Redbluemoon

I found myself in Wonderland.

The Lunar Chronicles, book 4: Winter de Marissa Meyer

Classé dans : Avis littéraires — 7 mars 2019 @ 14 h 38 min

Genre : SF, YAWinter

Editeur : Puffin Books

Année de sortie : 2015

Nombre de pages : 823

Titre en français : Les Chroniques lunaires, tome 4 : Winter 

Synopsis : Winter is admired for her grace, kindness and beauty, despite the scars on her face. She’s said to be even more breath taking than her stepmother, Queen Levana …

When Winter develops feelings for the handsome palace guard, Jacin, she fears the evil Queen will crush their romance before it has a chance to begin.

But there are stirrings against the Queen across the land. Together with the cyborg mechanic, Cinder, and her allies, Winter might even find the power to launch a revolution and win a war that’s been raging for far too long.

Can Cinder, Scarlet, Cress and Winter claim their happily-ever-afters by defeating Levana once and for all? 

 

Avis : Winter se trouve dans ma PAL depuis plus de deux ans et demi : il était vraiment temps de l’en sortir ! J’ai commencé cette série il y a trois ans !

Et peut-être est-ce la raison pour laquelle je n’ai pas pu accrocher au début ? Trop de temps a dû passer entre la lecture de Cinder, ou même celle de Cress, et de Winter : je me souvenais de l’histoire et des personnages, mais je n’étais plus tellement attachée à eux, et la romance, qui est omniprésente, m’a vite agacée. J’avais aussi envie d’être surprise ; or, je savais déjà comment finirait Winter ! J’ai donc décidé d’arrêter la lecture et de lire autre chose : Oliver Twist de Charles Dickens – mais trop sombre pour mon humeur – et Fire and Blood de George R. R. Martin ! Arrivée à la partie concernant la Danse des Dragons, que je connais déjà, je me suis dit que j’allais retenter Winter ; c’était quand même dommage d’abandonner une série que j’avais appréciée ! Et j’avais tout de même envie de savoir par quoi les personnages devaient passer pour obtenir leur happy ending !

En fin de compte, j’ai aimé ce voyage ! Comme je l’ai dit, j’ai eu du mal à m’attacher de nouveau aux personnages, mais, grâce à la longueur du livre, l’attachement a fini par revenir ! Même si la fin est évidente, les personnages doivent affronter de nombreuses épreuves tout le long du livre. [SPOILER POTENTIEL] Chacun d’entre eux échappe de peu à la mort. [FIN DU SPOILER] Horreur, sang, chagrin, tristesse … le pire reste quand même la maladie : [SPOILER] quand Levana parle d’infecter son propre peuple, je me disais : « Non, pitié, pas la letumosis encore ! » ça m’a rendu malade qu’elle empoisonne Winter ! [FIN DU SPOILER] C’est là que je me suis rendu compte qu’une de mes plus grosses peurs, c’est la pandémie. Je ne lirai jamais The Stand de Stephen King, et je comprends mieux pourquoi Station Eleven m’a mise autant mal à l’aise ! Malgré la longueur du livre, je ne me suis pas ennuyée : il y avait toujours de l’action, et c’est sans doute la raison pour laquelle je n’ai pas abandonné la lecture !

Bien sûr, ce tome réécrit l’histoire de « Blanche-Neige » : je me suis amusée à retrouver les scènes-clé du conte ! [SPOILER] Certains étaient évidents, comme le cercueil de verre représenté par le caisson de conservation, la pomme avec la friandise à la pomme, la sorcière/méchante reine qui était Levana, la résurrection par le baiser à la toute fin … J’ai ri en me disant que les nains étaient représentés par les soldats mutants ! [FIN DU SPOILER] Je dois ajouter que je n’ai jamais aimé Blanche-Neige en tant que princesse. Mais j’ai apprécié Winter. Elle a quelques traits de caractère semblables, notamment sa naïveté et son charme. Bien sûr, c’est la plus belle fille du royaume, comme dans le conte, mais ce n’est pas forcément quelque chose qu’elle apprécie. Sa folie la rend encore plus attachante, et fragile. Concernant les autres personnages, j’ai finalement été contente de les retrouver après un moment passé à lire. Mes préférés restent Cinder, Scarlet et Wolf. Tous évoluent au fil des tomes, mais l’évolution la plus fragrante est sans doute celle de Cress. J’ai eu du mal avec elle dans le tome qui lui est consacré ; elle est si différente de Cinder et Scarlet, si « princesse en détresse ». Ici, elle essaie de toutes ses forces de faire de son mieux et de laisser sa peur de côté pour agir. Je n’ai, en revanche, pas réussi à apprécier pleinement Iko, que j’aimais beaucoup dans les précédents tomes ! 

