Redbluemoon

I found myself in Wonderland.

La Bibliothèque des cœurs cabossés de Katarina Bivald

Classé dans : Avis littéraires — 6 avril 2017 @ 15 h 39 min

Genre : ContemporaineLa Bibliothèque des coeurs cabossés

Editeur : Denoël

Année de sortie : 2015 

Nombre de pages : 482

Synopsis : Tout commence par les lettres que s’envoient deux femmes très différentes : Sara Lindqvist, vingt-huit ans, petit rat de bibliothèque mal dans sa peau, vivant à Haninge en Suède, et Amy Harris, soixante-cinq ans, vieille dame cultivée et solitaire, de Broken Wheel, dans l’Iowa. Après deux ans d’échanges et de conseils à la fois sur la littérature et sur la vie, Sara décide de rendre visite à Amy. Mais, quand elle arrive là-bas, elle apprend avec stupeur qu’Amy est morte. Elle se retrouve seule et perdue dans cette étrange petite ville américaine.

Pour la première fois de sa vie, Sara se fait de vrais amis – et pas uniquement les personnages de ses romans préférés -, qui l’aident à monter une librairie avec tous les livres qu’Amy affectionnait tant. Ce sera pour Sara, et pour les habitants attachants et loufoques de Broken Wheel, une véritable renaissance.

Et lorsque son visa de trois mois expire, ses nouveaux amis ont une idée géniale et complètement folle pour la faire rester à Broken Wheel …

 

Avis : Cela va bientôt faire un an que j’ai ce livre, et je l’ai enfin lu !! 

D’abord, question : pourquoi un synopsis qui raconte pratiquement tout le livre ?! Quel est l’intérêt ? Heureusement que j’ai pris l’habitude de ne pas relire les quatrièmes de couverture avant de commencer la lecture ! ça m’aurait fait le même effet que The Selected Works of T. S. Spivet de Reif Larsen, alias un des livres que j’ai le moins aimés, et dont je n’ai pas compris l’intérêt du tout. Passons ! L’histoire est sympathique, on peut même dire originale dans l’idée de départ : une jeune femme quitte son pays pour rencontrer son amie avec qui elle correspond depuis deux ans, amie qui est morte avant qu’elle arrive ! Sara va donc devoir vivre dans une ville qu’elle ne connaît pas, entourée d’inconnus ! On découvre alors des personnages étranges, mais attachants, pas du tout le genre de psychopathes qu’on voit dans certaines séries TV. La ville est en crise économique, sociale, culturelle, et Sara compte lui redonner un peu de vie, tant qu’elle est présente ! Le lecteur voit donc, à travers Broken Wheel, une campagne américaine appauvrie, enclavée, isolée, sans aucune ouverture sur le monde ou sur autre chose que leur propre village. Aussi, le lecteur a une vision de la société, même si elle n’est ici qu’à l’échelle d’une ville : tout le monde juge tout le monde, on ne peut rien faire sans être critiqué, tout est analysé, tout doit rester en ordre, et être étranger peut vouloir dire être celui qui n’est pas le bienvenu (en tout cas, au début, pendant une sorte de période d’acclimatation !) Mais, bien sûr, la littérature est là pour remédier à tout ça, pour apporter ce qu’il manquait à la ville et à ceux qui y vivent ! Comme le dit le synopsis, (si vous ne l’avez pas lu [SPOILER]) Sara finit par ouvrir une librairie. Cela redonne joie et bonheur autour d’elle, même si les habitants ne lisent pas (au début – parce que, bien sûr, le but est qu’ils s’y mettent !) [FIN DU SPOILER] J’ai aimé la mise en abîme de la littérature dans le livre : l’héroïne a peur d’être un personnage secondaire, alors qu’elle est justement l’héroïne du livre ! J’ai aussi adoré les multiples références littéraires (ma wish-list a encore gonflé : étonnant, n’est-ce pas ?!) qui ne se cantonnent pas aux classiques, mais concernent aussi la Chick-Lit, les thrillers, un peu de littérature suédoise, la littérature américaine, etc. Petites piques contre certains auteurs (mais pourquoi Dan Brown ? J’adore !!) La romance est présente ici : elle n’est pas vraiment énervante, excepté quand les deux personnages concernés sont complètement aveugles, et se disent que, non, bien sûr, l’autre ne peut pas les aimer ! oO L’écriture est normale, pas exceptionnelle, mais pas mauvaise, ce qui est vraiment agréable !

Concernant les personnages d’ailleurs : Sara est une ancienne libraire en Suède, et sa passion pour les livres est dévorante. Difficile de ne pas s’identifier à elle ! Elle est solitaire, rayonnante de joie de vivre, et imparfaite – elle ne s’aime pas vraiment, autant le dire ! La confiance en soi n’est pas son fort, et elle ne sait pas comment s’y prendre avec les gens ; elle préfère les livres, elle ne risque rien avec eux, ils ne risquent ni de la trahir, ni de la blesser ! Elle évolue au fil du roman, mais, parfois, j’ai trouvé ses réactions un peu incohérentes : elle change d’émotion en deux lignes – c’est peut-être un problème de traduction ? Certaines phrases m’ont semblé étranges, sans lien avec les phrases autour ! Elle rencontre de nombreuses personnes à Broken Wheel : George, que j’ai tout de suite apprécié, celui qu’on prend pour un simplet, mais le premier à lire ! ; Amy, que l’on ne rencontre qu’à travers les lettres qu’elle a échangées pendant deux ans avec Sara, et qui se trouvent dans le livre, à intervalles réguliers, une femme forte, qui tenait une grande place dans la ville et qui, pour moi [SPOILER potentiel] se chercher une remplaçante parce qu’elle savait qu’elle allait mourir [FIN DU SPOILER] ; Tom, un peu difficile à cerner au début, mais il semble avoir peur de voir quelqu’un de nouveau s’installer dans sa vie juste pour en partir quand ça lui chante ; Caroline, que j’ai beaucoup apprécié, qui a su me toucher, et que j’avais envie de voir prendre LA décision finale !! ; Grace, attachante malgré sa rudesse, de mauvaise foi comme pas possible, mais cela fait son charme ! ; Claire, dont on ne sait pas grand-chose, mais qui reste un personnage au fort caractère ; John, plutôt effacé, dont on ne sait pas grand-chose, touchant par sa faiblesse, qui ne semble s’impliquer dans rien, qu’on a peut-être un peu envie de bousculer ! ; Andy et Carl, couple que j’ai aimé découvrir, l’un sûr de lui, l’autre mignon comme pas possible, mais plus effacé ; enfin, Josh, que j’ai beaucoup apprécié également !!

La fin est plutôt prévisible, ce qui n’en fait pas une mauvaise fin. Elle laisse une bonne impression sur le livre, que l’on referme avec un sourire !

 

Donc, une très bonne lecture détente, qui traite de la littérature par différents aspects, dont la fin est prévisible, mais qui me laissera un bon souvenir.

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

Baseball fans gather zone |
Eaudefiction |
Ici même |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Kpg1221gpk
| Elenaqin
| la saltarelle des baronnes