Redbluemoon

I found myself in Wonderland.

Archive pour août, 2019

Attentat d’Amélie Nothomb

Posté : 9 août, 2019 @ 7:09 dans Avis littéraires | Pas de commentaires »

Genre : Contemporaine Attentat

Editeur : Le Livre de Poche

Année de sortie : 2013 [1997]

Nombre de pages : 153

Synopsis : La première fois que je me vis dans un miroir, je ris : je ne croyais pas que c’était moi. A présent, quand je regarde mon reflet, je ris : je sais que c’est moi. Et tant de hideur a quelque chose de drôle.

A. N.

Epiphane Otos serait-il condamné par sa laideur à vivre exclu de la société des hommes et interdit d’amour ? Devenu la star – paradoxale – d’une agence de top models, Epiphane sera tour à tour martyr et bourreau, ambassadeur ded la monstruosité internationale … et amoureux de la divine Ethel, une jeune comédienne émue par sa hideur.

Sur un thème éternel, l’auteur d’Hygiène de l’assassin et des Catilinaires nous offre un conte cruel et drôle.

 

Avis : Cela fait plus de 5 ans que ce livre se trouve dans ma PAL … je me dis que je me garde des livres d’Amélie Nothomb parce qu’elle n’en publie qu’un par an, et que son écriture risque de me manquer si je lis tout d’un coup et que je dois attendre pour son prochain roman ; mais c’est une très mauvaise excuse, il est temps de l’admettre !

Attentat traite, comme beaucoup de livres de l’autrice, de thèmes qui sont chers : la beauté, la laideur, l’apparence en général, et l’amour. Et, comme dans Riquet à la houppe, sorti après Attentat, les extrêmes s’attirent. Epiphane Otos, l’homme le plus laid du monde, tombe amoureux d’Ethel, la femme la plus belle. Comme d’habitude, j’aime l’originalité de l’autrice, que ce soit pour l’onomastique ou pour ce qui arrive dans ses romans ; l’idée de ce métier trouvé par Epiphane est très intéressante, et permet d’approfondir la réflexion sur l’apparence, sur les attentes de la société en ce qui la concerne, mais aussi sur l’hypocrisie des hommes et leur besoin de conformisme. C’est ce que j’aime toujours dans les romans d’Amélie Nothomb : elle creuse la société, elle fait réfléchir son lecteur, toujours avec cette écriture que j’adore.

Pour autant, Attentat ne fait pas partie de mes préférés de l’autrice. Il m’a parfois semblé un peu long, encore plus avec cette fin très abrupte qui ne m’a pas convaincue. On peut, évidemment, avoir pitié d’Epiphane mais, [SPOILER] d’une certaine façon, Ethel a raison : Epiphane l’aime uniquement pour son physique, et un peu pour sa gentillesse, mais pas du tout pour une sorte de grâce qu’elle cacherait en elle. Il n’est pas capable de défendre son amour quand elle l’accuse de ne l’aimer que pour son apparence. Lui aussi tombe alors dans les travers de la société qu’il dénonce du début à la fin du livre. C’est sans doute la raison qui le pousse à agir comme il le fait à la fin, un acte facile, et qui colle bien avec son espèce de folie. [FIN DU SPOILER] Certains passages antérieurs m’avaient aussi mise mal à l’aise, notamment celui du taureau. C’était sans doute le but, mais cela m’a détachée du livre.

 

Donc, un bon roman, mais qui ne m’a pas entièrement convaincue.

 

Le Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates de Mary Ann Shaffer et Annie Barrows

Posté : 8 août, 2019 @ 4:22 dans Avis littéraires, Coup de cœur | Pas de commentaires »

Genre : Historique Le Cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates

Editeur : Nil

Année de sortie : 2009 [2008]

Nombre de pages : 395

Titre en VO : The Guernesey Literary and Potato Peel Pie Society

Synopsis : « Je me demande comment cet ouvrage est arrivé à Guernesey. Peut-être les livres possèdent-ils un instinct de préservation secret qui les guide jusqu’à leur lecteur idéal … »

Janvier 1946. Tandis que Londres se relève douloureusement de la guerre, Juliet, jeune écrivain, cherche un sujet pour son prochain roman. Comment pourrait-elle imaginer que la lettre d’un inconnu, natif de l’île de Guernesey, va le lui fournir ? Au fil de ses échanges avec son nouveau correspondant, Juliet pénètre un monde insoupçonné, délicieusement excentrique ; celui d’un club de lecture au nom étrange inventé pour tromper l’occupant allemand ; le « Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates ». De lettre en lettre, Juliet découvre l’histoire d’une petite communauté débordante de charme, d’humour, d’humanité. Et puis vient le jour où, à son tour, elle se rend à Guernesey …

Fantasque, drôle, tendre et incroyablement attachant …

Bienvenue dans Le Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates !

