Redbluemoon

I found myself in Wonderland.

Paulina 1880 de Pierre Jean Jouve

Classé dans : Avis littéraires — 20 décembre 2016 @ 19 h 21 min

Genre : Paulina 1880Contemporaine

Editeur : Folio

Année de sortie : 2011

Nombre de pages : 246

Synopsis : Paulina Pandolfini.

Née à Milan le 14 juin 1849. Fille cadette de Mario Giuseppe Pandolfini et de Lucia Carolina son épouse.

Célibataire sans profession.

A séjourné comme novice dans le couvent de la Visitation de Mantoue de 1877 à 1879.

A tué à Florence, le 28 août 1880, son amant le comte Michele Cantarini.

Condamnée par jugement de la Cour de Florence en date du 12 avril 1881, à vingt-cinq années d’emprisonnement. A purgé sa peine dans la prison judiciaire de Turin jusqu’au 15 juin 1891, date à laquelle elle fut graciée.

 

Avis : Je devais lire ce livre pour le prochain semestre, et, voyant la longueur des chapitres, je me suis dit que ce serait rapide et agréable.

Alors, rapide, d’accord. Mais agréable, pas du tout. Je n’ai aimé ni le sujet, ni l’écriture, qui était présentée comme poétique. Je n’ai pas vu où elle l’était ! Elle n’est pas mauvaise, mais pas exceptionnelle non plus. Quant au sujet, le mélange entre amour et religiosité, je n’ai pas du tout apprécié. Cela colle peut-être avec l’époque, et certains peuvent aimer découvrir ce que l’amour pouvait être pour une jeune fille religieuse en 1860, mais ce ne fut pas mon cas ! De plus, quel est l’intérêt de mettre, comme synopsis du livre, l’avant-dernier chapitre ? Quelle est cette manie de tout révéler dès la quatrième de couverture ? Cela tue complètement l’intérêt du lecteur, qui se dit qu’il a déjà tout lu et qu’il sait comment tout se termine. En prenant du recul sur cette lecture, je me sens agacée. Je n’ai pas détesté mais je n’ai rien ressenti face aux déboires amoureux de Paulina, face à ses doutes. Tout cela est bien développé et peut plaire à d’autres, mais je n’ai ressenti que de l’indifférence ce qui est assez rare. Je n’ai pas été touchée par les personnages auxquels je ne me suis pas attachée, je n’ai pas ressenti d’empathie pour Paulina, ni pour Michele, l’histoire ne m’a pas émue. Une vraie déception ! Pour parler de la couverture : d’accord, Paulina pêche, mais de là à l’associer au Péché de Franz von Stuck ? Je trouve que cela ne colle pas.

Paulina est donc l’héroïne de ce livre, qui porte son nom, et la date de son meurtre. Comme je l’ai dit, elle ne m’a pas touchée. Elle est la joie de vivre incarnée étant jeune, puis elle sombre dans le péché, doute beaucoup, se tourne vers la foi de façon exagérée et tente de se repentir pour mieux plonger. Elle peut faire pitié, elle peut faire mal au cœur, mais elle m’a laissée froide. Pourtant, je sais que je ne suis pas une insensible, mais là, rien ne s’est passé. C’est un peu la même chose avec Michele : j’ai peut-être ressenti un peu plus de peine pour lui. Il s’est marié trop tôt, et est tombé amoureux trop tard. Le bonheur qu’il se crée peut être durable, si Paulina le veut – mais là encore, elle se voit comme une pécheresse qui vole la place de l’épouse et donc refuse de légitimer leur union. Michele est un peu celui qui n’a pas compris l’héroïne et qui le paie très cher. D’autres personnages se trouvent dans le roman, comme le père de Paulina, Mario. Sa fille est son bijou, elle est le joyau de la famille. Les frères de la jeune fille apparaissent aussi, tous plus ou moins contre elle. Sa mère est très effacée et disparaît rapidement.

La fin n’est pas surprenante : le lecteur pouvait se douter que la tentative de Paulina échouerait. Le nouveau personnage qui apparaît vient de nulle part, et on se demande comment Paulina et lui se sont rencontrés. En tout cas, l’héroïne est toujours en plein repentir.

 

Donc, une déception, qui traite un sujet qui ne m’attire pas du tout et qui ne m’a pas plu. Des personnages assez peu attachants, et une histoire dont on connaît la fin.

4 commentaires »

  1. Sylphideland dit :

    Ouch O.O
    Bah, tu peux être sûre que je ne le lirai pas celui-là XD
    Par contre, la couverture me fait penser à celle de « Melmoth » de Charles Maturin, et celui-là, pour le coup, je te le conseille vraiment !
    Il a un côté mystérieux du genre « La dame en blanc » de Wilkie Collins, et sombre et tortueux dans le genre des « Hauts de Hurlevent » de Brönte :3
    Si le cœur t’en dis ;)

    • redbluemoon dit :

      Honnêtement, je ne te le recommande pas du tout !!
      Ah oui, j’ai entendu parler de Melmoth, il est dans ma wish-list, ça fait un moment que j’ai envie de le lire ! Il me semblait aussi que la couverture était la même ! Merci pour la recommandation !! :D

      • Sylphideland dit :

        De rien :D
        C’est un coup de cœur pour moi « Melmoth », je l’ai gardé chez moi, celui-là je ne m’en séparerais jamais c’est sûr !
        Tiens bah, rien que d’en reparler, j’ai bien envie de le relire XD

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

Baseball fans gather zone |
Eaudefiction |
Ici même |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Kpg1221gpk
| Elenaqin
| la saltarelle des baronnes