évolution, ou plutôt, ce que l’on découvre à son sujet quand Feyre revient dans sa famille. J’ai aimé ce dialogue entre elle et sa sœur dans lequel elle explique son point de vue, ce qu’elle a ressenti toutes ses années, comment elle a vécu leur chute et leur vie de pauvreté. Elle passe de la « méchante sœur », proche de celle de Cendrillon, à une jeune fille qui a eu du mal à se faire à sa nouvelle situation, et qui a fait comme elle a pu. J’ai adoré qu’elle devienne un réel soutien pour sa sœur, et qu’elle n’hésite pas à l’aider quand Feyre en a le plus besoin ! [FIN DU SPOILER]

- les épreuves : je pense qu’en fait, j’adore ce trope du personnage qui doit réussir un certain nombre de tâches pour obtenir quelques choses – si c’est bien fait, bien sûr ! Il y avait quelques moments de pause, mais j’ai vraiment aimé les parties action ! Cela donne un rythme différent à la fin du livre, cela ne plaira pas à tous les lecteurs ; mais j’ai trouvé que c’était plutôt cohérent ! [SPOILER] Le problème que représente Amarantha ne peut pas être réglé rapidement à la fin du roman, en quelques secondes. J’ai aimé que l’on puisse un peu découvrir son personnage avant qu’elle soit défaite. [FIN DU SPOILER]

- l’amour de Feyre pour la peinture et les couleurs.

- l’évolution de Feyre, [SPOILER] le fait qu’elle se rende compte de ses préjugés, qu’elle ouvre les yeux sur les personnes qui se trouvent autour d’elle. [FIN DU SPOILER] 

- ce livre est très prenant, j’ai envie de continuer à lire !

 

Ce qui aurait pu me gêner, mais en fait, pas tant que ça : la romance. Bon, elle m’a un peu gênée, mais comme toutes les romances. Les personnages ne cessent de penser les uns aux autres, et en oublient (presque ?) ce qui se passe autour d’eux, et qui est bien plus grave que leurs problèmes de cœur. Elle prend donc trop de place par rapport à l’univers, qui reste intéressant, mais qui est, par conséquent, moins développé que cet aspect du roman. Pour autant, j’ai été agréablement surprise de constater l’absence d’insta-love et de triangle amoureux

 

 

Ce qui m’a gênée : 

l’écriture : je n’ai pas aimé le style d’écriture, et j’ai parfois dû relire des phrases plusieurs fois pour bien comprendre !

- les scènes sexuelles : ce n’est pas tellement le genre de scènes que j’aime lire dans mes romans. Soit je suis gênée, soit je les trouve mal écrites ; dans tous les cas, je préfère ne pas en lire, ou d’une manière bien précise, qui ne se trouve pas dans ce roman ! Pour autant, je pensais qu’il y en aurait davantage, donc j’ai été soulagée de constater qu’il n’y en avait que deux !

- la beauté de tous les personnages entourant Feyre, et le fait qu’elle ait dû mal à gérer cette beauté. Je vous cite le texte : « Standing before me was the most beautiful man I’d ever seen. »/ »Se tenait, face à moi, l’homme le plus beau que j’aie jamais vu. » Achevez-moi.

Rhysand, mais ce n’est pas du personnage que je veux parler, plutôt de son comportement[SPOILER] J’ai compris assez tôt qu’il jouait double jeu – rien que parce que de nombreux lecteurs l’adorent, alors qu’il n’est pas du tout appréciable dans ce tome ! – mais j’ai vu quelque chose en lui qui m’a intéressé : il dissimule pas mal de choses, reste très secret, et pourrait être aussi brisé que certains autres personnages, sans vouloir le montrer. Il m’a un peu fait penser à Baz, dans Carry On, que j’ai lu il y a peu ! Ce ne peut pas être agréable d’être appelé « la putain d’Amarantha » ! Mais, sérieusement, lécher ses larmes sur le visage de Feyre ? la parader comme si elle était un objet ? l’exposer à moitié nue et la droguer pour que les autres Faes rient d’elle, et pour rendre son amant honteux de la voir dans cette situation ? NOPE ! [FIN DU SPOILER] 

- Feyre n’est considérée féminine que lorsqu’elle porte une robe.

l’attitude de Feyre avec sa famille au début du roman. Elle est agaçante pour deux raisons : d’abord, elle se plaint énormément, ce qui la rend fortement antipathique. Puis, elle ne cesse de rabaisser les membres de sa famille, et d’être dure avec eux parce qu’elle est la seule à faire en sorte qu’ils aient à manger et qu’ils s’en sortent. Certes, c’est vrai, mais elle est agaçante tout de même ! Et ce qu’elle pense de ses sœurs … et inversement ! Belle sororité !

