Redbluemoon

I found myself in Wonderland.

A Song of Ice and Fire, book 5 : A Dance with Dragons de George R. R. Martin

Classé dans : Avis littéraires,Coup de cœur — 11 février 2016 @ 0 h 38 min

A Dance with Dragons Genre : Fantasy

Editeur : Bantam Books

Année de sortie : 2012

Nombre de pages : 1051

Synopsis : In the aftermath of a colossal battle, Daenerys Targaryen rules with her three dragons as queen of a city built on dust and death. But Daenerys has thousands of enemies, and many have set out to find her. Fleeing from Westeros with a price on his head, Tyrion Lannister, too, is making his way east – with new allies who may not be the ragtag band they seem. And in the frozen north, Jon Snow confronts creatures beyond the Wall of ice and stone, and powerful foes from within the Night’s Watch. In a time of rising restlessness, the tides of destiny and politics lead a grand cast of outlaws and priests, soldiers and skinchangers, nobles and slaves, to the greatest dance of all.

 

Avis : J’avais hâte de lire le dernier tome publié de A Song of Ice and Fire, une série qui vaut vraiment le coup d’être lue ! Je me suis lancée après avoir entendu dire que le sixième tome, The Winds of Winter, sortait en mars !

Dès le début, avant même d’entrer dans le roman, l’auteur nous laisse une petite note pour nous expliquer la chronologie de A Feast for Crows et A Dance with Dragons. Les événements des deux livres se passent juste après la fin de A Storm of Swords, il faut donc se souvenir (comme l’oublier !) de ce qui est arrivé dans le troisième tome. Les deux livres se rejoignent à un moment donné, lorsque les personnages du quatrième tome réapparaissent dans le cinquième. Dès cette note, j’ai eu hâte que les événements se recoupent : c’est assez compliqué, dans les livres précédents, de savoir quand se passe quoi, quel événement se passe en même temps qu’un autre. Mais aussi, dès cette note, l’auteur nous annonce que l’on va retrouver les personnages qui n’apparaissaient pas, notamment Daenerys, Tyrion et Jon !

Comme toujours, le prologue met en scène un personnage secondaire – ou inconnu. Il est en relation avec ce qui s’est passé précédemment, mais paraît d’abord minime au lecteur. Toujours, la fin est soit surprenante, soit annonce quelque chose dans la suite du livre, ou de la série. Ici, la scène se passe dans le Nord, et annonce une menace que le lecteur et les personnages connaissent déjà. Avec ce prologue, le livre semble commencer doucement, et pourtant, on sent que le sang va couler ! On lit ensuite directement un chapitre concernant un personnage que l’on attend : Tyrion ! Les aventures qui l’attendent, comme pour Daenerys et Jon, sont palpitantes, et la situation ne cesse de se renverser. Ils sont tous ballotés à travers les pages, alors même que deux d’entre eux sont censés « gouverner ». En parlant de ballotage, si le lecteur a déjà découvert dans sa presque intégralité Westeros, cette fois, il va majoritairement découvrir la mer, ses îles, Valyria et une partie au-delà du Mur : beaucoup de scènes se passent sur des bateaux, en route ou perdus, puissants ou en pleine tempête. Le Mur, son au-delà et le Nord sont également présents. Les villes sont également représentés : Meereen principalement, King’s Landing à la fin, quelques petites villes dans lesquelles des personnages passent. L’impression de voyage constant est donc toujours présente dans le livre, et l’on change assez souvent de climats : la chaleur de Slaver’s Bay, le froid du Mur, l’hiver qui s’installe à King’s Landing ; le lecteur parcourt ainsi un monde entier à travers les mots. Quant au suspense, lui aussi est constant. Tout peut arriver à n’importe qui, le danger menace tous les personnages, grands ou petits, et je me suis souvent retrouvée à avancer de quelques pages tant je voulais savoir ce qui allait arriver ! Les nombreux retournements de situation font vivre le texte : certains lecteurs ont trouvé des longueurs dans le livre, mais l’auteur n’est pas toujours obligé de faire tuer tout le monde pour que l’histoire soit intéressante : certes la mort est présente, mais la réflexion, la stratégie, les hésitations le sont aussi. La guerre est aussi composée de périodes d’accalmie (relative), et le jeu des trônes se joue aussi de façon cachée : tous ne peuvent pas y survivre, tous ne peuvent pas y participer, et le lecteur le sent bien au fur et à mesure des pages. De plus, les nombreuses surprises compensent largement les « longueurs » ! L’écriture, elle, est toujours aussi agréable à lire, même si j’ai retrouvé le même petit bémol que dans le tome précédent : des répétitions un peu lourdes parfois, la même histoire dite par différents personnages, ce qui permet d’avoir le point de vue de chacun, mais ce qui plombe un peu le récit. Rien de trop gênant tout de même, rassurez-vous !