 

Avis : J’ai ce livre dans ma PAL depuis avril 2013 … SHAAAAAAME

Et, en même temps, je me dis que j’ai bien fait de garder ce livre pour ce moment précis : j’avais envie d’une lecture à la fois légère et signifiante, et peu de livres peuvent offrir ces deux aspects en même temps. C’est le cas du Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates : on a le côté léger avec la romance, et les déboires de cette chère Juliet, mais aussi le côté plus lourd avec la description de l’occupation de l’île de Guernesey par les Nazis pendant la guerre. S’ajoute à cela le fait que ce livre est un roman épistolaire, et il avait tout ce qu’il faut pour me plaire !

Je remarque que, de plus en plus, j’aime les romances que je lis, ce qui me semble très bizarre, étant donné que ce n’est vraiment pas mon style ; peut-être est-ce simplement qu’elles sont mieux écrites ? ou qu’elles ne sont pas gangrenées par des tropes qui me dérangent ? Ici, pas d’instalove, et une sorte de triangle amoureux qui n’en est pas vraiment un pour moi [SPOILER] puisqu’il n’y a pas de mystère : Mark est un des seuls personnages détestables de ce livre, il ne peut pas finir avec Juliet évidemment ! En revanche, étrangement, j’étais, comme Isola, persuadée que Juliet allait finir avec Sidney ! [FIN DU SPOILER]

Si l’on regarde bien, dans ce livre, j’ai tout aimé – excepté la scène du cochon ! [SPOILER] Savoir que le doux Dawsey se charge de l’exécution de cochons qui lui font visiblement confiance ne m’a pas fait haïr le personnage, que j’adore toujours autant, mais, je ne sais pas… c’était assez « gênant » comme scène pour moi. [FIN DU SPOILER] J’ai adoré les personnages ! Juliet est l’archétype de la jeune femme indépendante des années 40 qui gagne sa vie sans avoir besoin d’un homme ; pour autant, elle aimerait trouver l’amour, ce dont elle discute avec son amie Sophie ! Elle est écrivaine et journaliste, ce qui la rend également attachante ! Dawsey, lui, est le premier inconnu à lui envoyer une lettre : leur premier lien est la littérature, et particulièrement Charles Lamb – qui a rejoint ma wish-list ! Il est taciturne, mais adorable dans le moindre de ses gestes et de ses mots. Kit est elle aussi adorable ; elle donne envie de la serrer très fort, une fois qu’on a gagné sa confiance, bien sûr ! Sidney était mon personnage préféré au début du roman : j’aime beaucoup ses lettres, son humour, qui correspond à celui de Juliet, son côté protecteur ! Enfin, Isola, comme les autres, est adorable ! Elle est un peu folle, hilarante, et possède un cœur énorme qui lui permet d’accueillir des inconnus chez elle pour ceux qu’elle aime. La connexion entre ces personnages de Guernesey et de Londres : Elizabeth. [SPOILER] Quelle détresse quand Remy nous apprend ce qui lui est arrivé … J’aurais tellement aimé la rencontrer dans le livre, autrement que par les dires de ses proches ! [FIN DU SPOILER]

Autres éléments que j’ai adorés : le décor, qui m’a vraiment donné envie de partir découvrir l’île au plus vite ; l’époque, parce que j’ai l’impression qu’il est assez rare de lire des romans dont l’action se situe juste après la guerre, souvent, c’est plutôt pendant ! Ce livre est un condensé d’émotions : on pleure, on rit, c’est mignon, c’est intense !

 

Donc, un très bon roman aux personnages attachants, à la fois triste et beau !

