Redbluemoon

I found myself in Wonderland.

Big Little Lies de Liane Moriarty

Classé dans : Avis littéraires,Coup de cœur — 22 juin 2019 @ 2 h 47 min

Genre : ThrillerBig Little Lies

Editeur : Berkley 

Année de sortie : 2014

Nombre de pages : 486

Titre en français : Petits secrets, grands mensonges

Synopsis : Sometimes it’s the little lies that turn out to be the most lethal.

A murder … A tragic accident … Or just parents behaving badly? What’s indisputable is that someone is dead.   

Madeline is a force to be reckoned with. She’s funny and biting, passionate, she remembers everything and forgives no one.  Celeste is the kind of beautiful woman who makes the world stop and stare, but she is paying the price for the illusion of perfection. New to town, single mom Jane is so young that another mother mistakes her for a nanny. She comes with a mysterious past and a sadness beyond her years. These three women are at different crossroads, but they will all wind up in the same shocking place. 

Big Little Lies is a brilliant take on ex-husbands and second wives, mothers and daughters, schoolyard scandal, and the dangerous little lies we tell ourselves just to survive.

 

Avis : Cela fait un moment que je devais lire ce livre, il me tentait beaucoup !

Et pourtant, ce fut dur ! J’ai eu du mal avec les premiers chapitres, j’ai même pensé à laisser le livre de côté pour passer à un autre qui m’aurait happée tout de suite ! Ce qui m’a déplu, c’est une espèce de mesquinerie latente, et le fait de voir des mères faire des histoires à propos de leurs enfants, être complètement obsédées par eux, au point de faire un peu (et parfois carrément) n’importe quoi ! J’avais envie d’un livre percutant, qui me jette dans la lecture, comme Imperium l’a fait avant lui ! J’ai finalement décidé de continuer, et heureusement ! J’ai adoré ce livre, que ce soit niveau thriller/mystère, ou au niveau des sujets assez lourds que traite le roman !

Commençons par les personnages ! Je me suis attachée à pas mal d’entre eux, mais ma préférée reste Jane Chapman ! Ce peut être à cause de son âge, puisque je vais avoir 24 ans cette année, ou peut-être est-ce parce qu’elle semble si brisée que j’ai envie de la voir reprendre sa vie en mains ! Elle semble assez fragile, surtout parce que [SPOILER] son fils est attaqué par des parents dans sa nouvelle école – je dis bien, par des parents – parce qu’il est suspecté de harceler d’autres enfants, et donc elle est attaquée elle aussi à travers lui, mais aussi directement ; c’est la nouvelle de la ville, nouvelle maman dans l’école, la mauvaise mère, celle qui n’a pas sa place et qui ferait mieux de partir. [FIN DU SPOILER] Et c’est aussi ce qui m’a plu chez elle : Jane ne se sent à sa place nulle part, elle ne trouve pas d’endroit où s’établir, pas de cercle d’amis ou de relations stables excepté ses parents. Le lecteur peut avoir l’impression que Jane pense qu’il est trop tard, ou qu’elle n’est pas assez bien pour avoir une vie heureuse. Et pourtant, elle rêve de cette vie ! Honnêtement, elle m’a brisé le cœur à plusieurs reprises ! J’ai adoré Madeline pour son côté mère-poule avec Jane – elle a 40 ans au tout début du roman. Elle ne cesse de la défendre, et de la protéger. Vous devez déjà le savoir, mais j’adore les groupes : donc j’ai adoré voir ces trois mères « s’allier ». La troisième est Celeste : je l’ai aussi adoré ! Elle est plus mystérieuse que les deux autres personnages principaux, et ce, dès le début : elle semble incapable de se concentrer, de penser clairement. Elle est également forte [SPOILER] ou elle le semble en tout cas : c’est, en réalité, une femme battue. Elle pense qu’elle peut le supporter, et même, qu’elle vaut son mari au niveau de la violence, puisqu’elle répond à ses coups par des coups. Mais, à un moment donné, le lecteur se rend bien compte que ce n’est plus le cas. Et j’avais tellement envie que Perry paie pour tout ça !!! [FIN DU SPOILER] D’autres personnages plus secondaires se trouvent également dans le roman, par exemple les enfants – qui m’ont convaincue de ne pas en avoir ! – et les autres mères, assez peu attachantes pour la plupart parce qu’elles sont vues du point de vue des trois protagonistes. J’ai aimé les parents de Jane, adorables, et Tom, un de mes personnages préférés ! [SPOILER] Je ne suis pas du tout à fond dans la romance, vous le savez, mais alors j’avais tellement, TELLEMENT envie que Jane et Tom se retrouvent ensemble à la fin !! J’étais tellement dégoûtée quand j’ai commencé le dernier chapitre et que Jane disait : « En fait, nous sommes faits pour être amis » !! [FIN DU SPOILER]

