Redbluemoon

I found myself in Wonderland.

The Selection, book 4: The Heir de Kiera Cass

Classé dans : Avis littéraires,Coup de cœur — 27 mai 2015 @ 14 h 27 min

The Selection book 4  The Heir Genre : Jeunesse, Romance

Editeur : HarperTeen

Année de sortie : 2015

Nombre de pages : 342

Synopsis : Twenty years ago, America Singer entered the Selection – and she and Prince Maxon have lived happily ever after. Princess Eadlyn has always found her parents’ story romantic, but it’s not what she wants for herself. Unfortunately, Eadlyn can’t escape the path laid out for her … including her very own Selection. Eadlyn doesn’t expect to find love among the Selection’s thirty-five eligible guys. But as the competition begins, new possibilities may just capture her heart – and prove that finding her own happily ever after isn’t as impossible as she’s always thought.

 

Avis : J’avais adoré le premier cycle de la trilogie La Sélection, et j’avais hâte de lire ce dernier tome, même si j’avais un peu peur de ne pas du tout accrocher … Comme toujours, le livre arbore une superbe couverture, une robe à se damner …

Mais en fait, j’ai adoré retrouver l’univers de La Sélection ! Arpenter à nouveau le palais, découvrir comment l’histoire d’Illeá a évolué après le couronnement de Maxon et America, mais aussi comment les personnages des tomes précédents ont changé étaient un réel plaisir ! On commence ce livre en découvrant son personnage principal : Eadlyn Shreave, l’aînée de Maxon et America, jumelle d’Ahren. Et dès le début, on découvre l’humour pince-sans-rire de la jeune fille, et son avis sur le fait qu’elle sera la prochaine souveraine d’Illeá. Elle va se retrouver face à la Sélection sans trop savoir quoi en faire, et, comme le montre le synopsis, ce n’était pas ce qu’elle voulait, parce qu’elle ne désire pas se marier aussi jeune (tout comme Maxon et America à l’époque, elle a dix-huit ans), et même peut-être ne pas se marier du tout, ce qui est peu conventionnel pour un souverain. Etant donné que le livre est écrit avec son point de vue à la première personne, on partage ses peurs, ses émotions, ses doutes, mais aussi ses joies. Ce que j’ai trouvé particulièrement intéressant est le fait qu’avec ce tome, nous avons le point de vue de celle qui dirige la Sélection : comparé aux tomes précédents, on est de l’autre côté du miroir, du côté de celle qui va éliminer des candidats, qui va découvrir la complexité de la différence entre tomber amoureuse et simplement s’attacher à quelqu’un. De plus, être de ce côté de la Sélection donne un peu plus de « suspense » à l’intrigue, si je peux dire ! En effet, en lisant les premiers volumes de La Sélection, on peut dire que la fin est un peu évidente, vu le point de vue narratif … Ici, c’est vraiment différent, puisqu’Eadlyn a vraiment le choix, contrairement à America. Et puis, cela nous permet d’imaginer un peu ce que devait ressentir Maxon ! De plus, la Sélection d’Eadlyn, comme celle de son père, n’est pas de tout repos, puisqu’il se passe tout un tas d’incidents divers auxquels l’on pouvait s’attendre. Cela donne du piment à la lecture, qui n’est pas celle d’une romance ordinaire. Enfin, la politique est toujours présente dans ce tome, comme dans les tomes précédents, et elle a une assez bonne place dans l’histoire. Le monde créé par l’auteur est donc toujours aussi complet, et ne se concentre pas exclusivement sur la Sélection et les déboires amoureux d’une jeune fille.

