Redbluemoon

I found myself in Wonderland.

Les Colombes du Roi-Soleil, tome 1 : Les comédiennes de M. Racine d’Anne-Marie Desplat-Duc

Classé dans : Avis littéraires — 3 juin 2015 @ 18 h 13 min

Les Colombes du Roi-Soleil tome 1Genre : Jeunesse, Historique

Editeur : Guanaco

Année de sortie : 2008

Nombre de pages : 190

Synopsis : Quatre jeunes filles, des Colombes du Roi-Soleil, rêvent d’aventures et de succès … Le célèbre monsieur Racine écrit une pièce de théâtre pour les élèves de Madame de Maintenon, les Colombes du Roi-Soleil. L’occasion idéale pour s’illustrer et, qui sait, être remarquée par le Roi. L’excitation est à son comble parmi les jeunes filles. Y aura-t-il un rôle pour chacune d’entre elles ?

 

Avis : J’avais entendu parler de ce livre par ma cousine, qui me disait qu’il était, certes, jeunesse, mais qu’il traitait bien de l’époque de Louis XIV, une de nos époques préférées à toutes les deux. Je me suis donc lancée dans cette lecture.

Je ne m’attendais pas vraiment à ce que j’ai lu. Les dialogues sont assez travaillés, non dans leur contenu, mais dans la façon de parler des personnages. Ils emploient un vocabulaire d’époque qui nécessite parfois des petites notes que l’auteure a ajouté en bas de page. J’ai trouvé que cela plongeait d’emblée le lecteur dans la Maison Royale, à une époque très différente de la nôtre, comme il peut s’en apercevoir très rapidement ! En réalité, je m’attendais à une histoire un peu plus enfantine, même si le livre reste jeunesse. L’ambiance, mais surtout la sévérité de l’époque sont très bien reproduites, le lecteur se trouve dans une atmosphère de maisons pour filles où la Cour va légèrement s’immiscer, et où il redécouvre Racine et ses pièces. J’ai trouvé que ce livre avait, par le fait qu’il traite du théâtre et de Racine, un aspect pédagogique qui ne peut pas faire de mal aux jeunes lecteurs : il peut découvrir, s’il ne les connaît pas encore, les pièces du dramaturge comme Andromaque, Phèdre ou Esther, mais entend aussi parler de Lully, de Jules Hardouin-Mansart et de Madame de Maintenon et de son œuvre auprès des jeunes filles pauvres. Le Roi est également présent dans le livre. En réalité, un ado peut lire ce livre comme un divertissement et apprendre des choses en même temps, ce que je trouve très intéressant (même s’il faut ensuite creuser un peu si l’on veut en savoir encore plus !). De plus, est mentionnée dans ce livre la religion protestante, et ce qui lui arriva pendant le règne de Louis XIV, ce qui est également intéressant pour les jeunes lecteurs qui la découvrent ! On peut dire que l’histoire est très prévisible, il n’y a pas un énorme suspense sur ce qui va arriver aux héroïnes et la fin les concernant n’est pas inattendue.

Concernant les personnages, les jeunes filles ne sont pas des caricatures, mais elles ne sont pas non plus très complexes et très fouillées. Nous suivons quatre jeunes filles (je dirais plutôt trois en fait …) assez différentes, et qui prennent des voies parfois opposées. Charlotte, d’abord, est la rebelle du groupe : elle n’aime pas se plier aux règles, et ne le fait que pour sauver les apparences. Elle s’évade dans le théâtre et est prête à tout pour être vraiment libre. C’est aussi une amoureuse qui se languit de celui qu’elle aime. Puis vient Isabeau, douce et généreuse, qui aime enseigner. Elle hésite entre deux voies futures pendant tout le livre ; et à la fin, elle n’a pas vraiment pris de décision, même si on la devine. Reste Hortense, une jeune fille catholique très dévote, qui ne désire pas sortir du chemin tracé pour elle par la religion, mais qui se voit confronter à un « problème » auquel elle n’aurait jamais pensé avoir à faire face. J’ai trouvé la lecture des déboires de ces jeunes filles plaisante ! Viennent ensuite des personnages secondaires, comme Louise, qui semble avoir un secret que toutes les autres pensionnaires veulent découvrir, Gertrude, qui m’a semblé peu sympathique, Marguerite de Caylus, qui débride un peu les jeunes filles, Madame de Maintenon, femme à l’allure sobre et qui appelle les pensionnaires « mes filles », d’autres élèves, les professeurs, et la supérieure. Il y a peu de personnages masculins, même s’il y en a quelques-uns, comme le Roi, Racine, Simon et les courtisans.

La fin, comme je l’ai dit, n’est pas inattendue. Les jeunes filles semblent avoir choisi leurs voies : elles se sépareront un beau jour, cela semble certain. Grâce à cette fin, qui ne laisse pas vraiment présager de suite, je suis curieuse de savoir ce que les autres tomes peuvent raconter !

 

En définitive, un bon roman jeunesse qui permet aux lecteurs de découvrir l’univers de l’époque (s’ils ne le connaissent pas encore), d’apprendre des choses tout en lisant une histoire légère !

2 commentaires »

  1. ptitesastuces dit :

    J’adore ce livre merci pour cet article!

    Dernière publication sur Ptitesastuces : Diy....

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

Baseball fans gather zone |
Eaudefiction |
Ici même |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Kpg1221gpk
| Elenaqin
| la saltarelle des baronnes