- le fait que Feyre soit « différente des autres filles » … Achevez-moi à nouveau !

- l’énigme [SPOILER] de par sa réponse, mais aussi de par le fait que, très commodément, Feyre la résout à l’exact moment où elle meurt. [FIN DU SPOILER]

- la fin [SPOILER] avec le fait que Feyre devienne une High Fae ?! et qu’elle ressuscite ?! J’ai ri quand c’est arrivé, sur le coup ! Mais je comprends que ce soit nécessaire à l’histoire en un sens. Cela m’a grandement fait penser à Twilight : « c’était la seule façon de te sauver » et « vivons l’éternité ensemble mais, avant, battons-nous contre les forces du mal, comme des égaux ! » [FIN DU SPOILER]

Les deux derniers points m’ont agacée parce qu’ils m’ont semblé trop faciles.

 

 

Ce que j’ai détesté : 

- les répétitions. Oh mon dieu, il y en a PARTOUT et ça m’a rendu FOLLE ! Feyre répète plusieurs fois exactement la même chose, encore, et encore, et ENCORE !

- le fait que Feyre commente tout ce qu’elle et les autres personnages font ou disent dans la narration. Tellement agaçant, parce que cela ne sonne pas du tout authentique ! « Tamlin : « blablabla ». Bien sûr, parce que blablabla. Lucien : blablabla. Bien sûr, parce que blablabla. Feyre : « blablabla », mais je ne lui dirai jamais que blablabla. » ARGH !

 

 

Le pire du pire : 

- le chapitre 21 et le début du chapitre 22. Et, en général, l’espèce d’ambiance malsaine que l’on peut sentir quand il s’agit de séduction ou de sexualité. IMMENSE NON ! 

[SPOILER] Quand je parle d’ambiance, je veux parler de la façon dont Feyre réagit à certains moments complètement déplacés, à certaines choses que font certains personnages masculins. Parfois, elle réagit convenablement ; mais, parfois … ce n’est pas du tout le cas ! Avant de parler des chapitres 21 et 22, parlons de Rhysand et de sa façon d’exposer Feyre à moitié nue dans la dernière partie du roman. Rhysand drogue Feyre pour qu’elle danse pour lui ; elle ne se souvient jamais de ce qu’elle fait pendant ces moments, mais la peinture sur son corps lui laisse voir que Rhysand ne la touche pas. CE N’EST PAS POUR AUTANT QUE CETTE SITUATION EST NORMALE ! Feyre est d’abord honteuse face à ce que lui fait faire Rhysand, puis elle se résigne et finit par attendre ces moments, comme les seuls où elle peut être libre, et oublier les tâches qui l’attendent. Quelque chose me gêne dans le fait que son corps soit utilisé de cette façon … c’est malsain. Mais alors, les chapitres 21 et 22 … En gros, Tamlin, lors d’une cérémonie, perd le contrôle de son corps, la magie prend possession de lui, et il doit s’accoupler avec la femelle de son choix, celle vers qui la magie le pousse. Il a donc une ligne de Faes femelles qui attendent d’être choisies ; mais cela ne veut pas dire qu’il va en prendre une dans cette ligne, il peut très bien décider de prendre celle qui passe par-là à ce moment-là, et qui n’a AUCUNE envie de faire partie de la cérémonie. HAHAHAHA, non. Non, gros gros NON ! Et, ensuite, il rencontre Feyre dans le couloir, la plaque contre le mur, et lui explique qu’il l’a sentie, et que c’est elle qu’il aurait aimé prendre ; il va jusqu’à lui dire qu’il aurait été gentil avec elle, et qu’il aurait fait durer le rapport longtemps. SERIEUSEMENT ?!! Et elle se demande si elle a envie de s’échapper !!!! MAIS EVIDEMMENT, il te parle quand même de VIOL idiote ! Juste avant, elle s’est demandé si l’accouplement avait duré si longtemps parce que la Fae était belle et charmante … Quelle merveilleuse façon de traiter le sujet ! Ah, et aussi, Tamlin la mord. Et ensuite, le matin, il sort : « If Feyre can’t be bothered to listen to orders, then I can’t be held accountable for the consequences. »/ »Si Feyre n’est pas capable de suivre des ordres, alors je ne peux pas être tenu pour responsable des conséquences. » Donc, s’il l’avait violé, il n’était pas coupable, c’était sa faute à elle ? NOPE. Tamlin a été transformé en une affreuse version de Christian Grey dans ce passage ; il montre sa virilité, et son absence de contrôle de ses pulsions. Et c’était gênant, agaçant à lire. Insupportable d’y repenser. [FIN DU SPOILER]

