Redbluemoon

I found myself in Wonderland.

Poésies de Stéphane Mallarmé

Classé dans : Avis littéraires,Coup de cœur — 27 juillet 2015 @ 11 h 26 min

Poésies Genre : Poésie

Editeur : GF

Année de sortie : 2009

Nombre de pages : 310

Synopsis : « Où fuir dans la révolte inutile et perverse ? / Je suis hanté. L’Azur ! l’Azur ! l’Azur ! l’Azur ! »

 

Avis :  J’ai toujours eu un peu peur de Mallarmé, mais quand j’ai étudié « Ses purs ongles très longs dédiant leur onyx » l’année dernière, je me suis dit que c’était très beau, mais que je risquais de ne rien comprendre. Et puis, j’ai enfin sauté le pas !

J’ai ressenti un plaisir dans ma lecture que je n’avais pas ressenti depuis un assez long moment : le plaisir de mots savamment employés tout en gardant l’émotion, la beauté de ce qui est dit, le lyrisme. Certains poèmes m’ont vraiment transportée, surtout ceux du début du recueil, qui font partie de l’Edition Deman, Bruxelles 1899. J’ai été touchée, j’ai eu des frissons, et j’ai compris à quel point la poésie m’avait manqué ! Le jeu des sons ne fait que renforcer la puissance des poèmes : Mallarmé sait jouer avec les mots, il sait ce qu’il veut leur faire dire, même si parfois, c’est un peu compliqué à comprendre pour le lecteur ; et surtout, il sait faire résonner la poésie chez celui qui lit. La poésie, ici, peut simplement être écoutée pour les sonorités qu’elle révèle. Les mots s’accordent parfaitement, et c’est un régal pour le lecteur.

Dès le début de ma lecture, j’ai cru reconnaître des façons d’écrire, des mots utilisés, des expressions. J’ai parfois cru retrouver Baudelaire dans ce livre, et je me suis identifiée à Mallarmé, qui dit que le poète est un « pur et extraordinaire génie » qui a éveillé en lui la vocation poétique. J’écris moi aussi (même si, évidemment, je n’ai pas le talent de ces deux grands auteurs), et je pense que c’est grâce à Baudelaire, qui m’a fait voir tout ce que l’on pouvait faire de la langue, tout ce que l’on pouvait dire en quelques vers, toute la portée et la puissance de l’écriture et du poème. Mon premier recueil de poésie a été Les Fleurs du Mal, et il restera toujours premier pour moi, le meilleur de tous !

Je ne sais que dire de plus, simplement qu’il ne faut pas s’arrêter à « l’hermétisme » que certains voient dans les vers de Mallarmé ; il faut tenter d’aller au-delà, mais aussi de se laisser porter par la mélodie des poèmes. C’est un auteur à découvrir, un des plus grands poètes de la littérature française !

 

En définitive, un recueil merveilleux, où l’on peut être emportée par certains poèmes, où certains autres, il est vrai, sont difficiles à comprendre, mais où la puissance des mots, et le jeu des sons emportent tout de même le lecteur, qui ressort frappé du génie de Mallarmé.

2 commentaires »

  1. LaLibrosphere dit :

    Je n’ai jamais essayé de lire un livre de cet auteur mais c’est vrai que, comme toi, j’aime beaucoup lorsqu’il y a une recherche dans le choix des mots. Merci pour cette découverte !

    • redbluemoon dit :

      J’ai trouvé certains poèmes très forts, et je suis vraiment passée au-dessus de l’hermétisme que d’autres lecteurs voient dans ce livre. Je te le conseille vraiment ! Encore une fois, tu me diras ce que tu en as pensé si tu le lis / quand tu l’auras lu :) Ravie de te l’avoir fait découvrir !

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

Baseball fans gather zone |
Eaudefiction |
Ici même |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Kpg1221gpk
| Elenaqin
| la saltarelle des baronnes