Redbluemoon

I found myself in Wonderland.

The Lord of the Rings, book 1: The Fellowship of the Ring de J. R. R. Tolkien

Classé dans : Avis littéraires,Coup de cœur — 13 novembre 2018 @ 0 h 32 min

Genre : Fantasy The Fellowship of the Ring

Editeur : HarperCollins

Année de sortie : 1999 [1954]

Nombre de pages : 535

Titre en français : Le Seigneur des anneaux, tome 1 : La Communauté de l’Anneau

Synopsis : In a sleepy village in the Shire, a young hobbit is entrusted with an immense task. He must make a perilous Journey across Middle-earth to the Cracks of Doom, there to destroy the Ruling Ring of Power – the only thing that prevents the Dark Lord’s evil dominion.

Thus begins J. R. R. Tolkien’s classic tale, which continues in The Two Towers and The Return of the King

 

Avis : J’ai remarqué sur Goodreads que j’avais lu, pour la première fois, La Communauté de l’anneau en novembre 2012 ! Donc je l’ai relu pratiquement exactement six ans plus tard !! Drôle de coïncidence !

Ce tome (et ce premier film, parce que je vais aussi pas mal parler des films) n’a jamais été mon préféré. C’est vrai qu’on commence le voyage, qu’on découvre les différents personnages, qu’on s’attache plus ou moins à eux, etc ; mais, ce que je voulais, c’était de l’action, et il n’y en a pas énormément dans La Communauté de l’anneau. De plus, on suit des personnages que j’appréciais, à l’époque, un peu (voire beaucoup) moins que d’autres, notamment Frodon (que je supporte un peu mieux maintenant) et Sam (que j’ai appris à aimer, mais ce fut dur !) Malgré cela, le premier tome du Seigneur des Anneaux reste, évidemment, excellent !! Je ne sais pas si c’est la nostalgie, étant donné que la série de films était au même niveau que la série de livres Harry Potter dans mon enfance, c’est une des premières histoires que j’ai aimées dans ma vie ; si c’est la redécouverte de détails ou de gros passages/personnages coupés au cinéma que j’avais complètement oubliés ; ou si c’est simplement la magie de l’univers qui fait effet à nouveau. Malgré les scènes un peu longues, certains passages de description pendant lesquels mon esprit divaguait un peu, j’ai été charmée à nouveau.

Je pouvais visualiser chaque étape du voyage, et je me sentais vraiment proche de certains personnages. Après tout, la communauté est, en quelque sorte, un groupe d’amis si on peut dire ! J‘ai compris le fardeau de l’anneau pour Frodon – je le trouvais vraiment insupportable avant, geignard, et parfois cruel avec Sam, Pippin ou Merry. Cette fois, j’ai adoré Sam, et j’ai retrouvé mes personnages favoris : AragornGandalfArwen et Galadriel. J’étais carrément amoureuse du premier quand j’étais petite j’avoue ; le deuxième était le mentor que j’aurais aimé avoir si j’avais pu être magicienne ! Je déplore la quasi-absence d’Arwen dans le livre ; elle ne se trouve que dans l’appendice du tome 3, qui raconte son histoire d’amour avec Aragorn. Et j’adore sans doute Galadriel parce qu’elle était jouée par Cate Blanchett dans le film ! Alors, on pourrait avoir un gros débat sur la place des femmes dans Le Seigneur des anneaux ; on peut dire que ça laisse un peu à désirer, étant donné que la communauté n’est composée que de mecs, et pour d’autres raisons encore ! Mais laissons cela de côté pour le moment ! Le seul personnage que je ne pouvais pas supporter : Boromir. Alors, j’aime beaucoup Sean Bean parce qu’il a joué Boromir (et Ned Stark, soit dit en passant), mais je n’aime pas du tout le personnage ! Il est l’incarnation de l’arrogance et de l’orgueil des hommes ! 

Sans doute grâce à mon re-visionnage entre temps, je suis parvenue à voir certains détails que j’avais complètement loupé à la première lecture ! [SPOILER] Ils concernent surtout Boromir et ce qu’il va tenter de faire à la fin du premier tome ! D’ailleurs, je ne me souvenais pas que le découpage des livres ne correspondait pas au découpage des films ! [FIN DU SPOILER] J’ai aussi été un peu choquée du nombre de choses qui changent / sont supprimées dans les films. Tom Bombadil est un personnage plutôt important je trouve, et je ne me souvenais pas vraiment des passages qui le concernaient ! Je ne me souvenais pas non plus de l’âge « réel » de Frodon !!!

Toute son histoire de déménagement ne se trouve pas non plus dans le film, comme son voyage pour arriver, enfin, à Fondcombe ! Parlant de Rivendell (en VO), j’ai particulièrement aimé les passages chez les elfes ! Je me sens à la fois proche de ce peuple, et je m’en distancie parfois. J’aime le fait qu’ils fassent pratiquement corps avec la nature, qu’ils vivent dans des arbres et puissent invoquer les forces comme l’eau, le fait qu’ils soient des sages, et leur histoire mélancolique. Mais je ne me reconnais pas dans leur hauteur, et dans leur façon de considérer que les autres sont donc moins « bons ».

 

Cette fois, étant donné que c’était enfin mon exemplaire, j’ai pu souligner des citations, surtout celles de Gandalf ! J’adore aussi les premiers vers du poème composé par Bilbon : « All that is gold does not glitter, / Not all those who wander are lost”.

Seul gros bémol que je pourrais éventuellement reprocher à The Fellowship of the Ring : le manque d’émotion quand un personnage meurt. Je ne sais pas si c’est le style de l’auteur ou quoi, mais il me manque quelque chose dans l’écriture, dans l’histoire, dans je ne sais quoi, pour provoquer en moi l’émotion, et c’est bien dommage !! 

 

C’était un merveilleux voyage : je me suis attardée en Lórien, j’ai souffert à la Moria, et je suis sortie du livre un peu vide. Maintenant, j’ai très envie de relire The Two Towers, mon préféré de la série ; mais je n’ai pas le livre en ma possession, et, finalement, je n’ai pas tellement envie de finir à nouveau Le Seigneur des Anneaux, je préfère faire durer la saga encore un peu !

 

Donc, une excellente immersion dans l’univers de la Terre du Milieu ! 

 

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

Baseball fans gather zone |
Eaudefiction |
Ici même |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Kpg1221gpk
| Elenaqin
| la saltarelle des baronnes