Redbluemoon

I found myself in Wonderland.

Beauregard, tome 1 : Magies secrètes d’Hervé Jubert

Classé dans : Avis littéraires — 10 décembre 2018 @ 14 h 11 min

Genre : Fantasy Magies secrètes

Editeur : Le Pré aux Clercs (Pandore) 

Année de sortie : 2012

Nombre de pages : 313

Synopsis : L’empereur de Sequana veut faire disparaître la magie de sa cité et persécute les êtres féériques. Ils trouvent refuge dans l’hôtel de Beauregard, un détective de l’étrange qui travaille officiellement pour le pouvoir. Depuis quelque temps, des sorts sèment le chaos dans la cité. Une entité maléfique répand la terreur, personne n’est à l’abri. Armé de sa canne-épée, assisté de la jolie Jeanne aux étranges pouvoirs, Beauregard enquête dans les ruelles et les palais de la capitale, transformée en théâtre de cauchemars. 

 

Avis : J’ai emprunté Magies secrètes à la bibliothèque. Le résumé me disait bien : « détective », « êtres féériques », enquête quoi !

Mais, je suis un peu sceptique. J’ai adoré l’univers : Sequana, une pseudo Paris, peuplée d’humains et d’êtres appelés féériques (c’est-à-dire, magiques). Un ministère des Affaires étranges, un empereur appelé Obéron, marié à Titania, des vampires, des farfadets. De quoi faire quelque chose de grandiose quoi. J’ai également adoré les nombreuses références historiques, mythologiques et littéraires. Il y en a tellement que j’étais aux anges pendant un long moment ! Vous avez déjà eu quelques exemples avec Obéron et Titania (A Midsummer Night’s DreamLe Songe d’une nuit d’été), mais nous pouvons aussi trouver des écrivains /artistes cachés sous d’autres noms ou qui gardent leur nom (je vous le mets en spoiler, au cas où vous voudriez garder la surprise) comme [SPOILER] LaBrunie, qui est en fait Gérard de Nerval ; Gustave Doré, que l’on devine un moment avant qu’il soit nommé ; Polidori. Quant aux personnages, nous trouvons aussi Udolphe, qui peut rappeler Les Mystères d’Udolphe d’Ann Radcliffe. [FIN DU SPOILER] La même chose avec la mythologie, puisque le nom d’Orphée est mentionné ; côté histoire [SPOILER] Haussmann, déguisé en Hoffmann, qui peut aussi rappeler l’auteur ! [FIN DU SPOILER] L’intrigue est située dans une réalité alternative, et c’est le genre de choses que j’adore ! En fin de compte, Magies secrètes m’a fait penser à Anno Dracula que j’ai lu il n’y a pas très longtemps, et que j’ai absolument adoré !! 

Mais voilà, malgré tous ces aspects positifs, certaines choses n’ont pas fonctionné, contrairement à ce qui est arrivé pour Anno Dracula. Tout d’abord, le livre est très confus : il y a trop d’infos, et pas assez de pages pour entrer dans le récit. Le système de notes de bas de page est intéressant, je l’ai rarement vu dans une fiction, et encore moins dans un roman fantastique/Fantasy. Mais, au fil du temps, cela m’a empêché de me plonger entièrement dans l’histoire. Elles sont nombreuses, et parfois vraiment longues ! C’est vraiment dommage. Autre petit problème avec les notes de bas de page, et les références en général : elles sont assez élitistes. Tout le monde n’a pas les connaissances préalables pour comprendre le texte, et le lecteur peut se sentir exclu de l’histoire, ce qui n’est pas forcément le but. Pour savoir que [SPOILER] LaBrunie est Nerval, il faut savoir que « la nuit sera blanche et noire » est une citation de sa lettre d’adieu à sa tante, écrite la veille de sa mort ; les noms de femmes qu’il prononce dans le rêve de Beauregard sont aussi des indices, puisque ce sont ses « filles du feu ». [FIN DE SPOILER] Et c’est le cas pour la grande majorité des références ! 

Il y a d’autres problèmes, liés à l’histoire et aux personnages. Pour le récit : Beauregard est censé résoudre une affaire qui met en danger l’Empire, qui lui-même met en danger la féérie. Mais, avec le développement de l’univers, et de la ville de Sequana, qui est, en réalité, clairement le personnage principal, l’intrigue passe au second plan, et le lecteur ne se soucie pas que le détective parvienne à résoudre le problème ou non. Les actions s’enchaînent sans cohérence parfois, le lecteur ne s’y retrouve pas toujours. Quant aux personnages, ils sont assez caricaturauxpeu développés, encore une fois, à cause du développement de l’univers et de la ville. Beauregard m’a semblé beaucoup plus âgé que ses 20 ans, ce qui rend le personnage peu cohérent. Il est aussi assez typique en tant que personnage principal masculin : séduisant, qui collectionne visiblement les femmes, un peu un Sherlock Holmes qui sait qu’il va réussir à résoudre l’enquête en un claquement de doigt ; mystérieux, intelligent, supérieur en quelque sorte. Jeanne n’a l’air d’être dans le livre que parce qu’il faut un personnage féminin principal. Elle est certes mystérieuse parce que le lecteur – et les autres personnages d’ailleurs – ne connaît pas son passé ; et elle possède apparemment une capacité spéciale. Mais elle n’a finalement rien de plus. Elle n’est là que pour éveiller quelque chose chez Beauregard, qui se sent attiré par elle, et en même temps, pas vraiment – ?? – ; pour devenir son apprentie, alors qu’elle n’a rien de féérique, et qu’il doute de son talent ; mais aussi pour être le jeune personnage féminin fière, un peu rebelle. Albert est le sorcier mentor, qui aime beaucoup le détective, mais qui l’engueule comme un père à chaque fois qu’il fait quelque chose de dangereux. Isis est la femme séduisante, ténébreuse, déesse sans âge, éternellement jeune. Bref, tous étaient stéréotypés, des personnages attendus, sans grande originalité. On peut aussi trouver quelques clichés, dont un qui m’a fait lever les yeux au ciel vers la fin … Dernier bémol : le terme « femelle » employé pour évoquer les femmes. Il m’a hérissé le poil à chaque fois qu’il est apparu !  

 

Donc, de belles promesses, mais une petite déception tout de même, à cause d’un sur-développement d’un côté, avec l’univers et la ville, un sous-développement de l’autre, concernant les personnages et l’histoire. J’ai adoré les références, mais elles peuvent rebuter, comme les notes de bas de pages. Je continuerai tout de même la série, en espérant que ce soit mieux ! 

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

Baseball fans gather zone |
Eaudefiction |
Ici même |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Kpg1221gpk
| Elenaqin
| la saltarelle des baronnes