Il me semble que ce tome est centré sur les hésitations des personnages : ils veulent paraître forts, mais leur faiblesse est révélée au lecteur quand ils se retrouvent seuls. Ce jeu de l’apparence est caractéristique des gouvernants, et on sent tout le poids de leur charge peser sur eux dans les moments où ils se trouvent seuls ; face aux autres, ils ne peuvent pas douter, mais en leur for intérieur, rien n’est stable, et ils se demandent constamment s’ils font le bon choix. J’ai vraiment eu mal au cœur pour ces personnages, qui font partie de mes préférés. Ces doutes peuvent les rendre agaçants ; j’ai trouvé qu’ils les rendaient encore plus réels. Le lecteur ne peut que s’imaginer dans leur situation, et se demander ce qu’il aurait fait : là alors, il se rend compte qu’il ne peut pas les juger. Cela fait d’eux des personnages complexes, que l’on peut comprendre. L’hésitation est également présente chez des personnages « secondaires », qui se demandent comment s’en sortir ! En effet, l’horreur est très présente dans le livre, très pesante et parfois difficile à lire : la torture, le sang, les combats, la maladie, l’agonie … Frissons et dégoût en perspective ! De plus, certains personnages évoquent le passé en le réinventant totalement : si certaines choses n’étaient pas arrivées, tant de gens ne seraient pas morts. Le lecteur apprend ainsi de nouvelles choses sur des personnages morts pour la plupart, ce qui donne un nouvel éclairage sur eux. Il peut aussi avoir la même réaction face aux événements et aux décisions prises dans le présent.

