Redbluemoon

I found myself in Wonderland.

Poèmes à la nuit de Rainer Maria Rilke

Classé dans : Avis littéraires — 21 août 2015 @ 20 h 58 min

Poèmes à la nuit Genre : Poésie

Editeur : Verdier

Année de sortie : 2012

Nombre de pages : 95

Synopsis : Si ce poète habitué aux visitations angéliques s’est voulu insubstantiel, humble, dépouillé jusqu’à la transparence, c’est qu’il se savait né pour transmettre, pour écouter, pour traduire au risque de sa vie ces secrets messages que les antennes de son génie lui permettaient de capter ; enfermé dans son corps comme un homme aux écoutes dans un navire qui sombre, il a jusqu’au bout maintenu le contact avec ce poste d’émission mystérieux situé au centre des songes. Du fond de tant de dénuement et de tant de solitude, les privilèges de Rilke, et son mystère lui-même, sont le résultat du respect, de la patience, et de l’attente aux mains jointes. Un beau jour, ces mains dorées par le reflet d’on ne sait quels cieux inconnus se sont écartées d’elles-mêmes, pareilles à la coque fragile et périssable d’un fruit formé dans la profondeur de ces paumes, et dont on ne saura jamais s’il doit davantage à la lumière qui l’a mûri, ou aux ténèbres dont il est issu. Extrait de la préface de Marguerite Yourcenar. Les Poèmes à la nuit, traduits ici pour la première fois intégralement en français, ont été offerts par Rilke à Rudolf Kassner en 1916 et sont l’une des étapes essentielles de la genèse des Elégies de Duino.

 

Avis : Normalement, je vais étudier ce livre cette année, donc je me suis dit que ce serait bien de le lire avant la rentrée quand même !

J’ai trouvé certains poèmes un peu étranges, certaines phrases ne semblaient pas avoir de rapport les unes avec les autres, et les rimes ne rimaient pas en français. J’ai trouvé vraiment dommage de ne pas connaître l’allemand pour pouvoir lire les poèmes en langue originale. Il y avait sans doute moins d’impact dans la traduction, comme dans toute traduction de poésie. Malgré ce petit bémol, qui n’est pas dû à l’auteur, certains poèmes sont très beaux, et on sent la profondeur de l’écriture de Rilke. Il parle d’anges, de la lune, et, évidemment, de la nuit, qui est le centre de ce recueil, on les voit différemment avec sa façon d’écrire ; il s’adresse parfois à quelqu’un, et parfois, c’est une femme qui parle à travers ses vers. Certains sont exquis, tout simplement parfaits. J’espère qu’en étudiant ce recueil, j’apprécierai mieux les poèmes à côté desquels je suis passée, à défaut de les comprendre.

Un petit bémol : l’édition est assez chère comparée aux pages utilisées : l’éditeur a utilisé une page par poème, quelque soit sa longueur, c’est-à-dire que l’un d’eux ne prend même pas un quart de la feuille !

En définitive, un beau recueil, que j’ai hâte d’étudier pour voir ce qu’il peut m’apporter de plus !

2 commentaires »

  1. LaLibrosphère dit :

    Tu m’en diras plus quand tu l’auras étudié en cours. Il m’intéresse :)

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

Baseball fans gather zone |
Eaudefiction |
Ici même |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Kpg1221gpk
| Elenaqin
| la saltarelle des baronnes