 

Mythology: Timeless Tales of Gods and Heroes d’Edith Hamilton

Posté : 7 août, 2019 @ 2:09 dans Avis littéraires, Coup de cœur | Pas de commentaires »

Genre : MythologieMythology

Editeur : Black Dog and Leventhal

Année de sortie : 2017 [1942]

Nombre de pages : 353

Titre en français : La Mythologie

Synopsis : Since its original publication by Little, Brown and Company in 1942, Edith Hamilton’s Mythology has been a perennial bestseller and has sold millions of copies throughout the world. Expansive in its scope, Mythology brings to life for the modern reader Greek, Roman, and Norse myths and legends, as well as the gods, heroes, and mortals who inhabit them, and who have inspired human creativity from antiquity to the present.

Vivid, decadent, and full of action, Hamilton’s retellings of these timeless tales – from the birth of the goddess Athena, who sprung fully formed from the head of her father Zeus, to the great adventures of Ulysses and the labors of Hercules – appeal to readers of all ages and reveal essential truths about the behavior of man.

The book is organized into seven parts: The Gods, the Creation, and the Earliest Heroes; Stories of Love and Adventure; The Great Heroes Before the Trojan War; The Heroes of the Trojan War; The Great Families of Mythology; The Less Important Myths; and The Mythology of the Norseman, and includes genealogies. The ten full-color plates by Jim Tierney, specially commissioned for this 75th anniversary edition, are the perfect complement to Hamilton’s classic work.

 

Avis : Ce livre m’a été offert à Noël, en même temps que Fangirl ; je n’attends plus 5 ans pour lire mes livres, c’est merveilleux !!

Sans aucune surprise, j’ai adoré Mythology ! Mais, ce livre a quelque chose de plus : il fait partie de cette rare catégorie, les parfaits ! L’autrice nous raconte les grands mythes, plus quelques autres, dans leur intégralité, ce qui n’est pas le cas de tous les auteurs ! C’est la première fois que je trouve un résumé complet de la guerre de Troie ! Même les lecteurs qui n’ont aucune connaissance en mythologie peuvent apprécier ce livre : l’essentiel est dit ! Et pour ceux qui adorent la mythologie, ce bouquin est une perle ! Pour l’embellir encore d’avantage, il est illustré ; certes, les illustrations ne sont pas nombreuses, mais elles sont vraiment magnifiques !

Le livre se divise en sept parties. La première s’appelle « Les Dieux, la Création et les premiers héros ». On y découvre les Olympiens, mais aussi les plus petits dieux ainsi que le Panthéon romain ; comment le monde et l’humanité ont été créés ; des héros comme Prométhée, ainsi que des mythes comme celui de Narcisse ou d’Europe. J’ai adoré que l’autrice cite à chaque fois ses sources, tout en mettant en avant leurs avantages et leurs inconvénients ; mais aussi qu’elle interprète parfois certains mythes, notamment les mythes sacrifiels. Je ne les avais jamais vus sous cet angle !  La deuxième partie, « Histoires d’amour et d’aventures », se concentre – sans surprise ! – sur l’amour, et les grandes quêtes ! On y trouve les grands mythes amoureux, comme Cupidon et Psyché, ou Pyrame et Thisbé, mais aussi la Quête de la Toison d’or, ainsi que d’autres aventures comme celle de Phaëton ! Suit une partie sur « Les grands héros avant la guerre de Troie », partie dans laquelle se trouve une femme, Atalanta ! On y trouve aussi les héros les plus connus : Persée, Thésée et Hercule ! Viennent ensuite « Les héros de la guerre de Troie », une partie qui résume parfaitement l’histoire de cette guerre de la vengeance de Discorde à la fondation d’Albe par Enée !

La cinquième partie nous présente « Les grandes familles de la mythologie », à savoir celles d’Atrée, de Thèbes et d’Athènes. On y retrouve de grands mythes comme celui d’Œdipe ou d’Oreste ! La sixième partie se concentre sur « Les mythes moins importants », tels celui de Sylla ou des Danaïdes. Vient aussi un chapitre qui offre un court résumé de certains mythes rangés dans l’ordre alphabétique ! Et, enfin, la dernière partie traite de « La mythologie nordique » ! Etant donné la brièveté du chapitre, face à un livre complet sur la mythologie grecque, le lecteur se doute bien que cette partie ne sera pas autant fouillée que le reste. Seuls les grands mythes et personnages/dieux sont évoqués. On peut plutôt parler d’introduction à la mythologie nordique !

