Redbluemoon

I found myself in Wonderland.

Les Larmes rouges, tome 1 : Réminiscences de Georgia Caldera

Classé dans : Avis littéraires — 26 août 2017 @ 0 h 50 min

Genre : Fantastique Les larmes rouges, tome 1 : Réminiscences

Editeur : J’ai lu

Année de sortie : 2013 [2011] 

Nombre de pages : 761

Synopsis : « Le temps n’est rien, il est des histoires qui traversent les siècles … »

Après une tentative désespérée pour en finir avec la vie, Cornélia, 19 ans, est assaillie de visions et de cauchemars de plus en plus prenants et angoissants.

Elle se retrouve alors plongée dans un univers sombre et déroutant, où le songe se confond à s’y méprendre avec la réalité.

 

Avis : J’étais un peu intriguée par cette série ; ma sœur a aimé et m’a prêté le premier tome !

Résultat : moi qui m’attendais à aimer, j’ai un avis très mitigé sur ce livre. Commençons par le côté positif ! J’ai trouvé les décors très beaux, comme les costumes : ils donnaient une bonne ambiance sombre, et un peu gothique que j’ai beaucoup apprécié. Mais – et c’est un gros mais ! – cette ambiance est alimentée également par des scènes d’horreur (en tout cas, très sanglantes) qui ne m’ont pas semblé avoir leur place. C’était tellement décalé par rapport à ce qui se passe le reste du temps que j’ai trouvé que c’était un peu trop. Et, il faut avouer que la plupart de ses passages sont gross, expression anglaise qu’utilise Stephen King dans Danse Macabre pour dire qu’elles sont dégoûtantes, au point de donner envie de vomir. Le problème, c’est qu’il n’y a pas de demi-mesure : soit on a une scène « normale », soit la scène donne envie de vomir. Normalement, on les trouve dans les slashers, les films où on montre du sang pour montrer du sang, ou disséminés dans un film d’horreur, comme la scène du repas dans Alien, au début – vous savez, quand la bestiole a décidé de sortir par le ventre, hein … En voyant que les influences de Georgia Caldera sont Bram Stoker et Edgar Allan Poe, je me suis dit qu’elle aurait dû mettre des scènes qui faisaient peur, ce qui ne veut pas forcément dire des scènes où il y a du sang partout. Autre bémol : les clichés. Certes, l’auteur joue avec eux, et semble s’amuser de les trouver là – le narrateur dit même qu’une scène fait cliché. Mais ceux-ci ne sont pas là juste par rapport au vampire : Cornélia, elle aussi, est un cliché. Elle a besoin d’être protégée, ne peut pas se défendre toute seule, elle a même carrément besoin qu’on la force à manger et à prendre soin d’elle sans quoi elle se néglige, elle est belle mais elle ne le sait pas, elle ne voit pas ce qui saute aux yeux, etc. Etrangement, elle m’a fait penser à Bella Swan dans Twilight ! Et l’intrigue aussi y ressemblait légèrement : une petite ville, des disparitions étranges, un vampire à la beauté envoûtante, évidemment mystérieux et ténébreux et pas du tout commode (au début), qui la fuit autant qu’il la suit. Pas très original tout ça – surtout si on ajoute le fait que Cornélia est menacée par un être maléfique très puissant ! Ce que j’ai aimé, dans cette histoire, c’est – spoiler éventuel - l’aspect réincarnation. Mais, dans le même temps, ça amène l’histoire d’amour éternelle – elle aussi cliché, et ici, très énervante, à cause de Cornélia. Fin du spoiler éventuel ! Autres problèmes : ce livre se lit très vite, mais j’ai trouvé qu’il était trop long. Il aurait pu être diminué, en enlevant, par exemple, les répétitions nombreuses que fait Cornélia, ou les dialogues qui n’apportent rien parce qu’elle se répète encore ! Quant à l’écriture, il y a pas mal de fautes, que ce soit d’édition ou pour certaines expressions, des phrases mal dites, ou trop longues, et la ponctuation ne va pas. Exemples : « Ce fut à cet instant précis que le lien entre l’homme de ses rêves, pauvres rescapés d’une mémoire oubliée ; et celui qui se tenait là, recroquevillé devant elle, s’établit. », « Elle descendit à l’atelier attenant à la maison, là où Maurice rangeait tous les outils dont il se servait pour bricoler ; dans l’espoir d’y trouver de quoi s’occuper les mains ainsi que l’esprit. » Logiquement, il ne devrait pas y avoir de point-virgule. Alors, vous allez dire que je chipote, mais cette utilisation : 1) n’existe pas ; 2) se trouve partout dans le livre, et gêne la fluidité des phrases. Enfin, j’ai très peu apprécié le fait que l’héroïne soit si négative et qu’elle pense que le suicide va résoudre tous ses problèmes : j’ai atteint le paroxysme de l’énervement à ce moment-là ! Dernière chose : ce livre est assez, voire très, prévisible !

