Redbluemoon

I found myself in Wonderland.

Absolument dé-bor-dée ! ou le paradoxe du fonctionnaire de Zoé Shepard

Classé dans : Avis littéraires — 13 juin 2016 @ 13 h 16 min

Absolument dé-bor-dée !Genre : Humoristique, Contemporaine

Editeur : Albin Michel

Année de sortie : 2010

Nombre de pages : 298

Synopsis : Dur, dur d’être fonctionnaire ! Embauchée après huit années d’études supérieures dans une mairie de province, Zoé Shepard a vite déchanté. Plongée dans un univers où incompétence rime avec flagornerie, ses journées sont rythmées par des réunions où aucune décision n’est jamais prise, des rapports qu’elle doit rédiger en dix jours (quand deux heures suffisent), des pots de bienvenue, de départ, d’anniversaire. Sans oublier les séminaires « de formation », les heures à potiner à la cantine et à la machine à café, les chefs « débordés » par les jeux en ligne et les préoccupantes interrogations de tous sur les destinations de vacances et autres RTT … Chargée de mission dans un service fourre-tout, truqueuse patentée de notes administratives, G.O. pour délégations étrangères et hocheuse de tête en réunion, Zoé Shepard raconte avec un humour mordant ses tribulations de fonctionnaire désespérée dans un univers bien pire que tout ce que vous pouviez imaginer.

 

Avis : J’avais envie de lire une lecture détente qui me ferait rire ; je me suis donc dit que Zoé Shepard serait parfaite !

Et pourtant, elle ne m’a pas autant détendu que ce à quoi je m’attendais ! Dès le début, l’humour est présent, souvent acerbe, cynique, l’auteure manie bien l’ironie, et j’ai parfois éclaté de rire quand elle se rendait compte de l’absence de second degré chez certains ; mais derrière lui, on sent l’exaspération, le désespoir, la lassitude. L’impression d’avoir travaillé toutes ses années pour rien, ou le pire cauchemar de celui qui fait de longues études ! Dès le début, l’auteure nous parle des difficultés pour arriver à ce jour où elle passe son oral, où elle va enfin entrer dans l’administration ! Difficultés extrêmement exagérées par rapport au travail qu’elle doit faire ensuite : pratiquement rien. Il semblerait même que ce soit un art de ne rien faire ! J’ai trouvé ce livre plus effrayant que drôle : même si tous les fonctionnaires ne sont pas comme les personnages décrits ici, le fait qu’il en existe quelques uns de la sorte peut facilement rendre malade ! Parfois, on peut avoir l’impression d’une exagération, d’un rajout de la part de l’auteure tant ce qu’elle raconte semble invraisemblable ! Autre chose : sa façon de parler de ses collègues, avec des surnoms plus ou moins sympathiques, devient agaçante au fur et à mesure du livre, et répétitive. Et aussi, on sent la différence entre la narratrice, qui sait de quoi elle parle et a un minimum de culture générale, et les autres, notamment celle qui sort qu’Amélie Nothomb est française.

Concernant les personnages, on sent la colère de la narratrice derrière son humour grinçant ; à travers lui, c’est à une dénonciation que le lecteur a à faire. L’indignation qu’elle ressent nous est communiquée ; il est donc parfois difficile d’apprécier ce livre. J’ai vraiment compati avec la narratrice, je me suis très bien imaginée à sa place : j’aurais réagi de la même façon. On dirait que ce manque de travail et de considération l’ont endurci, en plus des années d’étude qu’elle a eu à subir pour en arriver là. A travers ses yeux, nous rencontrons des fonctionnaires plus hallucinants les uns que les autres : Coralie, qui ne sait pas photocopier correctement, et ne comprend rien à ce qu’on lui dit, Monique, qui ne fait même pas semblant de travailler, sans doute un des seuls personnages sympathiques, Michelle, la seule qui bosse vraiment, et donc celle qui se tape tout le boulot, Clothilde, qui veut absolument se faire mousser, mais ne sait pas ce qui signifie le mot « travail », Fred, carrément pervers, Cyril, qui débarque et ne se rend pas tout de suite compte de l’ampleur de la catastrophe, le patron, sympathique, qui parvient à faire tourner la mairie du mieux qu’il peut et s’étonne du manque de résultat, le maire, ou la corruption incarnée, et d’autres encore. Tous ces personnages semblent vraiment des caricatures, mais cela permet de dénoncer le système dans lequel l’auteure s’est retrouvée !

La fin montre l’aboutissement d’un trop plein d’incompétence, le bord de la crise de nerfs et de la dépression.

 

Donc, un bon livre qui dénonce le comportement de certains fonctionnaires, mais qui ne faut bien sûr pas généraliser. De l’humour, mais surtout, une espèce d’effroi à la vue de ce que peuvent faire ceux qui administrent pour nous !

2 commentaires »

  1. LaLibrosphère dit :

    J’ai hâte de lire ton avis sur ce livre. J’en ai entendu parlé et je crois d’ailleurs que l’auteur a été licenciée suite à ce livre..

    • redbluemoon dit :

      Je vais bientôt le poster, j’avoue que j’ai plongé dans Harry Potter and the Order of the Phoenix juste après et que j’ai un peu oublié cette chronique (shame on me !!) Elle arrive bientôt !!

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

Baseball fans gather zone |
Eaudefiction |
Ici même |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Kpg1221gpk
| Elenaqin
| la saltarelle des baronnes