Redbluemoon

I found myself in Wonderland.

Into the Water de Paula Hawkins

Classé dans : Avis littéraires,Coup de cœur — 6 décembre 2017 @ 12 h 52 min

Genre : ThrillerInto the Water

Editeur : Doubleday

Année de sortie : 2017

Nombre de pages : 353

Titre en français : Au fond de l’eau

Synopsis : ‘Julia, it’s me. I need you to call me back. Please, Julia. It’s important …’

In the last days before her death, Nel Abbott called her sister.

Jules didn’t pick up the phone, ignoring her plea for help.

Now Nel is dead. They say she jumped. And Jules has been dragged back to the one place she hoped she had escaped for good, to care for the teenage girl her sister left behind.

But Jules is afraid. So afraid. Of her long-buried memories, of the old Mill House, of knowing that Nel would never have jumped.

And most of all she’s afraid of the water, and the place they call the Drowning Pool …

With the same propulsive writing and acute understanding of human instincts that captivated millions of reader around the world in her explosive debut thriller, The Girl on the Train, Paula Hawkins delivers an urgent, satisfying read that hinges on the stories we tell about our pasts and their power to destroy the lives we live now.

 

Avis : J’avais adoré The Girl on the Train, le premier roman de l’auteur, que j’ai lu au mois d’octobre. Je n’attendais qu’une chose : qu’Into the Water réapparaisse dans la bibliothèque de ma ville pour l’emprunter !! Autant vous dire que je me suis jetée dessus, ce devait être un peu étrange !

Je suis vraiment tentée de dire qu’Into the Water est encore meilleur que The Girl on the Train ! C’est vraiment captivant, j’étais complètement emportée dans l’histoire, j’avais tellement envie de comprendre, j’avais envie d’avoir enfin la clé du mystère. Nel a-t-elle été tuée ? S’est-elle suicidée ? Qui la connaît vraiment ? Qu’est-ce que Jules cache ? Et Lena ? Et les autres personnages ? Tous ont un secret, et le lecteur meurt d’envie de les connaître !! L’auteur a un vrai don pour terminer ses chapitres sur une phrase qui donne immédiatement besoin au lecteur de lire la suite !! C’est assez frustrant quand on doit aller en cours entre temps !! La raison pour laquelle j’ai vraiment adoré Into the Water est que ce n’est pas juste un thriller de plus : l’auteur aborde un sujet important, mais parfois tabou, la violence faite aux femmes, et le sexisme inhérent de la société. Toutes les femmes sont maltraitées, d’une façon ou d’une autre ; et la façon de réagir des autres femmes, des hommes ou de la société est tellement énervante !! [SPOILER] Après avoir compris que Jules considère qu’il l’a violé, Robbie ne comprend vraiment pas ce qu’elle veut dire : il pensait vraiment lui rendre service en lui prenant sa virginité !!!!! WOOOW !!!!!!!! [FIN DU SPOILER] Certains hommes ne se rendent même pas compte qu’ils font quelque chose de mal, qu’ils sont violents ; pour eux, leur attitude est normal ! J’ai trouvé que le livre représentait bien cet aspect de la société, aspect que certains aimeraient ne pas voir. Et c’est justement là qu’il est meilleur que The Girl on the Train : je me souviens que Rachel avait une vision de la femme qui m’avait laissé perplexe, qui m’avait un peu agacé. J’ai aussi aimé la réflexion autour de l’eau, qui peut être si fascinante pour certaines personnes ! Autre chose que j’aime dans ce livre : on retrouve un « narrateur » dans lequel on ne peut pas vraiment avoir confiance, et même, des « narrateurs », puisque le livre est écrit avec de multiples points de vue - tous les personnages n’ont pas la parole, parfois le point de vue est interne, mais le point de vue n’est pas écrit à la première personne – !! J’adore ce genre de livre, j’aime avoir différentes versions de la même histoire : c’est aussi pour ça que j’adore A Song of Ice and Fire ! Tous les personnages ont l’air d’avoir quelque chose à se reprocher, ce qui, bien sûr, met le lecteur sur différentes pistes, et le laisse se perdre. Jules, qui reste le point de vue principal, m’a paru assez peu digne de confiance, pas de la même façon que Rachel, mais le lecteur ne peut pas la croire ; en effet, Lena ne parle pas de sa mère comme Jules parle de sa sœur. On dirait qu’elles n’ont pas connu la même personne, il leur manque des pièces de la vie de leur parente pour pleinement la comprendre.