Concernant l’histoire : haletante ! A partir d’un moment, je ne pouvais plus m’arrêter de lire, j’avais tellement envie de savoir qui était mort et qui était le coupable !! C’est toute l’originalité de ce livre : on ne découvre la victime et son assassin qu’à la fin ! C’est très frustrant parce que le roman est parcouru de bribes qui anticipent ce qui est arrivé, comme des passages sur les funérailles du défunt/de la défunte, quelques phrases d’accroche, la plupart d’entre elles se trouvant dans les passages d’interrogatoires de l’inspecteur dans laquelle aucun des personnages principaux ne se trouvent, pas une seule fois, et aucun de leurs proches ! Cela permet de s’interroger d’autant plus sur l’identité de la victime !! Quelques fausses pistes sont également lancées par l’autrice ! J’avais tellement peur qu’une des trois mères meurent que j’en étais arrivée au point de me dire : « Faites que ce soient elles les coupables, mais pas les victimes !! » J’ai été tenue en haleine jusqu’à la fin ! J’ai élaboré plusieurs théories, toutes fausses ; ce livre est parvenu à me surprendre !!

Un des éléments que j’ai particulièrement aimé dans ce livre, c’est le fait que l’autrice ne reste pas à la surface des choses. Elle creuse les personnages, leurs secrets, leur passé. Le lecteur se voit offrir les peurs de Madeline, ses chagrins, mais aussi ceux de Celeste et de Jane. Nous comprenons ce qui se trouve en profondeur, sous la peau, nous voyons au-delà des murs que les personnages ont érigé autour d’eux. Ed, le mari de Madeline, explique à sa femme que Jane et Celeste sont brisées, contrairement à Madeline elle-même. Parfois, cette dernière peut être assez agaçante, parce qu’elle veut être le centre de l’attention : donc elle est « bruyante », et elle apporte de nouveaux problèmes à d’autres personnages autour d’elle. Autre chose : elle ne comprend pas du tout ses amies parce que, justement, elle ne creuse pas. Elle est tout de même aimable, l’amie bruyante à qui on ne peut pas parler, mais sur qui on peut s’appuyer si besoin est. Son personnage se voit tout de même confrontée à des peurs – certes moindres que celles de ses amies, mais tout de même – : la peur de la vieillesse, le divorce, l’expérience de la séparation d’avec un enfant aimé, le rejet. Pour Celeste et Jane, c’est plus violent, et plus dur : [SPOILER] abus, physique et sexuel ; Jane est complètement dépourvue d’estime de soi et est victime de TOCs, ce qui est assez pénible à lire – j’ai souffert avec elle. [FIN DU SPOILER] Le roman traite aussi de harcèlement scolaire, et d’où cela pourrait provenir.

A propos de la fin : TELLEMENT SATISFAISANT !! [SPOILER] J’ai adoré que le véritable ennemi ne soit pas celui qui nous était présenté depuis le début, puisque la colère de Madeline est concentrée sur Renata, la mère d’Amabella, celle qui veut que Ziggy soit suspendu parce qu’il harcèlerait sa fille. Mais, le véritable ennemi, le véritable monstre, c’est Perry, le mari de Celeste, que le lecteur déteste déjà parce qu’il a manqué de tuer sa femme dans sa colère. Nous découvrons, à la fin, que c’est lui qui a violé Jane, qu’il est le père de Ziggy ; et nous comprenons aussi qu’il a apparemment fait la même chose à d’autres jeunes filles. [FIN DU SPOILER] J’ai adoré la fin, vraiment. Toutes les pièces se rassemblent, c’est cohérent, clair et génial ! [SPOILER] J’ai adoré Nathan et Bonnie !! Nathan pour sa réaction mature pour le harcèlement de sa fille par Max ; Bonnie pour sa sortie d’entre les murs qu’elle a érigés – Madeline ne cesse de dire qu’elle est trop parfaite pour qu’on la déteste, mais aussi pour qu’on l’aime vraiment, et j’ai ressenti la même chose. Cela permet aussi au lecteur de comprendre que personne n’est parfait ou à l’abri, et qu’aucune vie n’est insignifiante parce qu’on fait ceci ou cela. A la fin, le lecteur, comme Madeline, se rend compte qu’il a mal jugé certains personnages – excepté Perry. Je ne peux pas pardonner à ce perso, jamais. [FIN DU SPOILER]

 

Donc, j’ai hâte de lire d’autres romans de Liane Moriarty !  

2 commentaires »

  1. Panda Laveur dit :

    Une lecture qui m’avait énormément plus également ! Le meilleur roman de l’auteure pour moi, pour l’instant. Le thème de la violence conjugale dans les milieux aisés est particulièrement bien traité

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

Baseball fans gather zone |
Eaudefiction |
Ici même |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Kpg1221gpk
| Elenaqin
| la saltarelle des baronnes