Redbluemoon

I found myself in Wonderland.

The Farseer Trilogy, book 3: Assassin’s Quest de Robin Hobb

Classé dans : Avis littéraires,Coup de cœur,Lectures Communes — 28 juin 2018 @ 18 h 16 min

Genre : Fantasy Assassin's Quest

Editeur : HarperVoyager 

Année de sortie : 2014 [1997]

Nombre de pages : 838

Titre en français : L’assassin royal, tomes 4 : Le Poison de la vengeance, 5 : La Voie magique et 6 : La Reine solitaire OU La citadelle des ombres/L’assassin royal, intégrale, première époque, tome 2 

Synopsis : With the king no longer living and his heir, Verity, missing and declared dead, Prince Regal has treacherously seized the throne.

Regal’s torture has left Fitz more dead than alive, and more closely than ever bonded with his wolf. All who once loved him believe him dead: even Molly, now pregnant with his child. But he cannot go to her without placing her in terrible danger.

With nothing left to lose, Fitz sets out for Tradeford, where Regal has withdrawn, having heartlessly abandoned the north of the kingdom to the Red-Ship Raiders. His quest: to assassinate the man who has destroyed his world. 

 

Avis : Depuis mon coup de cœur pour Assassin’s Apprentice en janvier, je n’ai qu’une envie : lire tous les livres de Robin Hobb !! Mais je ne veux pas aller trop vite non plus, histoire de les savourer quand même ! J’ai donc poursuivi avec Royal Assassin en mai, mais je n’ai pas su résister à l’appel d’Assassin’s Quest pour juin !! J’ai lu ces deux derniers volumes en lecture commune avec Gina, qui aime la série autant que moi ! 

ATTENTION, CETTE CHRONIQUE CONTIENT DES SPOILERS POUR LES TOMES PRECEDENTS !

Après la mort, et la résurrection de Fitz, on pouvait s’attendre à ce que ce dernier tome commence mal, et lentement. Pourtant, j’ai trouvé que le rythme était plus entraînant que celui du deuxième volume. Certes, Fitz commence par redécouvrir la vie en tant qu’humain ; mais c’est intéressant, et cela apporte un nouvel aspect à l’histoire en mettant l’accent sur une des magies de l’univers. Le reste est une longue quête pour lui, et un voyage qui dure la majorité du livre. On pourrait se dire qu’on va s’ennuyer, mais ce n’est pas le cas : Fitz rencontre de nouveaux personnages, et continue à suivre la vie des gens qu’il aime à travers le Skill. Cette forme de magie, comme le Wit, est fortement mise en avant, ce que j’ai vraiment apprécié ! On en apprend plus sur leur fonctionnement, leur histoire, et leurs utilisateurs ! J’espère en apprendre plus encore sur le Wit dans les autres trilogies de la série ! On découvre, par la même occasion, de nouvelles régions du monde créé par l’auteure, étant donné que Fitz va tenter de retrouver Verity. Le lecteur en apprend également davantage sur le lien entre Fitz et le Fou, puisqu’ils sont censés être unis par une prophétie, mais aussi sur le Forging, qui est expliqué !! C’est simple : dans ce tome, toutes les pièces du puzzle s’emboîtent parfaitement, ce qui fait de la trilogie un cycle parfait. 

Alors, oui, vous pouvez avoir peur de la taille de ce livre ; j’ai aussi lu/entendu des avis négatifs qui m’ont fait peur (c’était trop long, un peu ennuyeux, ça manquait de travail éditorial, et ce n’était pas une fin épique du tout). J’ai quasi eu l’impression que nous n’avions pas lu le même livre !! Je l’ai trouvé excellent, et ce, principalement grâce à l’ambiance et aux personnages ! Je me suis sentie si proche d’eux, comme chez moi, comme au sein d’une meute, c’était formidable !! Je me rends compte que c’est vraiment ce qui me fait adorer un livre, cette osmose entre les personnages, cette façon dont le lecteur se sent inclus ! Souvent, quand ce trope arrive, j’ai envie que le roman ne se finisse jamais pour profiter un maximum !! Bien sûr, ce n’est pas seulement un livre « cosy » ; la lecture est aussi très pénible ! Il arrive tellement de choses aux personnages : Fitz n’est épargné ni par le Destin, ni par les hommes autour de lui. Il m’a parfois agacée, mais j’ai aussi réussi à le comprendre. Il m’a fait mal au cœur, tout comme Kettricken et Verity. Alors là … J’ai adoré le Fou, qui est devenu un de mes personnages préférés ! Je suis heureuse qu’une trilogie dans la série The Realm of the Elderlings s’appelle Fitz and the Fool ! J’ai vraiment hâte d’en apprendre encore plus sur lui – il est clairement le plus mystérieux de tout le cast ! Il est (peut-être un peu trop) facile de détester Regal : il passe vraiment pour un enfant gâté et capricieux incapable de grandir, et de régner, par la même occasion. Enfin apparaissent les fameux Elderlings (Anciens dans la version française il me semble) !! J’ai aimé cette espèce de twist original du dragon traditionnel, et j’ai vraiment hâte d’en apprendre plus sur eux par la suite !

Seule petite déception (mais ça ne m’empêche de faire de ce livre un coup de cœur !) : la fin. La trilogie tout entière se construit autour de la menace des Red Ships, donc je m’attendais à quelque chose d’épique les concernant ; pourtant, le voyage et la préparation prennent 820 pages, et la bataille finale et le dénouement, 18 … J’ai vraiment tout adoré dans ce livre, mais je me suis dit que c’était un peu rapide, et j’aurais aimé que ces dernières scènes soient plus fouillées, autant que le voyage de Fitz (en même temps, je dis ça mais, quand vous lirez, vous comprendrez qu’il est logique que tout ne soit pas décrit dans le détail. [SPOILER] En effet, Fitz ne participe pas à la bataille, et comme le lecteur n’a que son point de vue, il ne peut pas vivre les scènes sans lui ! Dommage !! [FIN DU SPOILER]) Enfin, mon édition comporte des petites erreurs, comme des répétitions. Mais, je lui pardonne – la couverture est trop belle haha !

 

Donc, un dernier tome qui conclut magistralement la première trilogie de Robin Hobb ! J’ai hâte de poursuivre la série avec The Liveship Traders ; c’est la partie qui me tente le moins, mais j’en entends tellement de bien, ça me rassure ! 

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

Baseball fans gather zone |
Eaudefiction |
Ici même |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Kpg1221gpk
| Elenaqin
| la saltarelle des baronnes