Redbluemoon

I found myself in Wonderland.

Pretty Little Liars, book 1 de Sara Shepard

Classé dans : Avis littéraires — 24 juin 2015 @ 16 h 59 min

Pretty Little Liars book 1Genre : Chick-Lit

Editeur : HarperTeen

Année de sortie : 2010

Nombre de pages : 286

Synopsis : Everyone has something to hide – especially high school juniors Spencer, Aria, Emily and Hanna. Spencer coverts her sister’s boyfriend. Aria’s fantasizing about her English teacher. Emily’s crushing on the new girl at school. And Hanna uses some ugly tricks to stay beautiful. But they’ve all kept an even bigger secret since their friend Alison vanished. How do I know? Because I know everything about the bad girls they were and the naughty girls they are now. And guess what? I’m telling. – A.

 

Avis : En achetant ce livre, je voulais la couverture originale, j’ai donc été un peu déçue de recevoir celle de la série. Généralement, je n’aime pas celles des adaptations. Mais je dois avouer qu’elle est tout de même belle et donne envie de tout de suite entrer dans la vie de ces filles qui cachent bien des choses !

Je me suis déjà fait spoiler pas mal de révélations à cause de la série, que ma sœur aime beaucoup. Je ne l’ai jamais vraiment regardé mais j’ai tout de même entendu certaines choses. Je voulais quand même découvrir la saga par moi-même à travers les livres qui, paraît-il, sont très différents de la série. Le roman commence avec un groupe de cinq filles, cinq amies, qui passent la soirée ensemble. L’une d’elles disparaît sans laisser de traces, ce qui va séparer les autres. On les retrouve alors trois ans plus tard : les chemins ont complètement divergé, elles ne sont plus amies, ne semblent pas avoir grand-chose en commun, si ce n’est Alison et leurs vieux secrets impossibles à révéler au grand jour. Le livre est donc divisé en chapitres qui concernent les filles individuellement, ce qui leur arrive personnellement. Le lecteur suit donc tour à tour la vie d’Aria, Spencer, Hanna et Emily. Ce qu’on peut dire, c’est que le suspense est au rendez-vous ! L’on se pose tout un tas de questions : qui est A ? Quels sont les secrets que les filles cachent ? Quelle est cette affaire Jenna qui hante les filles ? J’ai fait quelques hypothèses, mais aucune réponse n’est encore donnée, et certaines ont été carrément écartées par les événements qui surviennent ! Concernant l’écriture de l’auteure, j’ai bien aimé son ton décontracté sans être vulgaire. Elle utilise le bon langage pour les bons personnages, et éveille parfois l’intérêt du lecteur par quelques allusions bien placées. Enfin, ce livre pose la question de l’apparence, dès le titre : ces filles sont de jolies petites menteuses. Ce n’est pas parce qu’elles sont belles et qu’elles semblent irréprochables qu’elles le sont vraiment, cela ne veut rien dire. Elles m’ont un peu fait penser à Desperate Housewives mais en plus jeunes !

Aria est sans doute le personnage que je préfère parmi les quatre filles, même si je me suis attachée à toutes. Sa personnalité est très prononcée : elle est différente des autres, et ne le cache pas. Elle a cherché son identité à travers son comportement et sa façon de s’habiller, et elle semble s’être trouvée. Elle semble également être plus sensible aux arts (comme la littérature) que les trois autres filles. Hanna, quant à elle, semble être la garce par excellence, mais, si l’on gratte le vernis de son apparence, elle cache quelque chose de triste. Elle m’a fait mal au cœur. Elle s’est construite par rapport à Alison, à ce qu’elle dirait, à ce qu’elle était, à ses moqueries et sa façon de la traiter. Elle a énormément changé en trois ans, tellement qu’Aria, une de ses meilleures amies, a du mal à la reconnaître. Spencer est l’intello du groupe, pas par choix, mais parce qu’elle veut tenter de dépasser sa sœur, Melissa. Elle aussi m’a fait mal au cœur : elle est un peu la mal aimée, celle qui vient après l’aînée, celle qui doit se contenter des miettes, qui cherche à faire mieux, à toujours être la meilleure sans vraiment y parvenir. Elle m’a semblé être aussi la plus calme et rationnelle. Quant à Emily, elle est très sensible et très obéissante : elle ne fait jamais ce qu’elle veut mais ce qu’on lui dit de faire. Elle n’a pas le droit d’être qui elle est vraiment, et elle se pose des questions de plus en plus nombreuses sur sa vie et ses sentiments. Ces quatre filles ont toutes des secrets qu’un certain A connaît visiblement : il se sert de cela pour les terroriser. De plus, les filles sont souvent de l’âge des lecteurs, ce qui les rapproche d’autant plus ! Il est facile de s’identifier à l’une des héroïnes, à plusieurs, ou à toutes ! On découvre d’autres personnages secondaires que j’ai plus ou moins bien aimés : j’apprécie particulièrement Ezra, Wren et Maya. Le premier semble très rassurant, posé, quelque à qui l’on peut parler, qui écoute, console, est là quand on a besoin de lui, mais aussi quelqu’un qui attire énormément une des filles, c’est aussi un intellectuel qui sait ce qu’il veut ; le second est assez mystérieux au début, puis ses sentiments sont évidents, il m’a touché, et j’ai aussi eu pitié de lui (sa copine est horrible …) ; pour Maya, je ne sais pas vraiment pourquoi je l’apprécie, sans doute parce qu’elle est une aide précieuse pour Emily, qu’elle l’aide à comprendre ce qui lui arrive, qu’elle l’épaule quand personne n’est là pour elle, qu’elle la comprend, qu’elle l’écoute. En revanche, j’ai trouvé la plupart des parents étranges : ceux de Spencer m’ont choqué vers la fin, comme la mère d’Hanna, qui a une drôle de façon d’aider sa fille. Les parents d’Emily ont l’air plutôt conservateur quand Aria connaît un secret à propos des siens qui ne peut que la mettre mal à l’aise. Enfin, les flashbacks concernant Alison (des souvenirs des filles) montre une jeune fille un peu garce, qui se moque de ses amies, se sert d’elles, leur fait faire tout ce qu’elle veut. C’est un personnage assez mystérieux, on ne le connaît que par ses amies, et on ne sait même pas ce qui lui est arrivé à sa disparition !

Ce livre montre aussi comme les secrets peuvent devenir des poisons : au début du livre, les quatre filles n’ont personne à qui parler. Elles sont seules avec leurs blessures et leurs souvenirs, seules aussi à affronter ceux qui y ont pris part. Elles rencontrent de nouvelles personnes en ce début d’année, certaines à qui elles peuvent confier leurs secrets les plus légers, ou leurs doutes ; mais, elles vont vite se rendre compte que les seules qui peuvent les comprendre sont celles qui portent les mêmes fardeaux ! C’est assez affreux de s’imaginer à leur place !

La fin est une petite bombe qui donne envie de lire la suite ! La vie des filles est en train de virer au cauchemar, et le lecteur se pose autant de questions qu’au début du livre, sinon plus : Qui est donc A ? Qu’est-ce qui se passe vraiment à Rosewood ? Que va-t-il arriver aux quatre filles ?

 

Ce livre est donc un bon roman Chick-Lit, agréable, plein de suspense, qui donne vraiment envie de lire la suite !

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

Baseball fans gather zone |
Eaudefiction |
Ici même |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Kpg1221gpk
| Elenaqin
| la saltarelle des baronnes