 

Donc, un livre moins détestable que ce à quoi je m’attendais, mais je ne suis pas pour autant entièrement convaincue. Je lirai la suite ! 

Sorceleur, tome 4 : Le Temps du Mépris d’Andrzej Sapkowski

Posté : 23 février, 2020 @ 5:34 dans Avis littéraires | Pas de commentaires »

Genre : FantasyLe Temps du mépris

Editeur : Milady

Année de sortie : 2016 [1995]

Nombre de pages : 470

Titre en VO : Czas pogardy

Synopsis : L’heure n’est plus à l’entente cordiale entre les rois et les magiciens. Dans le pays du sorceleur, quelque chose se trame, qui va tourner au drame. La jeune Ciri, élevée pour devenir sorceleuse, se retrouve au cœur des rivalités.
Qu’attend-on d’elle ? Quelle est sa destinée ? L’assemblée générale des magiciens dévoilera les intrigues et révélera les traîtres. Qu’adviendra-t-il de Ciri, objet de toutes les convoitises ? Geralt de Riv, désormais lié à cette enfant comme un père à sa fille, sera-t-il capable de la sauver ?

 

Avis : J’ai commencé ce tome avec un mélange d’excitation et d’appréhension.

En effet, j’avais été déçue par le tome 3Le Sang des elfes : je m’attendais à ce que l’intrigue commence vraiment enfin, que l’on soit tout de suite plongé dans l’action, et ce ne fut pas le cas. Seul le dernier chapitre m’avait emportée ! Il était donc grand temps que l’intrigue avance !

Et, ENFIN, Le Temps du mépris commence fort, ENFIN, il y a de l’action, l’intrigue, qu’elle soit politique ou qu’elle concerne les personnages, avance ! J’ai été ravie de constater que Geralt était davantage présent. Comme je l’ai déjà dit, j’aime beaucoup ce personnage ! Il est supposé être un mutant sans sentiments, mais le lecteur, depuis le premier recueil de nouvelles, se rend bien compte qu’il n’en est rien. Il est méprisé, déconsidéré, et pourtant, il a plus de bon sens, de courage, d’honneur, et de bonté que la majorité des personnages qu’il rencontre. Il m’avait manqué dans le tome 3 ! Nous avons également des scènes avec Yennefer et Ciri ! La sorcière est toujours aussi fascinante, et [SPOILER] cette petite phrase qu’elle dit à Ciri pendant la bataille, la façon dont elle l’appelle … mon cœur s’est fissuré ! [FIN DU SPOILER] Ciri, quant à elle, grandit, et le danger avec elle. Dernière héritière de Cintra, elle est convoitée par plusieurs royaumes pour diverses raisons. J’ai moins aimé les passages qui la concernaient : [SPOILER] sans doute parce qu’un de ses chapitres entiers se passe dans le désert, et que ce n’est pas vraiment un lieu que j’apprécie dans les romans ! Pour autant, j’ai été agréablement surprise de découvrir un autre type de créature grâce à elle ! [FIN DU SPOILER] J’ai adoré voir tous ces personnages en action, les voir utiliser leurs talents, leurs dons, leurs armes !