On retrouve donc ici Daenerys, mère des Dragons. Sa situation est de plus en plus complexe puisqu’elle est toujours face au même dilemme : rester à Meereen ou rentrer à Westeros. Son choix est impossible à faire, et ce qu’elle vit est lourd à porter pour une fille aussi jeune qu’elle. Ses réactions peuvent paraître agaçante, car elle ne sait pas vraiment ce qu’elle fait, mais on peut la comprendre : entre la mort et la mort, difficile de choisir ! Le jeu des trônes se referme autour d’elle, elle se voit contrainte de prendre des décisions qu’elle pourrait regretter par la suite, et qui vont entraîner malheur sur malheur. Rien que la situation de ses dragons en dit long sur la sienne. De plus, beaucoup veulent sa mort, et elle ne semble pas toujours s’en apercevoir, étant donné qu’elle est concentrée sur les problèmes de Meereen et sur le fait qu’elle est reine, et donc doit remplir ses devoirs. La fragilité qu’elle laisse paraître me l’a rendu d’autant plus attachante : elle est une femme comme les autres, même en étant un dragon. Quant à Tyrion, j’ai été ravie de le retrouver. C’est un des seuls personnages qui parvient à me faire rire, tout en me rappelant ses malheurs. On peut sentir que ce qui lui est arrivé l’a changé : ses pensées sont très sombres, et ses mots d’esprit, cyniques. Il est typiquement le personnage qui ne dirige plus sa propre vie, et qui se voit balloter de mains en mains. Sans armes, sans argent, son intelligence l’aide à se sortir de faux pas qui pourraient le conduire à la mort. Concernant Jon Snow, j’avoue qu’il m’a un peu agacé au début. Il est devenu Lord Commander et se sent donc obligé de se séparer de ses frères, de s’enfermer dans une bulle d’autorité qui ne lui convient pas. Puis, il m’a fait de la peine : il ne vit qu’avec ses souvenirs des disparus qu’il aimait : Robb, Ygritte, Bran, Ned Stark. Sa vie est au service de la Garde de Nuit, et il néglige sa propre sécurité. Il m’a paru un peu naïf parfois : Melisandre tente pourtant de l’avertir plusieurs fois qu’il est en danger. Il a aussi bon cœur, et m’a paru juste. On retrouve également Davos dans ce tome, lui aussi dans une très mauvaise posture ! Il tente de trouver des alliés à Stannis, et se retrouve seul, piégé, aux mains de bourreaux. Stannis est également présent : toujours aussi froid, convaincu de sa légitimité, et capable de brûler des gens pour renforcer son pouvoir. Dans le Nord, le lecteur suit aussi Bran. Il a enfin atteint son but, mais se rend compte que ça ne correspond pas du tout à ce à quoi il s’attendait. J’ai été aussi déçue que lui, même si je m’en doutais. Je me demande vraiment ce qu’il va devenir. C’est dans un de ses chapitres que se trouve la célèbre citation de Jojen Reed : « A reader lives a thousand lives before he dies [...] The man who never reads lives only one », qui correspond tellement à ce que l’on ressent quand on lit ! Arya apparaît trois fois dans le livre, sous des noms différents, rappel qu’elle se trouve toujours à Braavos. Je me sens assez mal à l’aise dans ses chapitres : elle tente d’oublier son identité alors même qu’elle rêve de sa vengeance. Enfin, le point de vue de nouveaux personnages nous est donné ici : celui de Melisandre, que j’ai aimé découvrir ; celui de Barristan Selmy, que j’aime beaucoup, et qui doit prendre des décisions tout aussi difficiles que celles de sa reine ; celui de Reek, une des surprises du livre ; celui de Jaime, qui retrouve un personnage que l’on ne s’attendait pas à voir, et qui rumine sur ce qui arrive à sa famille ; celui de Cersei, qui m’a laissé bouche bée : malgré tout ce qui lui arrive, elle arrive encore à comploter ! ; celui d’Asha Greyjoy, que j’aime beaucoup, et qui va de danger en surprise ! ; celui de Victarion Greyjoy, qui tente de devenir quelqu’un à côté de ses frères ; celui de Quentyn Martell, que j’ai apprécié, mais qui prend des décisions regrettables ! D’autres personnages se trouvent dans le livre, comme les Bolton, que je hais de tout mon cœur, Jeyne (vous souvenez-vous ?), les Reed, Hodor … Egalement, un personnage surprise qui m’a laissé sans voix !!

La fin de chaque point de vue est très frustrante, et effectue un tournant dans l’histoire, pour la plupart : Davos a une mission très particulière qui peut tout changer, Asha se retrouve face à un fantôme, Daenerys est dans une situation apocalyptique, Tyrion reprend sa vie en mains, on ne sait pas ce qui est arrivé à Stannis, ni à Bran, et ce qui arrive à Jon est un peu trop précis … Le dernier chapitre est un renversement total, avec un personnage qui réapparaît pour tout changer !

PS : mon édition ne comportait pas le début du sixième tome …

 

En définitive, un excellent cinquième tome, plein de surprises et de rebondissements, dont la fin assez frustrante me donne envie de lire la suite, que je suis prête à attendre !

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

Baseball fans gather zone |
Eaudefiction |
Ici même |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Kpg1221gpk
| Elenaqin
| la saltarelle des baronnes