 

Donc, je ne peux que recommander ce livre à tous les fans de mythologie, mais aussi à ceux qui veulent la découvrir !

 

Sorceleur, tome 1 : Le Dernier voeu d’Andrezj Sapkowski

Posté : 4 août, 2019 @ 1:27 dans Avis littéraires, Coup de cœur | Pas de commentaires »

Genre : FantasyLe Dernier voeu

Editeur : Bragelonne

Année de sortie : 2017 [1993]

Nombre de pages : 382

Titre en VO : Ostatnie Zyczenie

Synopsis : Un best-seller international : David Gemmell Legend Award 2009 du Meilleur roman de Fantasy.

Geralt de Riv est un homme inquiétant, un mutant devenu le parfait assassin grâce à la magie et à un long entraînement. En ces temps obscurs, ogres, goules et vampires pullulent, et les magiciens sont des manipulateurs experts. Contre ces menaces, il faut un tueur à gages à la hauteur, et Geralt est plus qu’un guerrier ou un mage. C’est un sorceleur.
Au cours de ses aventures, il rencontrera une magicienne capricieuse aux charmes vénéneux, un troubadour paillard au grand cœur… et, au terme de sa quête, peut-être réalisera-t-il son dernier vœu : retrouver son humanité perdue.

 

Avis : Je n’ai jamais joué au jeu The Witcher, mais j’en avais entendu parler, et j’avais bien envie d’essayer ! J’ai ensuite appris qu’il existait une série de livres, et qu’elle allait être adaptée en série TV par Netflix ! Il fallait donc d’abord que je lise les romans – prêtés par une copine !!  

J’ai adoré !! Vraiment !! Ce sera probablement un de mes livres préférés de l’année ! J’ai tout aimé !

D’abord, les personnages. Geralt de Riv est charismatique, mystérieux ; on en apprend plus sur son passé grâce aux histoires racontées dans ce recueil, soit par lui, soit par d’autres personnages. J’ai aussi beaucoup aimé Jaskier, j’espère qu’il va faire d’autres apparitions par la suite ; et Yennefer, qui semble être le personnage féminin principal ! Elle est assez fascinante, et j’ai pas mal entendu parler d’elle ! J’ai aussi apprécié le personnage de Nenneke, j’ai envie d’en savoir plus sur elle ! J’ai également aimé les personnages qui apparaissent dans les nouvelles, comme Calanthe, ou Renfri !

J’ai adoré l’univers ! J’aime qu’il y ait différentes espèces surnaturelles, comme les elfes, les vampires, les striges, différents types de monstres, des humains, des mutants, des sorciers, des magiciennes ! L’histoire du monde, et des personnages, est intéressante, et donne envie d’en apprendre plus encore ! J’ai particulièrement aimé les parties qui traitent de malédictions, de la façon dont on s’en débarrasse, de la destinée, et des sorceleurs, évidemment !

Avant qu’Aurore me le dise, je ne savais pas que ce premier tome était, en fait, un recueil de nouvelles ; je pensais que c’était un roman lambda. En fait, toutes les nouvelles sont liées d’une certaine manière, notamment celles qui s’appellent « La Voix de la Raison ». J’ai aimé cette façon de présenter le monde de l’auteur ! Je pense que les tomes suivants sont des romans, mais je n’en suis pas sûre et certaine ! J’ai également aimé l’écriture et le ton. L’auteur a trouvé un bon équilibre entre un côté léger et humoristique, et un côté plus solennel ; l’un sans l’autre aurait pu paraître ridicule !

Un élément auquel je ne m’attendais pas : Sorceleur comporte aussi des réécritures de conte ! Et pas les réécritures gentillettes qu’on peut lire parfois ; ici, c’est plus le côté sombre qui est mis en avant ! J’ai vraiment été surprise de reconnaître Blanche-Neige, ou de voir une trace de Rumplestitskin ! Enfin, j’ai également apprécié les thèmes soulevés par les nouvelles, que ce soit la théorie du moindre mal, la question de l’humanité, ou un peu de politique !

 

Donc, un très bon premier tome, qui m’a donné envie de poursuivre la série au plus vite !

 

12
 

Baseball fans gather zone |
Eaudefiction |
Ici même |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Kpg1221gpk
| Elenaqin
| la saltarelle des baronnes