J’ai également aimé le côté intrigue politique de ce tome ! Je suis une grande fan de ce genre d’éléments, que ce soit en Fantasy ou dans d’autres types de roman ! Ici, ces complots politiques se fomentent entre rois et reines, mais aussi entre eux et les magiciens ! Quel plaisir de découvrir Thanedd et d’avoir un chapitre entier centré sur les magiciens ! Mon chapitre préféré de toute la série, avec le chapitre 7 du tome 3 ! Ce peut parfois être difficile à suivre : qui gouverne quel royaume, qui est tué par qui, qui est en conflit avec qui, qui est allié à Nilfgaard ? C’est pire encore quand il faut se souvenir de quel magicien se trouve dans quel camp ! On ajoute à cela les traîtres, et le lecteur peut se perdre ! J’adore ce genre d’embroglio : certes on peut se perdre, mais cela crée également une impression de foisonnement, et cela force à retenir certains noms importants ! En parlant de noms, remarque spéciale : j’adore les prénoms/noms dans cette série ! Et nous avons une belle scène de bataille ! J’adore ce genre de passages, quand ils sont bien réalisés ! Et j’ai adoré celui-ci !

Enfin, seules remarques « négatives » : quelques moments plats, et encore parfois l’impression de lire un recueil de nouvelles. En effet, certains chapitres – le dernier par exemple – semblent à part, ce qui rappelle la construction des volumes antérieures.

 

Donc, un très bon tome, qui permet vraiment à l’action d’avancer !

Carry On de Rainbow Rowell

Posté : 20 février, 2020 @ 3:34 dans Avis littéraires | Pas de commentaires »

Genre : Fantasy, YACarry On

Editeur : MacMillan

Année de sortie : 2015

Nombre de pages : 517

Titre VF : Carry on

Synopsis : Simon Snow is the worst chosen one who’s ever been chosen.

That’s what his roommate, Baz, says. And Baz might be evil and a vampire and a complete git, but he’s probably right.

Half the time, Simon can’t even make his wand work, and the other half, he sets something on fire. His mentor’s avoiding him, his girlfriend broke up with him, and there’s a magic-eating monster running around wearing Simon’s face. Baz would be having a field day with all this, if he were here—it’s their last year at the Watford School of Magicks, and Simon’s infuriating nemesis didn’t even bother to show up.

Carry On is a ghost story, a love story, a mystery and a melodrama. It has just as much kissing and talking as you’d expect from a Rainbow Rowell story—but far, far more monsters.

 

Avis : J’ai lu Fangirl l’année dernière, et ce roman m’avait donné très envie de tenter Carry On, la fanfiction qu’écrit Kat !

Je n’ai jamais lu de fan-fiction, et je ne pensais pas le faire ; pas de raison particulière à cela, cela ne m’attire simplement pas – excepté quand je suis ENERVEE par une fin telle que celle de Rise of the Skywalker bien sûr ! Donc je ne savais pas du tout si j’allais apprécier Carry On, étant donné que c’était, à l’origine, une fan-fiction Harry Potter. J’ai tout aimé dans Fangirl, je me suis donc dit que je me lancerais un jour dans Carry On pour retrouver Simon et Baz !

J’ai vraiment beaucoup apprécié cette lecture ! J’ai vu ce roman comme clairement séparé de Harry Potter ; je sais que c’est inspiré, c’est d’ailleurs facile à déceler dès le début, mais j’y ai aussi vu de grosses divergences qui permettent à ce livre de tenir seul – probablement, et en grande partie, parce que [SPOILER] je n’ai jamais cru en Drary ! Cela n’a jamais été quelque chose de concret pour moi, je n’ai jamais réussi à adhérer à l’idée. [FIN DU SPOILER] Il y a aussi d’énormes similitudes [SPOILER] Simon est un orphelin, qui a vécu parmi les Normaux. Il n’a aucune idée de ses capacités magiques avant que le Mage vienne le chercher. Cet homme devient son mentor – un équivalent plus jeune de Dumbledore, mais cet homme est aussi plus machiavélique, ou c’est une autre version du directeur de Poudlard. Simon a deux sidekicks, Penelope et Agatha. La première ressemble énormément à Hermione. Baz est un équivalent de Draco Malefoy, mais avec quelques différences non négligeables. Il y en a d’autres encore, mais je ne vais pas toutes les lister ici ! [FIN DU SPOILER] Bien sûr, malgré les similitudes, je le répète, Carry On est un roman à part entière !