Concernant les personnages, j’ai eu peur de trouver Eadlyn agaçante, comme de nombreux lecteurs. Il est vrai qu’au début, j’ai compris leur réaction. Elle paraît parfois arrogante, se croit plus puissante et plus importante que tous, mais je trouve qu’on ne peut pas vraiment lui en vouloir : elle a été éduquée pour être la nouvelle reine d’Illeá, et pour cela, elle a endurci son caractère, elle s’est refermée sur elle-même, et elle s’est forgée une personnalité froide et antipathique. Mais au fond, elle s’empêche simplement de s’attacher à qui que ce soit, à part sa famille. Elle rêve de liberté, mais son futur « job » même l’empêche d’être libre. Elle découvre le désir et l’attachement à quelqu’un sans le vouloir, et on peut dire qu’elle veut tout faire pour s’empêcher de ressentir quoi que ce soit pour un des candidats de la Sélection. Elle évolue aussi beaucoup dans ce tome, puisqu’elle se raisonne, et que d’autres le font aussi : les remarques de ses frères surtout peuvent parfois donner l’impression d’être cruelles, mais elles tentent seulement de la remettre à sa place : même si elle est reine, elle ne doit pas considérer les autres comme des inférieurs, et elle semble peu à peu le comprendre. Finalement, je me suis attachée à elle, et je me suis parfois imaginé à sa place : comment réagirions-nous à une Sélection ? Elle m’a parfois fait mal au cœur car beaucoup de choses reposent sur elle, même si elle est très jeune et qu’elle doit assumer son rôle sans faillir. On retrouve, bien sûr, dans ce tome, Maxon et America, à notre grand bonheur ! J’ai vu de nombreux commentaires qui regrettaient le fait qu’ils ne soient pas au centre de l’action, mais cela me semble logique : la Sélection ne les concerne plus directement, et le livre est centré sur leur fille, un nouveau personnage à découvrir et à apprécier ! On sait désormais qu’ils sont heureux, qu’ils ont des enfants, et qu’ils s’aiment toujours autant. Quelques allusions sont faites à propos de « leur » propre Sélection, donc aux tomes précédents, ce qui n’est pas pour déplaire au lecteur. Les deux personnages ont énormément évolué (évidemment !) même s’ils se taquinent et s’aiment toujours passionnément. Maxon, devenu roi, a beaucoup plus de responsabilités, et semble vraiment avoir changé la vie de ses sujets, ce à quoi le lecteur s’attendait en terminant le premier cycle. Il est plus attachant que dans les premiers tomes. Quant à America, elle m’a fait penser à la mère de Maxon : elle semble une reine parfaite, belle, aimante et aimée, une mère exemplaire et douce qui fait tout pour ses enfants, et qui comprend les difficultés qu’a sa fille à affronter la Sélection, puisqu’elle aussi était réticente ! On retrouve ses traits de caractère chez sa fille, même si elle est tout de même plus posée que sa mère à l’époque ! America est donc encore plus attachante que dans le cycle qui la concernait, et c’est un véritable plaisir de la découvrir telle qu’elle est devenue après son mariage avec le prince. On retrouve aussi Aspen, qui se trouve vraiment au second plan du livre, ainsi que Lucy, Marlee, et May. J’ai aimé les retrouver, et je n’ai pas non plus regretté qu’ils soient en retrait. On découvre aussi de nouveaux personnages : Ahren, le jumeau d’Eadlyn, que j’ai beaucoup apprécié (j’ai toujours rêvé d’avoir un jumeau …), la relation qu’il entretient avec sa sœur est fusionnelle, même s’ils ne sont pas d’accord sur tous les sujets ; Kaden et Osten, les frères cadets d’Eadlyn, attachants eux aussi, même s’ils ne sont pas des personnages prépondérants ; les Sélectionnés, et surtout deux d’entre eux, que le lecteur ne peut qu’apprécier, ou trouver charmants à travers les yeux de la jeune princesse. Le premier est clairement un casse-cou, et on pouvait penser que jamais Eadlyn et lui ne se rapprocheraient ; le second est maladroit, ce qui fait tout son charme, et semble vraiment amoureux de la princesse. Erik, même s’il ne fait pas partie de la Sélection, est également un personnage attachant, un peu timide et modeste, ce qui ne fait que le rendre plus estimable.

Je dois dire que mon intérêt pour La Sélection me surprend parce que je n’aime pas trop les romances. Les histoires Arlequin, du genre je t’aime / moi non plus ne m’intéressent pas. Et pourtant, cette série me passionne, sans doute parce que d’autres intrigues gravitent autour de la romance, mais aussi parce que le contexte n’est pas le même que dans les romances ordinaires. L’on se trouve dans un château, donc à la Cour, et j’ai toujours trouvé ce genre de lieu romantique à souhait, même si ce n’était pas vraiment le cas à l’époque. De plus, en lisant une romance ordinaire, il est très facile deviner la fin : le héros et l’héroïne finissent ensemble, s’aiment à la folie, ont beaucoup d’enfants, etc. Ici, le fait que l’on ait le point de vue de celle qui va choisir son mari parmi les Sélectionnés donne un autre tour à l’histoire. Le lecteur peut imaginer plusieurs fins possibles, toutes prévisibles bien sûr, mais au moins, il n’y en a pas qu’une que l’on a deviné dès le début !

La fin est épouvantable !! Comment peut-on finir un livre de cette façon, surtout en sachant que le tome suivant ne sortira pas avant un très long moment ?! L’attente va être difficile à supporter ! Cette fin donne immédiatement envie de connaître la suite puisqu’un des personnages est en danger, qu’un autre est parti, mais aussi parce que la vision de la Sélection d’Eadlyn change. J’ai vraiment hâte de lire le tome suivant !!

 

En définitive, une très bonne suite, qui donne une autre vision de la Sélection, avec de nouveaux personnages aussi attachants que les précédents, des événements qui donnent du piment à l’intrigue, et une fin qui ne donne qu’une envie : bondir sur la suite !

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

Baseball fans gather zone |
Eaudefiction |
Ici même |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Kpg1221gpk
| Elenaqin
| la saltarelle des baronnes