Redbluemoon

I found myself in Wonderland.

The Perks of Being a Wallflower de Stephen Chbosky

Classé dans : Avis littéraires,Coup de cœur — 1 juin 2015 @ 21 h 24 min

The Perks of Being a WallflowerGenre : Jeunesse, Contemporaine

Editeur : Pocket Books

Année de sortie : 2009

Nombre de pages : 231

Synopsis : ‘I walk around the school hallways and look at the people. I look at the teachers and wonder why they’re here. Not in a mean way. In a curious way. It’s like looking at all the students and wondering who’s had their heart broken that day … or wondering who did the heart breaking and wondering why.’ Charlie is a freshman and while he’s not the biggest geek in the school, he is by no means popular. Shy, introspective, intelligent beyond his years yet socially awkward, he is a wallflower, caught between trying to live his life and trying to run from it. Charlie is attempting to navigate his way through uncharted territory: the world of first dates and mixed tapes, family dramas and new friends; the world of sex, drugs and The Rocky Horror Picture Show, when all one requires is that perfect song on that perfect drive to feel infinite. But Charlie can’t stay on the sideline forever. Standing on the fringes of life offers a unique perspective. But there comes a time to see what it looks like from the dance floor. The Perks of Being a Wallflower is a deeply affecting coming-of-age story that will spirit you back to those wild and poignant roller-coaster days known as growing up.

 

Avis : Ma sœur a été bouleversée par ce livre, et m’a poussée à le lire, ce que j’ai fait, mais en VO. Je m’y intéressais déjà un peu, donc je me suis lancée !

Dès le début, le lecteur est impliqué dans l’histoire de Charlie, puisque celui-ci écrit à une personne qu’il ne nomme pas, et qu’il ne semble pas connaître : cette personne peut facilement être le lecteur. Charlie s’adresse à lui, et lui raconte sa première année au lycée. Les lettres sont plus ou moins longues, et racontent plus ou moins beaucoup de choses : parfois ce sont des événements, et parfois seulement les réflexions du jeune homme. On traverse vraiment son année tout entière, rencontrant ses amis, sa famille, Bill, mais aussi découvrant sa façon de penser. Il vit des hauts et des bas, ce qui correspond aux émotions qu’il fait vivre aux lecteurs. De plus, l’écriture est simple : elle est celle d’un jeune garçon étrange que le lecteur peut d’abord avoir du mal à appréhender. Son comportement est bizarre, difficilement compréhensible : d’accord, la vie au lycée est parfois difficile, mais ce n’est pas une raison pour réagir de cette façon. On ne le comprend vraiment qu’à la fin. C’était vraiment un plaisir d’entrer dans le monde de Charlie : il est peuplé de confusion et d’incompréhension, de questions sur la vie, mais aussi de livres, de musiques, de films, de joies, de moments infinis. L’auteur, qui écrit pour des adolescents, leur parle d’œuvres assez classiques, comme To Kill a Mockingbird ou Hamlet, ce qui donne envie de les lire. Le lecteur a également envie d’écouter les chansons que Charlie écoute, des chansons qui veulent dire beaucoup pour lui, et que le lecteur découvre avec plaisir. Le monde de Charlie est captivant, il absorbe littéralement le lecteur, le hante et le bouleverse, et je pense que j’aurais du mal à me le sortir de la tête !

