Redbluemoon

I found myself in Wonderland.

Miss Peregrine’s Home for Peculiar Children, book 1 de Ransom Riggs

Classé dans : Avis littéraires,Coup de cœur — 25 septembre 2016 @ 22 h 29 min

Miss PeregrineGenre : Fantastique, Jeunesse

Editeur : Quirk

Année de sortie :2011 

Nombre de pages : 349

Synopsis : A mysterious island. An abandoned orphanage. A strange collection of very peculiar photographs. It all waits to be discovered in Miss Peregrine’s Home for Peculiar Children, an unforgettable novel that mixes fiction and photography in a thrilling reading experience. As our story opens, a horrific family tragedy sets sixteen-year-old Jacob journeying to a remote island off the coast of Wales, where he discovers the crumbling ruins of Miss Peregrine’s Home for Peculiar Children. As Jacob explores its abandoned bedrooms and hallways, it becomes clear that Miss Peregrine’s children were more than just peculiar. They may have been dangerous. They may have been quarantined on a deserted island for good reason. And somehow – impossible though it seems – they may still be alive. A spine-tingling fantasy illustrated with haunting vintage photography, Miss Peregrine’s Home for Peculiar Children will delight adults, teens, and anyone who relishes an adventure in the shadows.

 

Avis : J’avoue que j’ai découvert ce livre (avec pas mal d’autres !) en consultant une liste des œuvres qui allaient être adaptées au cinéma dans les années à venir. Quand j’ai vu le résumé de Miss Peregrine’s Home for Peculiar Children, et le directeur chargé du tournage (Tim Burton !!!), j’ai su que ce livre allait me plaire !

Et je ne me suis pas trompée ! C’est un coup de cœur !! Si bien que je ne sais pas trop par quoi commencer ! Peut-être par ça : voici un livre qui peut être considéré comme de la YA et que j’ai trouvé vraiment original, que ce soit concernant l’histoire, les personnages et le support ! Pas d’amour qui tombe du ciel, pas de schéma narratif couru d’avance ; je suis allée de surprise en surprise, et j’ai adoré ça ! J’ai vu certains commentaires sur la longueur du début : c’est vrai que ça peut paraître un peu long, mais justement, le début installe bien l’histoire ! On est plongé dans la vie de Jacob, on comprend d’où lui viennent ses histoires, et un événement important se déroule quand même dans le premier chapitre !! En parlant de chapitre, ceux-ci peuvent faire peur par leur longueur : honnêtement, je n’ai pas vu les pages passer ! Une des choses qui m’a particulièrement plu ici : le mélange, le contraste entre ambiance gothique et couleurs très vives, ce que l’on retrouve justement souvent dans l’univers de Tim Burton (j’ai beaucoup pensé à la façon dont il pourrait adapter le film, notamment des scènes que je me suis bien imaginée voir à l’écran !) C’était un mariage parfait !! J’ai adoré l’histoire des deux types d’hommes, que l’on retrouve souvent dans les œuvres où il existe des mutants et des personnes « normales », celle des personnes particulières, fascinante, attirante, l’accueil qui leur a été réservé (étonnant …), comment elles ont vécu et vivent encore, celle des wights et des hollows (je ne sais pas comment ces mots ont été traduits, donc je préfère les laisser en VO) (hollow qui m’a fait penser à Bleach !), intéressante et terrifiante, celle du grand-père de Jacob, que son petit-fils apprend peu à peu à connaître à travers ce qui lui est révélé peu à peu, celles des enfants particuliers, qu’on ne connaît pas toutes, et déjà le peu qui est dit donne envie d’en savoir plus, celle des boucles, que j’ai trouvé très intelligente, captivante ! Evidemment, les photos ne font qu’ajouter du bonus à ce livre ! Elles le rendent encore plus attrayant, encore plus vivant. Certaines sont vraiment effrayantes, j’en ai eu la chair de poule ! M’ont aussi donné la chair de poule certaines scènes sanglantes, dont une qui m’a hérissé les poils, et dont je ne peux pas me souvenir sans une moue de dégoût ! J’ai aussi aimé (mais, qu’est-ce que je n’ai pas aimé ?!) l’écriture de Ransom Riggs, belle, parfois poétique dans le sens gothique du terme (je ne sais pas si je me fais bien comprendre !), en accord avec l’atmosphère générale du livre.

