Redbluemoon

I found myself in Wonderland.

La 5e Vague de Rick Yancey

Classé dans : Avis littéraires — 28 juin 2016 @ 22 h 32 min

La 5e Vague Genre : Science-Fiction, Jeunesse

Editeur : France Loisirs

Année de sortie : 2015

Nombre de pages : 592

Synopsis : 1ere vague : Extinction des feux. 2e vague : Déferlante. 3e vague : Pandémie. 4e vague : Silence. A l’aube de la 5e vague, sur une autoroute désertée, Cassie tente de Leur échapper … Eux, ces êtres qui ressemblent trait pour trait aux humains et qui écument la campagne, exécutant quiconque a le malheur de croiser Leur chemin. Eux, qui ont balayé les dernières poches de résistance et dispersé les quelques rescapés. Pour Cassie, rester en vie signifie rester seule. Elle se raccroche à cette règle jusqu’à ce qu’elle rencontre Evan Walker. Mystérieux et envoûtant, ce garçon pourrait bien être son ultime espoir de sauver son petit frère. Du moins si Evan est bien celui qu’il prétend … Ils connaissent notre manière de penser. Ils savent comment nous exterminer. Ils nous ont enlevé toute raison de vivre. Ils viennent maintenant nous arracher ce pour quoi nous sommes prêts à mourir.

 

Avis : Ce livre m’attirait depuis un moment, et je me suis finalement lancée, prête à une lecture peut-être un peu déprimante.

Je me trompais sur le « un peu ». C’était vraiment déprimant ! Et sombre, à l’image de la couverture, que je trouve assez jolie. Je m’étais dit que cette dystopie YA serait originale puisqu’elle impliquait des extraterrestres, contrairement à la plupart de celles que j’ai déjà pu lire. En réalité, j’ai eu l’impression de lire un mix des Ames Vagabondes et d’Illuminae. (Je sais que le dernier est sorti après La 5e Vague, mais comme je l’ai lu avant, cela m’y a quand même fait penser). Mais, en moins agréable que ces deux livres, qui font partie de mes coups de cœur. Moins agréable pour plusieurs raisons : d’abord, l’atmosphère vraiment déprimante. On peut s’y attendre dans un roman post-apocalyptique, mais ici, l’héroïne ne cesse de répéter ses malheurs, et ce qui arrive aux habitants de la Terre est si horrible … S’imaginer dans un monde pareil fait froid dans le dos ! On comprend le système des vagues et de l’invasion peu à peu, notamment grâce à des flash-backs des personnages (parce que le point de vue narratif change au cours de l’histoire, ce que j’ai trouvé très intéressant), à des explications au fur et à mesure, et à des illuminations des personnages, quand le lecteur avait déjà compris grâce à d’autres points de vue. J’ai trouvé ce système ingénieux, insidieux, dès le début, avec un prologue qui fait un peu froid dans le dos. Deuxième raison : l’héroïne, très agaçante, à qui on a parfois envie de mettre des claques. Et son attitude avec les garçons … J’ai trouvé qu’on ne pouvait pas faire plus énervant ! Une fille qui se préoccupe du torse d’un gars alors qu’elle se demande si son petit frère est encore vivant ? Pourquoi faut-il que certaines histoires soient gâchées par les personnages qui les vivent ? Concernant l’écriture, je ne sais pas si c’est un problème de traduction ou si le livre en VO est écrit comme cela, mais c’est parfois relâché sans raison, et les points de vue des personnages ne sont pas distingués par une façon de parler différente, ce que j’ai trouvé dommage, puisqu’ils se confondent alors.

J‘ai déjà dit ce que je pensais un peu de Cassie. Elle a évidemment les qualités d’une héroïne YA : courageuse, le sens du sacrifice, l’objectif à atteindre coûte que coûte. Mais elle en représente aussi les « clichés » : facilement attirée par les garçons, ne cesse de répéter la même chose, ne voit pas les choses évidentes, du genre ses qualités, sa beauté, l’amour qu’on lui porte, ou les conclusions évidentes à tirer de certaines situations. Elle m’a donc assez agacée, et j’ai trouvé parfois qu’elle était contradictoire : selon son point de vue, elle a tellement changé depuis l’Arrivée que son comportement est totalement l’opposé de ce qu’il était avant. Le lecteur se retrouve aussi dans la peau d’Evan Walker, un garçon (évidemment) mystérieux (sauf pour le lecteur qui connaît déjà son secret). Cela aurait peut-être été plus intéressant si, justement, celui qui lisait n’avait pas été au courant du secret d’Evan. Aussi, ses sentiments sont un peu ridicules. Cela sonne creux. Malgré tout, c’était mon personnage préféré, sans doute parce qu’il est plus fragile, solitaire, différent des autres ; il m’a un peu fait mal au cœur. Le lecteur rencontre également un autre personnage masculin, très différent du premier, que j’ai apprécié sans l’adorer. Lui aussi, comme Cassie, est complètement bouleversé par l’Arrivée : sa vie change du tout au tout. Du garçon populaire, il passe à un anonyme qui doit se battre pour sa vie. On rencontre également Sammy, tellement mignon qu’on voudrait un petit frère exactement pareil ! Il représente une petite perle de pureté au milieu de ce monde qui part en lambeaux. Le cœur du lecteur se serre quand il est confronté à son point de vue : celui d’un enfant face à quelque chose qu’il tente de voir de manière positive sans que ce soit possible. D’autres personnages apparaissent : Vosch, que l’on a d’abord du mal à cerner, Ringer, que j’ai apprécié, surtout grâce à sa lucidité, les autres enfants, plus ou moins effacés, dont Teacup, que j’ai apprécié, le père de Cassie, que j’ai apprécié également, ainsi que ce que j’ai vu de sa mère.

La fin est aussi énervante que l’héroïne (en tout cas concernant la dernière action pendant la dernière scène). J’ai pourtant envie de lire la suite, car l’histoire en elle-même est intéressante, mais ce ne sera pas pour tout de suite !

 

Donc, un avis mitigé pour un premier tome intéressant concernant l’histoire ; j’espère que l’attitude de l’héroïne va changer !

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

Baseball fans gather zone |
Eaudefiction |
Ici même |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Kpg1221gpk
| Elenaqin
| la saltarelle des baronnes