Redbluemoon

I found myself in Wonderland.

The Book of Ivy, tome 1 d’Amy Engel

Classé dans : Avis littéraires — 22 septembre 2016 @ 19 h 57 min

The Book of Ivy Genre : Science-fiction, Jeunesse

Editeur : Lumen

Année de sortie : 2015 

Nombre de pages : 342

Synopsis : Née pour trahir et faite pour tuer … Sera-t-elle à la hauteur ? Voilà cinquante ans qu’une guerre nucléaire a décimé la population mondiale. Un groupe de survivants d’une dizaine de milliers de personnes a fini par se former, et ce qui reste des Etats-Unis d’Amérique s’est choisi un président. Mais des deux familles qui se sont affrontées pour obtenir le pouvoir, la mienne a perdu. Aujourd’hui, les fils et les filles des adversaires d’autrefois sont contraints de s’épouser, chaque année, lors d’une cérémonie censée assurer l’unité du peuple. J’ai seize ans cette année, et mon tour est venu. Je m’appelle Ivy Westfall, et je n’ai qu’une seule et unique mission dans la vie : tuer le garçon qu’on me destine, Bishop, le fils du président. Depuis ma plus tendre enfance, je me prépare pour ce moment. Peu importent mes sentiments, mes désirs, mes doutes. Les espoirs de toute une communauté reposent sur moi. Le temps de la rébellion approche … Bishop doit mourir. Et je serai celle qui le tuera. Née pour trahir et faite pour tuer … Sera-t-elle à la hauteur ? A la fois histoire d’amour torturée, thriller psychologique et dystopie cruelle, The Book of Ivy vous entraîne dans un compte à rebours haletant dont vous ne sortirez pas indemnes.

 

Avis : Ce livre m’a été prêté par ma petite sœur, que je remercie !!

Je ne peux pas nier que ce livre soit un bon roman YA. Mais je me pose des questions : Pourquoi tous les YA se ressemblent-ils ? Pourquoi le schéma narratif est toujours le même ? Et pourquoi, pourquoi l’amour est traité de cette façon ? J’ai de plus en plus de mal à supporter cette uniformité que je retrouve dans tous les romans jeunesse, et encore, ici, l’amour, qui tombe de nulle part dans les autres, est justifié. Mais d’autres éléments rendent ce livre assez cliché, trop peut-être, et notamment le personnage masculin, parfait (même si l’héroïne dit que ce n’est pas le cas, c’est justement ses petites imperfections qui font qu’il est parfait !) Et c’est tellement prévisible !!! Mais revenons au livre ! L’écriture est simple, normal, sans qualité particulière ; en revanche, j’ai trouvé beaucoup de fautes comme « l’arrête du nez » ou « la chemise et mouillée » … On sent aussi la traduction quand on lit, ce que je trouve dommage. Quant à l’histoire, on retrouve les pendants de la YA dystopique : une guerre a décimé la planète, l’héroïne est contre le système instauré dans sa ville et va prendre les choses en main pour que tout change. Ce qui change, c’est l’origine de la ville, les histoires de famille qui se greffent à l’intrigue ; dans une scène, Bishop montre un exemplaire de Roméo et Juliette à Ivy, comme si leur histoire leur ressemblait. J’ai donc eu l’impression d’un mélange entre Divergente, La Sélection et Roméo et Juliette, ce qui, au final, donne un livre original, même si c’est du déjà vu ailleurs. L’embrigadement dont l’héroïne est l’objet est très énervant !! Elle est tellement convaincue que sa famille dit vrai. Evidemment, on ne peut pas lui en vouloir, elle a été élevée comme ça. Problème : elle répète beaucoup qu’elle est manipulée, qu’elle doit manipuler et qu’elle n’est pas capable de le faire.

Ivy est donc parfois un peu agaçante, mais le lecteur s’y attache vite et partage une partie de ses idées. Le système des mariages arrangés est effectivement aberrant, mais pas seulement pour les filles, pour l’amour en général. Complètement sous l’emprise de sa famille, elle apprend à devenir un être pensant à part entière, ce qui est assez agréable, mais qui, encore une fois, ressemble aux autres YA. Elle se cesse de répéter qu’elle n’est pas capable de faire ce pour quoi elle a été choisie, mais elle est incapable aussi de renoncer. Intelligente, elle parvient à faire ce qu’elle veut, donc elle pourrait faire plus ! Son sacrifice m’a énervé même si j’aurais peut-être agi de la même façon. Bishop, comme je le disais, est le personnage masculin parfait. Il est donc très facile de s’attacher à lui. Il semble n’avoir aucun côté sombre (ou peut-être un tout petit) ; aucun mystère donc, ce qui est peut-être un peu dommage. L’homme parfait aussi par rapport à nos normes actuelles. J’ai détesté le personnage de Callie : comment peut-on faire ce genre de choses à sa propre sœur ? Soit elle ne réfléchit absolument pas, soit elle a une telle soif de pouvoir qu’elle se fiche du moyen par lequel elle arrivera à ses fins. Cette fille m’a donné des frissons tant elle est affreuse au fond. Le père d’Ivy n’est pas beaucoup mieux : obnubilé par le pouvoir, il est prêt à risquer la vie de sa fille pour récupérer la ville. Il les a tellement manipulé qu’elles ne sont pas capables de penser pour elles-mêmes. Enfin, les parents de Bishop, Mr et Mme Lattimer. Le premier semble plutôt sympathique, malgré toutes les horreurs qu’il aurait commises, et le gouvernement qu’il a instauré ; elle, en revanche, fait froid dans le dos par son côté glacial, son absence d’affection pour qui que ce soit. On dirait une mère lionne mais sans aucune chaleur envers ses petits. Personnages secondaires : Dylan et Meredith, insupportables dans leur genre.

La fin est prévisible elle aussi, et je me demande comment Ivy a pu ne pas y penser ! Elle est aussi efficace, puisqu’elle donne envie de lire la suite !! Mais, elle n’est pas très cohérente : Ivy se rend compte du danger, et l’oublie au chapitre suivant …

 

Donc, un bon roman YA, mais un peu comme les autres, prévisible.

2 commentaires »

  1. Sylphideland dit :

    Bah écoute tu me rassures, parce que j’ai eu la même impression que toi, alors que beaucoup autour de moi « criait » au chef d’œuvre. Moi personnellement, me suis ennuyée … d’ailleurs me souviens pas si je l’ai terminé ou pas, c’est dire o.O
    Mais effectivement, ça m’avait laissé une impression de remâcher à l’infini :P
    Bonne journée !!

    • redbluemoon dit :

      Tu me rassures aussi !! Ce n’est pas vraiment que je me suis ennuyée, c’est que j’avais l’impression de relire encore la même chose ! La fin est bien, mais pas très cohérente par rapport à ce qui se passe avant je trouve.
      Bonne journée à toi aussi !!

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

Baseball fans gather zone |
Eaudefiction |
Ici même |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Kpg1221gpk
| Elenaqin
| la saltarelle des baronnes