Redbluemoon

I found myself in Wonderland.

La passe-miroir, tome 2 : Les Disparus du Clairdelune de Christelle Dabos

Classé dans : Avis littéraires,Lectures Communes — 5 avril 2018 @ 23 h 56 min

Les disparus du clairdeluneGenre : Fantasy

Editeur : Gallimard (Jeunesse)

Année de sortie : 2015

Nombre de pages : 551

Synopsis : Fraîchement promue vice-conteuse, Ophélie découvre à ses dépens les haines et les complots qui couvent sous les plafonds dorés de la Citacielle. Dans cette situation toujours plus périlleuse, peut-elle seulement compter sur Thorn, son énigmatique fiancé ? Et que signifient les mystérieuses disparitions de personnalités influentes à la cour ? Ophélie se retrouve impliquée malgré elle dans une enquête qui l’entraînera au-delà des illusions du Pôle, au cœur d’une redoutable vérité.

 

Avis : J’avais acheté ce deuxième tome immédiatement après la lecture du premier volume, Les fiancés de l’hiver, que j’avais beaucoup apprécié.

J’ai encore plus aimé Les Disparus du Clairdelune ! J’ai surtout adoré retrouver l’univers de la série – je ne m’étais pas rendu compte que je l’avais tant apprécié la première fois ! –, le monde du Pôle, la dynamique des arches, et ce mystère qui entoure la Déchirure, mystère qui s’intensifie et qui implique de plus en plus de personnages ! Elle explique aussi certaines choses étranges dans ce monde qui, apparemment, était encore le nôtre il y a peu. L’histoire se complexifie donc ici, et l’on en découvre un peu plus sur les esprits de famille et leur passé, en plus des intrigues de cour habituelles, que j’aime toujours autant lire ! L’hypocrisie et le règne de l’apparence me fascinent autant qu’ils me dégoûtent, et voir Ophélie se débattre au milieu de ces complots me permet de m’identifier à elle. Encore une fois, la violence est très présente, mais elle est cohérente ; c’est un peu marche ou crève, et l’expression « être trop près du soleil » n’a jamais été aussi bien représentée ! J’ai aimé découvrir des clans familiaux qui étaient restés inconnus jusqu’à maintenant ! Une seule chose m’a un peu dérangée – même si j’étais quand même super contente que ça arrive, mais, c’est la façon de l’amener qui m’a semblé étrange : [SPOILER] la relation amoureuse entre Ophélie et Thorn. Alors, je veux bien qu’ils finissent par tomber amoureux, mais il faudrait peut-être qu’ils passent un peu plus de temps ensemble pour que ce soit cohérent non ? C’est super mignon, et je me doutais que ça allait arriver ; mais, franchement, on ne sait pas du tout ce que Thorn ressent et comment il en est arrivé à ressentir ça ; et Ophélie passe de la haine à l’amour assez soudainement. Après, c’est peut-être juste moi qui suis difficile en romances hein ! [FIN DU SPOILER] 

Concernant les personnages, j’ai aimé qu’Ophélie s’affirme de plus en plus, même si les multiples interventions de plusieurs autres personnages m’ont profondément agacée. Jamais elle n’a le droit de faire ce qu’elle veut ; elle doit toujours rendre des comptes ou obéir à quelqu’un. Et quand, enfin, elle agit, elle se retrouve bernée ! Elle devient elle aussi assez mystérieuse ; et elle-même ne sait pas ce qui lui arrive ! Quant à Thorn, mon avis avait évolué lors du premier tome. Ici, il m’a franchement agacé à nouveau ! Faire tous ces mystères ne fait qu’aggraver la situation, que ce soit la sienne propre ou celle d’Ophélie, alors autant parler !! Et puis, le lecteur est quand même très frustré de se retrouver, comme Ophélie, en marge de l’histoire, de ne pas savoir de quoi il retourne vraiment. Bien sûr, cela fait en partie l’intérêt de l’intrigue, mais bouh que j’avais envie de savoir ! Bref ! Thorn est toujours mystérieux, et le lecteur passe par les mêmes émotions qu’Ophélie à son sujet, comme dans le premier tome ! Juste, [SPOILER] c’est quand même évident qu’il est amoureux non ? Et je trouve son action finale complètement idiote ! Rien de mieux pour aider sa fiancée, vraiment ! [FIN DU SPOILER] Je ne sais pas comment j’en suis arrivée là  mais j’adore Berenilde, qui me semblait pourtant assez difficile à cerner dans Les fiancés de l’hiver. Certes, elle réagit toujours en fonction de la cour et ne prend pas toujours les bonnes décisions ; mais elle est sous pression constante et dans une position périlleuse. Elle est un peu une deuxième mère à  la fois pour Thorn et pour Ophélie. J’ai aussi adoré la tante Roseline qui, j’espère, va rester un personnage secondaire important dans les tomes suivants. Elle me fait toujours rire, et j’aime sa tendresse bourrue envers sa filleule. J’aime aussi beaucoup Archibald, qui me fait penser à Morpheus de la série Splintered – qu’au contraire de l’ambassadeur, je n’apprécie pas ! Ce que l’on découvre de lui m’a fait assez mal au cœur, comme ce qui lui arrive. Enfin, une pléthore de personnages secondaires : Renard, que j’ai retrouvé avec plaisir, Gaëlle, un peu agaçante sur les bords, le baron Melchior, qui semble si agréable, et le fameux Farouk, impressionnant dans son impassibilité, son manque d’expression et sa défaillance de mémoire. J’ai vraiment hâte d’en apprendre plus sur lui, [SPOILER] et son vrai nom – qui est vraiment top !! – explique l’incohérence entre son arche et ce qui est en fait son pseudonyme ! [FIN DU SPOILER]

La fin est terriblement frustrante !! Si j’avais su, j’aurais emportée avec moi le troisième tome !! C’est aussi une fin assez agaçante : mais franchement, cette dernière action n’a aucun sens ! Je lirai évidemment la suite !

 

Donc, un très bon deuxième tome, qui a ses défauts –  c’est un avis personnel, bien sûr -, mais qui permet au lecteur de passer un excellent moment. Hâte de lire La mémoire de Babel !

 

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

Baseball fans gather zone |
Eaudefiction |
Ici même |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Kpg1221gpk
| Elenaqin
| la saltarelle des baronnes