Redbluemoon

I found myself in Wonderland.

Miss Peregrine’s Peculiar Children, book 2 : Hollow City de Ransom Riggs

Classé dans : Avis littéraires,Coup de cœur — 14 février 2017 @ 23 h 01 min

Genre : Fantastique Hollow City

Editeur : Quirk

Année de sortie :2014 

Nombre de pages : 396

Synopsis : September 3, 1940.

Ten peculiar children flee an army of deadly monsters.

And only one person can help them – but she’s trapped in the body of a bird.

The extraordinary journey that began in Miss Peregrine’s Home for Peculiar Children continues as Jacob Portman and his newfound friends journey to London, the peculiar capital of the world. There, they hope to find a cure for their beloved headmistress, Miss Peregrine. But in this war-torn city, hideous surprises lurk around every corner. And before Jacob can deliver the peculiar children to safety, he must make an important decision about his love for Emma Bloom.

Hollow City draws readers into a richly imagined world of telepathy and time loops, of sideshows and shapeshifters – a world populated with adult « peculiars », murderous wights, and a bizarre menagerie of uncanny animals. Like its predecessor, this second novel in the Peculiar Children series blends thrilling fantasy with never-before-published vintage photography to create a one-of-a-kind reading experience.

 

Avis : Une amie était en train de lire Miss Peregrine, et cela m’a vraiment donné envie de lire la suite !!

J’ai adoré retrouver l’univers du premier tome : ces enfants particuliers, leurs pouvoirs, leurs peurs, leur envie de bien faire et de sauver leur directrice, Miss Peregrine. J’ai adoré en apprendre plus sur leur monde, par exemple, sur les âmes et les expériences des wights, – ce qui est assez effrayant, mais très intéressant, et qui permet de comprendre de nombreux éléments de l’intrigue -, sur l’histoire des Particuliers à travers les contes ! Ce livre est bourré d’action, du début à la fin : attaque de hollows, de wights, capture, évasion, proximité avec la mort, recherche d’une ymbryne, départ pour Londres. Aussi, il est situé pendant une période historique que « j’aime beaucoup » – je ne sais pas si on peut dire qu’on aime cette période, mais la plupart des livres que j’aime ont cet arrière-fond historique -, celle de la Seconde Guerre mondiale. Le lecteur, comme les personnages, se retrouve au cœur de la guerre, au milieu des bombardements, confronté à la violence des nazis – ici, des wights. Le rythme est effréné, les scènes se succèdent, le lecteur n’a pas le temps de reprendre son souffle que les enfants ont déjà continué leur chemin. Ce rythme rend le livre facile à lire, et les surprises multiples le rendent agréable. Le voyage est fait d’aventures, et le lecteur tourne les pages très vite pour savoir ce qui va arriver ensuite : le suspense est omniprésent, et en même temps, j’ai eu l’impression de savoir comment tout allait finir, ce qui m’a un peu embêté. Je pensais qu’il ne pouvait rien arriver aux enfants, parce qu’ils sont les héros, qu’ils allaient forcément réussir. Autre chose, j’ai eu peur que le second tome ne soit pas à la hauteur du premier : ce n’est pas tout à fait le cas, c’est une très bonne suite, mais la surprise d’une œuvre unique et originale est passée, même si l’originalité est toujours là. Concernant l’écriture, je la trouve toujours aussi agréable, comme les passages de réflexion de Jacob, dans lesquels je me suis souvent reconnue. Enfin, les photos sont toujours aussi impressionnantes, et accompagnent parfaitement l’histoire, mais si, là encore, la surprise de les découvrir est passée avec le premier tome.

Jacob est un personnage toujours aussi attachant, qui doute de lui, le anti-héros par excellence en un sens. Il n’est pas un héros, il ne veut pas l’être, il ne sait pas comment parler aux autres, comment agir, il doute de tout ce qu’il fait, de sa valeur, de son pouvoir, tout en tentant de cacher ses inquiétudes aux autres personnages. Il est surtout attachant parce qu’il est possible au lecteur de s’identifier à lui, il est même possible de le voir comme une figure du lecteur dans le livre : dans ce monde nouveau qu’il ne connaît pas, il ne se sent pas tout à fait à sa place, il est émerveillé par des choses communes pour les enfants particuliers. Et pourtant, il n’est pas non plus à sa place dans le monde « normal », avec ses parents, dans un univers familier, où il est considéré comme un fou. J’aime toujours autant Emma, au caractère toujours aussi fort, qui s’est construit une armure autour d’une fragilité qu’elle refuse de montrer aux autres. Elle est leur guide, elle est obligée de rester forte pour les porter quand eux n’en ont pas la force, quand ils doutent ou qu’ils ont peur. Elle n’a pas le droit de baisser les bras, et la pression qu’elle supporte est impressionnante. Il est peut-être plus difficile de s’identifier à elle, mais elle fait partie de mes personnages féminins préférés. Les autres enfants sont tous attachants, excepté Enoch, avec qui j’ai vraiment du mal ici ! Pessimiste à souhait, il remet tout en question sans jamais lui-même s’impliquer, apporter une critique constructive. Bronwyn devient encore plus attachante, une mère poule adorable, une géante au grand cœur ; Olive, aussi légère d’esprit que de corps, celle qui reste peut-être la plus enfantine ; Millard, que j’aime beaucoup, et qui se révèle un personnage lui aussi fragile en certains points, je l’aime aussi beaucoup pour son intelligence et ses connaissances sur le monde des particuliers ! ; Hugh, qui m’a fait mal au cœur, qui cache lui aussi ce qui lui fait mal, qui me fait aimer les abeilles, et qui nous rappelle que la vie est importante en elle-même, que celle d’un animal n’a pas moins de valeur que celle d’un homme ; Fiona et Claire, que l’on voit moins dans ce tome, mais la première que j’aime beaucoup, et la seconde qui me semble adorable. Nous rencontrons d’autres personnages, comme Addison, personnage que j’ai adoré découvrir, et que j’ai hâte de retrouver dans le tome suivant.

La fin est surprenante ! Je ne m’y attendais vraiment pas, un très bon rebondissement, qui me permet de dire que ce tome est excellent, qui fait de lui un coup de cœur, parce que j’ai jugé tout le livre sur sa fin en m’attendant à autre chose, et que c’était la raison pour laquelle je n’étais pas dedans à 100%. Et bien sûr, elle donne immédiatement envie de lire la suite !!

 

Donc, un très bon second tome, qui devient excellent avec la fin, et qui donne très envie de lire The Library of Souls !!

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

Baseball fans gather zone |
Eaudefiction |
Ici même |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Kpg1221gpk
| Elenaqin
| la saltarelle des baronnes