Je pense que ce livre transmet de bons messages, notamment en ce qui concerne l’apparence et la folie. Tous les personnages sont « estropiés » d’une façon ou d’une autre : Cinder est un cyborg, il manque un doigt à Scarlet, Winter est « folle » et son visage est défiguré par trois cicatrices, Cress est une coquille, [SPOILER] Levana, sous son « glamour », est elle aussi défigurée par des cicatrices causées par un feu dans son enfance [FIN DU SPOILER]. Pour autant, elles sont toutes belles, et acceptent peu à peu leur apparence, surtout en ce qui concerne Cinder. L’apparence ne compte pas ; c’est le comportement, les choix que l’on fait, qui importe. [SPOILER] J’ai eu un peu peur à un moment en ce qui concerne Levana : elle veut être belle et cache ses cicatrices derrière son « glamour » parce qu’elle en est honteuse. Elle est humiliée par Cinder quand celle-ci montre à tous sa véritable apparence. N’était-ce pas un peu cruel ? Et est-ce que cela n’envoie pas un mauvais message, en quelque sorte ? Mais, si elle est attaquée sur son apparence, c’est parce qu’elle ne s’accepte pas et qu’elle s’accroche à une apparence illusoire, à des mensonges. Son physique lui sert à manipuler son entourage et son peuple et en renforcer son pouvoir. Je n’étais pourtant pas à l’aise. Jusqu’à ces phrases (que je vous traduis, parce que j’ai lu la version VO !) :

« Cinder détestait son propre esprit de qualifier la reine de grotesque. Elle avait été une victime un jour, comme Cinder avait été une victime un jour. Et combien avait qualifié les membres métalliques de Cinder de grotesques, contre-nature, dégoûtants ?

Non. Levana était un monstre, mais ce n’était pas à cause du visage qu’elle avait gardé caché toutes ces années. Ses monstruosités étaient enterrées plus profondément que cela »

Donc, l’apparence de Levana n’est pas une façon de montrer qu’elle est un monstre ; au contraire, elle permet de rappeler qu’elle a été victime un jour, mais qu’elle a choisi un chemin différent de celui de Cinder, un chemin de vengeance, de pouvoir, et de mensonges, loin de l’acceptation de soi. [FIN DU SPOILER] On peut dire la même chose des personnages masculins, notamment les soldats mutants et Wolf [SPOILER] j’étais tellement triste de voir ce qu’il avait encore subi … [FIN DU SPOILER]

Maintenant, les aspects négatifs ! Chaque héroïne a un love interest, un « amoureux » ; c’est une des raisons pour lesquelles je savais comment tout allait finir ! On peut dire que la romance est omniprésente, même si l’intrigue politique y est entremêlée. [SPOILER] Même Iko a l’air d’en avoir un à un moment donné avec Kinney !! Noooon ! [FIN DU SPOILER] J’ai aimé certaines scènes, et j’adore Wolf et Scarlet en tant que couple ; mais, par exemple, l’amour de Cress pour Thorne était trop instalove dans le troisième tome pour que j’apprécie vraiment leur couple. Certains pourraient dire que j’aurais dû m’y attendre, étant donné que ce sont des réécritures de conte, mais j’en ai lu plusieurs qui n’étaient pas étouffées par la romance. Au moins, ce n’est pas le prince charmant qui vient sauver la belle princesse en détresse ! Je vais maintenant parler de la fin. Si vous n’en savez absolument rien, ne lisez pas plus loin. Si vous vous doutez de quelque chose, il n’y aura pas de spoilers. Enfin, étant donné que c’est de la YA, en plus d’être des réécritures de conte, la fin était, pour moi, évidente. Je ne pouvais pas avoir peur pour les personnages : je savais qu’ils finiraient tous en vie, même si les menaces sont constantes et énormes ! [SPOILER] Scarlet n’est pas tuée par Levana, comme c’est le cas pour Thorne, Wolf et Jacin. Winter survit à la maladie. Cinder s’échappe, Kai survit à son mariage, Cress est sauvée par Jacin. [FIN DU SPOILER] Cela montre de véritables amitiés et un esprit d’équipe formidable – deux gros bons points de ce livre ! –, mais c’était un peu incohérent pour moi. [SPOILER] Pendant une guerre aussi violente, avec des pouvoirs tels que ceux des Lunaires, et avec des personnages incapables de se défendre parce que sans pouvoirs, tels Cress ou Scarlet, il était impossible que personne ne meurt. [FIN DU SPOILER] Pour moi, c’est moins convaincant, moins touchant, trop commode, même si les personnages vivent de véritables épreuves ! (peut-être que George R. R. Martin déteint sur moi !!)

 

Je pense lire d’autres livres de Marissa Meyer, notamment Heartless et Renegades, mais j’espère ne pas retrouver ces mêmes éléments négatifs dans ces romans. J’ai l’impression que, dans les romans YA que j’ai lus, je les retrouve toujours, et cela commence à m’agacer. Je ne peux pas ressentir de suspense, ou même véritablement m’attacher aux personnages, parce qu’ils ne sont jamais vraiment en danger ; je sais qu’il ne peut rien leur arriver ! 

 

 

Donc, c’était une bonne fin aux Chroniques lunaires, satisfaisante par certains aspects, moins par d’autres.

 

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

Baseball fans gather zone |
Eaudefiction |
Ici même |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Kpg1221gpk
| Elenaqin
| la saltarelle des baronnes