Redbluemoon

I found myself in Wonderland.

Les miscellanées de Giles Milton

Classé dans : Avis littéraires,Coup de cœur — 21 février 2017 @ 14 h 34 min

Les miscellanées Genre : Historique

Editeur : Libretto

Année de sortie : 2016

Nombre de pages : 152

Titre originel : Fascinating Footnotes on History

Synopsis : Saviez-vous qu’Hitler prit de la cocaïne ? Qu’un homme s’introduisit à Buckingham Palace jusque dans la chambre de la reine sans être inquiété ? Qu’Agatha Christie prit la poudre d’escampette pendant onze jours sans laisser aucune explication ? Giles Milton, maître incontesté de la narration historique, détaille ici dans une prose teintée d’humour anglais quelques-unes de bizarreries de l’Histoire, qui se lisent comme des fictions, mais sont à cent pour cent réelles.

On y apprend aussi comment un garçon de cabine survécut au feu qui ravagea le zeppelin Hindenburg en 1937, qui était la vraie Mata Hari ou bien encore comment on vola la Joconde sans encombre.

 

Avis : Avant d’offrir ce livre à une amie, je me suis dit que j’allais le feuilleter !

Je voulais donc simplement le feuilleter : absorbée par la lecture, je l’ai dévoré ! Très rapide et facile à lire, les anecdotes / énigmes font maximum quatre pages, et sont assez diversifiées, même si plusieurs d’entre elles se situent à l’époque de la Seconde Guerre mondiale. Le lecteur apprend énormément de choses, parfois sur des événements dont il n’avait pas même connaissance, comme la montée de l’Everest par George Mallory, ou la découverte du sexe du chevalier d’Eon. D’autres « histoires » sont connues, comme la traque d’Eichmann par le Mossad, ou le vol AF8969 à destination de Paris. A la lecture de plusieurs, le lecteur frissonne, comme d’autres ont frissonné au moment des événements. Parfois, il est surpris, comme par l’absence d’Agatha Christie, l’irruption de quelqu’un dans la chambre de la reine, ou le vol de La Joconde, passé inaperçu pendant une journée entière ; parfois indigné, horrifié, comme par les multiples expériences sur des animaux et des hommes, par l’esclavage mentionné dans « l’article » sur Jefferson, par l’exposition d’Ota Benga dans un zoo, par le meurtre d’un enfant, par les pratiques des nazis et leurs horreurs ; parfois, enfin, heureux de constater qu’il existe tout de même des gens bien, ou des gens qui survivent à des situations improbables, comme Irena Sendler, Ada Blackjack, Florenz Szasz. Je suis passée par de nombreuses émotions à la lecture de ce livre, ce qui peut paraître étrange puisque ce n’est pas de la fiction : mais lire l’existence de vagues scélératesses, ou la mort très étrange d’Alfred Loewenstein (tellement bizarre qu’elle en est à la fois drôle et effrayante !), cela fait quelque chose ! Toutes ces histoires sont des miscellanées que l’on peut juger inutiles, mais qui restent savoureuses parce qu’elles nous permettent d’entrer dans l’envers du décor, dans la petite Histoire, ou de résoudre (ou pas !) des énigmes incompréhensibles. Quant à l’écriture, on sent que l’auteur d’origine écrit bien, qu’il prend parti et s’immisce dans son texte à de nombreuses reprises, ce que j’ai apprécié la plupart du temps ; juste quelques impressions bizarres, mais très rares pour une traduction !

 

Donc, un livre qui m’a régalé, vraiment le genre que j’adore, j’ai appris beaucoup de choses !

2 commentaires »

  1. Tassa www.unefrancaisedanslalune.fr dit :

    Il est beau ce titre! je ne connaissais pas du tout; j’aime bien ce genre d’anecdotes!

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

Baseball fans gather zone |
Eaudefiction |
Ici même |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Kpg1221gpk
| Elenaqin
| la saltarelle des baronnes