Concernant les personnages, Charlie est très attachant, et très mignon. Sa façon de penser est bizarre, et peut-être un peu dérangeante parfois, mais il est très intelligent, et ne s’en rend même pas compte ! Il nous raconte son année de hauts et de bas, et tente de toujours garder le moral. Le lecteur s’identifie à lui assez souvent, et partage souvent ses réflexions. Il nous donne une leçon de vie : il évolue au fur et à mesure de l’année, et nous montre qu’il tente de s’en sortir, malgré ce qu’il a vécu. Ce roman est vraiment un roman d’initiation : Charlie passe par toutes les étapes de la première année de lycée, et découvre le sexe, la drogue, les amis, de nouvelles valeurs ; mais il se découvre également lui-même, son passé et ce qu’il veut oublier. Il semble d’abord asocial, et ne sait pas comment être un bon ami, puis le lecteur se rend compte qu’il se soucie tellement des autres qu’il s’oublie. Il aimerait que tout le monde aille bien, il aimerait d’aider tout le monde, mais il reste maladroit et ne sait pas comment faire. D’autres personnages croisent la route de Charlie : Sam, une jeune fille que le personnage principal aime beaucoup, et qui tente de l’aider à se rendre compte de qui il est, je l’ai beaucoup apprécié (ce n’est pas difficile vu comment Charlie parle d’elle dans ses lettres) ; Patrick, gay et joyeux, qui deviendra un des plus grands amis du jeune homme et lui fera découvrir pas mal de choses, un personnage sympathique qui semble toujours de bonne humeur, malgré les difficultés qu’il rencontre ; Mary-Elizabeth, que je n’ai pas vraiment apprécié étant donné la première impression de Charlie à propos d’elle, je n’ai pas réussi à la voir autrement par la suite ; Bill est attachant, et on a du mal à le voir comme sa profession le demande, il lui montre un chemin bien particulier que celui-ci emprunte docilement sans se rendre compte que cela le mène vers lui-même ; d’autres amis du personnage principal et de ses amis, qui sont secondaires mais qui ont sur la vie des autres personnages un impact particulier et font fléchir leur vie ; la famille de Charlie est à la fois attachante et étrange, ils ne savent pas – ou ne désirent pas – se montrer leurs sentiments, le père est silencieux, mais là quand un membre de sa famille a besoin de lui, la mère est douce, ne parle pas pour ne rien dire, et, comme son mari, si quelqu’un a besoin d’elle, elle est présente, la sœur, un peu comme toutes les sœurs, elle se chamaille avec son frère, mais l’aime, et le frère, loin de la maison, qui néglige sa famille, mais revient dès que les choses ne vont plus. Ce n’est pas vraiment une famille unie, mais elle l’est quand il le faut.

J’ai compris en lisant pourquoi certaines personnes rechignent à penser que d’autres lecteurs ont lu ce livre : il est très personnel, l’on a vraiment l’impression que Charlie ne parle qu’à nous, qu’il a besoin de nous, et qu’il existe parfois, que le livre n’a été écrit que pour nous, que nous sommes le seul interlocuteur du personnage principal. Il nous raconte des choses très personnelles, des choses qu’il ressent et qu’il a parfois du mal à dire, mais qui sonnent comme un écho à certaines choses en nous aussi. En réalité, ce livre m’a laissée assez confuse, j’ai un peu de mal à exprimer ce que j’ai ressenti en le lisant, tant j’ai ressenti de choses : de la confusion, de la joie, de la tristesse …

La fin n’est pas très claire, mais le lecteur comprend tout de même, et cela ne la rend que plus choquante et plus violente. On comprend le comportement de Charlie, ses difficultés, son besoin de parler, son besoin de se faire comprendre, mais aussi son besoin de retrouver son passé, qu’il semble avoir oublié. J’ai trouvé ça tellement imprévisible !! Rien ne laissait penser à cela, c’était vraiment très surprenant. On comprend désormais le malheur de Charlie. Et on comprend aussi la leçon qu’il nous donne enfin.

 

En définitive, un très bon livre, un coup de cœur pour moi, un roman initiatique qui nous montre l’évolution d’un jeune homme attachant, maladroit et étrange, et qui nous fait pénétrer dans un monde que l’on a du mal à quitter !

2 commentaires »

  1. Margot dit :

    J’ai vraiment envie de lire ce livre, et également en VO, avec ton avis, je pense que je vais craquer et me le prendre :P

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

Baseball fans gather zone |
Eaudefiction |
Ici même |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Kpg1221gpk
| Elenaqin
| la saltarelle des baronnes