Et, c’est aussi un gros point positif pour moi dans ce livre : l’auteur est parvenu à créer un personnage ambivalent, une femme que le lecteur ne parvient pas à cerner, Nel Abbott, la femme retrouvée dans the Drowning Pool. Il ne peut pas l’aimer, il ne peut pas la détester, il ne la comprend pas ; les différents points de vue à son sujet sont contradictoires. Nel est dangereuse, Nel est gentille, c’est une bonne mère, c’est une mauvaise mère, c’est une bonne amie, elle est irresponsable, etc. J’aime vraiment ce genre de personnages : ils permettent de montrer combien on est perçu différemment selon nos actions, et selon les personnes qui nous jugent. Pour le livre qu’elle écrivait, Nel est considérée à la fois comme une « muckracker » et comme une femme qui veut juste révéler la vérité. Tous les autres personnages sont aussi ambivalents : par exemple, Jules. Elle semble détester sa soeur, l’aimer en même temps, ne pas pouvoir lui pardonner quelque chose de particulièrement cruel. [SPOILER] Mais une fois que l’on comprend qu’en réalité, elle se trompait sur Nel, il est difficile de pleinement l’apprécier. Elle a ruiné la vie de sa sœur, alors qu’elle pensait que c’était elle qui avait ruiné la sienne. Le manque de communication a détruit leur relation, et leur vie en général. Tout n’est que malentendu entre elles ! [FIN DU SPOILER] J’ai apprécié le personnage de Jules, même s’il était clair qu’il lui manquait quelque chose pour comprendre sa sœur. Elle est hantée par le souvenir de Nel, par le regret de ne pas l’avoir revue avant sa mort, par le besoin de la venger, si elle a été tuée. J’ai aussi aimé le personnage de Lena, clairement incomprise par la majorité des personnages, excepté Nickie, qui reconnaît en elle la même force que celle de sa mère, la même dangerosité, quelque chose qui peut la conduire à sa perte. Mature, elle est persuadée que sa mère s’est suicidée. Mais, comme tous les autres personnages, elle semble avoir un mobile pour le meurtre de sa mère, et sa tante a peur d’elle. Le lecteur s’attache à d’autres personnages qui semblent gentils, comme Sean Townsend, qui enquête sur la mort de Nel, ou Erin Morgan, enquêtrice victime du sexisme ambiant. En revanche, un personnage que je n’ai pas supporté : Patrick Townsend. Il fait faire quelque chose à son fils à un moment donné, j’avais envie d’entrer dans le livre et de lui faire la même chose !!  Et encore de la violence envers les animaux !! [SPOILER] Bien sûr, cette violence finit par se diriger vers les autres humains, et notamment sur les plus faibles, femme et enfant, qui ne peuvent pas se défendre. Ah, ce personnage me dégoûte tellement !!!! [FIN DU SPOILER] J’ai aussi aimé le personnage de Nickie, incomprise et rejetée, victime elle aussi du sexisme ambiant.

La fin !!!!! L’auteur emboîte toutes les pièces du puzzle, tout est clair, et le lecteur applaudit à tant d’ingéniosité. [SPOILER] C’est aussi triste parce que Sean, qui s’est vu complètement lavé le cerveau par son père, reproduit les mêmes actes que lui … Une sorte de perpétuation du mal, alors que tout le monde ne cesse de dire que Sean est quelqu’un de bien, un homme gentil. [FIN DU SPOILER] Hâte de lire le prochain livre de l’auteur !!

 

Donc, un excellent thriller, un des meilleurs que j’ai lus !

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

Baseball fans gather zone |
Eaudefiction |
Ici même |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Kpg1221gpk
| Elenaqin
| la saltarelle des baronnes