Redbluemoon

I found myself in Wonderland.

The Discworld series, book 1 : The Colour of Magic de Terry Pratchett

Classé dans : Avis littéraires — 28 avril 2017 @ 10 h 34 min

Genre : Fantasy, Humoristique The Colour of Magic

Editeur : Corgi

Année de sortie : 1988 

Nombre de pages : 285

Titre en français : Les annales du disque-monde, tome 1 : La huitième couleur

Synopsis : On a world supported on the back of a giant turtle (sex unknown), a gleeful, explosive, wickedly eccentric expedition sets out. There’s an avaricious but inept wizard, a naive tourist whose luggage moves on hundreds of dear little legs, dragons who only exist if you believe in them, and of course THE EDGE of the planet …

‘One of the best, and one of the funniest English authors alive’ Independent

 

Avis : Cela faisait un moment que ce livre traînait sur mes étagères ; il m’est souvent venu en mains, mais je ne l’avais pas encore lu. Cette fois, je me suis lancée !

Je ne sais pas pour vous, mais j’ai toujours du mal à entrer dans un livre, le temps que l’univers se mette en place, que les personnages me deviennent sympathiques, le temps que je sois entrée dans l’histoire. Cette difficulté est encore plus grande dans les livres Fantasy, donc y compris dans The Colour of Magic. Le lecteur entre dans un monde complètement inconnu dans lequel il commence par être perdu : les points cardinaux n’ont plus le même nom (mais, du coup, lequel correspond auquel ?), le monde est soutenu sur le dos d’éléphants juchés sur une tortue (?!!), l’univers est composé de tortues qui flottent, et il existe un bord du monde. Malgré cette barrière de l’inconnu, j’ai vite tenté de tout remettre en ordre et j’ai véritablement apprécié l’univers présenté par l’auteur, complètement loufoque, ce qui fait tout son charme ! Son humour est rafraîchissant, et parfois inattendu, prenant le lecteur par surprise ! L’écriture est agréable, un savant mélange de description et de dialogues qui fait que la lecture n’est pas lourde. Ce que j’ai particulièrement apprécié dans ce livre est la reprise de certains lieux communs de la Fantasy pour les détourner et, souvent, les rendre ridicules ! Par exemple, le héros n’est pas du tout celui auquel on peut s’attendre dans une œuvre de Fantasy : il n’est pas courageux, il n’a pas les valeurs morales attendues, il n’a pas de pouvoir particulier, il n’est pas vraiment l’élu, l’anti-héros par excellence, tout comme son compagnon ! Le livre est divisé en quatre parties, qui correspondent chacune à une aventure particulière. Autre exemple : les  »héros » des histoires sont en fait des barbares qui se battent pour peu et n’ont pas énormément de neurones ! L’action est donc présente, et se renouvelle constamment !

Rincewind, magicien qui a été exclu de l’école de sorcellerie, se retrouve héros de ce livre ; comme je le disais juste au-dessus, il est véritablement l’anti-héros par excellence, mais celui que l’on apprécie, pas celui que l’on déteste ! Ses excès de panique sont drôles, tout comme la façon dont il est toujours acculé par des personnages plus puissants que lui. Il n’est pas maître de son destin visiblement, et se retrouve à devoir protéger un touriste qui n’a pas du tout l’air de tenir à la vie ; dans tous les cas, il vit dans une réalité où tout s’arrange toujours ! Les personnalités des protagonistes sont donc opposées, ce qui donne de bonnes scènes hilarantes ! Twoflower, ce compagnon idéaliste et fasciné par absolument tout, même une bagarre pour le tuer, est drôle, souvent sans le vouloir. Il est toujours de bonne humeur, toujours positif, ce qui, étrangement, le sort de nombreux faux pas. Il est accompagné par son bagage, une malle pourvue de jambes, hilarante elle aussi, sans le vouloir elle aussi : on dirait un chien qui suit son maître partout en causant le maximum de dommages sur son passage ! D’autres personnages apparaissent, comme certains « héros » dont je parlais plus haut ou les dragons (ils parlent !) que j’ai particulièrement aimé ! 

La fin (là encore, l’auteur joue avec le lecteur !) laisse présager une très bonne suite ! Bien sûr, comme la plupart des premiers tomes de série, le monde est séduisant, et donne envie d’en savoir encore plus : je pense donc que je préférerai le tome suivant à celui-ci, qui n’est pas loin du coup de cœur, mais qui n’en est tout de même pas un !

 

Donc, un très bon premier tome qui introduit bien le monde et les personnages, et qui donne vraiment envie d’aller plus loin !

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

Baseball fans gather zone |
Eaudefiction |
Ici même |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Kpg1221gpk
| Elenaqin
| la saltarelle des baronnes