Redbluemoon

I found myself in Wonderland.

Fifty Shades of Grey, book 4: Grey de E. L. James

Classé dans : Avis littéraires — 17 juillet 2015 @ 11 h 45 min

GreyGenre : Erotisme, Romance

Editeur : Arrow Books

Année de sortie : 2015

Nombre de pages : 559

Synopsis : See the world of Fifty Shades of Grey anew through the eyes of Christian Grey. In Christian’s own words, and through his thoughts, reflections, and dreams, E. L. James offers a fresh perspective on the love story that has enthralled millions of readers around the world. Christian Grey exercises control in all things; his world is neat, disciplined, and utterly empty – until the day that Anastasia Steele falls into his office, in a tangle of shapely limbs and tumbling brown hair. He tries to forget her, but instead is swept up in a storm of emotion he cannot comprehend and cannot resist. Unlike any woman he has known before, shy, unwordly Ana seems to see right through him – past the business prodigy and the penthouse lifestyle to Christian’s cold, wounded heart. Will being with Ana dispel the horrors of his childhood that haunt Christian every night? Or will his dark sexual desires, his compulsion to control, and the self-loathing that fills his soul drive this girl away and destroy the fragile hope she offers him?

 

Avis : Quand j’ai vu que ce livre était sorti en anglais, j’ai été assez surprise, parce que je ne savais pas du tout qu’il était prévu (comme quoi, je m’informe beaucoup …). J’ai tout de suite eu très envie de le lire, et j’ai sauté sur l’occasion dès qu’elle s’est présentée.

J’ai vraiment aimé la série d’origine, surtout le deuxième tome (même si j’avoue qu’Ana m’avait un peu agacée parfois) donc j’avais hâte de voir ce que pouvait donner la même histoire, mais du point de vue de Christian, qui me semblait bien plus complexe que l’héroïne. En effet, c’est un personnage assez énigmatique dans la version originale, et le lecteur ne parvient pas vraiment à le cerner tout à fait. Il est difficile de savoir ce qu’il pense, et Ana est une piètre devineresse en ce qui le concerne. Eh bien, je n’ai pas été déçue en ce qui concerne la découverte de Christian ! Le livre est écrit à la première personne, et le lecteur entre peu à peu dans le monde de Mr. Grey, à travers ses pensées, ses actions, mais aussi ses cauchemars. C’est une immersion plutôt lente car il ne veut pas se souvenir de son passé : celui-ci arrive donc au lecteur par bribes. Le fait que ce soit une « réécriture » ne m’a pas dérangé. Il y a, évidemment, moins de surprises, puisque l’on connaît déjà toute l’histoire, et même la fin du livre (en tout cas, du côté d’Ana), mais quelques passages inédits sont les bienvenus, et l’on découvre aussi ce que fait Grey quand il n’est pas avec Ana (même s’il pense à elle la plupart du temps !). Comme dans Cinquante nuances de Grey, il y a des scènes sexuelles. Je ne saurais pas dire si ce sont les mêmes, mais elles ne sont pas choquantes, à part, bien sûr, celle de la fin. L’écriture m’a semblé différente dans ce livre : Christian ne comprend pas ce qui lui arrive, et s’auto-sermonne souvent. Sinon, il est très centré sur le sexe, il pense tout par rapport à cela. C’est un peu, de ce point de vue-là, soit une caricature de l’homme qui ne pense qu’à soi, soit de celui qui n’a toujours vu la vie qu’à travers le sexe, et qui ne peut pas l’envisager autrement. Selon l’opinion que je m’étais déjà faite de Grey, c’est plutôt la seconde option, et il me semble qu’Elena y est pour quelque chose ! Sinon, j’ai aimé retrouver les échanges d’e-mail des deux personnages, toujours assez drôles à lire.