Une des raisons principales pour laquelle j’ai aimé ce roman : Baz. J’ai vraiment adoré ce personnage, et j’ai été heureuse de découvrir, au fil des pages, que l’autrice avait écrit un roman à points de vue multiples, ce qui nous permet de nous glisser dans sa vision des choses ! J’aime beaucoup sa personnalité, son côté mélancolique/torturé [SPOILER] qui vient sans doute du fait qu’il est un vampire ! [FIN DU SPOILER] et le fait qu’il cache cette partie de lui-même à tout le monde, et surtout à son colocataire, Simon ! Un autre de mes personnages préférés : Penelope[SPOILER] Excellent mix entre Hermione Granger (le cerveau et les livres) et Ron Weasley (la grande famille et le frère qui travaille pour le Mage) ! [FIN DU SPOILER] Elle est excellente, et, clairement, Simon serait perdu sans elle ! J’ai adoré leur relation [SPOILER] qui prouve qu’on peut avoir un garçon et une fille dans un même livre sans que ceux-ci tombent automatiquement amoureux ! [FIN DU SPOILER] 

J’ai également beaucoup aimé le fait qu’on se trouve dans une école de magie (BIEN SUR !) et j’étais ravie d’avoir une carte sur les endpages de mon édition ! Watford est clairement un autre Poudlard, un autre rêve pour les Moldus rêvant d’être sorciers/magiciens ! J’aime beaucoup la façon dont c’est organisé, avec les quartiers des filles, ceux des garçons – non que cela en arrête certains ! -, la Chapelle, les bois. J’adore l’architecture « atypique » de cette école, installée dans un ancien monastère – c’est avec ce livre que je me suis rendu compte que j’aimais particulièrement ce décor ! Ebb m’a clairement fait penser à Hagrid (bien sûr !), mais elle est tout à fait son opposée !

J’ai beaucoup aimé l’originalité d’une partie de la fin : [SPOILER] découvrir que l’Elu est aussi la plus grande menace pour le Monde des Magiciens : c’est excellent ! [FIN DU SPOILER] Je pense que je n’ai pas encore lu ce genre de twist auparavant ! [SPOILER] On peut aussi y voir une légère ressemblance avec HP : Harry, en quelque sorte, est lui aussi une menace pour le monde des sorciers : s’il reste en vie, Voldemort ne peut pas mourir. Donc, lui aussi doit détruire cette dangereuse part de lui-même. [FIN DU SPOILER] Seul problème : j’avais deviné tous les autres rebondissements – mais cela n’a pas gâché ma lecture pour autant. [SPOILER] Je savais la véritable identité du Mage, celle des parents de Simon ; je me doutais qui faisait disparaître la magie (Simon lui-même), même si je ne savais ni pourquoi ni comment. Je savais aussi que c’était le Mage qui avait permis aux vampires d’entrer dans l’école – son seul véritable ennemi étant la mère de Baz après tout ! [FIN DU SPOILER] 

Concernant la romance … eh bien, visiblement, j’aime la romance M/M davantage que la romance F/M ! Cela me dérange moins, m’agace moins, et j’étais à 100% pour qu’ils se mettent ensemble !

Maintenant, ce que j’ai moins apprécié :

Simon : il était assez agaçant, et parfois même insupportable. Il m’a fait penser à Harry dans L’Ordre du phénix ! Je me suis peu à peu attachée à lui, mais surtout grâce à Baz et Penelope : ils font ressortir le meilleur en lui !

- quelques passages gênants : les mêmes que dans Fangirl lors de scènes romantiques ! Par exemple : ai-je vraiment besoin de commentaires sur la bave lorsque deux personnages s’embrassent ? Mmmm, non.

la fin : pas entièrement, mais en partie. D’abord, [SPOILER] j’ai été déçue que Simon perde sa magie. Cela ne me semblait pas … dans l’ordre des choses. Mais ce n’est pas le pire. Le pire, c’est la mort du Mage. Je ne la comprends pas du tout ! Elle semblait irréelle, impossible. Tout arrive trop vite, et … trop facilement je suppose ? Cela ne faisait pas sens pour moi ! Et j’ai aussi été déçue que Simon ne connaisse pas sa propre histoire à la fin ! [FIN DU SPOILER]

 

Donc, un très bon moment, je lirai la suite dès que possible ! 