Passons aux personnages ! Comme je l’ai dit plus haut, Cornélia est un peu un cliché ; mais, pire, elle est agaçante, voire insupportable ! C’est dommage, j’avais eu un bon a priori sur elle rien qu’en voyant son prénom ! Mais, dès le début, je me suis dit que le contact ne passerait pas entre nous. Et cette impression n’a fait qu’empirer quand je me suis rendue compte qu’elle était très moralisatrice avec les autres personnages, assez contradictoire aussi, puisqu’elle change d’avis tout le temps, insultante même quand les autres ne sont pas de son avis. D’un autre côté, elle est très « héroïne naïve, fleur bleue et innocente » : j’ai levé les yeux au ciel un certain nombre de fois en lisant certaines de ses réflexions … Et je me suis aussi dit : encore une jeune fille vierge, qui ne connaît rien à la vie, et qui rêvasse en imaginant des choses ! Encore un cliché ! Et, bien sûr, vers la fin, elle perd son innocence et sa pureté quand [SPOILER] elle laisse son côté vampire prendre le dessus ! [FIN DU SPOILER] Alors, pour être héroïne dans un livre, il faut absolument être vierge et ignorante, être moralisatrice à l’excès et agaçante jusqu’à ce que le lecteur ait envie de coller une gifle à une jeune femme qui se comporte comme une gamine ? Quand à Henri, il est le vampire typique, celui qui a vécu de nombreuses années, qui connaît énormément de choses, qui a été jeune vampire et donc, qui s’est débauché, mais, aujourd’hui, il s’est calmé, évidemment, et il tente de protéger Cornélia d’une menace surpuissante. Evidemment, il est séduisant et effrayant (pour Cornélia, je précise), il est craint, impoli, supérieur, mais, au fond, il cache un être sensible et doux. [SPOILER] Et, évidemment, il est amoureux de l’héroïne depuis des siècles, et n’attendait que de la retrouver pendant tout ce temps. Il l’aime d’un amour pur et innocent, et elle, EVIDEMMENT, ne s’en rend pas compte. [FIN DU SPOILER] Moi, agacée ? Non ! Puis vient le père inquiet, M. Williamson, qui ne s’est pas occupé de sa fille pendant toute sa jeunesse, et qui, quand elle tente de se suicider, se transforme en père aimant, et surprotecteur, qui l’empêche de faire absolument tout. Bonjour M. Swan ! Et Bella, comment elle va ?! On rencontre quand même quelques vampires carnassiers – sauf qu’encore une fois, j’ai pensé à Twilight et aux Volturi quand ils amènent des prisonniers humains dans la salle pour les dévorer ! La scène n’est pas tout à fait la même, mais elle y ressemble quand même beaucoup !

Concernant la fin, il me semble que Cornélia va devenir moins agaçante dans le deuxième tome – et il le faut sérieusement ! Et il semble aussi qu’on va passer plus de temps avec les vampires ! Mais je ne lirai pas Déliquescence tout de suite, je vais me calmer avant !!

 

Donc, un tome qui m’a agacée, une héroïne insupportable, une histoire prévisible, des clichés, et les mêmes tropes que d’habitude.

2 commentaires »

  1. Sylphideland dit :

    AAAAAAAAAAAaaaaaaaaaaaaahhh !
    Comment le résumé du livre me donnait trop envie !! Et puis maintenant que j’ai lu ton avis, j’suis plus très sûre O.O Parce que bon, on est assez semblable sur certaines choses, notamment l’horreur, et quand ça n’a pas sa place, je n’aime pas non plus …
    Arff, je fais quoi du coup ?! xD
    Bon, je pense me laisser tenter quand même, on verra :D
    Chouette article en tout cas, on s’en bien l’effet que t’a fait ce livre :P
    Bisous !

    • redbluemoon dit :

      Ce serait bien que tu le lises, comme ça, si tu as un avis différent, on pourra en discuter !! :D
      J’ai trouvé que c’était trop, ‘fin, je ne sais pas trop comment l’expliquer, ça m’a semblé décalé par rapport au reste.
      Bisous !! :*

Flux RSS des commentaires de cet article.

Répondre à redbluemoon Annuler la réponse.

 

Baseball fans gather zone |
Eaudefiction |
Ici même |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Kpg1221gpk
| Elenaqin
| la saltarelle des baronnes