J’ai trouvé que l’on comprenait bien mieux le personnage de Christian dans ce livre. Certes, cela enlève une part de mystère que la série originelle conservait, mais l’on découvre de nouveaux aspects du passé du héros. Par ses rêves, on entre de plein pied dans son passé, et dans la souffrance que cela lui procure adulte. L’on rencontre à travers eux sa mère, qui semble très fragile, mais aussi un homme qui brisera le petit garçon. Il est clair qu’il ne veut pas se souvenir de son passé afin de ne pas se torturer l’esprit encore et encore, et il préfère se dire qu’il est un monstre de toute façon. Adulte, il veut tout contrôler, cela ne change pas, mais le lecteur comprend qu’en réalité, il a déjà perdu le contrôle la première fois qu’il a rencontré Anastasia. Elle a un effet immédiat sur lui, comme dans la série Christian en a un sur elle. Dans le premier tome, le lecteur pouvait penser que c’était une relation à sens unique, qu’il ne l’aimait pas, ou qu’il tombait peu à peu amoureux : c’est plus compliqué que cela. Comme il n’envisage de relation que sado-masochiste et jamais rien de plus, il ne voit pas vraiment d’avenir avec Ana. Il est assez lucide, il tente de se raisonner, mais sa jalousie le rend aussi irrationnel. Il cherche à se convaincre plusieurs fois que leur problème va se résoudre de lui-même, ou même, qu’il n’y a pas de problème entre eux. Il se voit aussi comme un monstre, c’est peut-être la raison pour laquelle il ne réfléchit que par rapport au sexe : il ne peut pas être aimé donc ne pense même pas à la possibilité de l’être. Concernant le personnage d’Anastasia, on la voit elle aussi d’un œil totalement différent. Quand elle se trouve ridicule, il la trouve belle ; quand elle a honte ou peur, il est fier d’elle. Elle est vue un peu comme une déesse (Christian l’appelle souvent comme cela dans ce tome), et il ne pense jamais à elle comme à un objet sexuel, ou à une marchandise. C’est une personne à part entière, et pour le moins extraordinaire. Ce point de vue ne ressemble absolument pas à celui d’Ana sur elle-même. Les deux personnages s’idéalisent l’un l’autre, comme lorsque l’on est amoureux. On rencontre d’autres personnages dans ce tome, notamment le personnel de Christian, Taylor, que j’appréciais beaucoup dans la série et qui m’est toujours aussi sympathique, Gail Jones, la « gouvernante » si on peut dire, qui est elle aussi très sympathique et qui cherche simplement à prendre soin de Grey, Andrea, une secrétaire à l’écoute et qui ne cherche pas à séduire son patron ! ; la famille de Christian, ses parents, Elliot et Mia, sur qui le lecteur n’en apprend pas plus, excepté à travers les souvenirs d’enfance du héros ; Elena, un personnage que je n’apprécie pas du tout, et que Christian ne donne pas envie d’aimer non plus. Kate est assez mal vue par Christian, et l’on sent un vrai rapport de force entre eux dès le début.

La fin est connue pour ceux qui ont déjà lu la série. Elle est peut-être un peu moins choquante maintenant qu’on la connaît, mais la réaction de Christian, inédite, est très intéressante à lire. Le lecteur comprend alors certaines choses sur le personnage. L’on rencontre (enfin !) le Dr. Flynn, et Christian prend une décision à la fin du tome, décision évidente au vu de la série. Cela m’a tout de même donné envie de lire la suite du point de vue du héros !

 

Une « réécriture » sympa, qui nous apprend de nouvelles choses, notamment sur le héros, et qui donne envie de découvrir la suite de l’histoire du point de vue de Christian. C’était un plaisir de retrouver cette série à nouveau !

2 commentaires »

  1. Mlle Cocotte dit :

    Coucou !

    Merci pour ta critique, je l’ai trouvé très intéressante à lire, et connaître ton point de vue si positif sur « Grey » m’a permis de relativiser un peu. En effet, je l’ai moi-même lu et je n’ai pas accroché, j’ai trouvé le livre trop cru parfois… Si ça t’intéresse j’ai moi-même écrit une chronique avec mon point de vue à retrouver ici : http://mllecocotte.fr/grey-el-james/.

    Bonnes futures lectures !

    • redbluemoon dit :

      Coucou !

      C’est un plaisir de voir que mes critiques sont lues, et utiles :) c’est vrai que le livre est assez cru, mais j’ai pensé que cette façon d’écrire était peut-être due au fait que Christian cherche à se cacher qu’il tombe amoureux, et donc à se cacher derrière la seule chose qu’il connaît : le sexe. Si l’auteure écrit la suite, peut-être que ce sera différent :)
      Je vais voir ta chronique tout de suite !

      Bonnes futures lectures à toi aussi !

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

Baseball fans gather zone |
Eaudefiction |
Ici même |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Kpg1221gpk
| Elenaqin
| la saltarelle des baronnes