The Hitch Hiker’s Guide to the Galaxy, book 1 de Douglas Adams

Posté : 20 février, 2020 @ 3:31 dans Avis littéraires | Pas de commentaires »

Genre : Science-fictionThe Hitch Hiker's Guide to the Galaxy

Editeur : Windmill

Année de sortie : 2014 [1979]

Nombre de pages : 153

Titre en VF : Le Guide du voyageur intergalactique, tome 1

Synopsis : First a legendary radio series, then a sequence of bestselling books, and most recently a blockbuster movie, The Hitch Hiker’s Guide to the Galaxy is one of the greatest fictional enterprises of the twentieth century. Reissued in time for the first novel’s thirty-fifth anniversary, this hardback omnibus edition features all five parts of the trilogy, along with a wealth of extra material prefaced and contextualised by Jem Roberts, the official biographer of Douglas Adams, to complete the canon.

This unique hardback edition is indispensable for any would-be galactic traveller, and a must-read for all Douglas Adams fans.

 

Avis : Cela fait un long moment que j’ai cette superbe édition dans la PAL : il était temps que je l’en sorte !

Je ne m’attendais à rien de spécial, et je pense que c’est la meilleure façon pour moi d’apprécier un livre ! En raison de cette absence d’attente, j’ai vraiment apprécié ma lecture ! Je peux le dire : j’ai, a priori, tout aimé dans The Hitch Hiker’s Guide to the Galaxy ! Je peux même dire qu’on est assez proche du coup de cœur : il pourrait arriver avec le prochain tome !

J’ai donc aimé :

l’humour : il m’a vraiment fait rire parfois, et je ne m’y attendais pas ! Je n’ai jamais lu de livre à l’humour « Monty Python », donc je ne savais pas vraiment ce que j’allais découvrir. Je me suis surprise à éclater de rire parfois, d’autres fois à sourire. Je trouve qu’il est très difficile de faire rire avec un livre : quel talent ! Cet humour est omniprésent dans le roman, sans pour autant être lourd ou ridicule, à aucun moment ! Triple exploit donc !

la critique sociale : elle est clairement associée à l’humour parfois, et elle m’a fait rire à plusieurs reprises, même si, parfois, le ton devient un peu plus sérieux, basculant presque dans « l’humour noir ». Pour autant, le « fun » revient toujours pour alléger le roman, tout en apportant matière à réflexion ! J’ai lu, avant ce premier tome, les introductions de Richard Dawkins et Nick Haraway, et j’ai reconnu certains éléments auxquels ils font allusion, comme les difficultés d’Arthur avec l’administration[SPOILER] C’est à la fois drôle et affreux que la Terre soit détruite, exactement comme la maison d’Arthur – on aime voir le thème du double/une mise en abîme ici !! – à cause de l’incapacité des Terriens à se rendre sur Alpha Proxima pour faire opposition à la destruction de la planète ; ou que cette élimination aurait pu être évitée si elle était sur le point de se produire cinq minutes plus tard ! [FIN DU SPOILER]

- le côté scientifique : pas sûre d’avoir tout compris, mais ce que j’ai saisi était très intéressant, très instructif, et ajoute vraiment quelque chose à l’histoire ! J’ai adoré le moment où un personnage mentionne le fait que les hommes sont la troisième espèce la plus intelligente sur la Terre ! Ce livre permet, en même temps, de remettre l’homme à sa place dans l’ordre cosmique – insignifiant donc !

le côté absurde : d’ordinaire, je n’aime pas l’absurde – c’est d’ailleurs la raison pour laquelle j’ai eu un peu de mal avec Alice au pays des merveilles – mais, ici, j’ai vraiment été séduite ! Probablement parce qu’on suit ici une sorte de logique de l’illogique ! [SPOILER] Mention spéciale à l’apparition des souris ! [FIN DU SPOILER]

- les extraits du Guide du voyageur intergalactique : j’ai eu l’impression d’être encore plus immergé dans le livre, et j’ai aimé que le titre reprenne justement le titre d’un livre qui va visiblement aider les personnages au cours de la série ! 

- Arthur en tant que personnage principal : il peut vraiment servir de relais au lecteur ! Terrien, il ne comprend absolument rien de ce qui se passe autour de lui et a besoin d’explications – qu’il n’obtient pas toujours d’ailleurs ! – tout comme le lecteur ! Il est maltraité par tous et par tout au fil des pages, et c’est à la fois drôle et terrible !

 

Donc, une excellente surprise ; j’ai vraiment hâte de lire la suite ! 

123
 

Baseball fans gather zone |
Eaudefiction |
Ici même |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Kpg1221gpk
| Elenaqin
| la saltarelle des baronnes