Jacob, le narrateur et héros du roman, est un garçon que tout le monde trouve étrange, même ses propres parents. Sans ami, plutôt solitaire, proche de son grand-père, il était terrifié enfant par les histoires que ce dernier lui racontait à propos d’enfants particuliers poursuivis par des monstres. Mais au fil du temps, Jacob grandit et n’y croit plus. Jusqu’à ce que … je ne vous dirai pas ! Mais quelque chose se passe, et le héros se demande si son grand-père était fou, ou si ces enfants existent réellement. Je me suis facilement attaché à Jacob : il pense osciller entre folie et raison, il se demande si tout est réel ou s’il rêve, il tente de comprendre ce qui lui arrive, ce qui est arrivé à son grand-père. Il comprend peu à peu l’impact de son « aventure » sur sa vie en général : il ne sera plus jamais le même. Cela signe une évolution chez le personnage – on pouvait en voir l’embryon au début déjà. C’est aussi, en quelque sorte, un héros masculin typique, dans le genre « lucidité à propos de ses capacités » et « non confiance en soi » : il sait qu’il est lâche, qu’il n’est pas capable de certaines choses, il ne se sent pas l’âme d’un héros. Et pourtant, il ne m’a jamais agacé ; il est même touchant ! Sa solitude et son besoin d’amour sont émouvants. J’ai aimé aussi le personnage d’Emily Bloom, même si j’ai peut-être eu un peu de mal au début. Blessée depuis longtemps, l’attaque est sa meilleure défense (même si cette défense ne dure pas longtemps !) Son don (ou ses pouvoirs, ou sa particularité, comme vous préférez) m’a fasciné, plus encore que ceux des autres enfants, même si je les ai tous trouvés fascinants. Au fur et à mesure, la jeune fille s’ouvre, dévoile sa véritable personnalité, laisse entrer le narrateur dans son monde, et le lecteur les suit. Elle reste tout de même un personnage fort, endurci par les années, et capable de tout pour protéger ceux qu’il aime. Le personnage d’Alma Peregrine m’a plu également : protectrice à l’excès, mystérieuse et autoritaire, elle est l’image même de la directrice adorée, mais crainte. Je n’ai pas eu beaucoup de mal à me l’imaginer ! Viennent ensuite tous les enfants particuliers : Olive, de qui j’adore le don, Millard, espiègle à cause de sa particularité même, Enoch, assez dérangeant, Bronwyn, ou She-Hulk, Hugh et ses abeilles, Fiona, peut-être encore plus étrange que les autres, Claire, personnage peu exploité pour le moment, à l’apparence adorable et à la particularité tout à fait singulière !, Victor, à qui il est arrivé quelque chose que l’on finit par découvrir, et d’autres encore ! Est également présent Abraham Portman, mystérieux grand-père de Jacob, qui a caché une double vie à sa famille toute sa vie, double vie que son petit-fils s’efforce de découvrir ! J’ai aimé ce personnage, qui veut préparer Jacob, et qui n’échoue pas complètement !

La fin m’a fait verser une larme (ce qui est rare !) Elle donne envie de lire la suite que, grâce à une Bookstagrammeuse, j’ai eu la présence d’esprit d’acheter en même temps que le premier tome ! Des choses nous sont révélées, un projet semble se mettre en place, et la vie des enfants particuliers et de Jacob est bouleversée à jamais !

 

Donc, un excellent premier tome, délicieusement gothique et coloré, plein de surprises, qui donne envie de découvrir la suite des aventures des enfants particuliers !

2 commentaires »

  1. Les lectures de Marinette dit :

    Ravie que tu aies aimé :D C’est une saga que j’adore et j’ai hâte de voir ce que donnera l’adaptation de Burton.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

Baseball fans gather zone |
Eaudefiction |
Ici même |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Kpg1221gpk
| Elenaqin
| la saltarelle des baronnes