Redbluemoon

I found myself in Wonderland.

D’après une histoire vraie de Delphine de Vigan

Classé dans : Avis littéraires — 8 août 2017 @ 0 h 38 min

Genre : ContemporaineD'après une histoire vraie

Editeur : Le Livre de Poche

Année de sortie : 2017 [2015]

Nombre de pages : 380

Synopsis : « Encore aujourd’hui, il m’est difficile d’expliquer comment notre relation s’est développée si rapidement, et de quelle manière L. a pu, en l’espace de quelques mois, occuper une place dans ma vie. L. exerçait sur moi une véritable fascination. L. m’étonnait, m’amusait, m’intriguait. M’intimidait. [...] L. exerçait sur moi une douce emprise, intime et troublante, dont j’ignorais la cause et la portée. »

 

Avis : J’ai été intriguée par ce livre après l’avoir vu sur la chaîne Youtube Little Book Owl, puis, dans la bibliothèque de ma sœur. Je me suis laissée tenter !

Voici un livre intelligent !! D’abord, ce titre, qui donne l’impression au lecteur qu’il va lire quelque chose de réel, une autofiction ; puis, ces théories sur la littérature, sur la question de savoir si l’écrivain doit écrire à partir du réel, ou à partir de son imagination, ce qu’attend le lecteur, la question de la supériorité du réel sur la fiction, ou inversement, mais aussi la question de l’après la publication d’un certain livre qui a eu un succès inattendu ; ensuite, la multiplication de données réelles, comme les photos, les noms d’écrivains que l’on connaît, la narratrice qui s’appelle Delphine, comme l’auteur. Tout concourt pour faire croire au lecteur qu’il lit une autobiographie. Et pourtant … [SPOILER POTENTIEL] Au fil de la lecture, le lecteur se demande si la narratrice est tout à fait fiable. [FIN DU SPOILER] Autre élément intelligent : le fait que, dès le début, Delphine fait en sorte d’éveiller la méfiance du lecteur vis-à-vis de L.. Il sait qu’elle est la cause d’une période difficile dans la vie de l’auteur/narratrice, donc il ne cesse de s’attendre à ce qu’elle fasse quelque chose d’affreux. Il voit les signaux d’alarme que l’auteur a laissés passer la première fois, et qu’elle relève au fil du livre. En effet, au moment où les événements se sont passés, Delphine apparaît au lecteur comme quelqu’un de très naïf, ou qui refuse d’ouvrir les yeux sur le comportement de L.. Cette façon de procéder suscite le suspense : le lecteur sait que la supercherie va finir par être découverte, et que L. va passer à l’action. J’ai aimé les nombreuses références littéraires, ainsi que l’écriture de Delphine de Vigan, que je découvre pour la première fois. La seule chose qui m’empêche de faire de ce livre un coup de cœur est un petit manque d’émotion

Concernant les personnages, comme je l’ai dit, Delphine apparaît comme une narratrice un peu naïve, qui se laisse amadouer par L., et qui finit par se rendre compte de la situation dans laquelle elle se trouve seulement quand il est trop tard. Ecrivain, elle est en panne d’inspiration après la publication de Rien ne s’oppose à la nuit, un livre sur sa mère. Elle est aussi harcelée, visiblement par un membre de sa famille, à cause de cette œuvre. Dans sa détresse, elle rencontre L., qui apparaît comme une personne de confiance, comme quelqu’un qui va pouvoir la soutenir. Mais, très vite, son comportement est étrange. Elle envahit la vie de Delphine. [SPOILER] Elle finit par vivre avec elle, et par lui être indispensable. Ce qui m’a surtout intrigué, c’est la façon de la nommer : L., cela peut vouloir dire « elle », la femme que la narratrice veut être, et ne parvient pas à être, une femme sophistiquée, sûre d’elle, qui va finir par remplacer la Delphine qu’elle est. De ce point de vue, je pense que L. est le double de Delphine, que celle-ci est en fait schizophrène, ce qui est confirmé par la façon dont elle se comporte à un certain moment – quand elle tombe dans l’escalier par exemple -, le fait que L. ne rencontre personne parmi les proches de Delphine, que les confidences de L. sont tirées de livres que Delphine a lus, et, surtout, la fin, quand Delphine signe FIN exactement comme L. le faisait pour ses biographies, avec une petite étoile !!! J’avais envisagé ce scénario dès que j’ai vu que L. n’était désignée que par cette lettre, et qu’elle ne rencontrait ni François ni les enfants de la narratrice. [FIN DU SPOILER] D’autres personnages apparaissent comme François, le compagnon de Delphine, chargée de lire des livres et de les juger, Louise et Paul, les jumeaux de la narratrice, qui prennent leur envol. [SPOILER] Ma théorie de la schizophrénie est renforcée par ce départ : quand ils quittent le nid, Delphine se retrouve seule, et doit compenser cette absence. C’est un choc, une sorte de traumatisme, qui lui fait créer L..  [FIN DU SPOILER]

La fin m’a soufflée !! Quelque part, je m’en doutais, mais je n’ai pas pu m’empêcher de me dire que c’était très bien exécuté !! [SPOILER POTENTIEL] Cela m’a fait penser à Cosmétique de l’ennemi, ou Les Catilinaires d’Amélie Nothomb ! [FIN DU SPOILER]

 

Donc, une excellente découverte, tout en mystères et en réflexions !

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

Baseball fans gather zone |
Eaudefiction |
Ici même |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Kpg1221gpk
| Elenaqin
| la saltarelle des baronnes