Redbluemoon

I found myself in Wonderland.

Fantastic Beasts and Where to Find Them de J. K. Rowling

Classé dans : Avis littéraires,Coup de cœur — 16 mai 2017 @ 14 h 02 min

Genre : Fantastique Fantastic Beasts

Editeur : Bloomsbury

Année de sortie : 2017

Nombre de pages : 135

Synopsis : A copy of Fantastic Beasts and Where to Find Them resides in almost every wizarding household in the country. Now Muggles too have the chance to discover what the Puffskein eats and why it is best not to leave milk out for a Knarl.

Proceeds from the sale of this book will go to Comic Relief and J. K. Rowling’s international charity Lumos, which will do magic beyond the powers of any wizard. If you feel that this is insufficient reason to part with your money, I can only hope that passing wizards feel more charitable if they see you being attacked by a Manticore.

Albus Dumbledore.

 

Avis : Cela faisait si longtemps que j’avais envie de lire ce livre !! La réédition est tombée à pic, et je me suis enfin lancée !

Petite remarque, d’abord, sur l’édition : je trouve très belle ! Ce dragon en couverture a l’air un peu dingue, pas du tout le dragon féroce qu’on s’imagine ! Les pattes qui se trouvent sur la première et la quatrième de couverture donnent l’impression d’un grimoire, et j’aime aussi le visuel  »écailles » sur tout le livre ! Le fait que le nom de l’auteur imprimé soit Newt Scamander et non J. K. Rowling rend déjà le monde de l’auteure plus vivant ! Le lecteur est face à un livre qui appartient à l’univers d’Harry Potter et qui le fait entrer d’autant plus dans cet univers qu’il n’a pas de référent dans notre réalité (en tout cas pas sur la couverture) : le synopsis est écrit par Albus Dumbledore, et le seul à s’exprimer dans le livre est Newt Scamander. S’ajoute au design de la couverture les illustrations qui parsèment le livre ! Elles aussi rendent l’univers encore plus vivant, et elles permettent de mieux s’imaginer certaines créatures, même si elles sont toutes bien décrites ! Mention spéciale : pourquoi représenter une Acromantula et me faire risquer l’arrêt cardiaque dès le début parce que je ne m’y attends pas ?!

Le livre est divisé en trois parties distinctes : la préface de Newt, l’introduction de Newt, et le « dictionnaire » des animaux fantastiques. La préface, écrite par Newt, nous parle, en fait, du film Les Animaux Fantastiques. Il rappelle son voyage en Amérique, ses déboires avec MACUSA, et sa lutte contre Grindenwald, tout en disant qu’il ne peut pas encore tout nous dire – en gros, pas de spoilers ! J’ai aimé la touche d’humour à la fin de cette préface, sous la forme d’une remarque adressée aux Moldus ! L’introduction est plus centrée sur les animaux, et sur les questions auxquelles Newt doit d’abord répondre avant de commencer son bestiaire. Le lecteur se retrouve plonger dans l’histoire des sorciers ! J’ai aimé les notes de bas de page qui se réfèrent à des œuvres existantes uniquement dans le monde de J. K. Rowling – problème : cela donne envie de les lire, comme par exemple, A History of Magic de Bathilda Bagshot ! Le lecteur découvre ainsi comment ont été classés les animaux, qui est considéré comme animal fantastique et qui comme « être », comment les sorciers sont parvenus à préserver les animaux fantastiques sans que les Moldus se rendent compte de leur existence, et enfin, l’importance de la Magizoologie - si seulement cette discipline existait réellement !! L’introduction s’achève avec les classifications du Ministère de la Magie pour les animaux fantastiques, et nous arrivons au bestiaire !

Et, malheureusement pour moi, on commence par l’Acromantula ! Je me souviens de ma réaction au cinéma en découvrant les araignées de plus en plus grosses dans Harry Potter et la Chambre des Secrets, pour finir par Aragog ! Après la découverte d’Arachne dans Le Seigneur des Anneaux, je me suis demandée pourquoi les auteurs adoraient les araignées géantes ?! Réponse de mon petit ami : elles font peur. Mais justement, stop aux araignées géantes ! Il y en a même dans The World of Ice & Fire !! Heureusement, plus aucune créature, par la suite, ne ressemble à une araignée ! J’ai adoré découvrir tous ces animaux !! On retrouve des créatures mythologiques, comme la Chimère, la Manticore ou le Sphinx, des créatures fantastiques que l’on peut voir dans d’autres œuvres ou dans le folklore, comme le Dragon ou la Licorne, mais aussi des créatures complètement inédites, sorties de l’imagination de l’auteure ! C’est le cas, par exemple, d’animaux que l’on a déjà pu voir dans les livres ou les films tirés de l’univers de l’écrivain, comme le Niffleur ou le Fire Crab ! J’ai aimé l’explication de l’existence du monstre du Loch Ness et du Yéti ! Ce livre permet à l’univers des sorciers de devenir encore plus réaliste : le lecteur a presque l’impression que, quelque part, ces êtres existent réellement, que la magie se cache vraiment dans notre monde. Il s’émerveille de ces créatures formidables, de leur histoire. Et il est désespéré d’enfin recevoir cette lettre qu’il attend depuis ses 10 ans !! Enfin, J. K. Rowling fait partie de ces auteurs qui sont parvenus à créer un univers auquel le lecteur peut croire parce qu’il repose sur plus qu’une seule série, auquel le lecteur rêve, qu’il s’imagine pleinement, avec son histoire, sa géographie, ses animaux et ses lois. Peut-être le seul point négatif : ce livre se lit très très rapidement, et le lecteur en veut plus !

 

Donc, un excellent petit livre, qui permet au lecteur de s’immerger dans l’univers des sorciers.

2 commentaires »

  1. Les lectures de Marinette dit :

    Cette édition est effectivement très belle :)
    Lu en français et j’en garde un bon souvenir.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

Baseball fans gather zone |
Eaudefiction |
Ici même |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Kpg1221gpk
| Elenaqin
| la saltarelle des baronnes